La source est à l'info ce que le tampon est à l'acte

Imprimer

Un titre un peu bizard - j'aurais pu titrer "l'esclave du niger et la source de l'info" -  qui veut attirer l'attention des blogueurs Tribune sur le fait que leurs billets gagneraient en pertinence et en crédibilité s'ils passaient quelques minutes à ajouter des liens hypertextes. La lecture de la récente note de Micheline Pace m'a impressionné. Cette histoire d'esclave qui parvient à faire condamner son pays n'est pas banale. Notre internaute la mentionne correctement, mais l'internet permet d'aller plus loin. Créer des liens sur des mots clés qui permettent aux internautes d'accéder directement aux documents et aux associations ou autorités mentionnées. Démonstration.

 

Commentaires

  • L'histoire des trackback's est magnifique, malheureusement, tout le monde n'en veut pas, le paramétrage de leurs blogs le prouvent.
    Pourtant, qu'elle facilité, pour éviter des commentaires longs et parfois inutiles.

    Merci de me l'avoir contée.

  • Citer ses sources fait partie du ba ba de toute publication, et les hyperliens sont la base de tout blogueur qui se respecte. La crédibilité des auteurs de billets en serait améliorée, comme je le mentionnais hier à hommelibre :
    http://tinyurl.com/6o2klq

    L'absence de liens, trop fréquente sur les blogs de la TDG, est due peut-être à un manque de pratique des nouveaux blogueurs (surtout politiques!) ou à un trait culturel, selon la théorie de Jean Veronis qui a analysé cette question dans son article
    Blogs: Le Français n'est pas liant (mais l'Italien encore moins !) http://tinyurl.com/6cjfu3

    Ne pourrait-on pas aussi avoir des liens hypertextes dans les commentaires ? (En no-follow pour éviter les spammeurs et chasseurs de backlinks? )

  • Petites astuces pour les commentaires ...

    1. ne jamais écrire l'adresse h.t.t.p
    2. toujours mettre w.w.w.

    www.tarteenpion.com fonctionne vite et bien.
    Ceci est un exemple, cliquer dessus, ne vous amène nulle part.

Les commentaires sont fermés.