Ouf, ce n'est pas le bon Jean Blanc qui est mort

Imprimer

jean qui rit.jpgDans les blogs comme dans la vie réelle, les homonymies posent toujours des problèmes. Combien de fois n'ai-je pas eu l'œil attiré à la lecture des pages Décès de mon journal préféré par le nom et le prénom d'un Jean Blanc que je connais, mais qui s'avère être une autre personne.

"Pensez-vous qu'il y ait des avantages à poster sur vos blogs avec son vrai nom, me demande un internaute? Est-ce qu'il devient protégé, car rattaché à un vrai profil, est-ce qu'aucun utilisateur ne pourra plus poster sous ce nom? . Je m'interroge, d'un côté je me dis que je ne risque rien, mais d'un autre il n'y a que 5 personnes de mon nom à Genève, et je n'aimerais pas être "tracé", que l'on retrouve mon nom en cascade sur internet. Comprenez-vous mon dilemme?"

Quelques éléments de réponses...

Sur la question de l'identité, je suis fermement persuadé que nous irons vers un modèle, où les internautes s'exprimant dans les blogs hébergés par la Tribune devront s'identifier complètement, sauf exceptions que je suis en charge d'apprécier.

Mon expérience de trois ans de gestion du Forum des blogs de la Tribune m'a convaincu que l'espace de la liberté d'expression est moins généreux que ne le rêvent les idéologues du libéralisme avancé ou pour le dire plus simplement « pour vivre heureux vivons caché. » .

Je sais faire la part des choses - le choix de la pertinence est un élément clé du métier de journaliste - entre le brouhaha général de la blogosphère et les propos d'un fonctionnaire et plus généralement d'un professionnel dont l'analyse technique et politique est pertinente, innovante, informative, bref utile au débat citoyen, mais qui pour des raisons personnelles doit pouvoir rester anonyme.

Simplement l'exception ne doit pas devenir la règle.

A propos du risque d'usurpation d'identité, la réponse est différente selon que l'on parle des blogueurs ou des commentateurs:

Notre plate-forme de blog demande aux personnes qui souhaitent créer un blog d'ouvrir un compte. Dès lors il n'est pas possible que deux personnes ouvrent un compte avec la même identité, notamment avec le même e-mail. Mais deux Jean Blanc peuvent parfaitement exister dans notre base de données pourvu qu'ils utilisent des adresses e-mail distinctes. Il ne nous est pas possible, sinon sur plainte, de vérifier si les blogs ouverts sont bien associés à la bonne personne.

S'agissant des commentateurs, ceux-ci n'ont pas besoin de s'enregistrer. Dès lors il n'y a pas moyen d'empêcher qu'un commentateur indélicat usurpe des pseudos voire des identités réelles.

J'ajoute qu'en Suisse, les adresses ip des ordinateurs ne sont pas fixes mais attribuées par le fournisseurs d'accès à Internet à chaque connexion. Il est dès lors illusoire de bannir l'adresse ip d'un troll.

Cela dit je ne suis pas sûr que cette liberté d'expression ainsi ouverte dans notre pays soit le résultat d'un vote politique.  Notre démocratie vieillissante comme chacun sait est parfaitement capable de compter les vaches dans les pâturages et les poules dans les basse-cours, mais quand il s'agit de TIC est elle est complètement toc!

J'espère, cher internaute, avoir répondu à votre demande. Bonne journée.

JFM

 

Commentaires

  • Sur la plupart des plate-formes, le commentateur doit ouvrir un compte et son pseudo - ou son nom si cela lui chante d'intervenir à visage découvert - devient protégé. L'utilisation d'un pseudo est un moyen facile pour décrédibiliser n'importe qui, y compris vous, J-F Mabut, si je peux mettre la main sur votre e-mail, ainsi que cela m'est arrivé pour cause de blogueur indélicat. Pourquoi ne pas adopter cette solution sur 24 heures/TdG ?

  • "L'utilisation d'un pseudo"
    L'usurpation d'un pseudo, bien sûr...

  • "Il en faut pour tous les goûts. Moi je ne suis pas choqué, je suis plutôt sous le charme. Je vais tenter le coup.

    Ecrit par : Géo | 17.02.2010 "

    Je vois que votre blog en est un parfait exemple...
    Et qu'il se trouve toujours des Loredana ou des Inside pour conforter les usurpateurs dans leurs entreprises douteuses...

  • Le pauvre Géo ne sait plus ce qu'il raconte. Il poste des commentaires à tout va, puis ne s'en souvient plus. Ce n'est qu'après avoir cuvé son chasselas qu'il nie avoir écrit certains commentaires. Mais il ne faut pas se laisser abuser, il n'y a qu'un seul et même Géo. Toujours fidèle à lui-même.

  • C'est ce qu'on pourra voir si les conditions d'intervention deviennent les mêmes pour tous...

Les commentaires sont fermés.