17 mars: Kadhafi, le silence du médiateur

Imprimer

free max.jpgDaniel Cornu a pris goût au blog. Il publie depuis quelque temps sur marges.blog.tdg.ch des billets d'une haute tenue. Tout aussi précises et peaufinées sont ses chroniques qu'il tient depuis trois ans sur www.mediateur.edipresse.ch en tant que médiateur des éditions Edipresse. Il explique dans sa dernière livraison les raisons des silences relatifs du médiateur dans l'affaire Kadhafi.

Une autre affaire a défrayé la chronique judiciaire ces derniers jours en Suisse romande, l'affaire Légeret dont le verdict du procès en révision est attendu cette semaine. On lira avec intérêt la chronique que publie Christophe Mottiez sur son blog http://affairelegeret.blog.tdg.ch

Kadhafi: le silence du médiateur par Daniel Cornu
Plusieurs correspondants se sont étonnés ces derniers mois du silence du médiateur au sujet de la publication par la Tribune de Genève de photographies d’Hannibal Kadhafi. Au cours des récentes étapes de la négociation en vue de la libération des deux ressortissants suisses retenus en Libye, cet étonnement a grandi au vu de l’importance attribuée à cette publication Il n’a pas cessé, alors que l’un des otages a été libéré. Quelques-uns ont suggéré que le journal présente des excuses. Chacun de ces correspondants a reçu une réponse directe. Peu après la publication, le médiateur a consacré un billet aux incohérences de l’information sur l’ensemble de cette affaire et émis à cette occasion des doutes sur la nécessité de publier des photos peu flatteuses du fils du colonel Kadhafi. Il s’agissait d’une question de stratégie informative, plutôt que d’un enjeu déontologique fondamental. Les doutes portaient sur le choix de l’angle et sur la mise en scène, non sur le principe d’une publication: personnalité publique connue pour des exploits analogues, Hannibal Kadhafi s’exposait du fait de son arrestation à une divulgation médiatique de son identité et de son image. Par la suite, la raison du silence public observé par le médiateur est simple. Avant de se saisir d’un cas, le médiateur s’assure qu’aucune procédure pénale ou civile impliquant le journal n’est ouverte ou imminente. Inscrite dans son cahier des charges, cette réserve est d’usage notamment lors d’une requête de droit de réponse. (...)

Affaire Légeret: Lettre ouverte à François par Christophe Mottiez
Je suis venu au procès en appel en croyant que tu étais victime d’une erreur judiciaire. Je ne savais quasiment rien de cette affaire. Je n’avais lu que l’article écrit par Arnaud Bédat et paru dans l’Illustré du 6 janvier 2010. Je croyais que tu étais un bouc émissaire, et que ta sœur était de son vivant une démente dépressive qui, avant de se suicider, avait tué sa mère par compassion, pour ne pas la laisser seule après sa mort.. A ce moment-là, j’aurais dû me dire: "Mais pourquoi a-t-elle tué l'amie de sa mère?" Je ne l’ai pas fait pour une raison simple: je ne savais pas encore que ta sœur, vivant avec ta maman, n’aurait eu aucune difficulté à trouver un moment plus opportun pour tuer cette dernière. Je suis donc venu au procès avec l'intention d'élucider les failles de l'accusation. 

La fuite des valeurs par Pierre Weiss
Depuis que le Conseil fédéral a été contraint de se soumettre, un treize mars 2009, un vendredi noir s’il en fut, au diktat de puissances étrangères en crise pratiquant la chasse ciblée aux boucs émissaires, la fuite en avant tient lieu de stratégie ultime pour nombre d’acteurs du Landernau helvétique. Sauf que le chacun pour soi désordonné - pour son canton, pour son parti politique, pour son secteur économique -, est à mille lieues du tous pour un, condition rationnelle du un pour tous. (...) En devant accepter de mettre sur le même plan la soustraction et la fraude fiscales pour les clients étrangers de ses banques, la Suisse a ouvert une brèche dans le premier polder de sa place financière.  (...) Les discussions pourront se poursuivre à l’infini sur l’autisme de la Suisse (...) Plutôt que de fuir, l’heure est à se retrousser les manches et à se triturer les méninges. Pour mettre fin à l’actuelle danse de Saint-Guy. Pour redonner confiance dans l’Etat de droit comme en l’avenir de ce pays.

L'inauguration de la synagogue de la Hourba à Jérusalem par Maurice-Ruben Hayoun
Mais pourquoi tant de violence et d’émotion à l’occasion de l’inauguration d’une si vieille synagogue qui symbolise, à elle seule, le retour de l’âme juive dans sa patrie ancestrale ? C’est une synagogue, un lieu de prière, ce n’est ni une caserne ni une place forte, mais un lieu d’où se sont toujours élevées les prières d’hommes et de femmes, martyrisés et persécutés, alors qu’ils vivaient dans leur patrie… On parle d’une mise en danger de la mosquée voisine, c’est inexact : j’y vois plutôt un rapprochement de deux cultes, monothéistes, usant de deux langues sœurs, membres du groupe linguistique du sémitique nord. Après tout le mot Allah n’est jamais que la re-vocalisation du terme hébraïque (et par delà sémitique Eloha…)

Certes, sur ce problème religieux, antagonisme entre deux ethnies, se greffent des nationalismes non moins intransigeants. Je suis bien conscient que des arguments de nature historique ne font pas la décision. Et la paix elle-même ne jaillira que d’une remise à plat des structures mentales théologiques de chacun : comment le musulman voit-il le juif et inversement, comment le juif perçoit le musulman… Et aujourd’hui, nous sommes très loin du compte. On pourrait s’interroger sur le dessein profond d’une divinité qui se refuse à éclairer un tant soit peu tous ses enfants qui se réclament d’elle et prétendre la servir avec amour. Mais l’amour de Dieu passe d’abord par l’amour et le respect à ses créatures. Toutes ses créatures, sans exception aucune.

Mais les juifs, de tout temps, ont prié pour leur retour à Jérusalem. Et chaque année, chaque jour que Dieu fait, ils réitèrent cette prière, enfin exaucée après deux mille ans d’errance et de souffrances. Et cette année, le 29 mars, au coucher du soleil, tous ces juifs réciteront le seder de la sortie d’Egypte, qui commence justement par une supplique : le retour à Jérusalem.

Juifs et chrétiens y pensent et le savent bien. Mais ce n’est pas suffisant : tous les fils d’Abraham doivent en être convaincus. On en est encore assez loin.


SOS! La paralysie menace la métropole lémanique
par JF Mabut

Le SOS émane du Pays de Vaud, plus particulièrement le Centre patronal vaudoisqui vient de publier "Politique des transports: l’heure des métropoles". Le conseiller national radical-libéral Hugues Hiltpold me l'a signalé via Twitter. Le 11 mars dernier, le Comité de pilotage du projet d'agglomération franco-valdo-genevois s'est réuni. Dans le communiqué de presse, on apprend que Mark Muller en a pris les commandes avec le député maire de Divonne Etienne Blanc, président de l'Association des communes française de la région (ARC devenue syndicat mixte la semaine dernière), et le conseiller d'Etat vaudois Jean-Claude Mermoud. Le temps presse le projet d'agglo 2 doit être bouclé d'ici le 30 juin prochain. Les engagements du libéral-radical genevois pourraient bien répondre aux préoccupations vaudoises.
Nouvelle arme secrète suisse : la bombe O !
paqr André Langaney

Une école de chamans Au Brésil par Bernard Comoli
L'école a été fondée par les fils du principal "chaman jaguar" des Baniwa, Manuel da Silva, dit Mandu. Le projet a été appuyé par l'anthropologue Robin Wright qui travaille avec ce peuple depuis 1976. Historiquement persécutés par les missionnaires chrétiens, les chamans ont cherché refuge dans des zones difficiles d'accès. Ils sont de moins en moins nombreux et couraient le risque de disparaître. L'école accueille une douzaine d'élèves. Elle offre maintenant un lieu où les chamans pourront réaliser leurs pratiques librement et transmettre leur cosmologie et leur savoir, notamment en médecine traditionnelle, aux nouvelles générations.

Andrée Chedid par Gilberte Favre
La 12 me édition du PRINTEMPS DE POETES, qui a été lancée le 8 mars à Paris et s'étendra durant plusieurs semaines encore, rend un hommage particulier à Andrée Chedid. Pour son directeur artistique, le poète Jean-Pierre Siméon, il s'agissait de «mettre en pleine lumière une oeuvre poétique d'exigence, de générosité et d'ouverture». Riche de poèmes, de nouvelles, romans et pièces de théâtre, cette oeuvre est en effet traduite dans le monde entier. Ce 20 mars, Andrée Chedid fêtera à Paris, où elle vit depuis 1946, ses 90 ans.

Genève Hebdo un nouveau venu par haykel Ezzeddine
Environ 200 personnes ont assisté au lancement de ce nouveau né des médias. Tiré à 55000 exemplaire et vendu à un franc, Genève Hebdo est dirigé par les frères Cohen et sortira comme le Canard Enchaîné chaque mercredi. La ressemblance s'arrête là. En couverture du premier numéro Zep qui régle ses comptes avec la Genève culturelle. 42 pages de programmes TV représentant 82 chaînes distribuées par Naxoo qui est derrière ce projet.

Manque de chefs ou chefs en manque ? par Pascal Holenweg
Heureuse République, que celle pour qui l'enjeu institutionnel fondamental serait de savoir si le président ou la présidente de son gouvernement doit l'être pendant un ou cinq ans... Comme si rien d'autre n'importait autant. Comme si c'était la clef d'une réforme institutionnelle. Comme si ce qui importait n'était pas de construire une démocratie capable de peser sur la réalité, et donc, puisque la réalité genevoise est celle d'une région transfrontalière de bientôt un million d'habitants, d'inventer, en se dépêtrant de la Suisse, des institutions démocratiques (et donc élues) régionales transfrontalières, à partir des communes puisqu'elles sont le seul espace institutionnel commun à la Suisse et à la France, à Genève et à Vaud. On espère que la Constituante y travaille, mais pas qu'elle y aboutisse : elle n'a pas été conçue pour cela -pas pour être une véritable Constituante.

Entre Gaillot et Broulis, mon coeur balance par JF Mabut
L'association l'Esprit de Genève (qui est une marque déposée) publie l'Agenda de Genève*. Un agenda qui a un petit avantage par rapport au Guide loisirs du site de la Tribune de Genève, c'est qu'il permet d'accéder facilement via un calendrier à toutes les manifestations agendées un jour particulier. Enfin toutes, c'est une façon de dire. J'avais noté depuis quelque temps déjà la conférence que donne Mgr Gaillot, évêque in partibus de Partenia, ce soir à 20h en l'église de Troinex. La deuxième manifestation qui s'impose, c'est évidemment le débat "Faut-il un président permanent pour Genève?" qu'organise la Tribune ce soir à 19h à Uni-Mail.

Commentaires

  • Bonjour,
    Pourquoi ce blog http://affairelegeret.blog.tdg.ch/archive/2010/03/17/affaire-legeret-lettre-ouverte-a-francois.html a-t-il été supprimé?

  • Quels sont les motifs fondant la diffusion, ce jour, des photographies anthropométriques de M. K.

    http://alerte.blog.tdg.ch/archive/2010/03/18/affaire-kadhafi-le-contribuable-paiera-la-note.html

    Dans l'attente de vous lire.

    Meilleures salutations.

Les commentaires sont fermés.