18 mars: "Ne dit rien merdeux ou je te pète la gueule..."

Imprimer

Banal_01.jpgBanal? c'est le titre tout en sobriété du dernier billet qu'Antonin Moeri publie sur blogres.blog.tdg.ch, le blog d'écrivains genevois: Littérature, opinions, actualité. Avec Alain Bagnoud, Pierre Béguin, Serge Bimpage, Antonin Moeri, Jean-Michel Olivier, Pascal Rebetez et des invités. L'histoire vaut d'être lue. Elle n'est pas banale... (photo Christian Robert-Tissot)

Petite sélection hier, faute de temps. Mais dans la colonne de droite de ce webzine, vous trouverez comment retrouver tous les blogs de la Tribune et comment affiner votre recherche. Clic!

 

Banal? Antonin Moeri
Une prof m’a invité à passer la soirée chez elle. Appartement coquet dans la vieille ville. Masques du Burundi. Lectrice de Spinoza, cette femme ne boit que du lait et collectionne les vieilles lampes. Elle m’a demandé si je connaissais le sens du mot « banal ». Euh…, dis-je fort embarrassé, je crois que ce mot veut dire sans personnalité. Oui, dit-elle, mais au Moyen-Âge il qualifiait une personne soumise au droit d’usage fixé par le seigneur. Puis, le terme a qualifié une personne qui se met à la disposition de tout le monde. De nos jours, l’adjectif est passé au sens figuré que tu viens de mentionner. Elle évoque alors une collègue à voix douce qui parle de ses élèves sur un ton administrativo-procédurier. Elle me dit qu’elle la trouve insignifiante et qu’elle correspond à ce qu’on attend actuellement des profs : personnages interchangeables qui s’expriment par clichés et qui, pour toute défense, invoquent le devoir d’obéissance au système, des gens qui craignent les parents d’élèves et qui, au nom du Bien, sont prêts à tout : contrôle, intimidation, délation. Je sentais une sorte de dépit dans les propos de cette femme qui préfère parler aux délinquants de toutes sortes. Alors seulement, dit-elle, j’ai le sentiment d’avoir en face de moi des êtres humains. Elle raconte qu’un jour de fête (désormais obligatoire pour tout le monde), elle voit des ados se rassembler. Un jeune mec au crâne rasé, canette de bière à la main, dit à un employé qui veut lui interdire l’accès à l’établissement : « Me touche pas, merdeux, ou je te pète la gueule. » A suivre sur blogres.blog.tdg.ch

Une présidence renforcée du Conseil d'Etat? Le benjamin du Grand Conseil n'est pas très chaud par J.-F. Mabut
Guillaume Sauty est le benjamin du Grand Conseil. Que pense le député MCG de l'idée défendue par la Constituante d'une présidence du Conseil d'Etat "renforcée", "durable", "permanente", "unique" pour toute la législature? Autant de qualificatif qui ont été utilisés hier soir à Uni-Mail par les sept hommes invités par la Tribune de Genève pour en débattre."Je préfère le tournus actuel", dit le politicien qui souhaite entrer à l'école de police. Ce système est plus démocratique. Je trouve aussi que l'élection du gouvernement devrait avoir lieu au système proportionnel." Un système qui aurait peut-être permis à Eric Stauffer d'entrer au Conseil d'Etat l'automne dernier. A lire aussi les contributions de Pierre Kunz, Pascal Holenweg et Patrick-Etienne Dimier.

Logements : pourquoi les communes genevoises sont immorales ?
par Antoine Veilliard
Il est immoral pour une commune de refuser de construire suffisamment de logements pour ses enfants. Pourtant 35 communes genevoises sur 45 ont construit moins de 2% de logements par an comme il aurait été nécessaire sur la période 2004-2008.

Le Jeu de la mort vient de passer sur France 2.
Pour qui ne l’a pas vu, des candidats volontaires envoient des décharges électriques progressives à un acteur (sans savoir que c’en est un) jusqu’à des puissances pouvant engendrer la mort (jusqu'à 460 volts). L’émission reprend l’expérience du psychologue américain Milgram qui en 1961 avait déjà démontré que quand une forme d’autorité impose de dépasser les limites de la simple humanité, une majorité d’individus est prête à tuer. Deux blogs en font une longue et passionnante analyse. On lira donc Jeu de la mort: cruauté, soumission et violence par John Goetelen sur hommelibre.blog.tdg.ch et Extrême-télévision par Daniel Cornu sur marges.blog.tdg.ch.

Ma bonne "Julie" par Bertrand Buchs
Tu voilà dans une position difficile. L’Etat t’a laissé tomber, comme une vieille chaussette toute pleine de jolis trous. Publier les photos du fils Kadhafi n’était pas très « fute fute ». Une erreur ou une faute. La réponse est tombée hier de la part du Conseil d’Etat, une faute. Je sais, la justice n’a pas tranché et tu as toujours la présomption d’innocence. (...) Si tu l’as fait, c’est que probablement tu te sentais protégée par quelqu’un. Puisqu’on te laisse choir, avec peu d’élégance, je le conçois, allez vide ton sac. Une bombe éditoriale, un peu d’indépendance par rapport au pouvoir. Un vrai journalisme teigneux et indépendant. Courage…

Madame Simone Weil, mon "héroïne" par une Genevoise émigrée en Israël
Simone Weill est entrée jeudi après midi dans le clan des immortelles, comme la sixième femme a porté le costume et l'épée, qu'elle  a fait gravé aux numéros de son matricule de déportée  78651. Revenue seule des camps, survivante , elle n'a cessé de se battre  pour ses convictions. Elle s'est notament battue, pour toutes les femmes de tous les horizons.

Nder ou la tragédie des femmes sénégalaises qui avaient refusé l'islamisation de leur royaume et la captivité par Gorgui Ndoye
Sous la direction de la Linguère Fatim Yamar Khouryaye Mbodj, les femmes se déguisent en hommes et ripostent aux attaques des guerriers des Etats maures et toucouleurs, qui voulaient islamiser le Walo animiste, qui s'allièrent au maitre des colonies, François Pellegrin et "profitèrent" de l'absence du Brack (ndlr le roi) pour attaquer la capitale.

Coach et coaché-e, des responsablités partagées

Les chardonnay vaudois n'ont pas conquis le monde contrairement aux genevois par David Moginier, chroniqueur gastronomique de 24 Heures
La 17e édition des Chardonnay du monde, le grand concours vinicole bourguignon, a livré ses résultats. 887 concurrents venus de 37 pays ont été dégustés à l'aveugle par les jurys. Au final, 296 médailles (65 or, 174 argent et 57 bronze) ont été délivrées par les 300 jurés. Dans le classement des dix meilleurs, quatre français (dont deux champagne) et des pays surprenants: Autriche, Grèce, Allemagne, Canada, ajoutés à un espagnol et un sud-africain. Côté Suisse: 4 médailles d'or, 6 d'argent et 6 de bronze. Dans les dorés, trois genevois (Abeilles d'Or, Perrières et Hutins) et un valaisan (Saint-Pierre). L'argent va à trois neuchâtelois, un bernois, un valaisan et un genevois. Et le bronze récompense deux genevois, un neuchâtelois, un tessinois, un bernois et ... deux vaudois.

Les commentaires sont fermés.