16 juin: Avec Loichemol au Kosovo

Imprimer

loichemol Hervé.jpgPascal Décaillet est partout. Il était avec Loichemol, futur directeur de la Comédie de Genève,  au théâtre Dododna de Pristina, capitale du Kosovo, ce lundi 7 décembre 1998. Il nous conte cette aventure romantique dans son blog liberté. Sous ce billet, Patrick-Etienne Dimier écrit dans un commentaire: "Avec ses faux airs de capitale, Genève n'est rien d'autre qu'une petite ville, ivre de sa réputation et verse dans une démesure babylonienne, et les Genevois de enfants gâtés..."

Les enfants gâtés sont bien représentés à la Constituante qui continue de filer du mauvais coton: Quelles démissions après celle de Philippe Roch?

Avec Loichemol au Kosovo, décembre 1998 par Décaillet et les faux airs de capitale de Genève par Dimier Premier acte Décaillet écrit sur son blog: "Au théâtre Dododna de Pristina, capitale du Kosovo, ce lundi 7 décembre 1998, 19h, aucun des spectateurs n’avait ôté sa doudoune : la température, dans la salle, ne dépassait pas 8 degrés ! Dans une odeur de foin et de bétail qui m’avait rappelé les salles paroissiales de nos villages valaisans, on n’y jouait rien moins que « Les Chaises », de Ionesco, et « Ubu Roi », de Jarry. (...) Dans cette minuscule salle de Pristina, ce soir-là, était passé comme un « ange du bizarre ». Lié à la guerre, à l’étrangeté même du Roi Ubu, au froid de canard, à l’apartheid absolu entre « Théâtre albanais » et « Théâtre serbe », en alternance sur des planches aussi vermoulues que la situation politique du moment : un monde, doucement, était en train de s’effondrer. Après Benno Besson, Claude Stratz, Anne Bisang, c’est une nouvelle ère qui va s’ouvrir. Puisse-t-elle nous surprendre, nous séduire. Nous heurter. Ce nouveau directeur, puissions nous le haïr. Ou l’aimer. Sentir qu’il nous parle. Puisse le verbe continuer d’habiter ce lieu où souffle l’esprit." Deuxième acte, Patrick-Etienne Dimier écrit dans un commentaire: "Avec ses faux airs de capitale, Genève n'est rien d'autre qu'une petite ville. Comme Bordeaux, elle est dépassée par sa renommée internationale. Contrairement à la capitale d'Aquitaine, qui aurait pourtant de quoi, voilà que c'est la Rome protestante qui est ivre de sa réputation et verse dans une démesure babylonienne. Vous nous contez votre souvenir de Pristina, émouvant il faut le dire... Voilà qui m'amène à penser que les Genevois sont des enfants gâtés auxquels il faut une nouvelle salle de spectacle alors qu'ils peinent à remplir celles qui existent. (...) Utilisons nos moyens à aider ceux qui n'ont pas notre chance plutôt qu'à servir la vanité de ceux qui se prétendent de l'élite!

Quelles démissions après celle de Philippe Roch? par JF Mabut
La Constituante file du mauvais coton. Pas une séance plénière sans que ne fusent de tous bords des critiques, des motions d'ordre, des débat kafkaïens sur la procédure ou le règlement, des suspensions de séance. La démission de Philippe Roch mardi dit le ras-le-bol d'un sage qui se réclame de Nicolas de Flue. Son départ en annonce-t-il d'autres?  On peut le craindre. Roch est le onzième démissionnaire depuis le 19 octobre 2008 [cliquer sur la vignette de droite pour en voir la liste], c'est le constitutant genevois le plus connu de Suisse, note le Temps, ce matin, qui ne relate rien des débats de l'assemblée. La semaine dernière, David Lachat (photo) a interpellé la droite qui imposait sa majorité dans la chapitre des droits fondamentaux en revenant sur les votes acquis en commission: "Ne découragez pas les démocrates de cette assemblée" a lancé le socialiste. Des mots lourds de sens. A lire et à commenter sur http://constitution.blog.tdg.ch/archive/2010/06/16/quel-demission-apres-philippe-roch.html#more

Un Servettien qui marque! par Arnaud Cerutti
Le Chili mène 1-0 contre le Honduras. La réussite sud-américaine a été inscrite par Jean Beauséjour. Ce dernier était passé par le Servette FC durant la triste ère Marc Roger. Un petit clin d'oeil sympa pour le club genevois. MArdi le journaliste de la Tribune écrivait: Les champions d'Europe vont-ils mettre une "danse" à la troupe d'Ottmar Hitzfeld? C'est à craindre." Il n'était pas nombreux ceux qui ont parié sur la victoire suisse. Un seul à la Tribune dans les paris internes Pascal Gavillet journaliste à la rubrique culturelle... Chapeau!

Yves Simon, la burqa et le visage universel par Gilbert Salem "Un visage, une mappemonde de l'au-delà". C'est le titre d’une chronique de l’écrivain et chanteur français Yves Simon (photo), qui a écrit entre autres La Manufacture des rêves et chanté L’Autre côté du Monde.  Parue dans le quotidien «Le Monde» du 13 mai, elle m’a été indiquée par mon ami dessinateur Gilles Poulou, de Lausanne, avec lequel il correspond. En voici le texte - une réflexion inspirée sur le port de la burqa.

Comment Les Cultures de Peur, d'humiliation Et d'espoir Façonnent Le Monde ?
par Gorgui Ndoye
C'est une lapalissade de dire que le monde change, que l'Occident est bousculé dans  son hégémonie. Cependant malgré l'arrivée en force de la Chine, de l'Inde des pays asiatiques, et du Brésil sur la scène internationale redessinant ainsi les contours de la géostratégie internationale, les Etats-Unis d'Obama restent encore la Puissance mondiale incontournable. Mais que dire de l'Europe, ce vieux Continent porteur de tant d'humanisme et de contradictions est aujourd'hui plus que jamais interpellé si, effectivement, il souhaite compter encore dans la redéfinition de notre humanisme. L'Europe devrait sortir de son nombrilisme.

Travailleuses et travailleurs sans statut légal : Un travail = un permis ! par Pascal Holenweg
Mardi dernier, près de 600 sans-papiers sont sortis de la zone grise où leur étrange statut les confine : Ils ont tenu à l'initiative du SIT une assemblée générale et adopté une résolution demandant la régularisation collective de toutes celles et tous ceux qui se trouvent dans leur situation.

Voyage dans des bibliothèques genevoises
par Daniel Cornu
(...) Je me souviens de la salle Naville, que régentait André Duckert avec une obséquiosité vieillotte. La bibliothèque était celle de la Faculté des Lettres. J'en avais obtenu l'hospitalité pour préparer une thèse sur les écrits politiques du théologien Karl Barth (aujourd'hui, on parlerait de mémoire de maîtrise). Je m'y sentais bien, l'atmosphère y était studieuse et confortable. La salle Naville respirait le savoir et sentait le livre. Je m'y suis fait à l'époque, parmi les étudiants autochtones, de durables amis. (...) Umberto Eco n'avait sans doute pas tort quant à la vulnérabilité des livres en libre accès. (...) Une précaution est prise pourtant, qui me ravit. Sur le marque-page remis avec le livre emprunté et portant sa date de restitution, il est écrit cette phrase de Léonce Bourliaguet, ancien instituteur et auteur de livres pour la jeunesse: «Ne crayonnez pas dans les marges d'un livre les bêtises que l'auteur a oubliées dans le texte».

Le suprême vaccin... par Marie-France de Meuron
Les biologistes continuent à découvrir des astuces et les médecins à les prescrire. Ils sont ainsi complices de profiter d'une vaccination contre une maladie courante pour imposer dans la même injection une stérilisation aux femmes.

sans-papiers par Jacqueline Berenstein-Wavre
C'est HERA (Association patronale qui regroupe les employeurs d'employées à domicile) qui a fait comprendre à quelques sans papiers qu'elles avaient droit à une carte AVS si leurs patrons leur payaient les assurances sociales obligatoires. Cette carte AVS doit être rangée dans le sac à main à côté du passeport et lors d'un contrôle de police, elle montre aussi sa carte AVS ça veut dire : "j'ai un patron, j'ai un salaire" et elle peut même ajouter, "je suis même indispensable dans la famille chez qui je travaille et j'ai même un CCP à la poste où j'ai mis un peu d'argent". Et puis, ça marche.

Parkings : sœur Anne ne vois-tu rien venir ?!? par le PDC de Carouge

Le groupe UDC sauve le référendum et l'initiative par Soli Pardo

Flandre je t’aime, moi non plus !
par André Langaney
« Ceci n’est pas un pays, mais deux pays, une fois ! ».

Les commentaires sont fermés.