29 juin: Le cas Gilad Shalit : mais que fait la Croix-Rouge

Imprimer

gilad shalit manif.jpgLe cas Gilad Shalit : mais que fait la Croix-Rouge se demande le très prolixe Maurice-Ruben Hayoun sur son blog Vu de la place Victor-Hugo. Question délicate à tous égards à l'heure où des manifestations tentent de faire pression sur le gouvernement israélien?

Mais c'est quoi un entrepreneur social ? Nicolas Walder, candidat vert à la Mairie de Carouge répond. Sûrement pas le patron d Triumph dirait Pascal Holenweg qui écrit:
Suisse, Philippines, Thaïlande : Le Triumph de la volonté (de licencier).

Fabienne Fischer répond à douze questions dans la sciure J'ai souhaité, écrit Pierre Losio, en diffusant ce questionnaire, toucher également certains maires de communes genevoises et des présidents-es de parti. Une série à découvrir sur toutpasse.blog.tdg.ch.

 

+ 0.2 % par Bertrand Buchs
Trouvée dans le Berner Zeitung du 27 juin 2010. La CPT rachète les actions détenues par ses employés, administrateurs et dirigeants pour 600 francs  alors qu’elles valaient entre 20 et 40 francs. Ce journal calcule que monsieur Simon Schenk (conseiller national UDC) va toucher, pour 300 actions, 170 000 francs. Où sont les profiteurs ?

Les chiffres du bon Dr Buchs par JF Mabut
Après avoir lu le billet ci-dessus, j'avais commencé à écrire un commentaire sous le dernier billet du bon docteur Buchs - un blogueur exemplaire - quand la curiosité m'a conduit à taper "coûts de la santé Genève" dans Google. Je suis tombé sur des pages bien intéressantes sur le site du Département de la Santé de l'Etat de Genève.

Finkielkraut: ce que l’échec des Bleus révèle
par John Goetelen
Dans Le Matin d’hier Alain Finkielkraut revient sur la défaite des bleus au Mondial et sur sa lecture de cette défaite. (...) Au nom d’une libre expression et du refus de la langue de bois, doit-on renoncer au respect et à des manières utiles pour fonctionner en société? On peut garder les deux: langage direct et formes respectées. Mais je ne partage pas l’entièreté de la vision de Finkielkraut, en particulier quand il affirme: «… l’esprit des cités est en train de dévorer l’esprit de la cité.»
Sur ce point l’analyse de Finkielkraut me semble courte. Les causes sont multiples. La politesse a été perçue comme une valeur bourgeoise et jetée avec l’eau du bain dès les années 70. Il incrimine aussi Stéphane Guillon et d’autres humoristes au langage peu châtié. On peut alors remonter à Coluche! Déjà plusieurs commentaires sous ce billet.

Mornignbull, c'est comme un supermarché. Thomas Veillet
empile les news dans ses longs billets. Une parmi d'autres: Le Wall Street Journal publie un article sur la SEC qui a, ces derniers mois, autorisé le listing de 9 startups Ukrainiennes ou Russes, Jusque là, rien de bien spécial, sauf que ces compagnies n’ont pas ou presque pas de capitaux, pas de business bien établi et pas de revenus, il semblerait donc qu’après le dot.com, on réécrive l’histoire avec le mot « russia », comme ça avait déjà bien marché avec le mot « china »… Une nouvelle manière de jouer à la roulette russe pour la SEC. En même temps, après avoir géré de main de maître, Bernie Madoff, ils peuvent tout se permettre…

Affaire Kadhafi, l'honneur de Genève bafoué!
par Eric Stauffer
Non, le Président du Grand Conseil Guy Mettan ne pouvait pas parler au nom du Grand Conseil. Le faisant, il a pris en otage les députés qui ne partagent pas sa vision de l’affaire libyenne, tous partis confondus, et qui refusent de se coucher devant une dictature. C’est pourquoi le MCG vient de déposer une résolution intitulée « L’ensemble du Parlement pris en otage par une  déclaration non autorisée du président du Grand Conseil ».

Lauréats gazaouis d’un concours, ils vont à Paris ! par Carol Scheller Le premier jour de l’été, c’était la fête dans les lieux de la Faculté de français de l’Université al-Aqsa. Le professeur Ziad Mekoukh nous écrit ces bonnes nouvelles depuis sa ville : Gaza.  A propos de Gaza, le blog Regards de femmes se fait le relai de Robert Malley, ex-conseiller du président Bill Clinton, qui estime qu’ignorer le Hamas est une grave erreur.

Super, Nicolas Walder se lance...
par François Velen
Super ! Nicolas Walder se lance dans le blog. Enfin, un nouveau Carougeois qui va nous parler de la Cité Sarde. Avec Bertrand Buchs et moi-même ça devenait monotone !!! Bienvenu au nouveau Krougeois, néanmoins Conseiller municipal  et candidat déclaré au Conseil administratif. Stéphanie Lamar est aussi partante sur le chemin de la Mairie...

"Personne ne pleurera Kadhafi,... (commentaire de Philippe Souaille publié sur le blog de Guy Mettan)
... lorsqu'il disparaitra où s'il mord la poussière d'ici là. Donc honnêtement, je ne crois pas que Genève ait le moindre souci à se faire vis-à-vis de la Genève Internationale. Tous les ambassadeurs, hauts fonctionnaires ou journalistes africains ou musulmans que je connais, of the record, s'accordent à dire que le Guide n'est pas dans son bon droit dans cette affaire, même si la Suisse n'a peut-être pas joué aussi finement qu'elle aurait dû."

"Interrupteur Internet" en cas d'urgence nationale par Emily Turrettini
Les Sénateurs américains Joe Lieberman et Susan Collins ont proposé une nouvelle loi, déjà approuvée à l'unanimité par le comité du Département de Homeland Security, qui donnerait au Président des Etats-Unis le pouvoir de désactiver (en partie) l'Internet en cas de "catastrophe régionale ou nationale, risquant d'entraîner la perte de milliers de vies humains ou de milliards de dollars". (...) Des associations qui défendent les libertés civiles se déchaînent à l'encontre de cette loi surnommé "Internet Kill Switch"  (...) Des membres du staff au Sénat interrogés par le magazine Wired, reconnaissent que cette loi donne au gouvernement un pouvoir sans précédent sur les entreprises, sauf exception d'un cas récent, lorsque la Federal Aviation Administration a cloué au sol toutes les compagnies aériennes pendant trois jours, suite aux attentats du 11 septembre.

Le cas Gilad Shalit : mais que fait la Croix-Rouge se demande le très prolixe Maurice-Ruben Hayoun sur son blog
(...) Alors qu’aucune catastrophe humanitaire ne menace l'enclave palestinienne [de Gaza], la Croix Rouge, l’ONU et toutes les ONG s’alarment et se mobilisent. Et que font les organisations internationales pour Gilad Shalit ? Que fait la Croix Rouge qui devrait pourtant exiger de lui rendre visite ? Après tout, tous les prisonniers palestiniens en Israël reçoivent des visites, poursuivent des études, insistent pour le respect de leurs droits…  De son côté, Israël doit changer de pratique et de jurisprudence : il ne faut plus faire du rapatriement des corps et des prisonniers un devoir absolu. Sur le même sujet, on lira le billet de Mohammed Ftelina

la Mado n’avait rien écrit
par Gilbert Salem
(...) On était alors catholique et l’on vénérait les saints, Marie, les anges. L’évangéliste tutélaire du quartier avait la gloire supplémentaire de passer pour l’apôtre préféré du Seigneur: Jean, fils de Zébédée. Il avait d’abord accordé son nom à un hôpital qui, jusqu’à la Réforme, dominait la place à l’est. Les Bernois le démolirent en 1680, mais sans débaptiser son emplacement, ni les deux venelles pentues qui en dévalent: le Grand-Saint-Jean et le Petit-Saint-Jean. Car si le protestantisme rejette le culte des saints, il traite avec déférence les auteurs du Nouveau Testament: ainsi perdurent à Lausanne des lieux dédiés à Luc, Jacques, Pierre et Paul. Tous ces hommes précédés dignement d’un St. Seule Marie-Madeleine, qui, au XIIIe siècle, avait été pourtant été la patronne de moines dominicains dans un couvent en surplomb de la Riponne, n’a plus droit, elle, au titre de sainte. Parce qu’elle était femme ? Parce qu’elle fut la première «pécheresse» people de l’histoire chrétienne? Non, la Mado n’avait rien écrit.

Vincenot à l'honneur
par Micheline Pace
Le club de la grammaire vous invite à sa prochaine conférence, la dernière avant les vacances d'été, ce Jeudi  24 juin à 19 heures (entrée libre) à l’Institut National Genevois (ING), Promenade du Pin 1, 1204 Genève.

L'Esprit de Genève par Charly Schwarz Existe-t-il une corrélation entre sport et croissance économique ?

Mais c'est quoi un entrepreneur social ?
par Nicolas Walder
En gros, tout le contraire des actions des anciens dirigeants de l'UBS  pour qui l'existence d'une charte éthique n'était qu'un outil marketing parmi d'autres afin de se faire passer pour responsables. L'entrepreneur social se dit d'un responsable d'institution faisant partie de ce que l'on nomme l'économie sociale et solidaire. Celle-ci a pour caractéristique de placer l'être humain au centre de ses initiatives et de ses pratiques. Elle repose sur des dynamiques participatives et démocratiques basées sur le respect de critères éthiques, sociaux et écologiques. Ses membres sont à but non lucratif ou à lucrativité limitée et combinent l'engagement social à l'initiative économique.

Suisse, Philippines, Thaïlande : Le Triumph de la volonté (de licencier) par Pascal Holenweg
En 2009, la multinationale Triumph, domiciliée en Suisse, et qui fait dans le sous-vêtement, a licencié 3500 ouvrières aux Philippines et en Thaïlande, puis 253 en Suisse, à Deisswil (Berne). Triumph ne se distingue pas du commun des multinationales : partout, on licencie, on précarise, on baisse les salaires, on transfère les coûts sociaux sur les collectivités publiques (ou sur la charité privée), on détériore les conditions de travail, on affaiblit les protections de la santé, on s'attaque aux droits syndicaux. Mais si en Suisse il est (encore) possible de négocier des plans sociaux, aux Philippines, les ouvrières licenciées le sont sans filet, et se retrouvent à la rue, malgré les obligations légales et les appels à le négociation. Et contre le syndicat des ouvrières du textile, c'est la police qu'on envoie. Le SOLIFONDS (www.solifonds.ch) participe au soutien aux ouvrières du textile aux Philippines et en Thaïlande, et à leurs syndicats.

John Cheever n’a pas son pareil... par Antonin Moeri
...(si ce n’est Carver qu’il influença beaucoup) pour mettre en scène les dérapages verbaux. La vie terne des petits bourgeois qu’il croque (il est imbattable pour décrire le profil, la silhouette ou les manies d’un personnage), cette vie morose devient tellement insupportable que le vase doit déborder. Cheever adore pousser ses personnages à bout. Je ne sais si cette attitude est à conseiller dans la vie de tous les jours mais, littérairement, c’est fort. Le personnage a le sentiment alors de se dresser “à la proue d’un immense paquebot”. Dans “Les malheurs du gin”, une gamine (Amy) observe attentivement le comportement des adultes.

Hitzfeld oder nicht? par Arnaud cerutti

L'autopromo, drôle de boulot... par Béatrice Deslarzes
Non seulement il faut des mois voir des années pour créer et produire quelque chose mais lorsque le "travail" parait terminé il reste à faire toute la promo des ses oeuvres....comme c'est pénible et surtout très ingrat si on est pas "pistonné" ou que l'on ne fait pas partie d'un cercle de privilégiés VIP ou PEOPLE..... C'est exactement ce qui m'arrive après la sortie de mon livre "Rebelle malgré moi" et du CD "Rebelle remixed" dont j'essaye presque vainement de faire la promo!

A la recherche du Nautilus… par Fred Oberson
Depuis l’époque où le Nautilus sillonnait les mers, faisant la chasse aux aventuriers, semant la panique parmi les équipages, nous avons décidé, nous, capitaine et moussaillon, de renouveler l’aventure de la frégate Abraham Lincoln. A bord de notre frêle esquif, notre sloop Gingembre portant pavillon helvétique, un signe de neutralité… nous avons parcouru l’Atlantique tout au long du Gulf Stream dans l’espoir de rencontrer le capitaine Nemo. Notre point de départ, notre démarche se situe dans la baie de Lorient.

Des Voix Noires au MontJoux Festival par Gorgui Ndoye
Youssou Ndour, Julien Marley, Lokua Kanzah

Deux hommes, l’Elysée, la mort par Pascal Décaillet
C’est un livre troublant que je viens de lire ce week-end, fort bien écrit par ma consœur du Monde Raphaël Bacqué, une histoire d’amour et de dépit, avec au bout du chemin le suicide. Mais, s’il est fréquent que des humains mettent fin à leurs jours, il est un peu plus insolite, vous en conviendrez, qu’on retourne contre soi-même un 357 Magnum Manurhin en étant à l’Elysée, à quelques mètres du Président de la République ! C’est pourtant ce qui se produit le 7 avril 1994. Le suicidé s’appelle François de Grossouvre. Le Président, François Mitterrand. (...) Etrange histoire, racontée avec talent. Se lit comme un roman. Le roman de deux hommes autour de la mort.

Arbitrage vidéo: les 4 mauvaises raisons de Sepp Blatter
par John Goetelen 
Les deux grosses fautes d’arbitrage de dimanche au Mondial ont fait le tour d’internet. Ces fautes sont très visibles sur le ralenti à la télé. Personne n’est infaillible, pas même les arbitres.

Promotions à Compesières par Paul Despraz
Pour la banquet, il est prévu 40 litres de vin rouge et du pain... le chaier des charges ne parle pas de sirop, ni d'eau, mais des fournitures du mât de cocagne. Extrait des archives de la commune de Bardonnex de 1887... En 2010, si on décidait d'installer un mât de cocagne, la moitié de la République serait mobilisée pour assurer la sécurité...

Mon marathon de président de Meyrin par Laurent Tremblet
Lundi 21 juin, le Conseil Administratif reçoit la population à l'aula de l'Ecole des Boudines afin de lui présenter le futur quartier des Vergers. Peu de monde au début, malgré le quart d'heure vaudois mais finalement un grand succès. Un auditoire attentif et quelques questions intéressantes qui démontrent d'une part l'attachement des Meyrinois au développement contrôlé de la cité et qui confirment d'autre part le réel besoin de logement, non seulement dans le canton mais plus particulièrement à Meyrin.
mardi 22 juin, j'ai participé avec beaucoup d'intérêt à l'Assemblée Générale du Club des Patineurs, section Hockey. Je me plais à relever l'incroyable défi relevé par un comité tout neuf en seulement une année: reprendre un club en sérieuse difficulté financière et le mener aux chiffres noirs! Cela bien sûr en ne comptant pas les heures de présence et de travail du comité mais aussi en menant une stricte politique des dépenses. Bravo et chapeau bas, Madame la Présidente!
Mercredi étant réservé à la Commission d'urbanisme, mobilité et logement que j'ai le plaisir de présider pour sa dernière soirée avant la pause estivale.
Vendredi, une double activité avant de penser un peu au week-end et à ma famille. En fin d'après-midi tout d'abord, avec l'inauguration du jardin potager de l'association Transit, au coeur du village, en bordure de la route de Meyrin. Un rêve d'offrir un lieu différent à des jeunes en rupture afin de leur permettre de faire quelque chose de leur temps et de pouvoir, peut-être faire naître une nouvelle passion. Allez-y, il se veut ouvert par ses concepteurs et lieu de rencontre. En début de soirée, nous avons eu le plaisir de rendre aux enfants de l'avenue de Vaudagne une nouvelle place de jeux. L'arrivée du tram à son nouveau terminus avait en effet condamné l'ancienne. C'est une belle réussite qui est le fruit d'une action citoyenne menée par les services de Madame la Maire et une équipe de mamans qui voulaient participer, à leur manière, à la vie de leur quartier.
Samedi, 'aurais pu encore aller soutenir l'équipe de Meyrin lors du Grand Prix des villes sportives, à Ovronnaz. Mais l'invitation étant arrivée un peu tardivement, il m'était difficile de changer mon programme familial du week-end et je le regrette sincèrement. Meyrin étant la seule ville ayant participé à TOUTES les éditions (et c'était la 22ème édition!), j'aurais eu plaisir à me joindre à eux.

Commentaires

  • Je me suis amusé pendant un certain temps à me mettre dans la peau d'un débloggeur de certitude, c'est à dire que je ne suis intervenu que dans des sites dont je ne pouvais manifestement pas souscrire aux points de vue exprimés. Par mon éducation j'ai plaisir à contredire à argumenter en espérant qu^à travers la controverse,l'analyse des opinions ,une sorte de mini-débat puisse avoir lieu , je renonce désormais à toute forme d'intervention après avoir été censuré -insulté après avoir vu mes propos tronqués manipulés par des auteurs peu scrupuleux . Cela ne me parait finalement pas si grave , par contre j'ai rencontré des commentateurs ouvertement racistes -homophobes -xénophobes et j'en passe. La Tribune de Genève doit tout de même se rendre compte qu'elle sert d'hôte à des blogs voyous qui abritent des intervenants dont les commentaires sont proprement intolérables et constituent une insulte à la raison.La seule réforme que je peux envisager pour mettre un terme à ce qui n'est plus une tribune mais une foire d'empoigne grotesque est d'exiger la fin des commentaires anonymes.

Les commentaires sont fermés.