30 juin: 1300 nouveaux logements à Saint-Julien

Imprimer

St Julien Chabloux google.jpgDans le registre des blogs citoyens, ceux que l'on qualifie aussi - improprement - de journalisme citoyen, plusieurs blogueurs font la course en tête. Parmi eux, Antoine Vielliard, travailleur frontalier dans une multinationale genevoise et conseiller municipal à Saint-Julien-en-Genevois. Son blog Porte-voix est bien sûr un blog d'opinion, mais l'élu a le souci d'étayer ses points de vue d'informations fiables.

Aujourd'hui en une phrase, il résume le paradoxe du développement urbain du grand Genève. Son billet s'intitule De Chabloux aux Cherpines : 24 heures qui détruisent la qualité de vie de tous le Genevois franco suisse.

Egalement blogueur citoyen est Haykel Ezzeddine qui nous livre sa galerie photos de La fête des écoles enfantines.

[Cliquez sur les titres pour accéder aux blogs et sur les images pour les agrandir.]


St Julien Chabloux urbanisme.jpgDe Chabloux aux Cherpines : 24 heures qui détruisent la qualité de vie de tous le Genevois franco suisse par Antoine Vielliard
Ce mercredi a eu lieu la pose de la première pierre du quartier de Chabloux à Saint-Julien. Environ 1300 logements. Plus de logements dans un seul quartier de Saint Julien qu’il ne s’en est construit dans l’ensemble du canton de Genève au cours de toute l’année 2009. (...) A peine quelques heures plus tard, demain jeudi 1er juillet, le Grand Conseil Genevois devra se prononcer sur le déclassement des Cherpines. Le PS, les Verts et l’UDC ont l’intention de s’y opposer. Le Grand Conseil votera vraisemblablement ce déclassement mais ces oppositions pourraient nourrir le refus en vote populaire. Si le déclassement des Cherpines étaient refusées ce serait 3000 logements en moins soit 3000 voitures en plus, soit 12 kilomètres de bouchons supplémentaires. Cela réduirait à néant l’effort de construction fait par Saint-Julien (et bien au delà).

Pully: OGM attaqués à l'herbicide par Julien Sansonnens
Il y a quelques jours, le champ expérimental OGM de Pully a été attaqué à l’herbicide par des inconnus. Une belle réponse, nécessaire et légitime, à ces expérimentations d’apprentis-sorciers préparant la privatisation du vivant sous couvert de recherche scientifique. Le tout, bien entendu, se déroulant sous le regard très intéressé des multinationales de l’agro-chimiques, lesquelles sont d’ailleurs - comme ne cessent de le dénoncer les opposants - partie prenante au projet via les mandats privés du Prof. Gruissem. (...) "Stupidités névrosées, commente Steeve. Ces essais d'OGM n'ont pas le but d'imposer ceux-ci à la population qui d'ailleurs à juste titre se montre méfiante à ce sujet ! Ces essais ont pour seul but de disposer (enfin) de données scientifiques neutres sur le sujet histoire de ne pas se laisser manipuler par les grande manufacture telles que SYngenta et Monsanto."

Mister Suisse discourra au Grütli. Shocking?! par JF Mabut
Un billet clin d'oeil dans lequel j'évoque la partité hommes femmes, dont la Constituante débat ce jeudi après-mici au CICG en séance publique et que je suivrai en direct pour la Gazette de la Constituante dès 14 heures.

"La veuve du Christ" par Jean-Michel Olivier
Sylvie Sprenger (née à Lausanne en 1977) aime les livres brefs et intenses. En général une centaine de pages. Chapitres courts, aérés, où l'écriture cherche à décrire une blessure essentielle. Souvent inavouable. Toujours secrète. C'était le cas de Vorace, son premier livre, paru en 2007, porté sur les fonts batismaux par Jacques Chessex, et loué par la critique française. Ça l'était également pour Sale fille, paru il y a deux ans. Le tout nouveau roman d'Anne-Sylvie Sprenger pourrait d'ailleurs s'appeler Sale type, tant il s'inscrit dans la continuité des précédents. Mais il s'appelle La Veuve du Christ*. Titre à la fois lumineux et provocateur.

L'Espérance, c'est autre chose par Hermann – Josef Venetz (traduit et cité dans Katutura par Claire-Marie Jeannotat)
L’optimiste  comme le pessimiste se dit être réaliste. Il voit les choses de son « Point de Vue ». Il a aussi de bonnes raisons  d’exprimer ses idées sans pour cela se faire reprocher l’inexpérience ou la naïveté. Il faut prendre au sérieux son point de vue, lequel est vérifiable et acceptable. Il a de bonnes raisons d’apprécier avec optimisme le développement économique de la Suisse. Il a également de bonnes raisons d’être pessimiste face au développement commerciale de la Suisse. Il est aussi possible que demain tout soit différent. (...) Mais l’espérance, c’est autre chose.  C’est « l’envers » de l'optimisme et du pessimisme...

Sept ans à Genève, c'est court! par Guy Mettan
(...) Vous avez mis 7 ans pour lancer ce projet. C’est un peu plus que les sept jours qu’il a fallu pour créer le monde. Mais pour Genève, c’est plutôt court ! (...) Extrait du discours prononcé à l'occasion de la pose de première pierre du centre de formation dela Fondation Avenir Bâtiment à Pont-Rouge le 24 juin 2010.

L’anonymat sur l’Internet: un débat en ligne par Daniel Cornu, médiateur des journaux Edipresse
Le dépôt en France d’une proposition de loi sur la suppression de l’anonymat des éditeurs de sites en ligne et en particulier des blogueurs a provoqué un vif débat parmi les internautes. La page du médiateur en a fait état dans un précédent billet. De plus, un commentaire du médiateur a été mis en ligne à la suite d’une note publiée sur le blog La plume d’Aliocha, tenu par une journaliste française qui a débuté sa carrière dans le métier d’avocat et qui s’intéresse aux pratiques du journalisme et à ses normes déontologiques. Ce commentaire a suscité des réactions de la part d’Aliocha, mais aussi d’internautes familiers de ce blog. Une discussion s’est engagée, dont il paraît intéressant de restituer les aspects principaux. Quelques passages contenant des propos plus personnels ou circonstanciels ont été supprimés; l’intégralité des échanges figure sur La plume d’Aliocha.

Italie les "Bamboccioni" par Gloria Antezana
Voilà une analyse sur la société et mentalité italienne actuelle,que j'ai traduit pour vous, et que je trouve fort intéressante..

Michel Legrand, le mélodiste du bonheur
par Christian Brunier
Nous sommes scotchés dans nos fauteuils, au BFM de Genève, par le mélodiste du bonheur : Michel Legrand. Du haut de ses 78 années, fringant, ce musicien de génie est entouré d’un bon big band et des jeunes musicien-ne-s de l’Orchestre symphonique de la Haute Ecole de musique de Lausanne. (...) Je reste abasourdi par le duo qu’il interprète avec le saxophoniste Georges Robert, un air hyper technique et d’une beauté exceptionnelle écrit par Michel Legrand pour son ami Phil Woods. De la grande, très grande musique !

La fête des écoles enfantines par Haykel Ezzeddine
Quel bonheur! Quelle insouciance! Quel plaisir de voir tous ces enfants entre maîtres et maîtresses. Des souvenirs d’enfance réapparaissent. Un pan de ma vie passe en un éclair.

Quelle belle mort! par Béatrice Deslarzes, Médecin et ancienne vice présidente d'Exit
Aujourd'hui j'ai très envie de ne pas trop participer aux louanges (par ailleurs méritées) que tout le monde prône suite à la disparition de Nicolas Hayek mais d'oser philosopher sur cette mort subite que j'ose appeler belle.

100 millions pour le « marché de l’art ? » par André Langaney
Les collections privées et les musées occidentaux détiennent des objets volés ou acquis dans des conditions déloyales. Reliquaires, statues, fétiches, masques, objets archéologiques deviennent, à l’export, objets d’art négociables. La mode des Arts dits primitifs ou premiers a fait monter les cours d’un commerce souvent illégal. Faciles à transmettre, cet « art » permet spéculations et trafics, du pillage sur le terrain à la fraude sur les successions. Il fait les fortunes illégitimes de ses négociants. Dans ce domaine, la Suisse occupe une place privilégiée, très appréciée par le « marché de l’art ».

Les templiers
par Danielle Bertola
Si vous avez regardé "Joséphine" à la télévision, vous aurez ri de ses aventures dignes des "Visiteurs" dans son retour au Moyen-Âge. Mais la fin du film, où elle retrouve le trésor des Templiers, laisse perplexe. Comme il se trouve dans un château (l'histoire est fictive, bien sûr), il revient à la famille mais..... ne devait-il pas revenir aux "héritiers" des Templiers? Voici un extrait d'une recherche de Philippe Ritter intitulée des Templiers aux Chevaliers de Malte:

17 Tamouz, jour de jeûne par Rose Tel Aviv (nom connu de la rédaction)
Ce mercredi est le 17 tamouz. Cette date est deux fois délicate car elle ouvre une période qui ira jusqu'au 9 Av (mois d'av) un autre jeûne du calendrier hébraïque. Il y a plusieurs jeûnes rabbiniques en plus du célèbre Yom Kippour (lui noté dans la Torah), donc la différence essentielle de ces jeûnes c'est qu'il est ordonné par les rabbins, pas par la Torah. ce jeûne est un rappel de plusieurs malheurs qui arrivèrent au peuple juif. Le premier c'est le jour oû les tables de la Loi tombèrent? des mains de Moïse, voyant les hébreux qui avait fabriqué le veau d'or. Donc c'est un rappel de la faute du Veau d'or. Il y a eu quatre autres malheurs qui se passèrent le 17 Tamouz et qui vous le constatez font cinq malheurs comme les livres de la Torah.

Mato Grosso, la police met un terme à un important trafic illégal de bois par Bernard Comoli

“Tocar y luchar” par Daniele Bianchi
J’ai eu la chance de voir un documentaire sur le projet “Tocar y luchar” (jouer de la musique et lutter) au Vénézuela. Pour lutter contre la délinquance et la criminalité, l’idée a germé d’enseigner la musique et de créer des orchestres d’ enfants quel que soit leur quartier. Le projet “Tocar y luchar” était né.

On parle de sa maladie : la sclérose en plaque
par Djemâa Chraïti
Dans sa petite voiture électrique, elle se promène, une belle  femme au regard bleu-vert, il y a une force dans sa façon de vous observer qui donne envie de s'arrêter un moment et de  discuter avec elle. Je me  poste, sans hésiter,  devant elle et entame la conversation.  Sans détours, on parle de sa maladie : la sclérose en plaque.  Elle raconte le choc pour elle qui était une sportive de haut vol, les renoncements, une vie qui se rétrécit chaque jour davantage en peau de chagrin. (...) La très tendre  femme m'embrasse et me dit vous voyez , il n'y a jamais de hasard, nous devions nous rencontrer et  pourquoi alors ne pas se réjouir de la vie ?

Commentaires

  • On dit comment "cages à lapins" en bas-savoyard?

  • @Dominiquedegoumois,

    Vous trouverez des photos de ce futur quartier en construction à l'adresse suivante :
    http://www.trouver-un-logement-neuf.com/immobilier-neuf/4807-investissement-30010.html

    Ce nouveau quartier pourrait être qualifié d'écoquartier, mis à part sa connexion aux réseaux de transports en commun.

    Cordialement,

    Antoine Vielliard

  • @dominiquedegourmois: et comment dit-on "se moquer du monde" en genevois?

  • Rose Tel Aviv (nom connu de la rédaction)????????????????????????

    Cette dame a un privilège bien particulier! ça nous fait une belle jambe que le nom soit connu de la rédaction...! N'est-ce pas vous qui avez écrit une fois que seuls ceux qui dévoilent leur identité seront cités dans la websine????? Pas de favoritisme si vous ne voulez pas que les gens se fasse de drôles d'idées sur vous!

  • C'est pourtant FTELINA qui est le plus connu!

  • A propos de Mr. Ftelina:

    Mohamed FTELINA

    Nom: FTELINA

    Prénom: MOHAMED

    Age: 34 ans

    Adresse: B.P : 120, Hassi Bahbah 17002 DJELFA, ALGERIE

    Téléphone: +213 7 72827044

    E-MAIL: lamartine_05@yahoo.fr

    Profession: Enseignant

    Niveau: Licence en L.L arabes

    Magistère en L.L arabes/ option: etudes critiques et littéraires

    (Algérie)

    Et vous "ROSE"???????????????????

  • Je précise que ce n'est pas Mr. Ftelina qui a écrit ce message mais quelqu'un qui ne supporte pas les traitements de faveurs!

    Lui, en tant que blogueur n'a pas eu peur de dévoiler son identité, mais il n'a pas pour autant les privilèges dont vous bénéficiez, Rose!

Les commentaires sont fermés.