4 janvier: apprenti boucher, c'est immonde!

Imprimer

boucher.jpgComme la circulation en ville, l'activité des blogs reprend peu à peu.

Je retiens aujourd'hui dans ma revue des blogs le billet de Martine Roset. Il s'inscrit dans un des débats qui sans doute animeront l'année 2011: l'enseignement.

Sur le même thème, André Duval dénonce le programme du PSS. John Goetelen n'aime pas non plus l'idée socialiste de la fin des parents biologiques. Tout tourne autour de l'idée récurrente: qu'il faudrait soustraire les enfants à l'influence de leurs parents pour en faire de bons citoyens.

On lira dans la foulée le billet de Rémi Mogenet qui nous raconte la vie de Jean-Henri Fabre, enseignant rejetté à la fois par les "formateurs" des deux bords... Rien n'est simple.

Un cri des jeunes de Gaza sur Facebook ! par Carol Scheller Un article dans The Observer du 2.02.2011 donne la voix à des jeunes de Gaza qui désirent ardemment une vraie « Bonne Année ». La révolution passera-t-elle par Facebook ? Nous avons intentionnellement laissé le ton qui est parfois à la limite de la vulgarité. C’est ainsi qu’ils l’on voulu pour montrer leur intense révolte.

La droite genevoise et les indulgences par Pascal Holenweg Dans un monde où l'argent plus encore que roi est dieu, et où l'« économie » est érigée en théologie, il n'y a au fond rien de paradoxal à retrouver dans les pratiques fiscales de vieilles et solides pratiques religieuses. Ainsi de celle des Indulgences. On attribue au dominicain Johann Tetzel, chargé en 1516-1517 de vendre les indulgences au nom de l’archevêque de Mayence, lui-même intéressé à cette vente par une commission de 50%, le slogan : « Sobald das Geld im Kasten klingt, Die Seel'aus dem Fegfeuer springt » (aussitôt que l'argent tinte dans la caisse, l'âme s'envole du Purgatoire). Remplacez le Purgatoire par l'administration fiscale, et vous aurez le slogan de la campagne que devrait mener, si elle était capable de sincérité, la droite genevoise pour faire avaler aux contribuables scrupuleux son projet d'amnistier les contribuables fraudeurs.

Pikerepike par Danielle Bertola Merci Pikereplik de nous avoir fait connaître le site de Chapatte! et l'Ossétie, et Nairobi et tant d'autres bandes dessinées, plutôt sombres mais non dénuées d'humour. Autres bande dessinées "historiques", celles de Giacomo en 10 tomes avec, en particulier, l'heure qui tue ou la réparation de l'horloge de la Place Saint-Marc...

Une idée moderne: la fin des parents biologiques par John Goetelen On n’arrête pas le progrès. Les socialistes français ont dans leurs institutions internes un sorte de caverne d’Ali Baba: le laboratoire d’idées. Et l’une des idées qui y a germé - hors sol probablement - est la fin de la parentalité biologique. (...) Confier définitivement mes enfants à des parents artificiels, «hors-sol», sorte de PGM (parents génétiquement modifiés), non merci. L’engagement moral, affectif, légal, renforce la filiation biologique, elle ne la remplace pas. Je suis d’ailleurs surpris de voir que Serge Hefez, psychiatre intelligent et engagé auprès des hommes, ait fait partie de l’élaboration de ce projet.

Il faut sauver les chrétiens d'Orient par Vincent Garin (...) Mais que faire me direz-vous ? Il est tout d’abord possible d’aider financièrement les associations présentes sur le terrain allant à leur rencontre comme l’œuvre d’Orient. Il est également possible de prendre part à la manifestation initiée par la Fondation de l'Entre-Connaissance et son directeur Hafid Ouardiri qui devrait s’organiser ce jeudi soir à Genève. Alors que nos amis chrétiens orientaux s’apprêtent à fêter Noël ce vendredi 7 janvier, accompagnons-les également de nos prières.

Les banlieues, zone de non-droit ? par Maurice-Ruben Hayoun Je pense que certains d’entre vous ont pu regarder sur Canal + lundi soir, à partir de 20 heures 50 le reportage sur les trafics d’armes, de drogue et de voitures volées. Incroyable, inimaginable ! Le journaliste et son cameraman ont rencontré de dangereux délinquants qui, dans la vie civile, mènent une paisible vie de famille, font la cuisine le dimanche pour leurs enfants, vont les chercher à l’école, lordqu’ils ne jouent pas aux go faster sur l’autoroute menant de Seine Saint Denis à la Hollande… Quand on finit de voir ce reportage saisissant à tout point de vue, on se demande vraiment : mais que fait la police ?...

Une euphorie printanière par Thomas Veillet Quel départ !!! On est vraiment partis sur les chapeaux de roues, de la folie. Autant la fin d'année avait été très intéressante, autant le début 2011 commence en fanfare et il ne va pas falloir traîner si l'on décide que c'est l'année des actions... Et puis nous sommes en janvier, le mois durant lequel on aime bien jouer tant avec les statistiques qu'avec les citations. En termes de citations, la plus populaire du mois est en général : « as goes January, so goes the year ».. En gros, si janvier est bon, le reste sera bon. Ça commence plutôt bien, mais si l'on regarde 2010, on verrait qu'il y a 12 mois, on a perdu 3.7% durant les 30 premiers jours de l'année... Ok, pour cette fois, on va dire que c'est l'exception qui confirme la règle.

Un apprentissage? Mais vous n'y pensez pas... par Martine Roset Maman d’un ado de 14 ans en section B du CO, j’ai eu, il y a quelques mois, une conversation ahurissante avec sa maitresse de classe. Lenseignante m’a demandé d’épauler mon fils, afin qu’il puisse poursuivre des études (comme si je me tournais les pouces depuis 8 ans !). Quand je lui ai affirmé qu’il me semblait plus adéquat de le guider vers un apprentissage, voici sa réponse : - Quoi, Madame, vous n’avez pas plus d’ambition pour votre fils? Un un apprentissage? Vous n’y pensez pas ? Cerise sur le gâteau, quand je lui ai dit que mon fils envisageait un apprentissage de boucher, elle s'est écriée - Comment, boucher, pour apprendre à tuer des animaux mais c’est immonde… Ce à quoi je lui ai rétorqué que tant qu’on mangerait de la viande, mon fils était assuré d’avoir du travail, ce qui n’était pas forcement le cas de tous les universitaires que l’on formait ! Suite à cet échange, je me pose sérieusement les questions suivantes...

Jean-Henri Fabre et l'esprit des insectes par Rémi Mogenet Jean-Henri Fabre est un excellent écrivain qui a étudié avec poésie les insectes et écrit des odes en provençal, en son temps. Il a eu du succès, et comme il était assez libre de ton, il a commencé par devoir démissionner d'un poste de professeur de lycée qu'il occupait, parce que ses développements sur la sexualité des guêpes avaient choqué des mères de famille liées au clergé local. Mais comme il était également assez libre de ton pour rejeter le matérialisme ambiant et voir dans la nature des impulsions qui touchaient à l'esprit, à l'âme des choses - dans une ligne assez fidèle à Rousseau, somme toute -, il a ensuite été rejeté par les inspecteurs de l'Éducation nationale, qui ont déconseillé l'étude de ses livres en classe, parce qu'ils étaient objectivement considérés comme support de l'Église pour les fréquentes allusions spirituelles qui s'y trouvent. Tels sont les génies...

Meilleurs voeux des Actualité internationale et cabindaise par Justino da Oliveira Bango (...) Pour votre information, nous ne sommes pas des journalistes mais une équipe de bénévoles qui ont décidé d'écrire des articles critiques en ayant pas peur de dévoiler certains secrets, contrairement à d'autres journalistes, qui n'ont pas réellement de libre expression....

La laïcité selon Pena-Ruiz par Tristan Zimmermann Henri Pena-Ruiz, membre de la commission Stasi sur la laïcité dans la République, s’est récemment exprimé en affirmant que la gauche ne devait pas laisser les vertus de la laïcité à la droite. La vision de la laïcité de Monsieur Pena-Ruiz est une vision négative ou selon ses dires ne requiert aucun qualificatif puisqu’elle est la seule laïcité qui vaille. En effet, les notions de « laïcité ouverte » ou « positive » sont contraires selon lui à l’esprit laïc.

En 2011, le PSS va faire fort par André Duval (...) Instaurons des pouponnières étatiques ainsi que des centres d’éducation obligatoires. Des puéricultrices bien formées y seront chargées de nourrir tous nos marmots du même lait, de les munir des mêmes couches et des éducateurs triés sur le volet de leur inculquer la même éducation de base jusqu’à 4 ans… Le PS est sur la bonne route. Faisons encore un effort et exigeons donc de l’Etat la prise en charge de tous les enfants et ceci dès leur naissance.

 

 

Commentaires

  • Dommage que les commentaires du blog de Martine Roset soient fermés...mais pour quelle raison?

Les commentaires sont fermés.