Les médias aident-ils l'UDC? Ou noient-ils le poisson?

Imprimer

politblog 8 mars 11.jpgLa première partie de la question - "Les médias aident-ils l'UDC?" - c'est Res Strehle, corédacteur en chef du Tages Anzeiger qui l'a posée dans un article publié dans Politblog le 28 février. 376 commentaires (600 signes maximum) ont été postés à ce jour. Dont deux en français. Politblog - une initiative éditoriale de la nébuleuse TA-Media - débarque dans le monde romand et doit encore faire sa place au soleil.

Quatre billets plus tard et la première publication d'un non journaliste, celle de l'UDC Lukas Reimann - ce qui tend à répondre oui à la question initiale... - le nombre de commentaires tourne autour de 100 à 200 et toujours deux ou trois rédigés en français. Même la prose du réd en chef de 24 Heures (traduit en allemand sur les sites alémaniques) n'a pas suscité de commentaires de ce côté-ci de la Sarine. [cliquer sur l'image pour l'agrandir]

Il est sans doute un peu tôt pour en tirer une conclusion. Mais il est vrai que les Suisses alémaniques sont plus actifs sur la toile que les Romands. Trop beau sous nos cieux? Trop peu d'intérêt pour la chose publique. De quoi conforter le portrait des Welschs dilettantes?

Parmi les commentateurs francophones, il y en a un qui revient dans tous les articles. Il s'agit de Raphaël Mahaim, député vert au parlement vaudois. On trouvera son point de vue dans le document joint. J'ai en effet extrait l'avis des rares Romands tant il est "mühsam" de jouer de la roulette pour superviser les centaines de commentaires postés dans Politblog.

Certes, le sens de Politblog est de créer une communauté transsarinienne en cette année d'élections fédérales, mais le tsunami des commentaires allemands noient totalement la production romande. Il serait bon d'installer une option permettant de ne lire que les commentaires français.

Il convient ici de remarquer que la Tribune enregistre entre quatre et huit cents commentaires par jour sous les articles publiés dans www.tdg.ch et les blogs hébergés à l'adresse http://blog.tdg.ch. Le forum des blogs est une offre originale des journaux Edipresse. Le forum de la Tribune compte plus de 250 blogs actifs dont l'audience cumulée dépasse quinze mille visiteurs par jour ouvrable.

La noyade c'est ce qui menace les internautes

Ce qui me permet de rebondir sur une étude dont Martine Lamunière se fait l'écho dans Idéespresse no 327, la feuille interne de veille sur les TIC. Elle attire notre attention sur le propos de Herbert Simon, théoricien de l'économie de l'attention:

C'est le grand atout d'internet, c'est aussi sa faiblesse: sa capacité de stockage est sans limites, on peut faire entrer autant d'infos qu'on le souhaite sur un seul site. Certes, mais comment faire pour ne pas être noyé, pour que l'essentiel soit lu? Comme l'écrit Herbert Simon, théoricien de l'économie de l'attention (oui, ça existe...), «ce que l'information consomme est assez évident, elle consomme l'attention du destinataire. Ainsi, une richesse d'informations crée une pauvreté d'attention». Face à un trop-plein d'informations, explique-t-il, l'internaute utilise l'essentiel de ses capacités cognitives à sélectionner de l'information pertinente plutôt qu'à se concentrer sur le contenu lui-même. On peut toutefois essayer de modérer cette «surcharge informationnelle», avec un design du site approprié. Quelques suggestions reprises d'un papier intitulé «Trop d'info tue le web» sur Journalisme.info :

  • La vieille règle de la presse écrite, qui veut qu'un bon papier de Une soit placé au-dessus du pli du journal, vaut toujours pour internet. Les bons sujets doivent rester en tête de page, ne pas être systématiquement poussés vers le bas en cours de journée par des news plus récentes.
  • Si les sites de presse traditionnels gardent en majorité une présentation verticale, on observe une tendance au modèle horizontal, avec des pages «basées sur l'écran», qui s'adaptent à la taille du support. Le modèle horizontal permet de passer rapidement d'une information à l'autre, facilitant la lecture et la navigation. C'est celui choisi par la plupart des éditeurs pour les applications iPad. Passer d'un mode d'organisation vertical à un mode horizontal favorise un meilleur tri de l'information.
  • Autre problème qui pénalise la lecture et l'articulation de l'information: la diversion. Soit la publicité ou les informations non pertinentes qui accaparent notre attention et demandent un tri supplémentaire. Sur l'écran, la publicité semble plus intrusive que sur le papier: elle s'impose, clignote, attend un clic, ne serait-ce que pour fermer la fenêtre apparue. Mais il sera difficile de prêcher la discrétion aux annonceurs...

 

Les commentaires sont fermés.