25 avril: Dire que toute la Plaine de l'Aire sera bétonnée est faux !

Imprimer

pisier.jpg"J'aimais bien Marie-France Pisier. Souvenir, écrit Christian Brunier. J'en parle un jour à mon pote, l'artiste Jean-Luc Bideau. Scié, il m'avoue qu'il va prochainement tenir la scène avec elle, pour un échange théâtral de correspondance..."

Le président des Verts'Libéraux, Laurent Seydoux, a perdu la bataille de la Mairie de Plan-les-Ouates, il n'entend pas perdre le déclassement des Cherpines. Dont les enjeux sont tellement nombreux et multiples, que l'alliance des neinsagers pourrait bien l'emporter. Dire que toute la Plaine de l'Aire sera bétonnée est faux, écrit-il sur son blog. La droite serait-elle à Genève aussi arrogante que le dénonce Philippe Barraud en Pays de Vaud sur les prestations complémentaires familiales?

La droite est-elle au bout du rouleau? Son modèle, l'Amérique, ne l'est pas, affirme Pierre Kunz.

... Ma chaîne météo par Didier Ulrich La sécheresse sévit plus que jamais en Suisse romande et aucune amélioration n'est prévue pour ces 10 prochains jours (...) Je profite de ce calme météorologique pour vous présenter ma chaîne YouTube : les vidéos d'un météorologue. Vous y trouverez quelques vidéos qui vous rappelleront que le ciel peut être parfois d'une autre couleur que bleu.

... Dire que toute la Plaine de l'Aire sera bétonnée est faux ! par Laurent Seydoux Le déclassement de 58 hectares des Cherpines-Charrottons, coincés entre une zone industrielle et une autoroute, équivaut à 13% des 450 hectares de l'ensemble de la Plaine de l'Aire. Un peu moins de la moitié de cette surface à déclasser est occupée par des agriculteurs, le reste par des habitations, des entreprises diverses comme des carrosseries, un marbrier, un Garden-Center, etc. Les 400 hectares restants de la Plaine de l'Aire qui sont notamment en zone agricole spéciale, donc prévus pour du maraîchage, peuvent tout à fait accueillir les exploitants agricoles à déplacer. Ceux-ci auront même la possibilité de produire plus et mieux. En effet, cette zone est pour l'instant sous-utilisée, voire mal exploitée. Il n'y a qu'à constater les gazonnières qui y fleurissent...

... Salut à Marie-France Pisier ... par Christian Brunier L'actrice, réalisatrice et femme engagée Marie-France Pisier est morte ! Elle était brillante sur les planches et sur le grand écran, et était généreuse dans ses combats pour davantage de libertés. J'aimais bien Marie-France Pisier. Souvenir : J'en parle un jour à mon pote, l'artiste Jean-Luc Bideau. Scié, il m'avoue qu'il va prochainement tenir la scène avec elle, pour un échange théâtral de correspondance.

... Avril 1915 - avril 2011 : nier l'évidence du génocide arménien ? par Pascal Holenweg Il y a 96 ans, en avril 1915, était déclenché dans ce qui était encore l'Empire Ottoman, le premier génocide du XXe siècle, que l'on s'en tienne à la chronologie calendaire qui fait commencer ce siècle le 1er janvier 1901, ou que l'on adhère à la retrospection historique, qui le fait commencer au déclenchement de la Grande Guerre, en 1914. La Ville de Genève a décidé, sur mandat de son Conseil Municipal unanime, d'ériger sur la Promenade Saint-Antoine une installation commémorative, non seulement du génocide des Arméniens, mais aussi des relations séculaires de Genève avec l'Arménie -Genève ayant notamment été le lieu où se sont créées ou structurés deux des principaux mouvements politique d'émancipation de l'Arménie, le Dashnak et le Hintchak. Ce geste de la Ville n'a pas été du goût d'une association négationnisted turque, qui tempête depuis des semaines et tire toutes les sonnettes...

... Dégradations des conditions de vie par Charly Schwarz (...) Tant que l'offre politique, de droite comme de gauche, ne fera pas l'effort d'intégrer cette réalité à son diagnostic, les rangs des sympathisants du MCG et de la Lega ne pourront que grossir et voir l'émergence de ces partis dans d'autres cantons.

... Arrogance et mépris de la droite par Philippe Barraud Etre de droite ne signifie pas mépriser les pauvres. C'est pourquoi la droite politique vaudoise devrait se distancer clairement de la campagne des milieux patronaux contre les «PC familles», objet de la votation du 15 mai. En effet, cette campagne est indigne. Comment ne pas être choqué des affiches brutales du comité référendaire, qui ose reprendre la rengaine selon laquelle les chômeurs, et les pauvres en général, sont des paresseux qui ne veulent pas travailler? En ce sens, accuser une mère célibataire, qui se débat dans des difficultés inextricables, de paresse, parce qu'elle ne peut pas travailler à 100%, est  indécent. Et les remèdes proposés - «la formation» ­-, sans plus de détails, ne le sont pas moins: comme si quelqu'un qui n'arrive pas à payer ses factures, malgré son travail, pouvait encore distraire du temps et de l'argent pour une hypothétique «formation».

... Blocage des fonds des potentats: et si l'on refusait d'abord leur dépôt? Par Jean-Daniel Delley Gbagbo et Ben Ali en janvier, Moubarak et Kadhafi en février, le Conseil fédéral n'a pas hésité à ordonner le blocage des avoirs de ces dictateurs et de leur entourage déposés en Suisse. Pour ce qui est du «guide» libyen, la décision a même précédé celle du Conseil de sécurité. Mais il n'y a pas là de quoi pavoiser. Dans la dernière livraison de son magazine Solidaire, La Déclaration de Berne montre que ces coups d'éclat dissimulent mal le caractère déficient du contrôle préalable de l'origine de ces fonds par les établissements bancaires et du processus de restitution des avoirs illicites aux populations spoliées.

... Franz Weber: deux, Lavaux: zéro? Par Jean-Christophe Schwaab Le Grand Conseil s'apprête à examiner la révision de la Loi sur la protection de Lavaux (LLavaux). Une révision nécessaire pour trois raisons: Il s'agit en premier lieu d'améliorer la protection de ce site exceptionnel, de tenir compte ensuite de son inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO et enfin de répondre aux critiques lancinantes de Franz Weber comme quoi «Lavaux se dégraderait inexorablement et les autorités ne feraient rien». Ces arguments ont présidé au lancement de l'initiative «sauver Lavaux 3». Or, si les deux premières initiatives «sauver Lavaux» étaient indéniablement nécessaires et ont fortement contribué à la sauvegarde du site, la 3ème initiative n'est rien d'autre qu'une tentative de mettre la région sous cloche en figeant totalement son développement, et par là-même son existence. Fort heureusement, la Cour constitutionnelle a invalidé cette initiative jusqu'au-boutiste...

... Méga dose de sucre Candy et des idées extravagantes par Barbie for ever (nom connu de la rédaction) Le petit tic-tac de ma pendule, habituellement si entêtant, me berce doucement et me plonge presque dans un état de béatitude, les yeux mi-clos, je suis en train de engloutir la 6e délice à la framboise de ce tea-time complètement baroque que Christelle et moi avons organisé. Nous avons étalé sur le parquet, des coussins moelleux, des napperons en dentelle, des chandeliers et des lampions en cristal, des coupelles pleines à ras bord de fraises tagada, un présentoir anglais à gâteaux, des petites assiettes à dessert remplies de macarons de toutes les couleurs, le tout copieusement arrosé de sirop grenadine...une véritable orgie !...

... L'Amérique "au bout du rouleau" ? par Pierre Kunz Il est en Suisse de bon ton médiatique et littéraire de prédire le déclin, voire la fin, de la puissance politique, militaire et surtout économique des Etats-Unis. Un tel décrit la noyade prochaine des Américains dans leur mer de dettes et telle autre voit distinctement la mort rapide du dollar comme monnaie de référence. Les observateurs attentifs de ce pays aux ressorts innombrables, qui dispose de richesses naturelles considérables, et qui a toujours su dans les périodes de crise mobiliser ses énormes ressources en travail et en capital, sont nettement plus circonspects dans leurs pronostics. Ils se rappellent en particulier les mots de Churchill à son sujet : « Les Etats-Unis feront toujours ce qu'il convient de faire une fois qu'ils auront épuisé toutes les autres possibilités »...

... Graham Greene, un Corsalin peu tranquille par Gilbert Salem Le 8 avril de 1991, en l'église catholique Saint-Jean de Vevey, le cercueil de Graham Greene est aspergé par un personnage surgi d'un de ses romans. En effet, le père Leopoldo Duran, qu'il avait rencontré en Espagne, lui avait inspiré en 1982 le héros de Monsignor Quixotte avant de devenir un ami fidèle. Plus connu, partout dans le monde, et par des millions de lecteurs, pour Un Américain bien tranquille (1955) et Notre agent à La Havane, l'écrivain est mort la veille à 86 ans à l'hôpital veveysan de la Providence. Il sera inhumé dans le cimetière d'un village vaudois, où il ne vécut que neuf mois avec sa dernière compagne Yvonne Cloetta, après un long séjour à Antibes, au bord de la Grande Bleue. A Corseaux, il pouvait admirer une «bleue» moins grande - on parle du Léman... - mais qu'il admirait tout autant depuis un balcon vis-à-vis du Grammont. Il était surtout heureux d'habiter près de Jongny, où sa fille Caroline Bourget et ses enfants étaient domiciliés depuis 1973. Auparavant, il y venait tous les ans, pour Pâques et de Noël, et rendre visite à son ami Charlie Chaplin en son manoir de Ban, à Corsier. En s'installant en juillet 1990 à Corseaux, Greene fut d'emblée bien accueilli par les Corsalins, dont il appréciait le sourire et la discretion...

... Réforme du système pénitentiaire : besoin d'une approche globale et systématique par Pascal Gemperli La réforme du système pénitentiaire vaudois est à l'ordre du jour. Quelques réflexions pour promouvoir une approche globale et systématique de cette réforme. Deux erreurs sont récurrentes dans les projets de réformes dans le domaine de la sécurité. La première consiste à avoir une vision trop limitée sur les questions d'ordre opérationnel ou infrastructurel. L'adaptation des règles d'interventions ou la construction de structures supplémentaires sont importantes mais restent à un niveau peu structurant du secteur. La deuxième erreur est une vision trop orientée sur les facteurs humains, tel que la motivation du personnel ou les compétences des responsables. Evidemment de grande importance, mais la limitation sur les facteurs humains empêche une approche systémique, prenant en compte le cadre légal ainsi que les institutions de gestion et de contrôle.

... La Suisse par François Walter : à la retirette par Jean-Louis Kuffer Dans la collection Découverte de Gallimard, François Walter propose d'aller « au-delà du paysage » de notre pays. Un aperçu critique intéressant mais qui reste assez incroyablement hors- sol, sans Federer, Freysinger, Alinghi, Blocher, Bouvier, le Montreux Jazz Festival, le nouveau cinéma suisse, etc. Entretien : JLK : - Vous avez insisté, à propos de votre précédent ouvrage, sur l'importance des « acteurs » de l'Histoire, alors que vous évoquez à peine Pestalozzi ou Dunant, et ne dites pas un mot de Christoph Blocher. Est-ce un choix ? FW : - L'éditeur m'a fait ce reproche en effet, et c'est pourquoi j'ai réintroduit quelques figures, comme celle de Necker. Mais je crois que ma réserve correspond à une certaine « pudeur » très suisse. Et puis, je voulais éviter de parler de personnages actuels qu'on aura peut-être oubliés dans dix ans. Par ailleurs, l'UDC apparaît à plusieurs reprises. JLK - Est-ce la même « pudeur » qui vous fait ignorer, en matière culturelle, un Nicolas Bouvier, alors que vous enseignez à Genève ? Et Denis de Rougemont ? Et Georges Haldas ? Et l'architecte Bernard Tschumi ?...

... Pour former les chefs, rien ne vaut le compagnonnage par David Moginier La Suisse romande, et le canton de Vaud en particulier, est riche de bonnes tables. Elle le doit, entre autres, aux Compagnons du Tour de France. C'est un des enseignements d'un colloque organisé par la ville de Lausanne pour ses partenaires du réseau Délices, 19 villes de goût dans le monde (lire ci-dessous). Pendant un jour et demi, on s'est interrogé sur la meilleure formation possible pour les cuisiniers de demain, qu'ils soient de Lyon, de Birmingham, de Gênes, de Canton ou de Chicago. Apprentissage, école professionnelle, formation sur le tas, les intervenants ont échangé leurs expériences...

... Un restaurant qui ne paye pas de mine! Par Haykel Ezzeddine Ce n'est pas un publi-reportage. Il y a quelques jours un lecteur "satisfait" m'envoie neuf photos en me disant que "c'est bon et ce n'est pas cher". C'est un concept qui existe depuis quelques années. Une entrée, un plat, un dessert le tout sous forme de buffet, bien fourni en passant. Je suis passé la semaine dernière pour vérifier les dires de mon correspondant. Effectivement, c'est une "certitude", ce restaurant dont je viens d'écrire le nom propose le menu buffet à chf. 25.-! Comment fait son gérant pour retrouver l'équilibre dans ses comptes? Je n'ai pas pu malheureusement lui poser la question pendant le service. Si jamais vous passez par là posez-lui la question...

... Les généraux égyptiens et le drapeau israélien par Maurice-Ruben Hayoun On a déjà eu l'occasion de souligner dans ce même blog que les généraux égyptiens qui se sont constitués en un Conseil suprême des forces armées commettaient erreur sur erreur en livrant leur ancien chef, Hosni Moubarak, à la vindicte populaire. Ils n'ont pas encore réalisé qu'ils ont ouvert la boîte de Pandore et surtout que le peuple ou la vox populi est quelque chose d'irrationnel et de cruel. Certes, sur l'injonction insistante des chefs américains, notamment du Pentagone, ils s'empressèrent d e dire, au cours de la révolution, qu'ils respecteraient les engagements internationaux de l'Egypte, comme s'ils avaient eu d'autre choix... Mais le dernier événement en date montre que ces militaires ne sont meilleurs que leurs collègues d'autres pays arabes : ils sont permis que l'on brûle un drapeau israélien sur la fameuse place Tahrir...

Commentaires

  • Although I can't agree with all you staded, I must confess I do love your way of writing.

Les commentaires sont fermés.