France Telecom et la pêche aux moules

Imprimer

Moules.png"Les jours de marée basse,  très basse, lorsque la mer se retire au moins de 100 mètres,  tout le monde se mettait en arrêt maladie pour la pêche aux moules, c'était une tradition. Personne n'avait rien à y redire, le chef fermait les yeux, parce que lui aussi il y allait à la pêche !" Quand France Telecom a racheté une partie de La Poste tout a changé..." C'est Djemâa Chraïti qui raconte cette tranche de la vie des postiers français... Les nouvelles technologies bouleversent les métiers, les entreprises et créent de nouvelles fortunes. Danièle Bianchi revient sur "Les millions de Bill Gates".

En politique, on notera: Dominique Jordan sur "La neutralité suisse: un concept d'un autre âge et une hypocrisie", Christian Brunier sur  "L'Etat allemand de Brême donne le droit de vote aux jeunes dès 16 ans", le "Non à l'école primaire le mercredi matin" de Jean Batou. Julien Cart veut changer les rapports homme femme: "Le procès DSK: révélateur de l'inconscient machiste et raciste des dominants".

Sans oublier les chroniques d'Edmée Cuttat en direct de Roland Garros.

Le micmac de McSorley par Eric Bertinat Les rumeurs circulant sur les départs de Goby, de Bezina et peut-être d'autres joueurs encore... Ce serait un bien mauvais message au moment où Charles Beer dépose sur le bureau du Grand Conseil un projet de loi pour accorder une aide financière annuelle de 500'000F au Genève Futur Hockey, société appartenant au Genève-Servette Hockey Club SA. Ce n'est pas une petite somme.

Post Revolutions: Georgia and the Arab Spring by Daniel Warner I just missed the riots in Tbilisi Wednesday evening, having left the capital of Georgia for Baku late the same morning. The nature of the protests, the harsh police crackdown and the discontent with the government were not surprising. For quite a while now, a large percentage of the Georgian population has been dissatisfied with President Saakashvili...

Images sanglantes de Syrie par Olivier Bot Fermée aux journalistes, la Syrie d'Assad réprime dans le sang à l'abri des regards. Ou presque. Quelques images, de qualité médiocre, prises avec des téléphones portables, nous sont parvenues. Mais vendredi, Amnesty international a mis en ligne des vidéos numériques qui ont été prises par des Syriens, et sorties du pays. La thèse gouvernementale, voulant faire passer les manifestants pacifistes pour des groupes terroristes armés tombe. Pour ceux qui voudraient mieux comprendre la nature du régime de Bachar el-Assad, au pouvoir depuis bientôt onze ans, et la grande diversité de la mosaïque syrienne, il faut lire l'excellent livre de Caroline Donati, "L'exception syrienne" publiée en 2009.

Le procès DSK : révélateur de l'inconscient machiste et raciste des dominants par Julien Cart (...) Les phrases des personnalités françaises étaient simplement odieuses envers toutes les victimes de viol, tant le vécu de la présumée victime a été annihilé. Et tant on n'imagine pas qu'un puissant puisse devenir violeur. Il est temps que cette connivence soit dénoncée, et que les femmes qui sont victimes de viols soient soutenues pour porter plainte (ce qui est très difficile et rarement le cas) et que nous améliorions en Europe notre arsenal juridique notamment pour se prémunir du harcèlement sur les lieux de travail qui sont encore monnaie courante. Pour ce faire, signons l'appel d'Osez le féminisme, de La Barbe et Paroles de Femmes intitulé "Sexisme : ils se lâchent, les femmes trinquent".

L'Etat allemand de Brême donne le droit de vote aux jeunes dès 16 ans par Christian Brunier A Genève, j'avais élaboré un projet de loi allant dans ce sens afin de redonner un peu d'oxygène à notre démocratie vieillissante, où l'abstentionnisme est roi. Evidemment, cette idée n'était qu'un bout de solution. Ce projet avait été balayé, peur du changement oblige....

La neutralité suisse: un concept d'un autre âge et une hypocrisie par Dominique Jordan Si les socialistes rêvent de supprimer l'armée, le ministre UDC de la défense Ueli Maurer veut lui la rendre inutile. Ce qui en fin de compte donne raison aux abolitionnistes du PS. Ueli Maurer persiste sur le concept de neutralité strict de l'armée suisse et que près de neuf suisses sur dix soutiennent cette neutralité bien helvétique. Reste à savoir le genre de questions qui furent posés aux suisses pour qu'il soutiennent massivement cette neutralité? Par contre, Ueli Maurer est lui très précis sur ce concept de neutralité. En quelques mots " pas de soldats suisses pour des missions à l'étranger ". On se demande toujours pourquoi il se borne à conserver le DRA10, cette unité d'élite entraînée pour des missions commando et équipées d'un matériel high tech qui n'a rien à envier aux Navy Seal. S'amuser à faire des missions pour beurre sur le territoire suisse et jamais dans la réalité, n'a pas de sens pour cette troupe de professionnels aguerris. La situation géopolitique a bien changé depuis la chute du communisme. Une armée de milice entraînée pour faire face à une invasion massive d'une puissance étrangère tel l'URSS et le pacte de Varsovie, n'a plus vraiment lieu d'être.

Ecrivains d'hier et d'aujourd'hui par Maurice-Ruben Hayoun Albert Camus, Noces (Editions Charlot, 1947). J'achève à l'instant la lecture passionnante de petit recueil de nouvelles d'Albert Camus qui m'a littéralement enchanté ! Quel livre, quel style, quelle langue française ! Camus n'a vraiment pas volé son prix Nobel de littérature. On lit dans ces quelques nouvelles d'où une rare profondeur philosophique, même si l'auteur se voulait avant un littérateur. On mesure aussi à la lecture de cette petite centaine de pages la différence entre les écrivains d'hier et ceux d'aujourd'hui. Et Dieu sait qu'à l'époque, il n'existait pas d'émissions littéraires à la télévision : mais que d'écrivains passés maintes à la télévision et dont plus personne n'entendra plus parler d'ici peu, alors que Camus...  http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2011/05/28/albert-camus.html

5eme Fête Genevoise des ONG par Demir Sönmez Reportage photos et vidéos

Non à l'école primaire le mercredi matin par Jean Batou « La majorité des acteurs sait que l'amélioration des résultats scolaires passe par l'augmentation de la dotation horaire », écrit aujourd'hui David Haeberli dans la Tribune de Genève, plaidant, avec la majorité du Grand conseil, pour l'introduction de cours le mercredi matin à l'école primaire. En réalité, peu de pédagogues pourraient souscrire à un point de vue aussi réducteur, en particulier pour les petits degrés. Bien des études montrent en effet que la qualité de l'enseignement dépend beaucoup plus du nombre d'élèves par classe que de la durée de l'enseignement. (...) Dire NON à l'école primaire le mercredi matin, c'est défendre une amélioration qualitative de l'enseignement par la réduction des effectifs des classes, mais c'est aussi refuser de transformer l'école en annexe des entreprises, qui conçoivent l'augmentation et la flexibilisation des horaires de travail comme un avantage compétitif.

L'un des problèmes majeurs des politiciens d'aujourd'hui est leur inculture crasse par Pascal Décaillet (...) Eric Leyvraz, 65 ans cette année, vigneron à Satigny et ancien président du Grand Conseil, est un cinglé des questions d'énergie, qu'il connaît sur le bout des doigts. Cerveau bien fait, incroyable mémoire. (...) L'un des problèmes majeurs des politiciens d'aujourd'hui est leur inculture crasse, y compris sur l'histoire et les fondements théoriques de leurs propres partis. C'est particulièrement valable pour le PDC, où rares sont ceux qui ont vaguement entendu parler de Léon XIII ou du Sillon, du Zentrum bismarckien ou du MRP. Les partis devaient faire passer à leurs postulants des examens d'entrée : qu'on se pique un peu de Fazy avant d'espérer devenir radical, de Tocqueville pour se prétendre libéral, de Guesde, Jaurès ou Willy Brandt avant d'oser se dire socialiste. Ou "du nain vert Obéron qui parle avec sa fée", pour les aspirants climatiques...

Les virus dans la pensée par Marie-France de Meuron Après avoir fait la connaissance des virus dans l'organisme, nous avons détecté des virus en informatique. On peut dire que les virus s'infiltrent aussi dans la parole. Quand ils parviennent dans la pensée, ils y sont d'une matière très subtile mais leurs effets sont bien perceptibles. Ainsi en va-t-il du discours de Netanyahou, encadré et même auréolé par le Pr. Hayoun. J'ai d'abord pris connaissance de la note du Pr H. dans son blog. Il parle d'Israël comme d'un tout petit pays entouré d'ennemis implacables. C'est normal qu'un rejeton de l'ONU soit petit mais...n'est-ce vraiment qu'un rejeton de l'ONU? C'est surtout une enclave des USA au Moyen-Orient ou même, comme le dit Artur Vogel dans Politblog, c'est Netanyahou qui impose ses idées à Obama...

Elton John à Genève... Comme un souffle par Jean Gaetan Tardino Les Stars, les vraies, il n'y en a pas beaucoup. Dans le monde de la musique? Tout au plus une petite centaine. Sur six milliards! Ces gens là ont quelque chose de plus, certes, ils ont appris la musique, travaillé pendant des heures, des jours, des années, frappés aux bonnes portes, se sont trouvés au bon endroit au bon moment...mais quand-même, il y a quelques choses de plus. L'autre soir, à Genève, nous avons pu sentir ce "quelque chose de plus", le toucher même, comme un souffle sorti d'une brusque colère... http://jeta.blog.tdg.ch/archive/2011/05/27/elton-john-arena-geneve-25-mai-2011-comme-un-souffle.html

Les millions de Bill Gates par Danièle Bianchi Je ne sais pas si vous avez fait comme moi, j'ai regardé l'émission «Pardonnez-moi» sur la TSR, dans laquelle Darius Rochebin interviewait Bill Gates. Bill Gates, le milliardaire! Rien de «people», rien de clinquant, rien de croustillant. Un homme dont la richesse est extrême, inimaginable pour moi comme pour vous sans doute, répondant à des questions sur son attitude et ses motivations. Car cet homme a décidé de donner la plus grande part de sa fortune pour financer des campagnes de vaccination et promouvoir la santé. On peut gloser, dire qu'il «achète l'OMS», qu'il s'offre une bonne conscience, que c'est «pour payer moins d'impôts», etc. Moi je dis Bravo! Il ne souhaite pas fonder une dynastie, que ses enfants soient uniquement «des héritiers de...» mais qu'ils fassent leurs choix...

France Telecom et la pêche aux moules par Djemâa Chraïti La Baule - Assise à une terrasse, au soleil, je converse avec un Breton du cru qui me commente les infos, puis arrêt sur images avec la vague  de suicides chez Télécom. "Vous comprenez avant à la poste, c'était facile, me dit-il, on triait le courrier, on sortait boire un verre de blanc avec les clients à qui on remettait un mandat, puis on rentrait tranquille à la maison un brin joyeux, la bicyclette zigzagante. Les jours de marée basse,  très basse, lorsque la mer se retire au moins de 100 mètres,  tout le monde se mettait en arrêt maladie pour la pêche aux moules, c'était une tradition. Personne n'avait rien à y redire, le chef fermait les yeux, parce que lui aussi il y allait à la pêche !" Quand France Telecom a racheté une partie de la poste tout a changé... Les moules, avec les nouveaux processus, elles restent là à attendre, y a plus personne qui a le temps de les pêcher...!"

Donnez leur du pain et des jeux par  Jonathan Philips Vendredi fin de semaine un petit billet d'humeur ? quel sujet DSK ? non franchement y en a assez et puis j'en ai assez fait...parlons de plaisir. En cette triste période d'inégalité, rien de mieux pour oublier tous les sujets graves, ceux dont on préfère ne pas se soucier, de parler spectacle; Le peuple aura, le temps de 90 minutes, oublié tout les tracas du quotidien. L'Espagne vivant un début de crise sociale avec ces jeunes dans la rue, mériterait de gagner afin de dégonflé le mouvement. D'ailleurs pour ceux qui ne le savent pas, les camps ont été démantelés à Barcelone pour justement la finale...Comme quoi le "fric football" a des droits télés et des droits sur l'Homme. Triste remake de Frankenstein où le créateur est dépassé par sa création...

On tourne la page nucléaire en 2035 ? par Jean-François Huguelet Si l'on compte que, sous la pression démographique mal compensée par les économies d'énergies, la consommation électrique continue d'évoluer en Suisse comme actuellement, en 2035 la consommation devrait avoir crû de plus de 25 % dans le scénario le plus modeste. En à peine moins de 25 ans, le Conseil Fédéral le sait bien, la production d'énergie propre sur sol Suisse ne sera pas suffisante pour compenser le profond déficit provoqué par la renonciation au nucléaire. En fait, la résolution du Conseil Fédéral, si elle devait être avalisée par le parlement, ferait courir à la Suisse un triple risque. Premièrement, le risque nucléaire serait temporairement accru. En décidant de tourner la page du nucléaire, le Conseil Fédéral renonce à construire une nouvelle centrale nucléaire répondant à des normes de sécurité plus strictes. Il faudra donc prolonger considérablement le bail déjà dépassé de centrales nucléaires obsolètes, voire dangereuses, pour pouvoir répondre à la demande courante. Et si les énergies renouvelables ne répondent pas aux espoirs fous qui sont placés en elles, ce bail devrait encore être reconduit, hypothèse qui fait froid dans le dos.

Quand Rousseau vadrouillait à 20 ans par Gilbert Salem Voilà vingt mois, en cet été de 1731, qu'un jeune homme mélancolique au regard vif vagabonde entre la Cité de Calvin où il naquit, la Savoie proche, le Piémont, la ville de Lyon et les rives du Léman. S'asseyant sur «une grosse pierre» quelque part entre Vevey et Lausanne, Jean-Jacques Rousseau médite sur son âge: il est à l'orée de sa vingtième année. Et il s'étonne que toutes les tribulations qu'il a déjà vécues l'aient peu vieilli; qu'elles n'aient en tout cas pas émoussé son indemne «innocence». Sa naïveté qui l'a tant fait souffrir est sauve. Devrait-il s'en réjouir? Il cherche vainement une réponse en contemplant ce lac dont il aime tant les brumes qui alimentent la rêverie: «L'aspect du lac de Genève et de ses admirables côtes eut toujours à mes yeux un attrait particulier», écrira le Genevois trente-cinq ans plus tard dans ses fameuses Confessions (1765). «Un attrait qui ne tient pas seulement à la beauté du spectacle, mais à je ne sais quoi de plus intéressant qui m'affecte et m'attendrit.» Beaucoup de nos lecteurs connaissent par cœur ces passages d'un livre qui appartient aux classiques universels. Ils amorcent un charmant petit livre des Editions du Diable Vauvert sur la jeunesse de Rousseau qui marque le 10e anniversaire d'une collection destinée surtout aux lycéens. Intitulée A 20 ans, elle a déjà inspiré des biographes de Flaubert, Proust, Colette, Hemingway, ou Vian, qui étaient invités à raconter une tranche de vie de ces auteurs correspondant à l'âge des étudiants cibles. La recette a fait mouche en France. En Romandie aussi, et en Haute-Savoie, le pays du Thononais Claude Mazauric qui signe la bio de l'illustre promeneur solitaire...

 

 

Les commentaires sont fermés.