Ouah, plein de nouveaux blogs!

Imprimer

Hussy Charles.jpgOuah, plein de nouveaux blogs (en attendant le vôtre)! Difficile de faire un choix. Les blogs ont ceci de passionnant qu'ils sont moins esclaves de l'actualité. On y trouve donc des sujets de fond que les médias ignorent. Charles Hussy est professeur honoraire de l'Université de Genève. Il vient de se jeter dans la blogosphère en postant trois longs textes sur un sujet qui n'intéresse qu'une minorité: l'avenir de l'église catholique à Genève. A l'heure où le diocèse s'engage sur la voie belge d'une vacance prolongée de gouvernance - Qui sera l'évêque? note Claire-Marie Jeannotat - l'interrogation d'un simple paroissien pourrait se révéler cardinale.

Plus terre à terre, mais posant des questions qui dépassent tout de même nos modestes existences, le billet de Philippe Souaille "La révolution nationale" mérite une lecture critique. Pascal Holenweg s'interroge, lui, sur le développement de Genève et semble flirter avec l'idée de la décroissance.

 

La nuit, la plupart de nos gardiens dorment par Pierre Weiss Selon les données extraites au chalumeau du coffre-fort..., il y aurait le jour, sauf circonstances extraordinaires, 264 policiers (gendarmes, inspecteurs de la police judiciaire, policiers relevant de la sécurité internationale), 205 agents municipaux (dont 98 en Ville de Genève) et 60 gardes-frontière (dont 25 en patrouille sur le territoire cantonal). Soit un second total allant de 494 à 529 personnes que nous arrondissons à 500 personnes. Sauf que les agents municipaux ne sont pas armés et ont des compétences qu'on qualifiera de gardiens de la paix, ce qui est déjà une noble mission. Mais, pour faire face à la violence, à la criminalité, pour faire régner l'ordre, il ne reste que les policiers et les gardes-frontière. Soit un premier total opérationnel de 300 personnes...

"Saint Fiacre veut-il nous laisser dans la m.... ?" par Walter Schlechten Ainsi donc nous sommes la Saint Fiacre, patron des jardiniers. Bonne fête donc à nos amis du SEVE, et pourtant ... S'il n'y a plus de saison et que la sécheresse est devenue la meilleure ennemie de nos horticulteurs, nous nous devons de constater, en milieu urbain, qu'un autre fléau attaque nos parcs, nos promenades, nos jardins, nos bosquets, nos bois, nos espaces verts, les déjections humaines. Si l'humain a trouvé la solution pour son ami le canidé, avec l'utilisation des canisettes et des sachets idoines, le comportement sanitaire et individuel du plus intelligent des bipèdes ne s'améliore pas....

Mais que sont nos paroisses devenues ? par Charles Hussy Nous vivons dans l'Occident post-chrétien celle du déclin des Eglises, marquée par la désaffection croissante des usagers du culte et la baisse asymptotique du recrutement des ministres, à défaut d'une remise en question fondamentale des ministères. Et nous autres, petits paroissiens encore convaincus d'une action profonde et permanente de l'Esprit-Saint dans le monde, sommes bien dépourvus et décontenancés devant la résignation ambiante, entretenue par la passivité de Rome, qui semble rechigner à prendre en compte la chute du recrutement sacerdotal. (...) Au Moyen Âge, les évêques voyant la nécessité d'associer les fidèles à l'Eucharistie, ont délégué des clercs célébrant la Messe de plus en plus loin dans les campagnes, on se demande si le clergé d'aujourd'hui

Plan directeur cantonal : Développer quelle Genève ? par Pascal Holenweg L'hypothèse de base du Plan directeur est celle d'une poursuite du développement genevois tel qu'il se fait actuellement : celui d'une économie ultra-tertiarisée, de l'installation de sièges de multinationales, d'activités financières plus ou moins parasitaires -d'un développement économique sans critères sociaux, que l'on se contente de justifier par l'utilité d'accroître la richesse financière de l'espace genevois pour pouvoir assurer à la population (mais laquelle ? et celle de quelle portion du territoire régional ?) des prestations dont une bonne partie ne sont que compensatoires des effets négatifs d'un « développement » purement quantitatif, et  que l'on affirme vouloir accorder dans le temps même où les droits fondamentaux qu'elles doivent concrétiser sont menacés, rognés, réduits à des proclamation rhétoriques et à des sacrifices rituels sur les autels électoraux.

Pour l'enseignement de la morale à l'école par Maurice-Ruben Hayoun (...) Le débat qui anime aujourd'hui le corps enseignant et la société française est plutôt inattendu. Car des enseignants, politiquement orientés (et c'est leur doit) contestent le bien fondé de cet enseignement civique et moral au motif qu'il aide à conforter un ordre établi dont les principes sont, selon eux, bien éloignés, de l'ordre moral tel qu'ils l'entendent, eux. C'est un faux débat. Les enfants ont besoin d'être guidés, formés et instruits...

Ces Périls qui nous menacent N°1 : la révolution nationale  par Philippe Souaille (...) La Suisse a particulièrement profité de la mondialisation, exportant ¾ de ce qu'elle produit et important 2/3 de ce qu'elle consomme. C'est encore plus vrai à Genève. Le Canton tire l'essentiel de sa prospérité de sa situation de petite capitale mondiale. Enlevez le monde, restent quelques cardons, qui ne suffisaient pas à nourrir une population de 30 000 habitants au XVIème siècle... Le nationalisme économique c'est la récession garantie, c'est clair, net et précis. Que des gens de gauche rejoignent l'extrême droite sur ce terrain n'a rien de nouveau, ce n'en est pas moins effrayant. Maintenant, la récession est peut-être une solution à l'autre grand problème de notre temps : le fait que notre petite planète, dans l'état actuel de la technologie, ne saurait supporter l'extension de notre train de vie occidental à 7 milliards d'êtres humains. Encore moins à 9. Or c'est bien ce qui est en train de se passer. Grâce et à cause de la mondialisation.

n'amorce pas un mouvement contraire...

Qui sera l'évêque? Par Claire-Marie Jeannotat Selon moi le problème est davantage celui de la hiérarchie que celui du « Peuple de Dieu». Ce peuple qui craint le chômage, la précarité, les taxes, les impôts et le souci du pain pour les enfants! Et qui avance dans la Foi simple et vraie du Peuple de Dieu! (...) Claude Ducarroz, Président des consulteurs du diocèse, dans cette affaire de consultation, a donc raison de manifester publiquement ce que ressentent, en silence, les paroissiens et, surtout d'analyser les causes de cette affaire! APIC (27 août 2011 | 18h07) en donne la meilleur version. Lisons, c'est court. Écoutons aussi l'excellent « Juste Ciel » à la RSR 1ère. Également intéressant les réactions dans le journal « le Temps ».

Objectifs du Millénaire pour le Développement : peut-on vraiment tenir les promesses ? par Paul Gaullier Tenir les promesses était le titre de la résolution de l'ONU sur le Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) de septembre 2010. La XVIIème Université d'été des droits de l'homme démarre lundi à Genève pour vérifier la possibilité de « tenir les promesses ». 40 participants de 23 pays de Afrique, d'Amérique Latine et d'Europe, sélectionnés parmi près de 300 candidats, participeront à cette session qui se déroulera du 5 au 16 septembre. Elle coïncide avec le Conseil des droits de l'homme. La nouvelle présidente du Conseil, Mme Dupuy Lassere, première femme qui occupe cette charge s'adressera aux participants lors de la séance d'ouverture.

US Open: Mouratoglou et Wilander, les rois du pronostic foireux par Edmée Cuttat J'avais raison de me faire du souci pour Nadal. Je ne sais pas si vous avez eu le courage de vous lever au milieu de la nuit pour suivre sa triste prestation. Il m'a franchement fait de la peine, ballotté qu'il était par le jeune Andrey Golubev...

Deux nouvelles fresques aux Grottes! Par Haykel Ezzeddine Les murs de Genève viennent de s'embellir cette semaine avec l'apparition de deux grandes fresques aux Grottes. Opération légale et autorisée menée par l'Association 10bis et le site internet Geneva-graffiti.ch. Pendant cette session graffiti, j'ai profité de l'occasion pour soumettre le co-directeur de Geneva-graffiti, Original MikeE à des questions afin d'avoir une idée sur l'état des lieux actuel de cet art urbain qui fait partie du paysage de la Ville.

Ville de Genève : un premier projet de budget trop doctrinal par Eric Bertinat Question charge de fonctionnement, les dépenses restent en constante augmentation. En douze ans, la Ville de Genève passe ainsi d'un budget de 700 millions à plus de 1 milliard de francs, soit 63% d'augmentation.

C'est quoi un UDC "agrarien" ? par Antoine Vielliard En juin avait lieu un comité de pilotage du projet d'agglomération. Mon premier "copil". Mon très sympathique voisin genevois m'aidait à décrypter les mandats et étiquettes politiques de chacune des personnes autour de la table. En arrivant au co-président Vaudois, Jean Claude Mermoud, il me dit "c'est un UDC" aussitôt suivi d'un "mais agrarien". Cela m'a toujours étonné que l'adjectif agrarien puisse être interprété comme une excuse du substantif UDC ! Comme si un UDC agrarien était un UDC light ou un demi UDC.

L'Entente municipale dénonce la gestion des acquis paresseuse du Conseil administratif par Olivier Fiumelli L'Entente constate avec effroi que le dérapage non contrôlé des charges se poursuit puisqu'elles augmentent de CHF 100 millions entre les comptes 2010 et ce projet de budget 2012 !  L'Entente est donc plus que jamais persuadée que la Ville a largement les moyens d'absorber une baisse d'impôt de 2 centimes additionnels au minimum. C'est ce qu'elle proposera aux autres partis municipaux en vue d'un accord global sur le budget 2012.

L'amour est insulaire par Jean-Michel Olivier C'est l'un des livres les plus intrigants de la rentrée. Son titre : Les Îles*. Son auteur : Philippe Lançon, accessoirement critique littéraire à Libération. Dans ce roman, dense et labyrinthique, qui flirte avec l'autofiction, Lançon retrace la folie d'une femme qu'il a aimée. De Jad la folle, son enquête l'entraîne de femme en femme, et d'île en île. Comme l'amour, la folie est contagieuse. Et insulaire. Entretien.

Mon flic, mon héros ! par Jil Szekely Aujourd'hui, des hommes et des femmes ont prêté serment devant les autorités genevoises et la population. Ces hommes et ces femmes se sont engagés pour défendre notre belle cité et son canton. Les gardiens de l'ordre. Ils vont s'acharner après les voleurs, les braqueurs, les fraudeurs, les cambrioleurs, les agresseurs, les violeurs... Et dans la presse, dans les articles, nous, Genevois, verrons les photos des criminels, ou, plus fréquent encore, de leurs avocats. Et on s'étonne que nos jeunes ne s'enrôlent plus?

 

Les commentaires sont fermés.