Théâtre russe à Carouge

Imprimer

sikorsky naida en blanc.jpgLe meilleur théâtre moscovite se déplace à Carouge annonce toute heureuse Nadia Sikorsky. Cette Genevoise d'adoption  qui édite le site russophone genevois Nasha Gazeta nous dit sa passion pour le théâtre dont les Russes sont si friands. Un autre russophile, Suisse celui-ci, est Guy Mettan. Le directeur du Club suisse de la presse, qu'on espère lire plus souvent, chronique la lune de miel entre Berne et Moscou, dont le chemin le plus court passe par Genève.

Théâtre aussi que la tournée des sorcières d'halloween? Robin Majeur nous conte le vide de la citrouille.

Sur le front politique, Yves Nidegger tire à vu sur le centre qu'il qualifie de véritable trou noir. Le PDC va apprécié. Le PDC qui à Carouge est réduit à deux municipaux qui bougent. A l'extrême-gauche Jean Batou s'interroge sur son avenir. Au PLR, c'est Thomas Barth qui interroge les conseillers d'Etat Rochat et Muller. Quant à l'UDC, ses rangs sont désormais serrés nous assure Eric Bertinat.

Il faut écouter la rue par Edouard Dommen (...)  Il semblerait que les victimes des coupes budgétaires se manifestent moins dans les élections et votations. Ces activités conviennent mieux à celles et ceux qui manient aisément les mots et les stylos. Il s'ensuit que la rue fait partie intégrante de la panoplie des instruments d'expression politique dont dispose la population. La restreindre cherche à exclure les moins intellectuel-le-s du processus politique et ainsi à fausser le jeu. Les études que cite The Economist concluent  que les tentatives de répression policière ne sont efficaces qu'à court terme. Mieux vaut donc écouter la rue. Courage et constance aux indignés et autres occupants de Wall Street !

Charia-Hebdo: beaucoup de bruit pour faire raisonner la caisse? Par Haykel Ezzeddine (...) J'ai lu d'un seul trait les articles et regardé avec un regard amusé les caricatures concernant "la charia", Ennahdha, les tunisiens et un peu moins les libyens et je constate que ce que certains prennent pour une provocation n'est qu'un pétard mouillé qui ne mérite aucunement tout ce raffut et cette violence gratuite. A part l'éditorial écrit au vitriole et "signé" par le prophète Mohamed il n'y a vraiment pas d'envolée lyrique...

La mutation du groupe municipal UDC de la Ville de Genève par Eric Bertinat Yves Nidegger et Antoine Boesch ont quitté le Conseil municipal de la Ville. Christo Ivanov (qui a prêté serment le mois passé) et Oliver Tauxe (qui a prêté serment mardi) les ont remplacés, assurant ainsi une disponibilité maximale à notre groupe. Nous voilà donc mieux armé pour affronter cette nouvelle législature. A notre tour, nous espérons que l'Entente et le MCG seront tous présents afin d'assurer la majorité à la droite.

Salaire minimum : la fin du partenariat social par Edouard Cuendet Avant de passer devant le peuple, l'initiative 142 qui vise l'introduction d'un salaire minimum à Genève a vécu un long parcours juridique qui s'est achevé devant le Tribunal fédéral. La plus haute instance judiciaire du pays a déclaré le texte formellement recevable, mais a émis des doutes sur son applicabilité et a souligné que le salaire fixé ne pourrait pas s'éloigner des standards en cours dans le système de l'aide sociale. A défaut, le principe de la liberté économique ancré dans la Constitution fédérale serait violé. Or, à Genève, en matière d'aide sociale, le revenu maximum pour une personne seule se monte à CHF 2'527.-. On est ainsi loin des CHF 4'000.- que certains auteurs de l'Initiative ont fait miroiter aux signataires...

Le centre, ce trou noir de la politique par Yves Nidegger On entend dire que le centre serait sorti renforcé des élections fédérales du 23 octobre 2011. L'idée n'est pas fausse. Elle est absurde. Car le centre ne désigne rien en politique sinon la résultante, après le choc, d'une proposition de droite opposée à une proposition de gauche. Il n'y a pas, il n'y aura jamais, de centre fort. Possible partout où deux idées adverses ont vocation à se croiser, le centre, qui n'est a priori nulle part, condamne ses incarnations au destin de girouette. Car le centre n'est pas un programme, mais une posture. Opportuniste...

Le CA est déjà en danger... par le PDC Carouge La lune de miel aura été courte. Les commerçants en ont marre et on les comprend. Explications en vue avec le CA. Baisse du chiffre d'affaire, difficulté d'accès, non respect de la compensation des places de parking supprimées. Le CA a voulu passer en force et appliquant un concept, il n'a pas voulu être à l'écoute. Résultat une pétition avec plus de 2500 signatures et une perte de confiance qui rendra difficile la gestion de Carouge. Le PDC a été le seul parti à soutenir ces PME...

La maison de la gauche combative est en mauvais état par Jean Batou (...) Quelles devraient donc être nos principales préoccupations dans la période à venir : 1. Renforcer notre investissement sur le terrain syndical et des luttes des salarié-e-s. Pourquoi ? Parce que ce sont les salarié-e-s qui éprouvent le plus directement les conséquences de l'offensive actuelle du capitalisme. (...) 2. Renforcer notre investissement dans la jeunesse.  (...) Le principal discriminant entre nous et les Verts, c'est notre compréhension que dans le monde capitaliste, il n'y a pas de combat écologiste sérieux sans un combat pour la justice sociale au Nord comme au Sud. (...) De même, dans la jeunesse des milieux populaires, la lutte contre la montée des thèses identitaires d'extrême droite passe par le développement d'une identité de classe... 3...

Manque de communications aux HUG ! par François Velen (...)  Alors là c'est l'étonnement, la consternation, personne n'est au courant, personne ne sait de quoi on parle. En fait, le chirurgien n'a pas transmis le dossier du bon patient qui souffre, qui craint l'opération. Ce n'est pas anodin de se faire triturer la colonne vertébrale. Aucune coordination entre les différentes disciplines ? Moi même, j'ai vue des trucs surprenants aux HUG que je n'ai pas constatés au CHUV. Et oui, au vue de la gravité de l'état de mon genou, je me suis fait suivre à Genève et à Lausanne. A ce sujet, j'avoue que j'ai été mieux soigné au CHUV... A au fait, les HUG sont-ils comme tout ce qui ne va pas à Genève ?!

Halloween : le vide de la citrouille par Robin Majeur (...)  Que devais-je faire? Comme si tout était d'une limpide évidence, elles tendaient le bras. Une chanson, un récit, un poème ? Non, rien. Silence. Des anges - ou était-ce des diables ? - passèrent. Puis, "il faut nous donner des friandises ou de l'argent !" Mais c'est bien sûr ! Leur seule présence face à moi méritait récompense. Pas d'échange. "Il faut !" L'injonction claque, résonne, comme si elle n'était enveloppée que de vide. Qu'est-ce qu'elle sonne creux la citrouille d'Halloween...

La Palestine à l'Unesco par Walter Schlechten Lundi, la Palestine est officiellement et démocratiquement devenue membre à part entière de l'UNESCO. Ce qui devait être un grand pas vers la paix est devenu depuis ce jour un nouveau défit pour les organisations onusiennes. Si la position de la Suisse lors de ce vote, qui s'est contentée de s'abstenir, n'a pas été glorieuse pour notre pays, terre qui se veut esprit de paix dans le monde, celle des États-Unis n'est pas plus belle. Pire encore Israël prend des mesures de rétorsion en accélérant ses implantations en Cisjordanie... Comme le rappelle si bien le préambule de l'Acte constitutif de l'UNESCO, les guerres prenant naissance dans l'esprit des hommes, c'est dans l'esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.

Le meilleur théâtre moscovite se déplace à Carouge par Nadia Sikorsky Cela fait treize ans que je vis à Genève, suite au huit passé à Paris.  La plus grande partie de ma vie est donc passée loin de Moscou, ma ville natale. Je ne suis pas une grande nostalgique et me passe facilement des profondeurs de métro de Moscou, de dômes dorés de ses églises et du pain noir (surtout que les dômes et le pain on trouve aussi dans la ville de Calvin). La seule chose qui me manque vraiment et pour laquelle je ne trouve pas un remplacement c'est le théâtre. (...) La venue à Genève de Théâtre de Piotr Fomenko, à mes yeux, le meilleur théâtre de Moscou de nos jours, est un événement qui résulte d'un rêve de Jean Liermier, directeur artistique de Théâtre de Carouge qui accueille les russes, et du soutien financier de la fondation genevoise Neva, établie par la famille d'un businessman russe Gennady Timchenko...

Tintin et le retour des ancêtres par Rémi Mogenet Je suis allé voir le Tintin de Spielberg et j'ai trouvé jolies les couleurs, impressionnants les décors: on se serait cru dans un Disneyland renforcé. Je n'ai pas été choqué, comme certains critiques ont dit l'avoir été, par le combat de grues à la fin: cela m'a paru plutôt amusant. J'ai été davantage rebuté par le célèbre épisode des pirates de l'époque de Louis XIV, dont le capitaine Haddock a comme la vision, en plein désert: je le trouvais bien plus intense, prenant, dans les albums d'Hergé; Spielberg l'a rendu plus extraordinaire, mais l'émotion vraie s'en est allée, à mon avis. Ce qui m'a particulièrement ennuyé est l'idée que...

De la nécessité d'un véritable électrochoc par Thomas Barth (,..) Second point à traiter le plus vite possible, la légitimité dans deux ans de nos Conseillers d'Etat. Il est extrêmement dommageable, dans un parti politique quel qu'il soit, d'entendre autant de critiques sur les siens. Surtout lorsque ceux-ci occupent les plus hautes fonctions. Je le vis au quotidien dans ma commune avec l'un d'entre eux. Comment puis-je continuer à répliquer décemment à ma population largement libérale-radicale, qui m'a fait l'honneur, sur la base d'un programme précis, de me porter au premier rang des élections municipales de ce printemps, que la politique qu'il faut combattre est bien celle du magistrat cantonal de ce même parti. Et ce qui vaut à Veyrier risque de valoir à Cologny, à Thônex, à Troinex, à Chêne-Bourg, à Bernex ou à Pregny-Chambésy, pour ne citer qu'elles. L'addition ne serait que trop corsée.

Céline et les dinosaures Par Pascal Décaillet Fort bonne prestation, lundi soir, de Céline Amaudruz à la RSR. Ils en seront assez vite pour leurs frais - donnons-nous deux ans - ceux qui croient bon de sous-estimer cette jeune politicienne. Actif sur l'observation de la vie politique à Genève, je l'ai vue débarquer, se faire élire au Grand Conseil, arracher aux dinosaures la présidence du parti cantonal, puis, à l'issue d'une campagne incroyablement dure pour elle, où les missiles venaient de certains des siens, devenir conseillère nationale à l'âge de 32 ans. Elle a certes encore beaucoup à apprendre, mais justement elle apprend vite.

Quelle Palestine à l'UNESCO ? par Maurice-Ruben Hayoun On se demande quelle Palestine a été admise hier à l'UNESCO ? Celle de Mahmoud Abbas ou celle du Hamas ? Dans ce dernier cas, les articles de la charte du Hamas violent frontalement les idéaux de l'UNESCO qui portent sur l'éducation et la culture, pivot des valeurs inviolables de toute nation civilisée. Les USA ont réagi énergiquement à cette décision en privant l'UNESCO de subsides qui lui permettent de vivre. Par ailleurs, les grandes nations, dont l'Europe n'ont pas voté en faveur ce cet accueil, la France elle-même ne l'a fait qu'au terme de longues hésitations...

La lune de miel russo-suisse continue par Guy Mettan La semaine dernière, une mission économique romande de 35 personnes conduite par le conseiller d'Etat genevois Pierre-François Unger s'est rendue pour une visite de deux jours à Moscou. A la fin de la semaine, c'est plus de 40 hommes d'affaires romands qui ont visité pour la première fois Bakou, en Azerbaijan. (...) La Russie peut se révéler un allié sûr dans la stratégie de positionnement de la Suisse sur l'échiquier international. Avec la Chine, elle peut par exemple soutenir la candidature du président de la BNS, M. Hildebrand, à la présidence du conseil de stabilité monétaire. Un poste qui permet de siéger au sein du G7 et du G20 au milieu des chefs d'Etat et que la Suisse a toujours voulu occuper. Les chances pour que les Européens et les Américains acceptent une telle candidature sont minces, mais ça fait toujours plaisir d'obtenir des soutiens de pays qui ne sont pas des puissances négligeables...

Le "risque grec" ? La démocratie par Pascal Holenweg Les dirigeants européens ne sont pas venus au secours de la Grèce : ils sont venus au secours de leurs banques, que la crise grecque menace et que menaceraient plus encore des crises du même type si elles survenaient en Espagne ou en Italie, voire en France. Les banquiers ne sont pas prêts à abandonner leurs créances envers la Grèce, à moins que les Etats les paient pour eux. Et quand nous disons les Etats, il faut bien comprendre : les peuples de ces Etats. Les salariés, les retraités, les jeunes en formation, les allocataires sociaux. Parce que quoi qu'on en ait pu dire ou en rêver, il ne faut pas compter sur les «  pays émergents » en général, et sur la Chine en particulier, pour payer. (...)Quoiqu'en pensent et en disent les « dirigeants européens », le référendum annoncé par Papandréou est une excellente chose...

 

Les commentaires sont fermés.