Isabel, Olivier, Christian et les sondages Tribune

Imprimer

sondage coquoz jornot.jpgLa question du jour lancé la semaine dernière sur le site de la Tribune a fait sortir mon bouillant confrère de sa marmite. Dans un billet publié sur son blog que je suis très content d'héberger ici, il me prend à partie.

Sous le titre "Isabel, le Dr Mabut et les belles oranges", le producteur de Genève à chaud ne se contente pas de l'explication donnée par votre serviteur à propos de la manipulation dont la conseillère d'Etat Rochat a été tout à la fois la victime et la bénéficiaire. Bénéficiaire car le ou les manipulateurs qui ont voté mille fois ont tressé des couronnes à la ministre de la sécurité publique arrivée comme ses six autres collègues à mi-législature, alors que jusqu'à l'heure du forfait, la vox populi - enfin les internautes ayant cliqué - avait infligé un sacré mauvais carnet à la magistrate PLR.

Cette manipulation était exceptionnelle. Comme je l'avais souligné dans un article paru sur le site de la Tribune. En bientôt tois ans que je m'occupe de cette rubrique, c'est à peu près la troisième fois que pareille mésaventure arrive. Ce qui ne veut pas dire que les sondages de la Tribune soient sicentifiques. Elle ne l'a jamais prétendu. Cependant deux remarques à ce sujet.

  1. Les sondages de la Tribune sont étonnamment stables au cours de la journée. Il est très rare que le résultat obtenu après une centaine de clics change au fil des heures. Il en va de même des sondages scientifiques.
  2. Les sondages scientifiques ne sont pas exempts de biais à telle point qu'ils doivent parfois être redresser. On se souvient du sondage sur l'interdiction des minarets. L'erreur avait fait scandale. C'est que le sondeur n'avait pas corrigé un biais connu. En certaines circonstances, les sondés ne disent pas vraiment ce qu'ils pensent. Ouh les vilains! Tous les interlocuteurs de Pascal Décaillet disent-ils ce qu'ils pensent? Y en a-t-il un qui pense que "Genèveà chaud" est parfois biaisé? Qu'il se dénonce!

Trèfle de plaisanterie, dirait un lapin dans un carré de luzerne. Nous n'en ferons pas du foin.

Les sondages de la Tribune sont des prises de température qui sont un indicateur parmi d'autres de l'état d'esprit de nos concitoyens.

Voyez le dernier sondage mis en ligne hier. Il tendait à savoir qui d'Olivier Jornot ou de Christian Coquoz doit devenir le prochain procureur général de Genève à partir du 1er avril et pour les deux prochaines années. Christian Coquoz l'emporte haut la main*. Et pourtant l'élection de cet après-midi par le Grand Conseil est tout à fait incertaine. Qui manipule qui?

Dans cette affaire il n'y a qu'un scandale, c'est que le peuple soit privé de choisir le premier magistrat du pouvoir judiciaire.

Quant aux sondages de la Tribune, nos services techniques nous promettent pour le début de l'année prochaine un système plus solide et moins sensible aux manipulations. A tout bientôt donc!

 

Légende: Comme le montre les deux saisies d'écran faite à 9 heures et à 18 heures [cliquez sur l'image pour l'agrandir], le résultat est tout à fait stable. Aucun camp ne semble avoir surjoué son champion.

Les commentaires sont fermés.