Pascal Décaillet annonce neuf mille commentaires

Imprimer

Décaillet sur fond rouge.jpgPascal Décaillet annonce neuf mille commentaires sur son blog Liberté. Ça place notre blogueur à la troisième place derrière John GOETELEN qui culmine à 28500 commentaires et Jérôme Estèbe (Top Slurp) qui a passé la barre des dix mille commentaires. L'occasion de poser trois questions au producteur de Genève à Chaud .

Quelle est  la part des  commentaires pertinents ? - De plus en plus nombreux, en pourcentage, par rapport aux début de mon blog (octobre 2007). Trois commentaires sur cinq (environ) traitent du sujet de mon texte.  Combien de commentaires a-t-il supprimé ? - J'en supprime environ trois sur cent. Donc, quelque 270 commentaires supprimés, en un peu plus de 4 ans.  Quelle est la part des commentaires signés et des commentaires anonymes ? - Les commentaires anonymes sont les plus nombreux. Mais il existe, je dois l'avouer, quelques excellents anonymes, cultivés, renseignés, documentés. Sur le principe, je combats toujours l'anonymat : la société suisse est un univers de libre expression. Profitons-en, mais en signant.

Pour le reste la moisson des blogs de ce vendredi est particulièrement riche...

Fabienne GAUTIER Les PME doivent se battre Qui aurait l'idée d'ajouter des cailloux dans son sac à dos avant de gravir une pente escarpée ? C'est pourtant exactement ce qu'impose l'initiative « 6 semaines de vacances pour tous » aux entreprises. Les PME doivent déjà se battre avec le franc fort et la mauvaise conjoncture. Ce n'est vraiment pas le moment d'en rajouter une couche. Si certaines très grandes sociétés pourraient peut-être faire face si l'IN était acceptée, cela serait insupportable pour les innombrables PME, qui constituent plus du 98 % du tissus économique suisse et sont le principal employeur du pays. Laissons à ce 98% du tissu économique suisse la liberté de fixer les vacances en fonction de ses possibilités. C'est une des forces de la Suisse...

Philippe SOUAILLE La Genève de 900 000 habitants, c'est aujourd'hui. Et demain ? (...) En France comme en Suisse, les frontaliers sont perçus comme des privilégiés, ce qu'ils sont. C'est aussi la chance de Genève et de l'agglo, de disposer ainsi d'une classe moyenne aux revenus artificiellement gonflés. Là encore, de part et d'autres de la frontière ! Si les frontaliers s'en sortent le mieux, les Genevois résidents ont tout loisir d'économiser sur différents postes en allant faire leurs courses en France, ce dont ils ne se privent pas. De plus, si Genève peut maintenir sa zone verte et contenir la hausse des loyers, c'est bien parce qu'elle exporte son surplus démographique en France. Sinon, les loyers seraient encore plus élevés ! En retour, les français salariés en euros bénéficient, eux, d'un marché de l'emploi porteur et d'une économie de proximité florissante, qui leur permet de dicter leurs conditions. Bref, tout le monde a quelque chose à perdre mais aussi à gagner, quel que soit son côté de la frontière...

Alain BAGNOUD  Les carrefours sentimentaux de Georges Ottino On se demande parfois à quoi servent les rencontres d'écrivains. Eh bien, justement, à rencontrer des écrivains. C'est ainsi qu'il y a déjà quelques jours, le 31 janvier exactement, lors de l'inauguration de la nouvelle MRL (Maison de Rousseau et de la Littérature), on m'a présenté pour la première fois à Georges Ottino dont j'avais déjà lu quelques textes et dont l'agréable conversation m'a donné envie d'ouvrir le dernier en date de ses ouvrages parus. Né en 1925 à Genève, ancien professeur apprécié, Ottino est en effet l'auteur de 11 livres publiés en deux salves. Les trois premiers ont paru chez Gallimard entre 1955 et 1958. Les huit autres sont à L'Age d'Homme et s'échelonnent entre 1991 et aujourd'hui...

Pascal DECAILLET Cingria : « Un exercice humain et savant de la vie » Les deux bébés sont sous mes yeux : vivants ! Ces deux livres tant attendus, depuis tant d'années : la partie « Récits » des Œuvres complètes de Charles-Albert Cingria, aux Editions L'Âge d'Homme. En tout, plus de deux mille pages. Et ce ne sont que les « Récits ». Restent les « Essais » et les « Propos ». J'y reviendrai largement, dans les mois qui viennent, charge à moi de m'y plonger, ce que je compte faire au plus tard cet été, sur une colline d'Italie. (...) Grâce à mon ami Pierre-Marie Joris, médiéviste et maître de conférences à l'Université de Poitiers, qui s'est immergé comme peu d'humains dans la troublante immensité de cette œuvre, j'ai pu éprouver, par la passion de ses témoignages, dans la dernière décennie, la part d'aventure et de défi de ce travail éditorial. (...) Reste l'essentiel. Lire Cingria. Exercice d'apnée. Mer Rouge...

Patrick LEISI Nos « gai » incohérences ! (...) Les (anciennes) lenteurs de notre Grand-Conseil permettent, pour une fois de commenter l'actualité. La Commission des droits de l'homme de notre Grand-Conseil traite ces temps (certains diraient enfin vu que le texte a été déposé ne 20 avril 2004) la Pétition 1474 en faveur de la défense des droits des homosexuel-le-s. On peut adhérer ou pas aux demandes, les sensibilités politiques humanistes en feront de belles envolées verbales. Mais, dans le même temps,  c'est le propos de ce blog, silence complet de ces mêmes sensibilités humanistes genevoises sur un cas grave de négationnisme des droits des homosexuels...

Olivier BOT L'après Obama Si vous faites partie de ces gens que les Etats-Unis passionnent et qui suivent, même de loin la présidentielle américaine, lancée par les primaires républicaines, ouvrez sans attendre le livre d'Amy K.Greene sur "L'Amérique après Obama" chez Autrement. Cette blogeuse qui publie sur Potusphere, diplômée de Sciences-Po Paris et de l'université de Pennsylvanie, nous livre un portrait de l'Amérique et de sa transformation qui fera de ce pays, un Etat peuplé pour moitié de non-blancs en 2020. Le récit commence par un portrait bilan du président démocrate, qui suscita de fols espoirs et une haine irrationnelle. Il parle aussi décalage entre le pays réel et son élite. Décrivant la violence de la société américaine et l'appauvrissement d'Etat très endettés. L'auteur nous décrit ainsi des Etats à la dérive comme le Dakota du Sud, l'Alabama ou le Michigan, où le bitume est parfois remplacé par du gravier, par des municipalités plombées par les dettes,  ou encore les "rolling borownouts", des roulements en baisse, et les fermetures de casernes de pompiers pour faire quelques économies sur l'urgence...

Bertrand BUCHS Roaccutane Depuis longtemps nous savons que ce médicament doit être prescrit exceptionnellement, dans des cas d'acné gravissime. Il faut faire super gaffe. Et pourtant, des confrères se permettent de le donner pour soigner quelques boutons disgracieux. Des patients le réclament à corps et à cri pour leurs enfants. Etrange société où le paraître est tellement important que le risque l'emporte sur la raison...

Julien CART «Tango», nouveau talk-show sexiste de la TSR Quoi de plus choquant que le choix de la TSR de créer un talk-show sur la question de la «séduction» visant à «mettre face à face des représentants des deux sexes pour débattre de tout ce qui les sépare et les unit en matière de couple, de sexualité, d'égalité des chances, d'exercice du pouvoir » ? Quoi de plus ahurissant et attérant que le spectacle proposé hier soir, date de la seconde émission Tango, émission au nom pour le moins révélateur qui donne le ton aux "débats" (dans le Tango, c'est l'homme qui guide, tandis que la femme suit)...

John GOETELEN Femmes-Hommes: la différence est-elle une subordination? (...) La première chose intéressante dans le billet de Julien Cart est de lire que le mot: sexisme concerne uniquement la mise en cause de la gent féminine. Laisser entendre que le sexisme ne concerne que des victimes femmes est déjà significatif d'un biais idéologique. En effet le mot sexisme ne s'applique pas plus aux femmes qu'aux hommes. C'est un terme générique qui doit être précisé. Le sexisme contre les femmes est la misogynie. Celui contre les hommes est la misandrie. Il y a donc un abus de langage à parler d'émission sexiste en prétendant n'y voir qu'une attaque contre les femmes. Mais cet abus est significatif de l'empreinte culturelle du mot. Cette empreinte est en elle-même sexiste. Il est en effet sexiste de penser que seules les femmes peuvent être victimes et que forcément les hommes sont leur agresseurs. Le classique de la misandrie coutumière. C'est le résultat de la politisation des relations...

Djemâa Chraïti Jonction - Un sinistre qui lève le voile sur une autre réalité Ils sont une centaine dont une vingtaine d'enfants à avoir dû quitter le 9 avenue de la Jonction, leur immeuble a pris feu lundi peu avant l'aube. Durant 7 heures les pompiers lutteront contre le feu, on ne déplore aucun brûlé. Seul, un homme sautera par la fenêtre et se blessera. Les politiciens seront à la hauteur du drame ; Maudet interrompt son voyage et se rend sur les lieux, Salerno dépêche ses deux collaborateurs les plus proches, on constate la présence d' Esther Alder.  Les organismes caritatifs suivent de près, couvertures, habits, jouets. La cellule cantonale  d'intervention psychologique AGPsy- Police est là avec entre autres psychologues , Alfredo Camelo, intervenant dès les premiers instants auprès des personnes sinistrées. En début de soirée, je me faufile en douce au PC de Varembé...

Béatrice FUCH Oncle Georg ou un horrible secret de famille (...) Voulant en savoir plus sur son oncle Georg durant la dernière guerre, Mireille HORSINGA-RENNO s'est rendue dans la bibliothèque du village près duquel elle réside en Alsace. Et qu'elle ne fut pas sa stupeur, lorsque dans un livre parlant des chambres à gaz, le nom de Georg RENNO, fut cité, comme un médecin allemand en charge, au château d'Hartheim, de l'extermination d'hommes et de femmes handicapées mentales ou physiques. Mireille fut sous le choc, et combien je la comprends entrant dans une forme de culpabilité, de dépression. Côtoyer un homme pendant des années, Oncle Georg, si charmant, mélomane, cultivé et découvrir au travers d'écrits, de photos par la suite, suite à une visite au camp de Mathausen, qu'il dirigeait de telles opérations ressortant de la solution finale. J'ai de l'admiration pour Mireille HORSINGA-RENNO...

Sylvie NEIDINGER Protestantisme rhénan contre orthodoxie grecque On signale l'excellent article paru sous la plume de Sophia Mappa intitulé « la Grèce tragique et ottomane expliquée à l'Allemagne luthérienne » (Rue89, rubrique  Tribune du 4/02/2002) qui décrypte les incompréhensions fondamentales entre l'éthique protestante(cf son lien avec le capitalisme, Max Weber) et l'absence profonde d'adhésion à ces valeurs de la part de la Grèce...

PDC Carouge Carouge est une GRAAAANDE ville ! Le SURB est né.  Non ce n'est pas le sous-marin chargé de surveiller les frontières carougeoises, mais simplement du service de l'urbanisme. Dire service de l'urbanisme cela fait un poil péquenot, SURB c'est quasiment grave classe. Que diable, nous avons des pépettes. Ne reculons pas pour si peu et puisque nous y sommes recrutons le haut de gamme. Madame Pascale Lorenz en est la nouvelle chef. Cela ne vous dit rien... Mais oui, la dernière directrice de la Direction du PAV...

 

 

 

 

Commentaires

  • 9000 commentaires... sans compter, bien évidemment, ceux qu'il censure au nom de sa propre liberté...

Les commentaires sont fermés.