La conviction que l'histoire a un sens

Imprimer

homme qui marche.jpgEn ce temps pascal, qui invite même les athées à s'interroger sur l'ici et l'ailleurs, plusieurs blogueurs s'invitent à la table des débats. Ainsi Pascal Holenweg trouve dans le judéo-christianisme un héritage incontournable et unique: la conviction que l'histoire a un sens. Jacques-Simon Eggly intitule son billet "Seul Dieu voit tout de nous" et conteste un propos de Sartre entendu sur France Culture

Jésus  est très gestaltiste écrit John Goetelen dans un long billet.

"Là où les juifs demeurés fidèles à l'enseignement de la synagogue ne retenaient de la Pâque que la sortie d'Egypte, en somme la fête de la liberté et l'abolition de l'esclavage, écrit  Maurice-Ruben Hayoun, d'autres juifs, désireux de renouveler leur religion par l'intermédiaire de Jésus, jugent que sa crucifixion a nécessairement un sens, qu'elle avait été voulue par Dieu afin de rédimer une humanité pécheresse...

Leila El-Wakhil fait partie de ces blogueurs et blogueuses dont le propos contribue à bâtir une réflexion, la  Meinungsbildung comme on dit Outre-Sarine. L'universitaire revient sur l'initiative de Franz Weber et rappelle que la protection des paysages suisses ne datent pas d'hier.

Jean-Noël Cuénod De l'autre côté du Périph' Samedi, le plouc et la plouquette sont allés applaudir de formidables clowns-artistes «Les Paraconteurs», un duo formé par le Genevois de Paris Mathieu van Berchem et son complice Eric (Le plouc vous en parlera ultérieurement). Ils participaient au festival de clowns organisé à Bagnolet, situé à un jet de pneu brûlé de Paris.  De pneu brûlé, car dès la sortie du métro Gallieni, terminus de la ligne 3, une chaude ambiance accueille plouc et plouquette. Juste à côté du métro, sous cet énorme nœud autoroutier entre le Périph'et l'A3, un grand camp de Roms est ravagé par les flammes...

Leila El-Wakhil Franz Weber et la protection des paysages suisses Au début du XXe siècle déjà les palaces lémaniques furent perçus comme des atteintes graves aux paysages célébrés par Jean-Jacques; le Heimtschutz naquit de ce que Marguerite Burnat-Provins et quelques intellectuels s'horrifièrent des ces intrusions mal venues. Aux promoteurs qui souhaitèrent lancer des funiculaires à l'assaut du Cervin et "enferrer les Alpes", on opposa ensuite un ferme veto http://lelwakil.blog.tdg.ch/archive/2008/11/26/la-constru... Par la suite plusieurs initiatives fédérales touchant au paysage aboutirent, celle de Rothenthurm étant peut-être la plus fameuse, déposée en 1984 pour protéger des biotopes menacés par l'extension d'une place d'armes, elle permit d'asseoir une protection des zones marécageuses. (...) En lançant cette dernière intiative Franz Weber continue de s'ériger en défenseur des valeurs paysagères mythiques de la Suisse, telle qu'identifiées encore par les promoteurs du Vaterland lors de l'Exposition Universelle de Shangaï de 2010 où le pavillon "alpestre", l'une des attractions les plus courues, puisque les visiteurs faisaient quatre heures de queue pour accéder au télésiège, renvoyait à l'univers sensoriel et sonore de l'Alpe dont le pâtre est le héros.

Adrien Faure Nouvelle initiative fédérale JS : le choix des Genevois Mercredi soir en assemblée générale, la Jeunesse Socialiste Genevoise s'est prononcée au sujet de ses deux propositions d'initiative fédérale JSS. Au vote final, c'est en premier lieu l'étatisation des banques qui l'a emporté, et en deuxième position, la socialisation de l'héritage. Les autres propositions étaient notamment l'autogestion dans l'organisation du travail, le droit de vote à 16 ans, l'étatisation du logement, la gratuité des transports publics...

Jacques-André Widmer Les bonnes mœurs de Stauffer et...le Pirate ! Aucun bon ou mauvais point distribué. Aucune référence à la culture gréco-romaine antique Dans les Cordes ou dans Genève à chaud en ce Jeudi Saint. Un invité de marque - Mauro Poggia - est en vedette Dans les cordes distendues et élastiques de la première émission politique de Léman Bleu. Et, en grande première,  un auto-proclamé "pirate", ma foi fort civilisé, survient dans Genève à chaud. (...) Mauro Poggia est surtout là pour annoncé que son illustre client, Eric Stauffer, dispose bel et bien d'un "certificat de bonne vie et mœurs" (...) Le « certificat de bonne vie et moeurs »  établi par les autorités cantonales à la demande de Stauffer est une spécialité juridique des mœurs genevoises qui inverse le fardeau de la preuve et contraint le citoyen à démontrer sa propre innocence et moralité aux dites autorités ! Les vertueux Genevois vivent donc sous un régime de présomption de "mauvaise vie"! Me Mauro Poggia démontre en quelques mots l'absurdité d'une telle procédure d'un autre âge. Quel politique voudra-t-il bien s'insurger et faire abolir ce singulier document, digne de l'Inquisition  ?

Jacques-Simon Eggly Seul Dieu voit tout de nous Parler de Sartre en ces jours de Pâques même si le pape de l'existentialisme était athée. En fait c'est de l'avoir entendu dans un vieil enregistrement repassé sur France culture qui en a donné l'idée. C'était dans le cadre d'un entretien entre la journaliste Laure Adler et cette personnalité étonnante qu'est Georges Steiner. (...) C'est surtout l'irruption dans l'émission de la voix de Sartre qui frappait. Que disait-il ? En substance, il rêvait d'une communication totale entre les êtres humains. De même que chaque personne devant une autre expose, en quelque sorte, la vérité de son corps, de même faudrait-il que chacun lise toute l'âme de l'autre à travers le corps ainsi offert au regard...  Postuler la transparence absolue de chacun sous le regard de l'autre c'est ouvrir la porte à la négation de la sphère privée...

Maurice-Ruben Hayoun Pessah et Pâques chrétiennes... Il n'est pas inutile, dans le présent contexte, de dire un mot de la divergence d'interprétation de cette fête chez les juifs et chez les chrétiens. Le récit vétéro-testamentaire de l'Exode est univoque mais les adeptes de l'Eglise primitive, tout juifs qu'ils étaient, l'ont interprété dans un autre sens, celui de la Résurrection tout en s'appuyant sur des versets prophétiques. Donc en restant dans le cadre juif, quoique non rabbinique. (...) Tout ceci montre bien que cette idée de Résurrection a germé dans un terreau juif dont Jésus est le produit ; mais nous voyons aussi ce qui sépare l'histoire de la mémoire : là où les juifs demeurés fidèles à l'enseignement de la synagogue ne retenaient de la Pâque que la sortie d'Egypte, en somme la fête de la liberté et l'abolition de l'esclavage, d'autres juifs, désireux de renouveler leur religion par l'intermédiaire de Jésus, jugent que sa crucifixion a nécessairement un sens, qu'elle avait été voulue par Dieu afin de rédimer une humanité pécheresse... C'est un total déplacement de sens, un changement absolu de perspective.

Olivier Perroux Les Chagossiens obtiennent 28'702 soutiens Depuis plusieurs décennies, un peuple entier a été déporté de sa terre par l'Angleterre au profit d'une base navale américaine. Dans l'indifférence quasi-générale, les Chagossiens poursuivent la lutte. Ils viennent de remporter une victoire symbolique. Rappel des faits. Au beau milieu de l'océan indien, l'archipel des Chagos abritait quelques centaines d'individus colonisés par l'Angleterre. Aucune ressource naturelle sur cette poignée d'îlots situés sur la route des Indes. Juste une position géostratégique qui a attiré les convoitises américaine. Les USA y installent donc une base militaire dans les années 1960, aujourd'hui la plus grande hors territoire US. (...) En 2016, le bail américain sur Diego Garcia arrive à échéance. Reste a savoir si d'ici là, l'injustice qui frappe quelques poignées de familles aura enfin été réparée.

Solidarités Non à l'élévation de l'âge de la retraite de 62 à 64 ans! Le Comité de gestion de la «CAP», caisse de pension de la Ville de Genève, des communes et des SIG a élaboré ces dernières années un projet de modification du plan de prestations, comportant l'élévation de l'âge de la retraite des milliers d'employé-e-s pour le faire passer de 62 ans à 64 ans. Pour solidaritéS, cette proposition, heureusement rendue publique à grande échelle par un récent courrier adressé par la caisse à tous ses pensionné-e-s et assuré-e-s, doit être combattue énergiquement. Une telle élévation de l'âge de la retraite représente en effet une régression sociale inacceptable d'un point de vue de gauche ou écologiste et un recul marqué du point de vue de la politique de l'emploi de collectivités publiques qui se doivent d'être exemplaires dans ces domaines...

Laurent Leisi  Encore un média non aligné qui tombe La chaîne Iranienne "PRESS TV" vient d'être interdite en Allemagne, après son interdiction en Janvier 2012 aux Royaume-Uni.  Press TV s'est notamment fait remarquer auprès du grand public par sa couverture des mouvements de protestation Occupy, ainsi qu'en fournissant aux téléspectateurs un regard différent sur les offensives lancées contre la Libye ou la Syrie. (...) Les interdictions administratives successives en Europe, au cours des six dernières années, de chaînes d'information libanaises, palestiniennes, libyennes, syriennes et iraniennes illustrent l'incapacité de l'Union européenne à répondre à la contradiction autrement que par la censure et la propagande, et son renoncement aux principes fondamentaux de la démocratie...

Charly Schwarz Depuis 1960 le niveau de bonheur n'a pas bougé Un rapport présenté lundi à l'ONU dénonce  le produit intérieur brut comme ne "reflétant pas la façon adéquate d'aller dans le sens d'une croissance heureuse." (...) Ce résultat, souvent appelé "Le paradoxe du bonheur", est à l'origine d'une discussion internationale sur la promotion du bien-être par le biais de politiques publiques. Il annonce la couleur du prochain Sommet de la Terre.

John Goetelen Jésus  est très gestaltiste (...) Je me méfie des religions mais je garde quelque part en moi une sorte de proximité avec Jésus de Nazareth. Cela tient en partie au fait que j'ai grandi dans une famille croyante. Mais c'est aussi une rencontre personnelle. Encore aujourd'hui, parfois, je sens cette forme particulière d'énergie qui, si c'était un corps, ressemblerait au Jésus de l'iconographie courante: assez grand, mince, très «vertical» dans sa manière d'être, regard présent, à la fois bienveillant et d'une lucidité transperçante. Je sais ce qu'il y a de conditionnement dans cette perception. Je l'accepte car je peux y préserver ma nécessaire distance intellectuelle et émotionnelle. Cela se traduit entre autre par le fait de détacher l'enseignement du Nazaréen d'avec ses officines et ses revendeurs: religions et prêtres. Je garde tout mon esprit critique et mon insoumission à l'égard des religions instituées et de leur système de croyance. (...)  Jésus de Nazareth ne prêche pas: il appelle à la conscience individuelle. Je suis en accord avec cette méthode. Il ne dit pas ce qui doit être fait, il nous questionne nous, dans notre propre conscience individuelle. Il est au fond très atypique par rapport à de nombreux enseignants spirituels. Très gestaltiste. Pour moi il y a un lien évident entre sa manière d'enseigner et la Gestalt...

Pascal Holenweg Fééries pascales... pour célébrer quoi ? (...) Même si l'on ne croit en rien de ce qu'il raconte ni de ce que le dogme contient, même si l'on ne croit ni en Dieu, ni en Diable, ni en Esprit Saint, ni en Christ rédempteur, même si l'on n'est fidèle d'aucune église et quel'on ne tient pas la Bible et les Evangiles (ni d'ailleurs le Coran) comme Le Livre, mais seulement comme un livre, on peut difficilement dans nos contrées culturellement labourées par au moins un millénaire et demi de christianisme ne pas être chrétien... ne serait-ce que parce que de tous les héritages du christianisme, il en est un que nous partageons avec toutes celles et tous ceux qui depuis deux siècles et demi, depuis les Lumières, nous l'enseignent par leurs mots et par leurs actes : la conviction que l'histoire a un sens. Ce sens de l'histoire, cette certitude que l'histoire a un début, un terme et entre les deux une logique, certes spéciste, allant de la bestialité à l'humanité, de la sauvagerie à la civilisation, de la pure violence à la fraternité, c'est bien un héritage chrétien - que le christianisme a lui-même reçu en héritage du judaïsme dont il est issu, judaïsme et christianisme l'ayant à leur tour légué à l'islam, mais aussi aux Lumières, qui l'ont léguées à la culture politique dont nous nous sentons participer. L'histoire a un sens, et ce sens lui est donné par celles et ceux qui la font. En sortant du temps cyclique des Grecs, ou du temps fatal ou magique des paganismes, nous sommes entrés dans un temps téléologique...

 

Commentaires

  • "qui invite même les athées à s'interroger sur l'ici et l'ailleurs,"
    Vous insultez (sans mauvaise intention probablement) l'intelligence des athées.
    Point n'est besoin de croire en un dieu pour se poser des questions sur ce qui a préoccupé les êtres humains depuis l'origine de la pensée. La différence entre croyance et athées ne correspond pas à une différence d'interrogation, mais à une différence dans la réponse.
    Les premiers répondant affirmativement à la question de l'existence d'un ou de plusieurs dieux (je me permets d'inclure dans les croyants d'autres que ceux de nos traditions les plus proches), pour les autres, la réponse est négative (pour les athées par réaction affective ou les athées "fondamentalistes"), ou ne peut faire l'objet d'un choix (positif ou négatif) logique rationnel et ne fait donc pas l'objet d'un oui ou non.
    Comme dans le cas d'innombrables autres croyances, l'importance personnelle qu'on lui apporte dépend donc (en dehors, bien sûr, de l'intérêt que l'on peut apporter à tout objet d'étude) de besoins ou d'orientations psychiques personnels.
    J'aime, sur ce sujet, citer une fois de plus Laplace:
    "Napoléon fit remarquer à Laplace : «Votre travail est excellent mais il n'y a pas de trace de Dieu dans votre ouvrage», Laplace lui répondit : «Sire, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse.»
    P.S. L'hostilité que l'on doit malheureusement observer entre certains croyants et certains athées, qui peut aller jusqu'à la persécution (chose qui existe aussi entre les croyants de diverses religions, ne l'oublions pas) n'est évidemment pas toujours aussi rationnelle, mais repose sur toute une série d'autres considérations: incapacité d'admettre une réponse différente à une même question et problèmes posés par les applications pratiques que les différentes religions font de leur croyance fondamentale.
    Dans une civilisation dite avancée, il paraît en effet difficile d'imaginer que l'on puisse se disputer lorsque l'un dit croire en quelque chose et que l'autre dit écarter la question après y avoir réfléchi.

Les commentaires sont fermés.