La Grande Genève: mots et petits souliers...

Imprimer

Serono, une catastrophe, un accident, un juste rééquilibrage d'une politique non durable? Chacun sur la question à son point de vue. Beaucoup ne disent rien. Sans doute par manque d'information sur le pourquoi du comment. Pascal Holenweg pose la question: à quoi cela sert-il à Genève d'attirer des entreprises à coups de cadeaux fiscaux pour les voir déguerpir dix ans plus tard?

La question est-elle bien posée? En politique comme en amour ou dans d'autres commerces, le choix des mots comptent. Encore faut-il qu'ils soient bien entendus. Grégoire Barbey nous en dit plus. Des mots, Edmée Cuttat en use aussi. Notre chroniqueuse blogueuse saute de Cannes à Paris.

Des mots, Zemmour en use et pour certains en abuse. Gorgui Ndoye et Pascal Décaillet ont leur avis sur la question.

 

Jeffrey Nahas Pour le soutien des activités citoyennes dans l'espace public En Ville de Genève la possibilité d'exercer les libertés d'expression et de réunion dans l'espace public se réduit. À l'emprise grandissante des activités privées et commerciales qui réduisent l'espace public disponible, s'ajoutent des politiques plus restrictives des autorités et des pratiques policières plus répressives qui limitent gravement et souvent empêchent carrément l'exercice d'activités citoyennes. Alors que l'organisation et la tenue de stands d'information politique, les récoltes de signatures, la diffusion de tracts et affiches, la tenue de piquets, les rassemblements, les animations et les manifestations de rue sont des activités citoyennes indispensables à l'exercice des droits démocratiques fondamentaux, les polices cantonale et municipales multiplient les interventions assorties de menaces et intimidations pour limiter, empêcher et réprimer ces activités par des amendes et des poursuites judiciaires... http://jeunesvert-e-s.blog.tdg.ch/archive/2012/05/08/pour-le-soutien-des-activites-citoyennes-dans-l-espace-publi.html

Arnaud Cerutti Gourcuff, le coup de bluff manqué de Blanc C'est en camionnette blanche nous dit-on et non pas en hélicoptère comme ses compatriotes de 2008 que Yoann Gourcuff a quitté l'équipe de France. Le joueur de l'Olympique Lyonnais a été rayé de la liste de Laurent Blanc au dernier moment. Mapou Yanga-Mbiwa aussi, mais, paradoxalement, la mise à l'écart du défenseur de Montpellier surprend moins l'opinion publique. A dire vrai, le coup de bluff du sélectionneur français n'a pas marché. (...) Gourcuff est le fantôme du joueur éclatant, qui avait illuminé de toute sa classe la saison 2008/2009 de Ligue-1... http://cerutti.blog.tdg.ch/archive/2012/05/29/gourcuff-le-coup-de-bluff-manque-de-blanc.html

Daniel Warner Syria and the Threshold Problem What is tolerable? At what point do we say enough is enough and change behavior? President Obama, it appears, became disenchanted with his military advisors when they asked for more troops and more time in Afghanistan without being able to specify how much it would cost and without clear doable objectives. The civil war in Syria continues to rage with innocent lives lost every day. Even Russia, Syria's ally, has condemned the violence, yet there has been no fundamental change in behavior from the warring parties or the international community. When does the tolerable become intolerable and cause fundamental changes in behavior? http://danielwarner.blog.tdg.ch/archive/2012/05/29/syria-and-the-threshold-problem.html

Pascal Holenweg  Quand la Grande Genève vit sur un grand pied mais est dans ses petits souliers... Le crash de Serono remet bien à Genève quelques pendules à l'heure, mais pas celles que les apprentis horlogers de la droite bidouillent dans le texte qu'ils proposent au Conseil Municipal : On a parlé d'un traumatisme pour Genève, après la liquidation sans motif légitime d'une entreprise performante et de plusieurs centaines d'emplois dans le plus grand licenciement collectif jamais opéré dans le canton. La fin de Serono serait en effet un événement gravissime. Mais pas un accident, ni, au sens étymologique, une catastrophe : la conséquence du choix délibéré d'un certain type de développement économique, et de la priorité accordée à un certain type d'entreprises. Et la question que cela pose est fort simple : à quoi cela sert-il à Genève d'attirer des entreprises à coups de cadeaux fiscaux pour les voir déguerpir dix ans plus tard, en laissant aux collectivités publiques le soin d'assurer l'avenir immédiat de leurs employés licenciés ? Le type de développement qui a été choisi à Genève et que la droite veut pérenniser a des conséquences calamiteuses sur toute sa région... http://causetoujours.blog.tdg.ch/archive/2012/05/29/cecite-dans-la-cite.html

Antoine Vielliard Le financement français du CEVA a pu être bouclé notamment grâce au financement du département et de la région. Un exemple de travail politique constructif au service des habitants malgré les différences partisanes. Cela a été possible en particulier grâce à la réorientation des fonds frontaliers vers les projets structurants que j'ai vigoureusement défendu. Il y a deux semaines nous avons ainsi pu passer la provision annuelle de fonds frontaliers pour le CEVA de 3 millions par an depuis 4 ans à 7 millions par an pour les prochaines années. http://portevoix.blog.tdg.ch/archive/2012/05/29/proposition-14-pour-soutenir-le-developpement-des-transports.html

Edmée Cuttat Roland Garros: Le machisme crasse de Marc Rosset Il a carrément suffi d'un match pour que les jeux me semblent quasi faits. Autrement dit une finale Nadal Djokovic, Federer me paraissant déjà plus ou moins largué. Avec un  léger avantage à Nadal, si je considère les entrées en matière des big two du classement.   Vous me rétorquerez que Dracula a été pratiquement autant bousculé par l'Italien Potito Starace que la légende par l'Allemand Kamke, chacun abandonnant dix jeux à leur adversaire respectif. Mais je ne sais pas pourquoi, chaque fois que le phénix rate une balle, j'ai une forte tendance à imaginer qu'il est cuit. Même contre un nobody. Pour ne rien vous cacher, Stanislas Wawrinka me file parfois moins les chocottes. A part ça, si le tandem de choc Dupuis-Rosset avait l'heureuse idée de cesser de nous répéter à l'envi que la joie et la fierté de batailler sur le Central risquent souvent de se transformer en cauchemar pour les seconds couteaux qui doivent en découdre avec les cadors du tamis, ça nous ferait des vacances... http:// / ecuttat.blog.tdg.ch archive/2012/05/29/roland-garros.html

Charly Schwarz Le «doux ronronnement» des conseils d'administration Les enjeux politiques de demain sont liés à la démographie, à l'environnement, aux migrations, à l'éthique... Mais actuellement, la droite gouvernementale (PLR /PDC) obsédée par le moins d'état, concentre son énergie sur les finances et l'économie en mettant son poids sur des dossiers où finalement son action est limitée par la mondialisation. Elle néglige les politiques où les champs d'action sont encore nationaux, et donc dotés de véritables pouvoirs (culture, environnement, santé, social). Elle préfère le « doux ronronnement » des conseils d'administration... http://geneve.blog.tdg.ch/archive/2012/05/29/le-doux-ronronnement-des-conseils-d-administration.html

Grégoire Barbey L'amour des mots (...) L'art des mots, et l'amour qui en découle, est pour moi ce qu'il y a de plus curieux et merveilleux dans ce monde. J'aime la communication, l'inventivité qui va de pair avec l'utilisation de la langue. Je me prends souvent à écouter les mots, lors d'une conversation, et les voir s'imprimer en toutes lettres dans mes pensées. Quand bien même ils ne sont que des préjugés, les mots me transportent et m'interrogent. Ils m'intriguent et me passionnent. De l'orthographe à la calligraphie, en passant par les sons, ils sont d'infinies questions. Pourquoi ? Comment ? Je ne cesserai jamais d'aimer les mots. Et ils me le rendent bien !  http://gregoiresapereaude.blog.tdg.ch/archive/2012/05/29/l-amour-des-mots.html

Gorgui Ndoye Zemmour : le mal-être d'un hybride " Qui veut ta mort ne se soucie pas de tes peines", je pense que c'est d'Ousmane Sembène, l'aîné des cinéastes africains. Je convoque ce Doyen qui, à Genève, à l'Hôtel Bristol, 6 mois avant sa mort, me regardant les yeux dans les yeux, l'animateur suisse Jean Marc Baehler de Republik Kalakuta était là avec ses enfants et ma collaboratrice américaine, me dit : " Nous devons être notre propre soleil." Je voudrais dire aux Africains de France qu'Éric Zemmour a plus de problèmes avec lui-même qu'avec vous. Il cherche sa place en épousant la Droite dite populaire française de l'UMP et le voilà sous les yeux énamourés de Marine Le Pen. Ignorez le royalement et organisez vous plus en conséquence pour barrer la route aux haineux de tout bord, aux spécialistes des manipulations historiques et ceux qui au fond d'eux mêmes ont honte de savoir que nous savons. http://continentpremier.blog.tdg.ch/archive/2012/05/29/eric-zemmour-le-mal-etre-d-un-hybride.html

 

 

 

Les commentaires sont fermés.