Alexandre Jöhl: Petite histoire d'une agression manquée

Imprimer

Cour saint pierre.jpgCour Saint-Pierre, le lundi 23 juillet 2012, peu avant minuit. Assis sur un banc face au Musée International de la Réforme, je discute avec mon ami Matthias Lanzoni en rentrant d'une séance de travail. L'air est doux, le ciel est dégagé, c'est une belle soirée d'été. Soudain, un bruit rompt le silence. « Oh ! » entendons-nous au loin. A une cinquantaine de mètres de là, un groupe de trois jeunes hommes se tient sur le parvis de la cathédrale. « Oh ! » L'interpellation se fait plus insistante. Lorsque nous lui prêtons attention, un individu en training rouge nous demande avec un inaudible accent à la Booba (langage de banlieue française) si nous n'avons pas une cigarette. - Non, lui retourne-t-on poliment. - Plus fort ! nous somme-t-il. Surpris par ces manières pour le moins cavalières, nous échangeons un regard pantois. - Non, désolé ! réitère Matthias à voix haute. - Oh !! Comment tu me parles ?! Tu me parles pas comme ça !! s'emporte notre interlocuteur sur un ton agressif. Nous ne répondons pas à ses vociférations. Après un court silence, les trois hommes se mettent en marche dans notre direction. (...) Deux solutions s'offrent dès lors à moi : 1 Je mets en pratique les techniques d'autodéfense apprises à l'armée 2 Je m'en vais et l'affaire se termine là... La suite sur http://paroles.blog.tdg.ch/archive/2012/07/24/t-as-une-cigarette-petite-histoire-d-une-agression-manquee.html

Micheline Pace La Suisse aide à la création d'emplois en Tunisie Avec SWISSINFO, on découvre il y a quelques jours encore plus les actions de l'aide au développement dans le pays en transition qu'est la Tunisie, ce avec un programme englobant les aspects essentiels de la problématique, dont la migration. (...) Pour information, un Forum entrepreneurial Suisse-Tunisie va avoir lieu à Genève en novembre. Le but de cet échange entre opérateurs économiques suisses et tunisiens, membres de la diaspora tunisienne porteurs de projets, est d'apporter des opportunités pour de nouveaux partenariats, essentiels à tout développement vital.  http://civitas.blog.tdg.ch/archive/2012/07/24/la-suisse-aide-a-la-creation-d-emplois-en-tunisie.html

Pierre Jenni Protection des données et transparence Dans le cadre de mon mandat de représentant des taxis de service public, j'ai eu l'occasion de faire appel aux services des préposées qui m'ont impressionné par leur rigueur et leur professionnalisme. Le Conseil d'Etat a élu des candidates extrêmement compétentes et dédiées à leur tâche qu'elles assurent avec une efficacité qui ne plait pas à tout le monde.  A tel point que la commission des finances du Grand-Conseil a décidé de couper les vivres au service en sabrant brutalement dans le budget du bureau, supprimant le poste de secrétariat et entravant ainsi sérieusement le bon fonctionnement de ce service. Nous assistons là à une dérive grave du système qui tourne en vase clos puisque c'est l'Etat qui valide le choix des personnes qui seront susceptibles de les contrôler par la suite... http://heytaxi.blog.tdg.ch/archive/2012/07/24/protection-des-donnees-et-transparence.html

Daniel Warner Do Guns Kill or People Kill? When I first came to Switzerland in 1972, I remember standing on the train platform in Bern and seeing rifles lined up outside a restaurant. Soldiers had left their weapons unattended while eating. Coming from my New York experiences in the South Bronx and Harlem, I couldn't believe my eyes. The recent shootings in Colorado once more raise the question: Do guns kill or people kill? The powerful gun lobby in the United States, the National Rifle Association (NRA), continues to maintain that people kill, and that laws restricting access to weapons will have no effect. Their argument is that with more guns available people will be better protected, much like Professor Kenneth Waltz's argument that if all countries had nuclear weapons none would use them... http://danielwarner.blog.tdg.ch/archive/2012/07/24/do-guns-kill-or-people-kill.html

David Divorne Ces gitans qui n'ont pas besoin de nos lois Voilà  un bel exemple qui démontre comment notre justice à deux poids, deux mesures fonctionnent. Que se passe t'il si vous même, avec plusieurs de vos amis, allez sur le terrain d'un agriculteur (ou un espace publique) pour camper ou faire votre BBQ? Ni une, ni deux, vous vous faites dégager vite fait, et là pas de négociation possible. Pourtant les gitans eux, s'installent dans des champs sans autorisation et ont encore le droit de négocier!?! (Mais négocier quoi bon sang!?! Le droit de ne pas respecter les règles !?!) D'ailleurs vous, vous ne pouvez pas camper n'importe où, vous êtes oblige d'aller dans des campings. J'aimerais bien voir la tronche de la police, des avocats ou des juges si on s'installait dans leur propriété et qu'on leur disait...  http://dddnews.blog.tdg.ch/archive/2012/07/24/ces-gitans-qui-n-ont-pas-besoin-de-nos-lois.html

John Goetelen Fleur Pellerin et Cécile Duflot: misogynie, vraiment? La France s'émeut depuis quelques jours d'une poussée possible de misogynie localisée aux sphères du pouvoir. La semaine dernière Cécile Duflot s'attirait les foudres de députés pour avoir porté une robe un peu trop estivale à leur goût. Je n'ai pas connaissance qu'il existât un règlement particulier, sauf celui de la coutume, de la décence et de la bienséance... http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2012/07/23/36b63686fe1661085f8207e7637fc866.html

Christina Meissner Challendin : leçons pour Genève La manière dont le département de l'urbanisme à traité ce dossier est un cas d'école de ce qu'il ne faut pas faire. Plus qu'une erreur, c'est une faute ! Et nous en payerons très cher les conséquences, si nous ne sommes pas capables de déceler les fautes fondamentales qui y ont été faites. Il n'est par contre pas trop tard pour en prendre conscience et changer de cap. (...)Je plaide donc pour une réforme profonde des compétences en matière d'aménagement du territoire, pour sortir des blocages stériles par l'implication des acteurs au bon niveau. Concrètement, il s'agit de redistribuer les compétences entre le canton et les communes, voire l'agglomération transfrontalière (mais là, le pouvoir de décision ne nous appartient plus que partiellement ...) : le canton doit clairement rester le garant de la vision globale (...) les communes doivent être en charge de l'aménagement local (plan directeur communal mais surtout plans directeurs de quartiers, plans localisés de quartier, etc.) en y impliquant tous les acteurs concernés, mais des règles du jeu claires et respectées par tous les acteurs (canton compris !). Et tant pis (ou tant mieux !) si la vision qui en ressort n'est forcément celle des experts urbanistes ou celle de la densification maximale !  http://leblogdezebulon.blog.tdg.ch/archive/2012/07/23/l-amenagement-est-notre-affaire.html

Valérie Cossy Ecrire pour vivre autrement «Ce fut à cette époque que je fis connaissance avec la première femme d'un esprit supérieur que j'ai connue, et l'une de celles qui en avait le plus que j'ai jamais rencontrées. elle se nommait Mme de Charrière. C'était une hollandaise d'une des premières familles de ce pays, et qui dans sa jeunesse avait fait beaucoup de bruit par son esprit et la bizarrerie de son caractère.» C'est en ces termes que benjamin Constant relate, dans Ma vie, sa rencontre avec Isabelle de Charrière en mars 1787. Cette rencontre allait donner lieu à une liaison célèbre de l'histoire littéraire entre une dame hollandaise un peu étrange et le très jeune homme qu'est alors Constant : il a vingt ans, elle quarante-sept. Cette «bizarrerie» a de quoi surprendre aujourd'hui encore, et, longtemps en effet, cette liaison a elle-même infléchi la réputation d'Isabelle de Charrière. Constant l'immortalisa non seulement dans son autobiographie mais également dans son roman Adolphe, dans lequel il fait apparaître Isabelle de Charrière sous les traits d'une « femme âgée » à laquelle il accole plus que généreusement l'adjectif « bizarre ». Lorsque Constant rencontre Isabelle de Charrière, elle est à Paris, où elle est venue étudier la musique et où elle vient de publier Caliste, le plus célèbre de ses romans... http://pressespolytechniques.blog.tdg.ch/archive/2012/07/23/ecrire-pour-vivre-autrement.html

Thierry Cerutti Vernier : le pôle des potes Depuis le début de cette nouvelle législature la ville de Vernier connaît une administration unique en Suisse puisqu'à sa tête on trouve une alliance monocolore. Comme toujours lorsqu'il n'y a pas d'opposition gouvernementale, ceux qui sont aux commandes en abusent. Cet assemblage, contrairement à un bon vin genevois de notre terroir qui ravirait nos papilles, nous donne la gueule de bois. Ce trio-pack d'occasion bloque la communication entre l'administration communale et les élus des formations opposées. Que veulent nous cacher ces magistrats ? Où plutôt qu'ont-ils à cacher ! Il n'y a pas que les électeurs du MCG qui souhaitent le savoir, mais également tous ceux qui ne sont pas de leur bord aussi soit plus de 85% de la population. Pris dans son délire monocolore, le CA va même jusqu'à refuser de répondre aux Interpellations Urgentes de conseillers municipaux lorsque celles-ci les dérangent... http://thierrycerutti.blog.tdg.ch/archive/2012/07/23/le-conseil-administratif-de-vernier-ou-le-pole-des-potes.html

 

 

Les commentaires sont fermés.