Jacques-Simon Eggly Mahomet : nos Etats démocratiques ne sauraient rogner la liberté d’expression trop chèrement acquise

Imprimer

eggly large.jpgPersonne ne le conteste, le film sur Mahomet qui a suscité les violences que l’on sait dans tout le monde arabe est une provocation lamentable et choquante.  (…) Quelle ligne tenir dans nos démocraties ? Tenir compte de cette donnée d’une sensibilité exacerbée, historiquement explicable dans les pays musulmans et donc édicter des lois, prendre des mesures de contrôle restreignant notre liberté d’expression ? Ou bien demeurer ferme sur notre ligne, expliquer nos valeurs par les relais de tous les Musulmans non radicaux qui, dans leurs pays respectifs, comprennent que cela est inhérent à la démocratie ? Et tenir aussi le choc face aux réactions violentes dont on sait qu’elles sont en partie le produit d’habiles manipulations ? Pour notre part, si un appel à une certaine retenue, à un certain tact nous parait souhaitable, nos Etats démocratiques ne sauraient, pour autant, régresser en rognant de plus en plus une liberté d’expression, d’opinion, de création  qui se réclame d’un doit fondamental trop chèrement acquis pour l’abandonner peureusement devant la menace. Il en va de la pérennité de nos sociétés et d’une civilisation. http://jseggly.blog.tdg.ch/archive/2012/09/16/jusqu-ou-defendre-la-liberte-d-expression.html

 

 

 

Djemâa Chraïti: Tunisie, « Les ossements de mon père » Un communiqué de presse laconique qui tombe dans toutes les salles de rédaction tunisienne vendredi 7 septembre « Des restes de dépouilles de cinq, des dix personnes exécutées suite à leur condamnation dans le procès du coup d'Etat de 1962 ont été retrouvés, a annoncé le ministère de la Défense nationale dans un communiqué publié vendredi. » La liste des cinq est énoncée, je n’y vois pas le nom de mon père. Une angoisse sourde qui m’étreint, mais où est-il, une deuxième mort en perspective, la mort des disparus?  J’envoie un email à une journaliste… Le flash me ramène à mes trois ans et demi , je posai  alors la même  question à ma grand-mère dans notre jardin à Tunis,  où les roses et le jasmin rivalisaient de beauté et de senteur,  elle m’attira vers elle et me répondit :"ton père est parti au ciel ».. (…) Finalement, la  réponse officielle est arrivée, il est prévu que le périmètre de recherche soit élargi.  Mon imagination  vogue entre cette terre retournée;  l’amoncellement, le bruit sec et sourd  des pelletées à la recherche des dépouilles  perdues.  Et mille et une interrogations… http://regardscroises.blog.tdg.ch/archive/2012/09/16/tunisie-les-ossements-de-mon-pere.html

 

Catherine Armand  Chêne-Bourg : un niet incompréhensible  Un quartier mort, sinistré. Même la Coop y a fermé ses portes, remplacée par Aldi, dans un centre commercial glauque et vétuste. Peu de terrasses sur la rue, sinon les quelques vagues tables d'un bistro minable, à l'entrée du Brico Loisirs. La rue François-Perreard? Une friche industrielle. L'avenue François-Adolphe-Grison? Vide, et sans intérêt, sinon l'excellente pizzeria Borgia, dont la terrasse se cache -à raison- dans la cour. La place de la Gare? Un parking… Et enfin, grâce au CEVA, arrive un projet ambitieux, avec une place piétonne, de nouveaux logements, de nouveaux commerces. Les habitants et les autorités de Chêne-Bourg devraient se réjouir de cette aubaine. Pourtant, le Conseil Municipal et le Conseil Administratif de la Commune viennent de donner un préavis négatif unanime au Plan Localisé de Quartier. Incompréhensible!  http://catherinearmand.blog.tdg.ch/archive/2012/09/17/effacer-et-reecrire.html

 

Ambroise Mangeat La longue apnée du candidat Barazzone Tout avait bien commencé pour le PDC : une candidate de l’extrême gauche, un candidat de l’extrême droite et le PLR qui décide de sauter son tour. Le 21 août lors de l’assemblée générale du PDC on oublie presque de remercier le président de la section ville d’avoir fait acte de candidature au cas où pour acclamer Guillaume Barazzone et se féliciter d’avoir enfin à nouveau un représentant du parti à l’exécutif de la ville. Seule entorse, "Genève à chaud" le 5 septembre. Pascal Décaillet goûte peu à la cuisine électorale et affiche un soutient de plus en plus marqué pour la candidature d’Eric Bertinat… (…)Pour le reste on reprend son souffle et on replonge. La stratégie n’aura pas fonctionné, vendredi passé Didier Bonny, vieil ami du parti, est sorti du bois. Onde légère ou tsunami, la campagne électorale qui débute aujourd’hui nous le dira. http://coupdoeil.blog.tdg.ch/archive/2012/09/17/la-longue-apnee-du-candidat-barazzone.html

 

Serge Bimpage : Myriam est une « misée ». Avec Le chemin sauvage, soufflle un vent nouveau sur la production suisse. On le doit à un auteur venu sur le tard, à la faconde, au style et à l’imaginaire bien trempés. Les éditions du Seuil ne s’y sont pas trompées, qui l’ont aussitôt publié. C’est la saga d’un garçon de douze ans, dans un village helvète. Myriam est une « misée », l’un de ces enfants adoptés pour être ensuite vendu comme garçon à tout faire ou servante à la ferme et sévèrement exploité. A vrai dire, Jean-François Haas voulait écrire l’enfant en lui qui racontait son histoire. Et c’est en replongeant dans son passé qu’il s’est souvenu de l’orphelinat tout proche, en même temps que d’un article choquant sur la mise et de camarades enlevés à leurs parents pour cause d’alcoolisme et de pauvreté. Il n’en fallait pas plus pour que son projet prenne le contour d’une fiction sociale.  Historien de formation, l’auteur rappelle que la mise a existé jusque dans les années 30 et que des milliers d’enfants ont été enlevés à leurs parents par les autorités pour être placés dans des orphelinats ou des fermes, battus et parfois abusés. Une fois ouvert, on ne lâche pas ce roman foisonnant… http://sbimpage.blog.tdg.ch/archive/2012/09/17/les-remords-de-la-mise.html

 

 

 

Eric Bertinat : Didier Bonny fera-t-il perdre l'unique siège à droite? La candidature de Didier Bonny redistribue les cartes. Si, comme le laisse penser Pascal Décaillet sur sa page facebook, le candidat indépendant s’assure l’appui de Robert Cramer, ou même des Verts genevois, voilà une situation nouvelle pour les trois prétendants à l’élection du 4 novembre prochain. Avec Didier Bonny, les Verts veulent donc un gouvernement monocolore. Robert Cramer et ses amis ne se sont guère manifestés tant que la candidature PDC était en concurrence avec la mienne. Il est vrai que le PDC n’a jamais été un problème pour la gauche… Mais avec Guillaume Barazzone, amputé de son aile gauche, l’élection au Conseil administratif d’un UDC devient à prendre au sérieux. La candidature UDC devient la seule qui puisse réellement représenter la droite à l'exécutif communale. Pour conserver son siège, la droite doit revoir son jeu ! http://riton.blog.tdg.ch/archive/2012/09/17/didier-bonni-fera-t-il-perdre-l-unique-siege-a-droite.html

 

Gabriel Doublet : « Je vais déposer plainte contre un gitan » (…) Je me rends rapidement à côté de cet excité à qui je demande de manoeuvrer au plus vite pour libérer la circulation, ce à quoi il répond : "je vais aller m'installer chez ta mère ". (…) Nous continuons quelques minutes à nous empoigner, tandis qu'une femme vient me rejoindre, excédée, et demande à ce monsieur d'arrêter... Il l'insulte et lui dit des choses que je n'ose pas écrire. (…) Ce que j'aimerais comprendre, c'est comment un groupe qui se comporte de la sorte puisse jouir d'une telle apparente impunité. J'espère que ma plainte ira à son terme. Car il nous appartient à tous de faire respecter la loi et de défendre le droit, c'est le devoir de chaque citoyen. Ce groupe déshonore les gens du voyage en général. Il fait un tort invraisemblable aux groupes qui se comportent bien. Il provoque les amalgames. Et je pense qu'ils se permettent tout parce que nous ne sommes pas assez fermes, parce qu'à un certain niveau de la hiérarchie, toutes les conséquences ne sont pas tirées de ces agissements pourtant inacceptables. Notre passivité conduit à faire émerger un sentiment d'impunité chez ces gens. Somme nous encore dans un état de droit, dans lequel la loi s'applique à tous ? Autorité, respect des lois, ces concepts font-ils encore sens? Je pose la question, et la réponse que je devine me fait frémir. La France traverse une crise morale profonde et il va devenir extrêmement urgent de se réveiller. http://sanfargan.blog.tdg.ch/archive/2012/09/17/des-gens-du-voyage-qui-voyagent-peu.html

 

Bruno Toffano  Photographie du mois Un habitant du quartier de Plainpalais à Genève nourrit régulièrement deux populations, les pigeons et les Roms.  http://aphroditepixart.blog.tdg.ch/archive/2012/08/31/septembre-photographie-du-mois.html

 

 

 

Olivier Bot Les secrets d’un brûlot (…) En voyant l’extrait de L’innocence des musulmans sur la Toile, un doublage post-synchro des acteurs est audible par instants. Curieusement, à chaque fois qu’il est question de Mahomet et du Coran. Cindy Lee Garcia, une actrice qui apparaît à l’image, est surprise par ces dialogues et par le titre. Elle a participé au tournage d’un film intitulé Les guerriers du désert, où le personnage présenté comme le prophète Mahomet s’appelait Maître Georges et où il n’était pas question du Coran. Maître Georges (Mahomet) est violent et caresse des femmes. Des scènes qui ont choqué. Sur le blog de l’Assemblée nationale copte des Etats-Unis que nous avons consulté, un lien renvoie à la vidéo incriminée. Sur une page datée du 11 juin dernier, une photo montre, lors d’une manifestation anti-islamique devant la Maison-Blanche à Washington, Morris Sadek, le président des Coptes en Amérique, aux côtés de Terry Jones, le pasteur fondamentaliste qui avait brûlé des exemplaires du Coran en avril dernier. Ce dernier a reconnu avoir été en contact il y a plusieurs semaines avec Sam Bacile (lire ci-dessous). Parmi les consultants autoproclamés du film s’est fait connaître un autre militant fondamentaliste, Steve Klein, fondateur de l’Union des chrétiens courageux, qui a multiplié les manifestations devant des mosquées. Selon The Guardian, il collaborerait fréquemment avec les expatriés coptes dans la dénonciation des crimes des musulmans en Egypte. http://mondetdg.blog.tdg.ch/archive/2012/09/17/tles-secrets-d-un-brulot.html

 

Guy Mettan : Une impitoyable guerre économique Pendant des décennies, l’économie suisse a prospéré, très bien d’ailleurs, dans l’ombre du pacte d’acier qui unissait les ténors de la finances aux grands capitaines d’industrie. Christoph Blocher, président d’une des grandes entreprises chimiques du pays, membre du conseil d’administration d’UBS et proche des milieux financiers zurichois, a longtemps incarné cette alliance du coffre-fort et de l’usine, huilée par l’échange continu de fauteuils d’administrateurs entre les deux cercles. Mais voilà, l’union sacrée a volé en éclats. On peut symboliquement faire remonter cette rupture au 6 septembre 2011, quand la BNS a arrimé le franc à l’euro, et donc lâché les intérêts de la finance pour préserver ceux de l’industrie d’exportation. (…) L’économie capitaliste est coutumière de ces batailles homériques et il n’y a rien de nouveau sou le soleil. Sauf que, pour la première fois, c’est la finance qui est en mauvaise posture et qu’il incombe de sauver… http://guymettan.blog.tdg.ch/archive/2012/09/17/une-impitoyable-guerre-economique.html

 

 

 

 

Commentaires

  • Jacques-Simon Eggly Mahomet
    Le Journal catholique La Croix avait donné l'URL de ce film. Je l'ai vu: c'est une infamie. Invoquer la "Liberté d'expression" est, pour le moins très léger!
    Il ne s'agit pas de promulguer une nouvelle Loi. Il s'agit au minimum, d'un peu de respect, pour soi-même autant que pour l'autre. Claire-Marie

  • Chère Claire-Marie. Je comprends votre point de vue. Cependant, qui va poser le curseur d'une restriction? La loi contre le racisme et la haine raciale pourrait-elle être évoquée pour ce film? Mais alors, à chaque fois qu'un humoriste style Dieudonné flirte avec les normes raciales, qu'un journal satirique comme le Canard Enchaîné se moque ouvertement des chrétiens, des juifs ou des musulmans, faut-il faire intervenir la censure? Ce serait le début de la fin des libertés individuelles. La communauté musulmane, pour ne citer qu'elle, poserait peu à peu de nouvelles exigences. Par exemple. La semi-nudité ou la nudité serait le prétexte pour dire que cela heurte la foi des croyants; la publicité pour de la viande de porc serait alors une abomination étalée dans la publicité et dans les boucheries; la vente d'alcool serait alors aussi attaqué par l'interdit coranique... C'est le danger de se référer sans cesse à Dieu.

    Tout en sachant très bien que ce film est pathétique et nul, il est possible pour un croyant ou une croyante de critiquer et de rejeter ce genre de fiction tout en restant correct et d'accepter la bêtise haineuse des personnes qui prennent un malin plaisir à détruire les croyances des uns et des autres sans aucune réflexion, sans aucun talent, sans grâce. et sans art.

Les commentaires sont fermés.