Adrien Faure: Double mémoire

Imprimer

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Adrien Faure: Double mémoire A l’heure où j’écris ces lignes je viens de terminer un long processus débuté en avril 2016. Pendant plus de trois ans, en parallèle de mes cours et de mon job-étudiant, j’ai rédigé des mémoires de Master. (...) Le premier mémoire porte sur le système de formation et d’éducation et sur la possibilité et l’intérêt de libéraliser ce système, le second sur la philosophie politique de la pauvreté. Il est possible que j’en publie des parties ici. Politiquement, après l’aventure du Parti Libertarien, j’ai rejoint, comme vous le savez peut-être, les Jeunes Libéraux-Radicaux en janvier 2016. Au début, j’ai tenté de retrouver parmi eux la joyeuse et chaotique horizontalité militante idéaliste que je connaissais de mes années au sein des jeunes socialistes. Mais chez les jeunes du centre droit la politique se fait différemment. (...)

André Naef: Pour l'écrivain soviétique Vasily Grossman, Staline et Hitler se rejoignaient dans l'horreur (...) Miraculeusement, quelques exemplaires furent transférés clandestinement en Occident - par l'intermédiaire notamment d'Andreï Sakharov - et en 1980 une version française fut finalement publiée à Lausanne par l'éditeur d'origine serbe, Vladimir Dimitrijevic, lequel avait déjà à son actif plusieurs dissidents soviétiques. Mais il fallut attendre la glasnost de Gorbatchev pour qu'il paraisse enfin en Russie en 1989 dans sa langue originale. En 2013, le FSB, successeur du KGB, "libéra" Vie et Destin afin qu'il puisse être versé aux archives du Ministère de la culture. Mais Vasily Grossman, mort en 1964 d'un cancer du pancréas à l'âge de 59 ans, ne connut aucun de ces heureux développements. Aujourd'hui, dans la Russie poutinienne en passe de réhabiliter la figure monstrueuse de Staline, il est plus ou moins ignoré. Car, comme le constate Alexandra Popoff, "il est plus facile de croire en un glorieux passé que d'admettre que le stalinisme et le nazisme sont les deux faces d'un même miroir". Si sa biographie était publiée un jour en langue russe, il serait intéressant de voir la réaction de l'actuel maître du Kremlin ! (...)

 

Olivier Perroux: Pauvre Suisse Depuis « dans la peau d’un noir », les démarches qui visent à embrasser l’identité d’une population pour en comprendre le quotidien sont nombreuses. La pauvreté n’a pas échappé au phénomène. La journaliste Florence Aubenas avait publié le « Quai de Ouistreham », qui d’ailleurs est en cours d’adaptation pour le cinéma. Ainsi, la démarche de la journaliste de Swissinfo est compréhensible, de même que la réaction de Grégoire Barbey. S’essayer à la pauvreté le temps de quelques jours a quelques chose d’extrêmement superficiel qui fait fi de la dimension psychologique, lente dégradation jusqu’à devenir enfermante. Au moins, l’expérience menée par Florence Aubenas contrecarrait cette difficulté en s’étalant dans le temps. La collusion de ces différentes incursions de la pauvreté dans les médias de notre pays est choquante sur d’autres plans. D’abord, elle laisse sous silence la part très faible des dépenses sociales dans le PIB du pays. Là où la France, championne d’Europe, consacre presque le tiers de son revenu national en dépenses sociales (une part en diminution), la Suisse n’en consacre que 16% (statistiques de l’OCDE, 2016). Deux fois moins. (...)

 

Edouard Dommen: L’économIe n’est pas la guerre En 1965 s’ouvrait à l’Île Maurice une improbable usine dont la fonction n’était que percer d’un trou les rubis destinés à équiper les montres suisses. Fruit de l’imagination féconde jointe au sens discipliné de la gestion d’entreprise du suisso-mauricien José Poncini, elle allait transformer l’économie mauricienne en un modèle de prospérité partagée. Lors de l’inauguration de l’usine, le ministre du commerce et de l’industrie, Maurice Paturau, dit « L’idée novatrice et pleine de promesse de M.Poncini est de placer l’Île Maurice non comme un concurrent sur le marché international, mais comme un maillon indispensable dans la chaîne de production d’industries manufacturières d’Europe et d’ailleurs ». . Trump, avec votre vision guerrière du commerce international, vous avez un bon demi-siècle de retard !

 

Djemâa Chraîti: Moral suprême pour nage extrême Ils l'ont fait et ils ont réussi. Victor Mellerín et Sergio Bianchini, surnommés les deux moustachus ont réalisé un exploit, le 3 août, à savoir, la traversée en 28 heures de 75 km de nage, au départ du Château de Chillon direction Genève Bain des Pâquis. Un relais continu entre les deux nageurs équipés d'une loupiote sur la tête pour s'éclairer et être repéré par le bateau qui les suit a permis cette folle traversée effectuée de jour et de nuit. Tous deux se sont jetés à l'eau pour une cause, la recherche du cancer de la prostate, du cancer des testicules et de la prévention de suicide chez le jeunes. Les dons récoltés ont été versés à la Fondation Movember. (...)

 

Rémi Mogenet: Le théâtre francophone de Karl Müller-Friedberg Mon ami Jean-Vital de Muralt, grand amateur d'histoire et de littérature suisses, m'a fait découvrir un personnage très intéressant, appelé Karl Müller-Friedberg (1755-1836), homme politique qui fonda le premier théâtre permanent de Saint-Gall, en 1803, et qui, probablement à cette occasion, composa au moins deux pièces que mon ami m'a fait lire, la Fille de seize ans et la Prise de Sainte-Lucie. Elles sont, en effet, en français (je lis bien mal l'allemand), comme c'était souvent encore le cas dans le monde allemand à cette époque. Le style en est celui du drame bourgeois, tel que le concevait Diderot, explicitement cité. Le milieu est bourgeois, mais le ton est sérieux. (...) Cela me rappelle les idées de Joseph de Maistre, qui assurait que la France était le peuple élu par excellence, et que la langue française était divine par essence, mais que le monde ne pourrait être sauvé que si les Anglais se convertissaient au catholicisme – et si les Français bien sûr revenaient à cette religion de façon claire et franche. Müller-Friedberg était catholique aussi (...)

 

Pascal Décaillet: Le miraculeux paravent des bobos Genève construit l'avenir de sa fiscalité sur une alliance objective entre la défense des assistés et celle des personnes très aisées. On l'a bien vu, ce petit jeu, autour de la réforme de la fiscalité des entreprises. Prise en tenaille entre ces deux extrêmes de l'échelle, il y a toute l'étendue de la classe moyenne. Laborieuse. Salariée ou indépendante. Soumise à une pression fiscale sans précédent. Ne parlons pas des primes maladie ! Ni des loyers ! (...) Et si ces thèmes, tout planétaires, bibliques, messianiques soient-ils, n'étaient qu'une fantastique diversion à la réalité concrète de la paupérisation des gens qui travaillent ? Le miraculeux paravent des bobos. On l'aurait cyniquement conçu ainsi, on ne s'y serait pas pris autrement. On veut nous faire croire que l'urgence est sociétâââle. Alors qu'elle est, plus simplement et plus prosaïquement, SOCIALE. En clair, parlons d'ici et de maintenant. Pour la fin du monde, on verra.

 

John Goetelen: Le 20 août le plus froid jamais enregistré ! MétéoSuisse annonce un maximum de 17,1 degrés pour le mardi 20 à Genève. Le plus bas jamais enregistré pour un 20 août. L’ancien record datait de 1924: 17,2°. Je n’ai rien lu sur ce nouveau record dans la presse, pourtant si prompte à les annoncer. Cette même année 1924 le mois d’août était glacial, pourri, pluvieux, selon ces archives: 9,1° à Paris le 20; 15° à Montélimar le 22, entre autres. (...) Un retour à de bonnes chaleurs aoûtiennes est annoncé pour la fin de ce mois. Jusque là nous sommes probablement en léger déficit. J’en profite pour revenir sur les vagues de chaleurs de juin et juillet. Courtes, très intenses néanmoins, elles s’inscrivent dans la situation classique de l’autoroute espagnole, là où passe l’air brûlant du Sahara. (...)

 

André Thomann: Des fruits et des légumes (...) Il faut être conscient que la Création, si elle compte quelques indéniables réussites, dont l’homme et par conséquent moi, est un système instable qui se maintient cahin-caha. Un système où il ne faut pas trop s’approcher des volcans en cas de menaces, des bords de mer en cas de tempête. Un système où il fait abominablement chaud dans certaines régions et où on grelotte dans d’autres. Surtout un système où il y a des mangeurs et des mangés. Ne pas tenir compte de cette réalité, c’est, on l’a vu, contribuer à l’extinction des espèces, c’est vouer à la culture céréalière des terres qui sont faites pour l’élevage et créer ainsi un déséquilibre inutile. Surtout, c’est se nuire à eux-mêmes, quand c’est se fournir chez le pharmacien alors que le boucher leur vendrait nombre de vitamines indispensables. Un beau gâchis. On pourrait laisser ces messieurs-dames goger dans leur bouillon de légumes s’ils ne s’étaient pas révélés violents comme tous les fanatiques. Il faut donc les contrer, violence contre violence, leur arracher leur auréole. Attaquer, de nuit, des vitrines de bouchers. Quel beau courage. (...)

Les commentaires sont fermés.