Rollin Wavre:Saut-de-mouton : qui sont les moutons ?

Imprimer

moutons.jpgRollin Wavre:Saut-de-mouton : qui sont les moutons ? 

Pascal Holenweg: Nettoyage ethnique

Jean-Dominique Michel: Ecoutez votre corps pour prendre de meilleures décisions !

Bruno Hubacher: Impeachment

Guy Mettan: Sur les traces de la Patrouille des Glaciers

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

 

Rollin Wavre:Saut-de-mouton : qui sont les moutons ? Je prétends que l'extension de la gare de Cornavin est inutile, chère, catastrophique pour tout un quartier pendant 12 ans au moins. Les administrations fédérales et cantonales, pilotées par les CFF qui se fichent des nuisances et des coûts, puisqu'ils construisent des grosses gares avec l'argent des autres veulent absolument cette grosse gare. C'est un peu le concours de celui qui aura la plus grosse. Pour tuer le projet de Boucle de l'aéroport (mettre fin au cul-de-sac de l'aéroport et le relier à la ligne vers Lausanne, une évidence), les administrations exagèrent les prix de la solution que je propose, avec le l'ingénieur Weibel. Deux exemples : (...) Conclusion : les administrations fédérales, bien relayées par leur confrères genevois, nous enfument. (...)

 

Pascal Holenweg: Nettoyage ethnique (...) C'est donc aux Kurdes syriens que s'en prend la Turquie. Avec l'autorisation des Etats-Unis, dont le président s donné comme excuse à sa lâcheté cet argument frappé au coin du non-sense : on ne voit pas pourquoi on aiderait les Kurdes, "ils ne nous a pas aidés pendant la deuxième guerre mondiale", ils ne se battent que pour eux. Qu'ils se soient aussi battus pour les chrétiens et les yézidis importe peu à l'analphabète présidentiel. Qui assure "aimer les Kurdes". Presque autant qu'Erdogan les aime. Le genre d'amis qui permettent aisément de se passer d'ennemis. Quand Erdogan proclame que Daech a été vaincu, il ment : Daech est toujours là, même s'il a perdu ses villes. En attendant de les reprendre ? vendredi, un attentat à la bombe a fait au moins trois morts à Kamechliyé...). Erdogan avait d'ailleurs toléré le passage par la Turquie et le recrutement en Turquie des djihadistes de Daech. La Turquie attaquant le Rojava, les combattants kurdes ne pourront plus combattre Daech, mais devront combattre les Turcs. Ceux qui n'auront pu arrêter Erdogan en Syrie auront le cadeau qu'ils méritent : La résurrection de Daech en Syrie et le retour sur leur sol des djihadistes que les Kurdes détiennent encore : ils en détenaient 12'000, dont 2000 "étrangers" (non-syriens) avant l'agression turque. Immorale de l'histoire… L'objectif de l'opération turque est une épuration ethnique : Pousser les Kurdes à quitter le nord de la Syrie, et les remplacer par des arabes. (...)

 

Jean-Dominique Michel: Ecoutez votre corps pour prendre de meilleures décisions ! (...) Un des aspects troublants de la pensée humaine est que, contrairement au fantasme d’une intelligence artificielle désincarnée, elle est, au contraire, pleinement corporelle, toujours teintée de sensations et d’émotions, et en résonance avec ce que vit notre corps. Notre esprit rationnel est bien sûr un formidable instrument d’analyse, mais la complexité du monde est telle que ses capacités sont vite débordées. Que nous en soyons conscients ou non, c’est alors le registre de l’intuition qui prend le relais. L’intuition, c’est cette intelligence non verbale, qui puise de manière inconsciente dans le stock immense de nos expériences de vie et connaissances, à la recherche de références qui puissent être utiles. Elle présente alors ses trouvailles à la conscience (le cortex préfrontal dorsolatéral), les rendant ainsi accessible à l’analyse rationnelle qui va en évaluer la pertinence. L’ensemble de ce processus se déroule la plupart du temps sans que nous en soyons conscients. Le développement de la conscience de notre corps favorisé par la pleine conscience s’avère être un atout de taille dans notre vie personnelle et professionnelle. (...)

 

Bruno Hubacher: Impeachment (...) Pendant ce temps, près d’un quart des salariés américains ne touchent qu’un peu plus que la moitié du revenu médian, qui s’élève à 56'500 USD par année, un salaire qui rend impossible la location d’un studio de deux pièces, peu importe son emplacement, dans n’importe quelle ville, dans n’importe quel état, tendance à la hausse. (...) L’exploitation illimitée des ressources naturelles de l’ancienne Union Soviétique, par des compagnies américaines et européennes, déclenchée par l’ancien président Boris Eltsine sous les auspices de Bill Clinton, freinée par l’accession au pouvoir de l’actuel président russe, au déplaisir des investisseurs, ainsi que le coup d’état, en 2016 en Ukraine, dit « Révolution de Maïdan », fomenté par les services secrets américains à coups de plusieurs milliards de USD, forment le cadre, dorénavant habituel, d’un nouveau stratagème, celui de l’implication des fils et filles de politiciens, en guise d’hommes (ou femmes) de paille de leurs parents au pouvoir, dans le but de contourner les « verrous législatifs » de ce qu’on appelle communément « conflit d’intérêt ». Qu’il s’agisse du fils de Joe Biden, la fille de Bill et Hillary Clinton, du fils de John Kerry ou encore de Nancy Pelosi, la porosité du système est à son paroxysme. Si l’enjeu, un deuxième mandat pour Donald Trump, n’était pas d’une gravité sans précédent, pas seulement pour les Etats-Unis, on pourrait considérer la stratégie de diversion, poursuivie par Nancy Pelosi et le Parti démocrate, dont franchement la subtilité nous échappe, comme une simple embûche politique de plus.

 

Guy Mettan: Sur les traces de la Patrouille des Glaciers 18e étape - Prafleuri-Col de Roux-Lac de Dixence-Cabane des Dix-Col de Riedmatten-Arolla (...) Les hôtels d’Arolla et le camping (le plus haut d’Europe dit la publicité !) sont pleins. Je trouve finalement asile dans un dortoir de l’Hôtel de la Tza, en contrebas. (...) Le lieu est géré par la famille Bornatici-Anzévui, avec qui la conversation est facile. Le soir, on parle alcools maison, génépi et bientôt liqueurs d’arolle et de mélèze - pourquoi pas? - et origines familiales, avec le fils, qui évoque non sans fierté comment sa grand-mère valaisanne a épousé un ouvrier italien lors de la construction du fameux barrage de la Grande-Dixence. Les barrages ne servent pas qu’à faire de l’électricité ! Qui s’en plaindrait ? Et le matin, on parle itinéraires et panoramas locaux avec le papa, qui me donnera de bons conseils. Au diner, je retrouve par hasard le couple de Catalans avec qui je partage mes étapes depuis Louvie : ils me racontent leurs randonnées à travers le monde et font l’éloge du haut-pays catalan et du parc naturel des Pyrénées. De quoi donner des idées et des envies pour les prochaines années…

Les commentaires sont fermés.