Pierre Kunz: Sus aux inégalités !

Imprimer

horloger inégalité.jpgPierre Kunz: Sus aux inégalités !

Pascal Holenweg: Terminer le travail

Philippe Souaille: 1938, l'Echec de la Conférence d'Evian

Marie-France de Meuron: Eprouver de la compassion, de la sympathie ou de l'empathie

Pascal Décaillet: L'âme perdue des pies voleuses

John Goetelen: Languedoc, terre de larmes et de changement climatique

Rodolphe Weibel: Le Conseil d’Etat, la boucle

Sylvie Neidinger: Hérens Reines de coeur

Hank Vogel: Pondichéry un jour d'automne

Pierre Kunz: Sus aux inégalités ! Les discours égalitaristes n’intéressent pas les peuples. Ceux qui les prononcent sont des dogmatiques ou n’ont que des visées électoralistes. Les premiers en sont restés, la main sur le cœur, aux idées de Rousseau, trahissant en passant le grand philosophe. Ils n‘ont aucun égard pour les risques que font peser leur passion égalitariste sur la liberté des peuples. Quant aux seconds, des démagogues qui n’ont le plus souvent jamais étudié le sujet, ils se contentent de slogans qui font évidemment les beaux jours des médias.(...) Aujourd’hui seuls les démagogues osent encore prétendre que dans l’ensemble les inégalités se creusent sur cette planète. Il faut en effet être aveugle ou de mauvaise foi pour nier que, depuis un demi-siècle, l’Etat providence en Occident a mis un terme à la misère, l’éducation des jeunes et des étudiants est la préoccupation majeure de tous les pays, en Asie et en Amérique du sud plus d’un demi-milliard de personnes sont sorties de l’extrême pauvreté et partout la classe moyenne s’est massivement développée, même dans les régions les plus pauvres. (...)

 

Pascal Holenweg: Terminer le travail Le système politique suisse est tout à fait capable de digérer les Verts. Comme il a digéré les socialistes. Le PDC restera vraisemblablement le premier parti du Conseil des Etats -ce qui sauvera son siège au Conseil fédéral. Le PS et le PLR vont tout aussi vraisemblablement garder, à un siège près, leurs positions respectives. Et les Verts (qui n'y étaient représentés que par le seul Bob Cramer) devraient être le quatrième groupe du Sénat, comme ils le seront du Conseil national, grâce à l'alliance de toute la gauche, devant l'UDC, qui cale dans les élections majoritaires faute de pouvoir attirer à elle des voix centristes... L'arrivée des Verts au Conseil fédéral est donc légitime et possible, mais au détriment de qui ? du PLR, qui y est désormais surreprésenté ? de l'UDC qui a reculé mais reste tout de même le premier parti de Suisse ? du PS, qui a reculé mais reste tout de même le premier parti de gauche et le deuxième parti de Suisse? du PDC, qui y perdrait son unique siège alors que la gauche peut parfois faire des majorités avec lui et que la droite ne peut en faire sans lui ? Et la liste des questions s'allonge encore : l'entrée des Verts au Conseil fédéral, est-ce un enjeu immédiat ? (...)

 

Philippe Souaille: 1938, l'Echec de la Conférence d'Evian Alors que la menace de l'Holocauste se précise avec l'Anschluss qui jette des dizaines de milliers de juifs autrichiens sur les routes, les Américains et les milieux diplomatiques et humanitaires européens tentent de trouver des solutions d'accueil des réfugiés. Mais aucun grand pays ne veut les accueillir…

 

Marie-France de Meuron: Eprouver de la compassion, de la sympathie ou de l'empathie Actuellement où nous utilisons énormément nos capacités intellectuelles et rationnelles, que l'informatique en est le prolongement jusqu'à remplacer l'être humain global par l'intelligence artificielle (IA), il vaut la peine de nous connecter à notre dimension affective, aux flots d'énergie qui peuvent être émis par notre coeur! Compassion, sympathie et empathie ne sont pas des appellations contrôlées ni brévetées! Je prends par conséquent la liberté d'évoquer ici ce que j'en perçois, résultat de mes lectures et de mes expériences, tant personnelles qu'avec mes proches et mes patients. (...) Pour illustrer une partie de mes propos, je vous soumets l'étude d'une neuroscientifique et psychologue, Olga Klimecki: "De l'empathie à la compassion : un parcours émotionnel face à la souffrance". J'en retiens aussi la notion "entraînement aux émotions sociales", entraînement qui me semble sous-développé de nos jours! Cette universitaire attire également notre attention sur le constat: "Il faut de la compassion pour se protéger des émotions négatives générées par l’empathie". Pour ma part, je dirais plutôt qu'il s'agit d'aller au fond de nous en état d'empathie pour libérer l'intuition qui suscitera le geste adéquat.

 

Pascal Décaillet: L'âme perdue des pies voleuses A lire la presse, on dirait que l'UDC mord la poussière, et que les Verts disposent de tous les leviers du pouvoir pour quatre ans. La réalité est exactement contraire : les Verts n'auront, entre 2019 et 2023, que 28 députés sur 200 au National. Seuls, ils ne peuvent rien. L'UDC, en revanche, malgré la campagne d'Apocalypse de cet automne, demeure de très loin le premier parti sous la Coupole fédérale, avec deux fois plus d'élus que les Verts. Beaucoup plus proche de la majorité des 101, si le PLR et la partie non-gauchisante du PDC daignent, de temps à autre, laisser au vestiaire leur mimétisme climatique, et construire des majorités de droite. (...)

 

John Goetelen: Languedoc, terre de larmes et de changement climatique L’observation de plus en plus précise des météores et leur forçage médiatique instillent l’idée d’une aggravation dramatique des catastrophes dans cette région. Les larmes de personnes qui ont tout perdu reviennent sans fin sur les écrans de télévision. Elles servent la dramaturgie climatiste. Elles reviennent avec une telle insistance que je comprends ceci: on ne me parle pas de leur malheur, mais de l’alibi politique qu’ils représentent. J’ai déjà traité l’épisode extrême de 2018 et abordé plus généralement les inondations historiques régionales. En météo on sait que ces pluies d’automne de type mousson, extrêmes, sont historiquement assez bien documentées, explicables sans réchauffement, et habituelles dans le midi méditerranéen. (...) Pendant ce temps des incendies sont de retour en Californie. Là non plus il n’y a pas de lien établi avec le réchauffement. Les causes locales naturelles et humaines sont connues. Et confirmées par cet extrait de la conclusion d’un rapport de la NOAA, l’agence météorologique officielle US paru en 2015 (...)

 

Rodolphe Weibel: Le Conseil d’Etat, la boucle Dans l’exposé des motifs qui accompagne son projet de loi PL 12553 déposé le 18 juillet 2019, qui propose de modifier la Loi sur le Réseau des Transports Publics, le Conseil d’Etat n’a donc pas jugé opportun de mentionner dans son exposé des motifs que l’enquête publique avait suscité la demande que la boucle ferroviaire (illustrée ci-dessus) soit étudiée par l’Etat. Cette boucle fait pourtant, à l’évidence, partie du thème de la LRTP et de l’enquête publique. Le Conseil d’Etat n’a pas davantage jugé opportun de mentionner qu’un mois plus tôt, le 6 juin, un groupe de députés a déposé un projet de loi demandant un crédit pour étudier cette boucle. Ainsi, le Conseil d’Etat cache aux députés et aux citoyens l’existence de ce contre-projet. Qu’il n’en soit pas partisan devrait l’amener à lui opposer des arguments. Mais le cacher ? Serait-ce qu’il sait très faibles les raisons qu’il pourrait avancer pour en rejeter l’étude ? (...) http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2019/10/27/le-conseil-d-etat-la-boucle.html

 

Sylvie Neidinger: Hérens Reines de coeur Laurent Gannaz, journaliste haut-savoyard que je connais lance un appel à l'aide pour finaliser le financement de son livre sur les vaches combattantes. Il publie prochainement -en décembre- son ouvrage avec le photographe David Machet. L'échéance approche; il sollicite juste quelques préventes supplémentaires, si possible. (...)

 

Hank Vogel: Pondichéry un jour d'automne L’Inde! L’Inde? L’unique pays au monde où les vaches peuvent se promener librement sur les routes la nuit sans courir le risque de se faire écraser ou maltraiter pour ensuite être dévorées. Mais là aussi pourtant où l’enseignement de Siddhartha Gautama, dit le Bouddha, a échoué, n’a pas pu prendre racine face aux dieux de la trinité hindoue. Trop simple voire simpliste sans doute aux yeux de ses habitants, très habitués à la logique envoûtante de Brahma le créateur, de Vishnou le conservateur et de Shiva le destructeur. Et du charme incontestable de Ganesh, de Kali et de Rama, pour ne citer qu’elles parmi tant d’autres divinités. L’homme de la rue adore se compliquer la vie. Contrairement au sage, plus il y a de règles, plus il se sent en sécurité. Comme promis, j’attends à la réception de l’hôtel. En faisant les cents pas. Une jeune et belle indienne, habillée à l’occidentale, jeans bleu ciel, tee-shirt rose et baskets blanches, m’accoste en m’expliquant presque, les mains jointes religieusement et tout sourire: - Ici, il n’y a que des tigres en liberté, pas la peine d’imiter un lion en cage, personne ne prendra soin de vous. - C’est... vous... Krish... na? je bafouille. - Vous m’avez reconnue sans mon sari? (...)

Les commentaires sont fermés.