Valentin Dujoux: Les combats rétrogrades de certain-e-s, et si on en parlait?

Imprimer

dujoux valentin (2).jpgValentin Dujoux: Les combats rétrogrades de certain-e-s, et si on en parlait?

Jean-Michel Olivier: Un thriller géopolitique

Edmée Cuttat: Polanski livre un film puissant avec ”J'accuse”

Hélène Richard-Favre: Nouvelle accusation contre Roman Polanski

Rémi Mogenet: Le film du Joker

Didier Tischler: « Well done, old chap», vraiment?

David Frenkel: Quand les lancements de roquette passent à la trappe...

Valentin Dujoux: Les combats rétrogrades de certain-e-s, et si on en parlait? (...) Ce combat contre le congé paternité est d’un autre âge. Tout comme le référendum lancé par la droite dure et traditionaliste contre l’extension de la norme pénale antiraciste visant à sanctionner les discriminations liées à l’orientation sexuelle. Parce qu’insulter serait de la liberté d’expression, les propos homophobes ne devraient pas être condamnés. Il est intolérable qu’en 2019, une personne soit insultée pour ce qu’elle est, ce qu’elle pense, ce qu’elle fait ou la personne qu’elle aime. Et il inconcevable que la justice ne punisse pas de tels agissements. Nous voterons le 9 février prochain et j’ai la conviction que la population ira dans le sens d’une Suisse progressiste et ouverte. (...)

 

Jean-Michel Olivier: Un thriller géopolitique Formidable roman que cette Île du dernier homme*, du journaliste et écrivain Bruno de Cessole ! Par son ampleur, les thèmes qu'il aborde, l'intrigue foisonnante, les lieux visités, les personnages. Tout concourt à faire de ce livre, longuement mûri et décanté, un des meilleurs thrillers de la rentrée… (...) Le roman se termine sur l'île de Jura, au Nord des Hébrides, celle-là même où George Orwell, après la guerre, a trouvé refuge pour écrire son chef-d'œuvre, 1984. Cessole évoque avec beaucoup de poésie cette île tout à la fois sauvage et magique, où les parties de chasse ne se passent jamais comme on l'avait imaginé… Un roman ample et maîtrisé, qui nous renseigne également sur les moyens terrifiants de surveillance Rémélectronique qu'utilisent aujourd'hui tous les états du monde.

 

Edmée Cuttat: Polanski livre un film puissant avec ”J'accuse” (...) J'accuse n’est pas pour autant un biopic sur Dreyfus (Interprété par Louis Garrel). Polanski a choisi de raconter l'affaire du point de vue du colonel Marie-Georges Picquart (Jean Dujardin). Nommé en 1895 à la tête du contre-espionnage, il découvre que les preuves contre le capitaine Alfred Dreyfus avaient été fabriquées. Antisémite, comme beaucoup à l’époque, il n’aura pourtant de cesse de démasquer les vrais coupables. Picquart prévient en vain sa hiérarchie. Et c’est pour défendre Dreyfus que Zola, le 13 janvier 1898, publie dans L’Aurore la lettre ouverte: "J’accuse… L’écrivain y dénonce les responsables, officiers, généraux, ministres.. (...) Cette œuvre d’une actualité brûlante, très personnelle voire ambiguë, où Polanski apparaît lui-même en costume d’académicien dans un salon antidreyfusard via un caméo hitchcockien, impressionne par la manière dépassionnée, implacable, froide, dont l'auteur s’attaque à l’affaire. Par ailleurs, cet opus à la dramaturgie puissante, à la narration riche, magistralement mis en scène (...)

 

Hélène Richard-Favre: Nouvelle accusation contre Roman Polanski (...) Dans cet article paru sur le site du magazine Telerama, il est écrit, entre autre, comment le débat relatif à l’homme et à l’oeuvre est salutaire à mener « dans nos pages comme en nous-même. » Et de conclure ainsi: «... nous n’oublierons ni n’omettrons de rappeler, si nécessaire, que l’histoire du cinéma, comme toute l’histoire du monde, est aussi faite de domination et de violence. » Eh ben voyons... Tout comme la politique, tout comme tous les autres domaines de l’activité humaine. La violence étant ce qu’elle est, la domination aussi, vogue la galère! Il va de soi qu’avec ce genre de poncifs, du style « De tous temps.... », les femmes qui dénoncent ou vont se plaindre auprès de sites tels Mediapart, ne vont que créer de vaines polémiques qui ont tout de même le temps de discréditer, entre autre le réalisateur jugé sans procès par Adèle Haenel. Pour le reste, eh bien voici à quoi on assiste entre femmes victimes de ces Messieurs du cinéma…

 

Rémi Mogenet: Le film du Joker On a dit beaucoup de bien du film The Joker, qui retrace l'origine du super-vilain affronté par Batman, parce qu'il intellectualise le film de super-héros en scrutant l'évolution d'un méchant surhumain, mais je pense que ce bien a été souvent exagéré, car si globalement l'histoire est intéressante et agréable à suivre, elle manque en réalité de profondeur, et en même temps de vraisemblance. (...) Croit-on que la tige qui croît mécaniquement devra forcément donner une fleur, même vénéneuse, même carnivore? Le mystère dépasse les conceptions du matérialisme, et pour créer un nouvel être à partir de l'ancien, modeler l'ancien ne suffit pas, il faut aussi l'intervention d'un autre élément, nouveau, extérieur. Toute métamorphose est un miracle, et la véritable évolution se fait par sauts. Il en est ainsi dans l'ancienne mythologie, à juste titre. On explique la surhumanité par un dieu qui s'est uni à une mortelle. Il en est aussi ainsi dans les légendes chrétiennes: les miracles ont derrière eux des anges, qui transforment les martyrs en saints du ciel. (...) Cela dit, il se laisse regarder, pour deux raisons. En soi, le cheminement vers la surhumanité est toujours agréable à suivre, même quand il manque de crédibilité, et l'apparence finale du Joker est géniale. (...)

 

Didier Tischler: « Well done, old chap», vraiment? De près ou de loin, qu’on le veuille ou non, on retrouve Pierre Maudet dans la quasi-totalité des affaires qui secouent Genève ces dernières années. Bien sûr, judiciairement parlant, l’ex-prodige de la politique suisse est présumé innocent. Le Ministère public travaille et, espérons-le, fera toute la lumière sur ce qui est pénalement répréhensible et condamnable. Nous espérons surtout que les procureurs chargés de l’enquête rendent leurs conclusions avant la Saint-Glinglin. Surtout, sachant que les enquêteurs ont en mains les outils informatiques du prévenu, on ose croire que les choses avancent rapidement. (...)

 

David Frenkel: Quand les lancements de roquette passent à la trappe... (...) Alors, que nous rapporte ce matin l’actualité ? Baha Abou Al-Ata, éliminé cette nuit par l'armée israélienne était "l'un des principaux organisateurs du terrorisme à Gaza, il a perpétré de nombreux attentats et a tiré des centaines de roquettes vers les localités israéliennes, il en préparait d'ailleurs d'autres pour les jours à venir," a déclaré Netanyahou. (Agences), Voyez-vous, chers journalistes, les juifs, ne vous en déplaisent, ne se laisseront plus emmener en bétaillère vers la « solution finale ». L'État Hébreu élimine sans attendre ceux qui projettent d’anéantir ses citoyens. Et voici encore deux dépêches d’actualité : (...)

Les commentaires sont fermés.