Vincent Schmid: J'accuse, un film de Roman Polanski

Imprimer

j'accuse.jpgVincent Schmid: J'accuse, un film de Roman Polanski

John Goetelen: Venise va disparaître

Daniel Neeser: A propos du contrôle démocratique de l'aéroport

Pascal Gavillet: GIFF 2019 - Jan Kounen

Pascal Holenweg: Une autre masculinité ?

Maurice-Ruben Hayoun: Bjorn Berge, Atlas des pays qui n’existent plus…

Didier Bonny: Du grand au petit écran

Christian Brunier: L’illustrateur de la fête parisienne

Vincent Schmid: J'accuse, un film de Roman Polanski Autant le dire d’entrée de jeu, le dernier film de Roman Polanski consacré à l’affaire Dreyfus est un bon film, peut-être l’un des meilleurs de ce réalisateur. (...) Une œuvre reste-t-elle une œuvre, malgré les fautes avérées de son auteur ? Le génie peut-il cohabiter avec une forme de dévoiement ? En d’autres termes, peut-on à la fois être un génie et un sale type ? Pour moi la réponse est oui, même si cette réponse est à la réflexion très désagréable sur ce qu'elle dévoile de l'être humain. Dans le cas contraire la liste serait longue d’une mise à l’index… Pourquoi en effet ne pas proscrire le susnommé Malraux pour commerce illicite d’antiquités asiatiques dans sa jeunesse, Aragon et Sartre pour complicité active avec le stalinisme, Heidegger pour accointances avec le nazisme, Céline en raison de son lourd passé antisémite et collaborationniste, Le Corbusier pour affinités fascisantes, Gide pour pédophilie, Barrès pour antidreyfusisme, Henry de Monfreid pour trafic de drogue et d’esclaves, Rimbaud pour trafic d’armes, Baudelaire pour consommation de haschich, Verlaine pour addiction à l’absinthe, Voltaire pour antisémitisme, Rousseau pour abandon d’enfants (...) Quoiqu’il en soit de la vie personnelle de Polanski, J’accuse est un grand film qui vaut par lui-même. (...)

 

John Goetelen: Venise va disparaître (...) Cette petite part du réchauffement ne saurait déclencher de telles submersions, alors que le vent et les marées le font déjà. Le record de 1966 (1,94 m) n’est pas battu. Cela dit, sans intervention humaine pharaonique donc démesurée, Venise disparaîtra. La vitesse de subsidience la laissera sous deux mètres d’eau avant mille ans. Les autorités comptent sur les écluses particulières du système MOSE, qui devrait entrer en fonction d’ici un ou deux ans. Elles devraient couper des montées d’eau de trois mètres. La ville est située dans une région propice aux inondations. On croirait presque qu’elle est posée sur l’eau. En réalité elle est construite sur des îlots et un fond de vase, en partie grâce à de grands pilotis dont la coupe à anéanti de vastes forêts…

 

Daniel Neeser: A propos du contrôle démocratique de l'aéroport S’accrocher désespérément ou renoncer volontairement. Les enjeux de la votation me semblent clairs. Soit on continue comme avant avec quelques retouches cosmétiques (le contre-projet), soit on accepte de changer radicalement de paradigmes, de culture économique et de vision de notre vivre ensemble. Cette votation est l’occasion, - la dernière ?- de se mettre ensemble pour effectuer ce changement ou alors il nous sera imposé par les forces de l’économie, par le Marché ce nouveau dieu à multiples visages: désirs vacanciers, flux migratoires ou professionnels… Contrôle, oui ! (...)

 

Pascal Gavillet: GIFF 2019 - Jan Kounen Ayahuasca - Kosmik Journey était l'une des VR du récent GIFF et l'une des plus sensationnelles, puisqu'elle nous immergeait dans un trip hallucinogène. Elle était signée par Jan Kounen, auteur de Dobermann en 1997 et de Coco Chanel et Igor Stravinsky en 2009. L'occasion idéale de le rencontrer et d'évoquer son passé et son futur en mode interview cash. Qu'est-ce qui t'a intéressé dans la VR, en dehors de l'expérimentation formelle que cela suppose? J'en ai vu et expérimenté toutes sortes et ça m'a fasciné. Comme on me l'a proposé, je me suis dit que ça valait le coup d'essayer. Avec l'espoir de retrouver cette sensation de vertige que j'ai parfois éprouvé au cinéma. (...) A présent, une question posée par ma précédente invitée, sans savoir qu’elle s’adresserait à toi. Il s’agit de Hafsia Herzi. Sa question : Qu’est-ce que tu penses de la polémique autour du voile ? (...)

 

Pascal Holenweg: Une autre masculinité ? (,,,) Et si le féminisme obligeait à l'invention d'une autre masculinité ? "Le privé est politique", et si le féminisme est, "objectivement", révolutionnaire, c'est qu'il remet en cause d'entre les plus solides et les plus anciens piliers de la société patriarcale. Cela fait des millénaires que les hommes ont fait main basse sur le pouvoir et en ont exclu les femmes, en les reléguant aux charges maternelles et domestiques et en se gardant pour eux le pouvoir politique, le pouvoir économique, le pouvoir culturel, et leurs instruments : les armes, l'écriture, les prêtrises. Le masculin devient la norme universelle : il ne prédomine pas seulement dans la grammaire et la syntaxe françaises… On ne naît pas homme ou femme, on le devient. (...) Et il n'y a pas que le machisme bas de gamme du beauf bête et primaire : il y a aussi le machisme bienveillant. Et paternaliste. Et courtois. Et galant. Et qui n'en est pas moins du machisme. Car le patriarcat est plastique : il s'adapte à tout. (...)

 

Maurice-Ruben Hayoun: Bjorn Berge, Atlas des pays qui n’existent plus… (...) Aujourd’hui, même après la disparition tragique du dictateur Kadhafi, qui se souvient de la République de Tripolitaine ? Certes, on sait que Benghazi et Tripoli ont eu de tout temps des relations conflictuelles mais on a oublié que la Libye est la réunion forcée et artificielle de deux entités distinctes dont l’une des deux a forcément disparu pour donner naissance à cette même Libye qui n’existe plus que sur le papier… En novembre 1918, donc à la fin de la Grande Guerre, les habitants de la Tripolitaine ont proclamé leur indépendance, pensant échapper à la main mise coloniale de l’Italie. Ce fut donc, la première république islamique ou musulmane du monde. Cependant, lors des tractations qui se tenaient à Versailles, les puissance européennes avaient d’autres priorités et n’accédèrent pas à cette demande de reconnaissance internationale… On connaît la suite. Mais le timbre de ce pays disparu ne porte que des caractères latins et des termes italiens, rien en arabe…

 

Didier Bonny: Du grand au petit écran Adapté du roman autobiographique éponyme de Romain Gary, « La promesse de l’aube » raconte la vie du double lauréat du prix Goncourt de son enfance en Pologne dans les années 20 à son adolescence à Nice jusqu’à ses années estudiantines à Paris et son dur vécu pendant la seconde guerre mondiale. Mais « La promesse de l’aube » raconte avant tout comment une mère par son amour, sa volonté, ses rêves et son esprit libre a façonné son fils en grand écrivain. « La promesse de l’aube » est à la fois une comédie et une tragédie où par moment la réalité et la fiction s’entremêlent en faisant régner une douce folie dans cette relation mère-fils hors normes. C’est un film d’aventure dans le sens où l’action et le dépaysement ne manquent pas, mais c’est aussi une aventure humaine parfois un peu laborieuse, surtout dans la première partie, et qui manque d’âme. Le jeu de Charlotte Gainsbourg n’est pas étranger à ce constat, car il agace tant il paraît excessif. (...) RTS 1, lundi 18 novembre, 20h45. (...)

 

Christian Brunier: L’illustrateur de la fête parisienne Visitons l’expo d’Henri de Toulouse-Lautrec, au Grand Palais, à Paris. Plus de 200 œuvres expriment la singularité de cet artiste moderniste. Peintre, dessinateur, lithographe, affichiste, cet artiste a représenté les plaisirs des nuits parisiennes. Malgré sa courte vie, il est mort à même pas 37 berges, ce précurseur a été un gros producteur d’œuvres d’art : 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies et affiches, et plus de 5'000 dessins. (...)

Les commentaires sont fermés.