Antoine Vielliard: La question de la scolarisation des Genevois de France

Imprimer

vielliard antoine drapeau européen fb.jpgAntoine Vielliard: La question de la scolarisation des Genevois de France

Edmée Cuttat: ”Chanson douce” vire à la ballade horrifique

Le groumeur: Seraient pas un bobets ces Lausannois?

Rémi Mogenet: Contes d'hiver au château d'Avully

François Velen: Olivier où est l' ”éléphant” de Pierre ?!

Pierre Kunz: A Genève, l’air le plus sain depuis 200 ans

René longet: Construire mieux ne suffira pas!

Philippe Souaille: Les Années de Plomb

Antoine Vielliard: La question de la scolarisation des Genevois de France Vous trouverez ci-dessous mon intervention à l'assemblée du GLCT du Grand Genève ce matin au sujet de la scolarisation des élèves genevois - le Président du Conseil d’Etat a refusé d’ouvrir le débat sur cette question) (...) Genève fait le choix pour nous tous d’une hypercroissance économique exogène qui attire plus de 10 000 emplois par an dans notre agglomération au travers de dispositifs fiscaux particulièrement agressifs. (...) Des milliers de genevois chaque année ont été contraints par la pénurie de logements à s’exiler dans le canton de Vaud et le Genevois français. Une fois exilé, ils subissent la double peine de la multiplication des exclusions à l’emploi, à l’accès aux soins et aux services publics. En moyenne sur les 30 dernières années ce sont près de 3500 Genevois par an qui se sont installés dans le Genevois français. (...) Comment empêcher les Genevois de surenchérir sur le parc de logements existants et d’en chasser la jeunesse de nos communes ? Souhaitons-nous collectivement qu’après le Genevois français l’exode des Genevois se reporte au-delà du Grand Genève vers Annecy, Aix les Bains et Chamonix ? (...) Le Genevois français devra accueillir 2000 élèves supplémentaires d’ici 10 ans, construire une centaine de classes supplémentaires. (...) A 600'000 euros la classe, 5600 euros par élève de coûts d’enseignement, plus de 1000 euros par élève de coûts scolaires et périscolaires –estimation basse des coûts induits pour qu’ils soient incontestables-, cela représente un report de charges que l’on peut estimer à 25 à 30 millions par an dans 10 ans – vous trouverez un tableau détaillé de ces reports de charges. A combien d’équipements sportifs et culturels, à combien d’infrastructures de mobilité devront nous renoncer pour financer tout cela ? (...) Pour rappel, les communes genevoises perçoivent plus d’impôts à la source des frontaliers que les communes françaises. (...)

 

Edmée Cuttat: ”Chanson douce” vire à la ballade horrifique Chanson douce de Louise Borleteau est adapté du roman éponyme de Leïla Slimani, lauréate du Prix Goncourt en 2016. Il est lui-même basé sur un tragique fait divers survenu à New-York en 2012. Au tout début, on pense curieusement à La main sur le berceau bien qu’en réalité l’oeuvre n’ait rien à voir avec le film de Curtis Hansen. En fait, avec cette folie qui s’installe, créatrice d’une tension extraordinairement palpable, il s’apparente plutôt à La cérémonie de Claude Chabrol et au Locataire de Roman Polanski. Deux références pleinement revendiquées par la réalisatrice. Sur un scénario coécrit par l’acteur Jérémie Elkaïm, Lucie Borleteau, auteur de Fidelio, L’odyssée d’Alice, en fait un opus un peu hybride, au carrefour des genres, chronique sociale, drame, tragédie psychologique, thriller, en plongeant le spectateur dans le cauchemar. Evitant soigneusement le sensationnalisme. (...)

 

Le groumeur: Seraient pas un bobets ces Lausannois? Si j’en crois les Gazettes et les rumeurs du palet (j’veux parler du Puck) les gonzes de la sécurité de la capitale olympique vaudoise auraient empêché le débarquement des deux cents supporteurs du G’nève-Servette venus assister ce wike-inde dernier au derby de hockey sur glace à la nouvelle patoche de Malley. Débarquement, car nos braves supporteurs, au lieu de s’empiler dans des cars qu’il faut arrêter en route pour faire pisser les mérinos et se ravitailler en bières et en sande -ouiches, avaient sagement choisi d’affréter un navire pour se rendre chez les suppôts du Major Davel afin d’y suivre la bataille de la glace. Tu parles d’une petitesse mesquine ! Henry Dunant a dû se retourner dans sa tombe, lui dont le nom fut donné au navire des supporteurs. (...)

 

Rémi Mogenet: Contes d'hiver au château d'Avully Du 21 au 27 décembre prochains, l'association Noyau. Au cœur du conte, que je préside, organisera, en Haute-Savoie et à Genève, une tournée de l'artiste Rachel Salter, conteuse écossaise de langue française dont j'ai déjà parlé. La première étape publique sera le château d'Avully, à Brenthonne, au pied des Voirons, en face du lac Léman, le 21 décembre à 20 h 30 (entrée: 10 €.) Vous savez que ce château a été magnifiquement restauré par un amoureux de la tradition savoisienne, qui a illustré les hauts faits de la Savoie et des anciens Bourguignons (entendez: les Burgondes installés en Gaule, en particulier en Savoie, en Suisse romande et dans le Dauphiné). Des peintures jolies ont été placées en fresques sur les murs des salles, représentant les comtes et ducs de Savoie ou l'épopée de Girart de Vienne, et des écussons partout, les armoiries de toutes les familles importantes de Savoie. Le propriétaire de ce château, passionné et fils d'un passionné qui le racheta pour s'y livrer à sa passion (...)

 

François Velen: Olivier où est l' ”éléphant” de Pierre ?! Alors qu’attend le Procureur général pour rédiger son acte d’accusation. Pourquoi attendre, attendre, et attendre encore si ce n’est chercher des infractions mineures, des petites puces reniflant une fausse ampleur du sujet, des poux et pas un « éléphant ». Alors Pierre Maudet, n'a pas volé, ne s’est pas enrichi illégitimement, n'a pas fait de faux, n'a pas fait de gestion déloyale. Certes il a menti ce qui n’est pas pénale au demeurant. Alors quoi ? (...) Comprendre la raison de ce silence, est simple. En effet, réfléchissons un brin : au mois d’avril 2020 aura lieu l’élection du Procureur général, Olivier Jornot est candidat sortant (il sera reconduit par son parti le PLR) et s’il rend une page blanche ou que des petites broutilles à l’instar d’un « éléphant », les Genevoises et Genevois risque de ne pas le reconduire dans sa lourde charge parce qu’il aura déclenché une fausse tempête à Genève, dans toute la Suisse. Par contre, s’il publie son « mince » acte d’accusation après sa réélection, no blême il est élu pour 6 ans. Alors quoi ? Le Procureur général nous laisse penser à ce stade qu’il n’y a pas d’éléphant dans son dossier et qu’il attendra bien gentiment dans son fauteuil jusqu’au mois de mai 2020 pour dire « Mesdames et Messieurs, il n’y a pas d’ « éléphant » juste des têtes d’épingles. (...)

 

Pierre Kunz: A Genève, l’air le plus sain depuis 200 ans (...) Ainsi donc, selon le service de l’Etat qui mesure en permanence la qualité de l’air à Genève, la situation ne cesse de s’améliorer depuis vingt ans. Une amélioration qui permet d’affirmer sans forfanterie que jamais au cours des deux ou trois derniers siècles les habitants de Genève n’ont bénéficié d’un air plus sain. Et c’est précisément le moment que choisit le Conseil d’Etat pour mettre en œuvre un projet de loi voté sur sa proposition par un Grand Conseil dont les membres, avant de prendre leur décision, ont manifestement omis de consulter les rapports du ROPAG. Ainsi, nous nous retrouverons dès l’an prochain forcés de coller sur nos parebrises un macaron soi-disant « anti-pollution » mais qui ne contribuera absolument pas à améliorer la qualité de l’air genevois dans la zone concernée. (...)

 

René longet: Construire mieux ne suffira pas! Genève a-t-elle vraiment à gagner à croître constamment, à entasser toujours plus d’activités et de personnes, que ce soit sur son petit territoire ou sur les franges de celui-ci de l’autre côté de la frontière ? Il me semble qu’il est temps de poser les questions qui fâchent : Comment concilier un développement constant des espaces bâtis, que ce soit par des déclassements de zones agricoles (exemple du Grand-Saconnex) ou des densifications de zones déjà bâties (cas du Petit-Saconnex), avec l’exigence de la promotion d’une biodiversité qui réclame son dû et d’une augmentation de l’autoapprovisionnement agricole (aujourd’hui estimé à 10% par les services de l’Etat

 

Philippe Souaille: Les Années de Plomb Il y a près de 50 ans, de jeunes européens partaient déjà s'entraîner terrorisme au moyen orient, avant de revenir poser des bombes en Europe occidentale. A l'image du Suisse Brunot Breguet, lieutenant de Carlos et protégé de François Genoud, qui vivait à Damas, aux frais de la famille Assad, comme ses avatars modernes. Sur Youtube…

Les commentaires sont fermés.