Pascal Décaillet: Vital, la simplicité des Justes

Imprimer

vital darbellay.jpgPascal Décaillet: Vital, la simplicité des Justes

Maurice-Ruben Hayoun: Une nation européenne est-elle concevable ?

Joëlle Fiss: Ne jouons pas la carte populiste qui érige la justice contre le peuple !

Philippe Souaille : 1978 Le Pape contre le KGB

Jean-Noël Cuénod: « Black Friday », le vendredi noir de notre langue

Pascal Holenweg: Blague Friday

Edmée Cuttat: ”A couteaux tirés”. Avec Daniel Craig

 

Pascal Décaillet: Vital, la simplicité des Justes C'était un homme long et mince, jusqu'à flotter parfois dans son complet, avec dans le visage un mélange de nostalgie et de joie d'être au monde. Il avait la parole douce des apartés, la chaleur souriante des conciliabules, il vous prenait par le bras et c'était le Conclave. Vital Darbellay, qui nous quitte à 90 ans, c'est une conscience politique et sociale de l'Histoire du Valais. L'un des ultimes descendants de la Doctrine sociale de Léon XIII, cette Encyclique Rerum Novarum de 1891, qu'il connaissait à fond, et qui avait constitué la première grande tentative de réponse non-marxiste aux questions posées par la condition sociale des ouvriers, dans les conditions épouvantables du monde que nous décrit Zola. Le but du travail, nous dit Léon XIII, c'est d'épanouir l'humain, lui permettre d'éclore auprès de ses proches : sa famille, ses amis, ses collègues. C'est cela, et non la recherche du profit pour le profit. Nous sommes dans une école de pensée qui fut, depuis l'enfance, matricielle pour votre serviteur, s'éloignant tout autant du capitalisme que du marxisme. (...)

 

Maurice-Ruben Hayoun: Une nation européenne est-elle concevable ? (...) L’Europe a-t-elle une âme ? N’est elle pas une simple coque vide, d’où toute considération d’ordre spirituel ou culturel serait absente ? Mieux encore : l’Europe est elle une nation. Existe t il une nation européenne ? Ne pas confondre avec cela l’Europe de la culture. Emmanuel Levinas disait ceci :; L’Europe c’est la Bible et les Grecs. Excellente définition qui réunit en une formule lapidaire tant de choses… De temps de Goethe et même bien avant, les érudits d’Europe se rencontraient, se voyaient, échangeaient et formaient une culture commune, grâce à la langue latine. J’ai bien peur que cette époque soit révolue. (...) Comment faire nation ? Notre grand philosophe-historien Ernest Renan a écrit des pages très fortes après la défaite de Sedan et la faillite du régime de Napoléon III. Évoquant l’idée de nation, il a parlé d’un lien spirituel tissé entre des groupes humains qui veulent vivre ensemble et partager le même destin. Nos amis allemands ont une belle expression pour désigner cela : Schicksalgemeinschaft ! Est-ce qu’un Danois veut ou peut partager le destin d’un Français, d’un Allemand ou d’un Polonais ? Est ce que tous ces pays sont prêts à verser leur sang pour une même patrie européenne ? (...) On aborde ici un point très sensible : les vieilles nations européennes refusent de commettre un suicide collectif en adhérant sans réserve à cette UE qui, petit à petit, la dépouille de tous leurs pouvoirs. Et ceci n’est pas la réitération de la sempiternelle complainte contre les technocrates de Bruxelles. (...)

 

Joëlle Fiss: Ne jouons pas la carte populiste qui érige la justice contre le peuple ! (...) Durant la campagne en faveur du OUI à la laïcité (à laquelle j’ai personnellement participé pour défendre la laïcité haut et fort), l’on savait déjà que ces ajustements judiciaires seraient possibles. Et l’on ne le cachait pas à la population. Aujourd’hui, la «surprise» de certains face à la décision judiciaire est pour le moins étonnant. C’est un détail. Ce qui est bien plus dangereux, c’est d’attaquer notre justice. La Chambre constitutionnelle de la Cour de Justice a été saisie d’un recours et la Cour a tranché. Notre démocratie n’est donc nullement bafouée et il serait erroné d’opposer la justice à la démocratie et à la volonté populaire. Dans un état de droit, les institutions sont imbriquées pour fonctionner ensemble. Dans une démocratie, aucun citoyen ne devrait se placer au-dessus de la loi et du droit édicté. Protégeons-nous des tendances populistes actuelles dans le monde, où de nombreux gouvernements remettent en cause l’indépendance de la justice pour gagner des points politiques. Ne jouons pas la carte populiste qui érige la justice contre le peuple !

 

Philippe Souaille : 1978 Le Pape contre le KGB Au-delà de la simple pêche aux renseignements, meurtres, attentats et surtout manipulation de l'opinion publique sont le quotidien des espions. Au plus fort de la guerre froide, à la fin des années 70, le KGB était superactif, mais cela n'a pas suffi à empêcher l'effondrement de l'URSS, minée de l'intérieur par son propre système. A voir sur Youtube.

 

Jean-Noël Cuénod: « Black Friday », le vendredi noir de notre langue (...) S’ouvrir au monde ? Mais quel monde ? Celui d’Amazon ? C’est un monde, Amazon ? S’ouvrir aux autres cultures ? Mais je ne demande que ça ! Mais voilà, il n’y a plus de culture mais une sous-culture unique, celle de la sous-langue américaine chargée de vanter les sous-produits chinois. Il y a des jours, on ne peut pas s’empêcher de finkielkrautiser. Le Plouc en vient même à regretter ce que, jadis, la France avait de plus irritant : son chauvinisme. Ce chauvinisme qui faisait ricaner les voisins lorsque l’équipe de France de foot prenait une déculottée. Mais au moins les Français réagissaient, défendaient ce qui faisait leur culture, leur être au monde particulier. Une culture qui n’avait rien de lepéniste, au contraire, puisqu’elle ramassait en une fierté les origines les plus diverses. (...)

 

Pascal Holenweg: Blague Friday (...) « Jouir sans entraves » fut dans les années '68 un mot d'ordre révolutionnaire; qu'il soit devenu le maître mot de l'appel à consommer tout ce que l'on désire, tous ceux et toutes celles que l'on désire, et tout de suite, dit mieux que des milliers de pages, à la fois la force du capitalisme, la faiblesse de ses adversaires et la réduction du librtaire au libéral. Aux désirs mobilisé par et pour la marchandise, nous avons à opposer d'autres désirs, plus forts, plus radicaux, plus libérateurs -non à prôner un ascétisme que nous serions les premiers à transgresser, mais à en inventer un qui réduise la marchandise à ce qu'elle est, au lieu que de faire de nos désirs de nouvelles marchandises. Car qui ne se conçoit plus que comme consommateur est lui-même consommé.

 

Edmée Cuttat: ”A couteaux tirés”. Avec Daniel Craig (...) Cette malicieuse et jubilatoire comédie policière à suspense en forme de whodunit renouvelé, huis-clos burlesque très divertissant au rythme soutenu, à la mise en scène astucieuse, aux dialogues caustiques et à l’humour noir, donne un parfum très british à ce film américain. Entre deux productions Star Wars, son auteur Rian Johnson s’offre ainsi une petite balade récréative avec ce cluedo géant. Sophistiquée, l’intrigue oscille entre Agatha Christie et Hitchcock. avec un détective façon Hercule Poirot mâtiné de Columbo. Il est incarné par un irrésistible Daniel Craig à l’accent sudiste, qui révèle son talent comique. (...)

Les commentaires sont fermés.