Pascal Décaillet: Glôzu, pour toujours

Imprimer

Glauser Glozu.JPGPascal Décaillet: Glôzu, pour toujours

Daniel Warner: Is Social Physics the Answer?

John Goetelen: Incendies en Australie : la part du réchauffement

Bernard Comoli: Les peuples indigènes du Brésil en résistance

Jean-Noël Cuénod: Poésie à lire et à ouïr

Didier Bonny: « Docteur ? » : un duo qui fonctionne

Maurice-Ruben Hayoun: Hélène Lewandowski, La face cachée de la Commune

Rémi Mogenet: La création du bon génie occitan

Pascal Décaillet: Glôzu, pour toujours Les tenanciers d'estaminets, rue de la Tour-Maîtresse, au tout début des années 80, entretenaient à la poésie et à la musique un rapport relativement discret. Non qu'ils fussent des brutes, mais enfin, lorsque vous êtes cinq ou six copains accoudés à un bar, en fin de soirée, ruminant vos nostalgies, l'évocation de Verlaine ou de Paul Fort n'est peut-être pas toujours la première de vos conversations. Il y avait là un bar, qui s'appelait le Corona, entre un restaurant chinois et un cabaret. Le maître des lieux avait une guitare et un piano, un nez rouge, des histoires à revendre, un smoking, il nous chantait Syracuse, de Bernard Dimey. Il avait une voix d'or, à peine atteinte par la clope, une âme de crooner, un regard tendre, complice, allumé par les choses de la vie. Il avait fait une incroyable première partie de Patrick Sébastien, à l'ONU, sous le nom de Thierry Madison : il avait passé son temps à nous baratiner, promettant l'imminence d'un numéro de jonglage, qui ne s'est jamais produit. Son vrai nom, c'était M. Glauser. Son nom, pour la vie et pour la gloire, c'est le Père Glôzu. (...)

 

Daniel Warner: Is Social Physics the Answer? Do you believe in Newton’s law that objects with different weights fall to the ground at the same speed? Do you accept that Maxwell unified electricity and magnetic theory to define the laws of electromagnetic waves? Do you recognize the validity of Russel and Darwin’s theory of natural selection? Can you appreciate the power of Einstein’s theory of relativity without understanding all its nuances? If you answer yes to all these questions, even if you are not a mathematician or physicist, then you are among those who see the importance of simple general theories that help us understand the world we live in. (...) Worried about dying? My doctor recently told me that I will die in twelve years. After slowly recovering from the shock, (Was he trying to tell me I had a slow but fatal disease?), he informed me that statistically, the average Swiss man dies at 84. He was using statistics to predict my death. (...)

 

John Goetelen: Incendies en Australie : la part du réchauffement Environ 3 millions d’hectares de forêts ont brûlé depuis septembre en Australie. C’est la taille de la Belgique, soit 0.38 % du territoire. Certains foyers se rejoignent pour former des méga-feux. Ces feux seraient les plus importants jamais enregistrés sur l’île-continent. (...) Si certains auteurs notent quand-même aujourd’hui un effet pouvant suggérer des prédictions alarmistes (basses), pour ma part je pense que l’on manque de recul. À part ces conditions structurelles contraignantes d’autres causes sont à considérer avec attention. La diminution du couvert végétal en premier. Il est dû en partie à l’exploitation forestière mais aussi à l’élevage de moutons et chèvres, animaux particulièrement voraces et néfastes pour les sols. L’introduction, par d’anciens colons, de lapins qui se sont multipliés jusqu’à envahir tout le continent faute de prédateurs naturels, a contribué à raser le couvert végétal bas. Aujourd’hui la végétation retient peu d’humidité et les sols sont appauvris. Plus que la chaleur c’est la sécheresse qui favorise les incendies, dont certains sont criminels. (...)

 

Bernard Comoli: Les peuples indigènes du Brésil en résistance L’année 2019 a vu se multiplier les menaces sur les populations indigènes et la forêt de l’Amazonie brésiliennes. Après les incendies, la déforestation a repris, la démarcation des Terres Indigènes a été stoppée, des gardiens de la forêt et des leaders indigènes ont été assassinés… Mais les peuples indigènes ne sont pas restés inactifs. Ils ont multiplié les moments de protestation, les rencontres avec les autorités et les autres mouvements sociaux du pays ; envoyé des délégations dans les pays européens, y compris en Suisse et à la dernière COP 25 à Madrid pour faire connaître leur situation et demander des gestes de solidarité. À relever deux rencontres qui ont été organisées dans des zones particulièrement sensibles de l’Amazonie. (...)

 

Jean-Noël Cuénod: Poésie à lire et à ouïr Entre-deux. Entre Noël et Nouvel-An. Entre l’an qui s’achève et l’autre qui commence. Entre la pluie et la neige. Entre ciel et terre. Nous vivons entre parenthèses. Quelques tankas d’hiver. Rappelons-le, il s’agit d’une forme poétique d’origine japonaise formée de trois vers de 5 – 7 – 5 pieds suivis de deux vers de 7 pieds. Avec ça, si vous ne devenez pas mille-pattes… A lire: Sapins de nuit / Lumière intérieure / Du chemin neigeux / Mettre ses pas dans d'autres pas / Fraternité de la trace (...)

 

Didier Bonny: « Docteur ? » : un duo qui fonctionne (...) Pas difficile d’imaginer que cette situation de départ va occasionner des scènes potentiellement comiques. Force est de constater que si les différentes visites du « faux » médecin sont plus ou moins drôles et qu’une certaine lassitude s’installe au fur et à mesure que le film avance, le ressort comique étant à peu près toujours le même, l’ensemble est plutôt plaisant à regarder. Cette impression est due en grande partie au duo composé de Michel Blanc et de Hakim Jemili qui fonctionne très bien avec une mention toute particulière pour ce dernier, dont c’est le premier rôle au cinéma. Son charisme crève littéralement l’écran, à tel point qu’on en oublie presque les situations invraisemblables dans lesquelles il se trouve et les quelques grosses ficelles scénaristiques. Mais il y a bien pire dans le petit monde de la comédie française. (3 étoiles) Toujours à l'affiche 5 étoiles. « Hors normes », « Joker ». (...)

 

Maurice-Ruben Hayoun: Hélène Lewandowski, La face cachée de la Commune La lecture de ce passionnant petit ouvrage, signé par une diplômée d’architecture, nous remet dans l’ambiance du second Empire, de Napoléon III et de son grand préfet Hausmann, l’urbaniste-chirurgien, adulé par les uns et voué aux gémonies par tant d’autres… On l’a tenu pour responsable des déséquilibres imposés par ses projets urbanistiques et la terrible insurrection qui s’ensuivit. Existe t il un rapport entre cause et effet ? Les historiens en débattent encore… L’auteur conclut son introduction par une interrogation qui augure bien de la suite de ses développements et de sa thèse : En incendiant Paris les Communards auraient-ils finalement servi les intérêts de la bourgeoisie en lui offrant l’opportunité de remplacer les monuments publics des prestige qu’elle juge inutiles et coûteux par des équipements nécessaires à la bonne conduite de ses affaires ? (...)

 

Rémi Mogenet: La création du bon génie occitan (...) Sachez qu'il portait continuellement un masque, en tout cas personne ne l'a jamais vu sans. On murmure que son visage, affreusement mutilé lors d'un accident mortel, est épouvantable, et ressemble à celui d'un cadavre décomposé, ou d'un squelette. D'autres disent, au contraire, qu'il est d'une radieuse beauté, parce que, depuis sa mort, le mortel qu'il avait été a acquis la nature d'un elfe. Les derniers disent que ni l'un ni l'autre de ces choses ne sont vraies, et qu'en réalité, sous le masque il n'y a qu'une vaste lumière, à peine habitée par deux points plus lumineux que le reste, et qui sont les yeux. Il n'est pas en mon pouvoir, je n'ai pas le droit de révéler ce qu'il en est réellement. Chacun en sera juge comme il pourra. Mais je dois laisser cet épisode pour le moment. À mercredi!

Les commentaires sont fermés.