Catherine Armand:Des inégalités aussi dans les communes ”riches” !

Imprimer

catherine armand fb2.jpgCatherine Armand:Des inégalités aussi dans les communes ”riches” !

Anne Cendre: Londres-Paris-Genève

Sylvain Thévoz: Merci madame la Maire !

Michèle Roullet: “La mairesse” de Genève agit au gré de ses caprices

JF Mabut: #œcuménique: Je te prête ma maison pour faire la fête

Hank Vogel: Staline et le dinosaure

Pascal Décaillet: D'un trait. Sans points, ni paragraphes.

Marc Schindler: Des crocs et des crottes

 

Catherine Armand:Des inégalités aussi dans les communes ”riches” ! Les inégalités dans la cossue ville de Chêne-Bougeries ? Nous avons tendance à croire qu'elles se résument à ceux qui ont une piscine, et ceux qui n'en ont pas. Et pourtant... Le dernier rapport de l'Etat sur les inégalités dans les communes (sorti en janvier 2020) donne un éclairage bien différent de ce qu'on peut imaginer. La part de contribuables à bas revenus est de 20.87% à Chêne-Bougeries, et la part des enfants scolarisés d'origine modeste est de 26.8%, principalement à l'école de Chêne-Bougeries (centre). Nous avons également dans la commune 7.6% de bénéficiaires de subsides sociaux. Ces chiffres sont préoccupants, et c'est pourquoi nous avons besoin aujourd'hui sur notre commune de passer d’une politique sociale de "charité" et de "dames patronnesses" (avec distribution de fruits et patates une fois par an pour la somme de CHF 950.-) à une vraie politique d'action sociale avec une vision et des projets, qui informe la population des prestations qu'elle peut offrir, et qui va au devant des personnes ou familles les moins aisées. (...)

 

Anne Cendre: Londres-Paris-Genève Londres-Paris-Genève, le samedi 18 janvier 2020. Le ciel était bleu. Le trajet s’annonçait agréable. (...) Entre l’arrivée à la gare du Nord et le départ de mon train à la gare de Lyon, l’horaire est assez serré. Moins de deux heures. Comme ma valise était lourde, j’avais prévu de prendre un taxi. De toute façon, le RER D ne fonctionnait pas, touché par la grève des cheminots. Bêtement, naïvement, je n’avais pas compté sur les manifestations du samedi – gilet jaunes et grévistes confondus. Me croyant maligne, j’évite de me joindre à la file en attente à la sortie de la gare et je hèle un taxi sur le boulevard. Mais il ne pouvait aller plus vite que ses collègues. On était aussitôt bloqué par des cordons de sécurité. Pendant une demi-heure nous avons tourné autour de la gare sans pouvoir nous éloigner. (...) La manifestation n’a pas encore atteint le quartier de la gare de Lyon et j’y suis déposée un quart d’heure avant le départ. Juste le temps d’acheter un gâteau et je me précipite sur le quai. Cinq minutes après, le train s’ébranle. Le wagon est étonnamment calme, après toute cette agitation. Les voyageurs sont comme assommés. Un gros chien noir s’est installé au milieu du couloir et personne ne se plaint de la gymnastique nécessaire pour éviter de piétiner la bête. A l’arrivée à Bourg en Bresse, un couple se lève, l’homme tient le harnais de l’animal et la femme le suit, une canne blanche à la main. Je comprends enfin pourquoi personne n’avait bronché. L’arrivée à Genève se déroule normalement, avec quelques minutes de retard seulement. Rentrée à à la maison, j’apprends les débordements, les quasi-émeutes qui atteignent la gare de Lyon. J’y ai échappé belle.

 

Sylvain Thévoz: Merci madame la Maire ! (...) Le mâle engoncé dans son costume ne représente plus la société à lui tout seul. (...) Ils sont pourtant très beaux ces panneaux, ils ré-enchantent la ville, amènent de la poésie et de la diversité sur certains des éléments les plus formels et rigides de notre environnement urbain. Il n'y pas de petit combat. C'est aussi en virant l'omnipotence des petits messieurs à chapeaux jusque sur le mobilier urbain que des femmes auront accès à des places centrales et de meilleures rémunérations salariales. Pour conclure, cette action fait plus pour Genève que bien des opérations de communication de Genève tourisme. L'écho est allé bien au-delà de la Sarine, en France, en Belgique... et les réactions enthousiastes se multiplient. On se réjouit d’une si bonne opération qui redore l’image de Genève. Voilà une très belle carte de visite pour notre cité. On attend de voir les communes qui suivront le mouvement. Remerciements à Madame la maire, Sandrine Salerno, pour ce flair et ce courage politique, de mener le combat pour davantage d'égalité, à tous les niveaux et dans tous les espaces. On ne peut pas plaire à tout le monde. Ce petit pas pour l'égalité montre bien le chemin qu'il nous reste encore à parcourir. (...)

 

Michèle Roullet: “La mairesse” de Genève agit au gré de ses caprices (...) D’après la magistrate, ces panneaux poursuivent un travail sur la parité hommes et femmes et permettent de lutter contre les stéréotypes, d’égayer nos rues et de questionner la place des femmes dans l’espace public. Le militantisme de notre magistrate manque, une fois de plus, sa cible, car ces nouveaux panneaux (à 56'000 francs !) ne déconstruiront aucun stéréotype. En revanche, ils ouvriront une boîte de Pandore. Avec ces panneaux “genrés”, la Ville introduit de l’exclusion. (...) La priorité d’un maire ne devrait-elle pas être d’instaurer des mesures, voire des réformes, qui rassemblent les habitants de sa commune ? Or, les décisions de Mme Salerno, reconnaissons-le, divisent, séparent la population et favorisent le communautarisme. (...)

 

JF Mabut: #œcuménique: Je te prête ma maison pour faire la fête A Saint-Pierre de Genève ce matin, deux poupées blanches accueillent les chrétiens de la cité, tous les chrétiens quelle que soit leur église. Sont-ce des anges? Il.elle.s portant une coiffe du temps de la Réforme. Une réforme qui se poursuit. En 2020, une messe catholique aura lieu à Saint-Pierre le 29 février prochain, à 18h30. Trois cents personnes, plutôt âgées, ont bravé la bise et pénètrent dans l'austère temple pour le culte de 10 heures. Le culte, dit par six hommes et une femme, est en fait une cérémonie œcuménique. Elle ouvre la semaine de l'unité des chrétiens. Une tradition vieille de quelques décennies, une goutte d'eau dans l'histoire bimillénaire de la chrétienté. De l'eau, chacun en a mis dans son vin. On s'en tient à la liturgie de la parole, désormais presque consensuelle, dit le pasteur de la cathédrale Emmanuel Rolland, pour qui l'Ecriture compte plus que tout. L'Eucharistie, le partage du pain et du vin consacrés, reste une pomme de discorde. Surtout aux étages supérieurs, souligne le pasteur, où les théologiens et les doctrinaires font la loi. (...)

 

Hank Vogel: Staline et le dinosaure A ma naissance, j’étais déjà quelqu’un grâce à mes parents, mes grands-parents et tous mes arrière-grands-parents. Et durant toute mon enfance, on m’a aimé, gâté, choyé comme un prince. Suite à cela, mais surtout grâce aussi aux nombreux amis de ma famille et de mes copains de collège qui m’ont soutenu et aidé aux pires moments de ma jeunesse, j’occupe actuellement le poste de conservateur de musée. A vrai dire, je viens tout juste d’être engagé. Forcément, j’appartiens au clan invincible des von Adler du Toggenbourg. Un pour tous, tous pour un jusqu’au portail de l’enfer! C’est notre devise. (...)

 

Pascal Décaillet: D'un trait. Sans points, ni paragraphes. Je macère à mort, comme un possédé, dans l'Histoire allemande. En vrac et sans prétention exhaustive, j'ai encore envie de vous raconter l'émancipation des Juifs d'Allemagne par Moses Mendelssohn (18ème siècle), la publication de Cassandra par Christa Wolf en 1983, la traduction d'Antigone par Hölderlin, la reprise d'Antigone par Brecht, le passage de la Meuse en Mai 1940, la première Diète de Francfort en 1848, la première du Deutsches Requiem de Brahms, la traduction de la Bible par Luther, la grande exposition (j'y étais) pour le 500ème de Dürer à Nuremberg en 1971, le suicide de Kleist et d'Henriette à Wannsee en 1811, le travail théâtral de Heiner Müller dans le Berlin de l'après-Brecht, le suicide de Paul Celan à Paris en avril 1970, les dernières décennies de Friedrich Hölderlin dans sa tour, le cimetière militaire allemand que nous avons visité, en famille, en Italie du Nord, en 2001, la Première de Lohengrin, Wagner, tout Wagner, rien que Wagner et encore Wagner, le rapport de Thomas Mann avec sa ville de Lübeck, ma rencontre avec Genscher (j'ai la photo et les autographes) à 14 ans (...)

 

Marc Schindler: Des crocs et des crottes Les électeurs de Genève, ma ville natale, ont bien de la chance. S’ils ne sont pas d’accord avec une loi votée par leur Parlement, ils n’ont pas besoin d’enfiler un gilet jaune, ni de faire grève, ni de défiler en cassant quelques vitrines comme…vous voyez de quoi je parle ! Ils n’ont qu’à lancer un referendum, réunir quelques milliers de signatures et hop, la loi est soumise au vote populaire. Epatant, non ? Même moi, qui vit depuis 14 ans en France, j’ai le droit de donner mon avis. (...) Heureux pays, où les citoyens mécontents peuvent contester démocratiquement les autorités dans les urnes. Un pays champion de la négociation au lieu de la grève, un pays où le chômage atteint 2,3%, où 35% des actifs voudraient travailler au-delà de l’âge légal de la retraite, 65 ans. Pas la peine de réformer le système des retraites : il assure à tout le monde une pension de 60% du dernier salaire. (...)

Les commentaires sont fermés.