Pierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ?

Imprimer

troisvaches ldd pixabay.jpgPierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ?

Pascal Décaillet: Pitoyable Nancy Pelosi !

Olivier Baud: « Moi, j’aime les chiens… »

Marie Chappuis: Pour des bains publics flottants au pied du Jet d’eau !

Marian Stepczynski: Qui déclenchera la prochaine crise?

Mireille Vallette: Des nuits légères de Téhéran à l’islam intolérant, récit d’une fuite

Didier Bonny: Interdire la haine homophobe

Didier Bonny: Interdire la haine homophobe

Pierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ? Tim Jackson est un intellectuel anglais auteur d’un livre intitulé « Prospérité sans croissance ». L’auteur y constate que le capitalisme moderne, fondé sur la croissance, est malsain car il oriente les individus vers l’individualisme, le matérialisme et le consumérisme. Il affirme par ailleurs que ce système économique, malgré les prouesses scientifiques de l’humanité, ne permettra pas à celle-ci de surmonter simultanément ses quatre grands défis actuels : conservation du niveau de vie de l’Occident, augmentation de la population de la planète, éradication de la pauvreté dans le monde et lutte pour la protection du climat, des ressources naturelles et de la biodiversité. Convenons-en, le constat de Tim Jackson sur la société occidentale d’aujourd’hui n’est contestable que sur des points de détail. (...) Tim Jackson, à l’appui de son projet rousseauiste, forge l’hypothèse que les individus, retrouvant la sagesse, seront heureux passer de la société consumériste à la frugalité, cela en contrepartie des « capacités d’épanouissement » que la nouvelle société est supposée leur apporter. Pourtant, il ne croit pas vraiment à cette sagesse du peuple. (...)

 

Pascal Décaillet: Pitoyable Nancy Pelosi ! Pitoyable Nancy Pelosi, qui, de son perchoir, dans le dos de Donald Trump, déchire publiquement le discours du Président ! Geste totalement indigne de sa haute fonction de Présidente de la Chambre ! Indigne de son intelligence, à elle, indigne de sa classe ! Geste qui affaiblit la dignité parlementaire, au lieu de l'affirmer. Pitoyables Démocrates, qui auront tout entrepris, sans répit, avec une hargne vengeresse sans comparaison, depuis le jour de son élection, pour avoir la peau de Trump. Et qui ne font, à mesure qu'ils s'agitent et gesticulent, que creuser leur propre tombe politique. Le spectacle donné, depuis 2016, par cette grande famille politique américaine, qui fut celle de Roosevelt, est l'un des plus lamentables de l'après-guerre. (...)

 

Olivier Baud: « Moi, j’aime les chiens… » (...) Car, objectivement, en quoi le fait de ne plus avoir à payer une somme de 50 francs par an améliorerait le sort des chiens ? C’est en quelque sorte le parfait opposé. Les animaux doivent être respectés et protégés. Acquérir un animal est assorti d’une responsabilité et payer un modeste impôt en constitue une forme de rappel. Supprimer cette taxe délivrerait un message contraire, banalisant l’acquisition d’un chien et favorisant les cas de maltraitance et d’abandons. Il me plaît à imaginer que bon nombre de propriétaires de chiens, contrairement à l’association qui porte leur nom, assument parfaitement le fait de devoir s’acquitter d’une petite contribution. Et continueront à le faire, pour le bien de leur animal préféré.

 

Marie Chappuis: Pour des bains publics flottants au pied du Jet d’eau ! (...) Depuis plusieurs décennies, de nombreuses villes européennes traversées comme Genève par des cours d’eau, des lacs ou disposant d’accès à la mer ont développé des structures flottantes peu coûteuses permettant un accès facilité à l’eau. Ces accès innovants et sécurisés ont l’avantage de faire profiter à toute la population des bienfaits de la baignade. Copenhague et Aarhus au Danemark mais également Paris, Berlin, Zürich et de nombreuses villes à influence germanique ou nordique connaissent ces « badis » depuis plusieurs décennies. Leur succès populaire est d’ailleurs souvent source de fierté et ces accès à l’eau sont des marqueurs d’une identité urbaine très forte pour les habitants de ces villes. Le succès fulgurant de la nouvelle plage des Eaux-Vives à l’été 2019 et le succès populaire historique du Bain des Pâquis sont des témoins de l’attachement des Genevoises et des Genevois à pouvoir accéder librement et simplement à la baignade dans le lac. (...)

 

Marian Stepczynski: Qui déclenchera la prochaine crise? (...) Si le trio des régulateurs américains relève que la plupart des banques surveillent correctement leur portefeuille de crédits, ils précisent néanmoins que la demande d’investisseurs en quête de rendement est si forte que les emprunteurs peuvent continuer de s’endetter à des conditions de moins en moins restrictives, ce qui ne pose pas de problème quand l’économie va bien, mais pourrait entraîner de lourdes pertes en cas de retournement de la conjoncture. C’est par là que tout avait commencé en 2006 quand, sous l’effet de premières ventes forcées consécutives à des saisies pour cause de non remboursement, les prix de l’immobilier s’étaient mis à chuter. C’est peut-être au travers d’un autre canal, mais par un même enchaînement de causes et d’effets, que la prochaine crise se manifestera.

 

Mireille Vallette: Des nuits légères de Téhéran à l’islam intolérant, récit d’une fuite Il est difficile de trouver plus chaleureux que Nahid. Cet Iranien souriant et communicatif, habitant Saint-Gall, semble même plus intégré qu’un Suisse de souche. Aimé par certains, apprécié par beaucoup, il parle aussi bien le français que l’allemand. Des réfugiés comme lui, on en redemande… sauf qu’il n’est pas réfugié… (...) Je me suis offert des vacances à l’étranger pour respirer, boire tranquille, voir des filles. Lors d’un de ces voyages, en Bulgarie, j’ai rencontré une jeune femme catholique, Maria. Nous sommes tombés amoureux. Je suis allé la voir là-bas et elle est venue en Iran. Nous nous sommes mariés à Sofia. Lorsque j’ai voulu la faire venir pour vivre avec moi, les Iraniens lui ont refusé le visa. Ma femme a été convoquée à l’ambassade iranienne. Ils savaient tout sur nous. On lui a remis une lettre disant qu’un mollah allait venir la marier selon les coutumes islamiques. Il minimisait: «juste répéter quelques phrases, signer, puis vous obtiendrez la carte d’identité iranienne». Elle a refusé, on lui a renouvelé le refus de visa et nous sommes restés chacun chez nous. C’est là que mon projet de partir est né. Mon passeport était échu, on refusait de le renouveler. Je me suis débrouillé, j’ai tout laissé d’un jour à l’autre et j’ai rejoint ma femme. Mais dans sa famille non plus, je n’étais pas le bienvenu. Après un périple de quelques mois, nous sommes finalement arrivés en Suisse. Avez-vous fait une demande d’asile ? Oui, mais on ne nous a pas crus. Elle a été refusée. (...)

 

Didier Bonny: Interdire la haine homophobe Une personne homosexuelle ou bisexuelle qui est verbalement attaquée, insultée ou calomniée à titre individuel peut se défendre pénalement en se référant à l’article sur l’atteinte à l’honneur. Cependant, cet article ne s’applique pas dans des cas d’appels publics à la haine ou à la discrimination contre les lesbiennes, les gays et les bisexuel.le.s en tant que groupe. En effet, ces personnes ne sont, à ce jour, pas protégées juridiquement contre des attaques collectives, contrairement à d'autres groupes de personnes qui en seraient la cible en raison de leur religion, de leur race ou de leur ethnie, critères qui sont pris en compte dans l’article 261 bis du code pénal depuis 1995. Le 9 février, le peuple suisse est appelé à se prononcer sur l’extension de cette norme pénale à l’orientation sexuelle, mais malheureusement pas à l’identité de genre. Les appels publics à la haine et à la discrimination favorisent un climat propice aux actes homophobes tels que les crachats, les insultes, les déprédations et les agressions physiques, comme un couple d’hommes en a encore fait les frais très récemment à Zürich. (...)

 

André Thomann: J’arrête le sucre (...) Après ça, ça défile, j’arrête le fromage, le lait, les aliments gras. La viande et le vin, c’est fait depuis longtemps. L’argument, c’est bien sûr, je veux vivre longtemps et en bonne santé. Ambition estimable. Mais les moyens le sont-ils aussi ? Car on a l’impression que les candidats à ces privations gobent tout ce qu’on veut. Leur crédulité est sans limites. Tenez, on leur a fait le coup des toxines (le mot fait peur) : au départ, une toxine est un poison qui peut être mortel, il est soit d’origine animale, venimeux donc, venin de serpent, soit végétale, vénéneux, amanite phalloïde. Mais les nutriologues ont étendu la notion. Selon eux, sont toxines un nombre considérable de saloperies que contiendrait notre corps et dont il serait souhaitable de se débarrasser. (...)

Les commentaires sont fermés.