Xavier Comtesse: 2020 catastrophique pour l’horlogerie suisse

Imprimer

montre bracelet.jpgXavier Comtesse: 2020 catastrophique pour l’horlogerie suisse

Pascal Décaillet: Jean Daniel, l'homme aux mille lumières

Olivier Perroux: Vernier a besoin de Vida Ahmari

Rémi Mogenet: Jam et le francoprovençal à l'université de Montpellier

Claude Bonard: Genève, je t'aime moi non plus et la mésentente cordiale

John Goetelen: Record de chaleur fantôme en Antarctique : la réponse de la RTS

JF Mabut: Un petit pont de bois à 105'000 fr

Xavier Comtesse: 2020 catastrophique pour l’horlogerie suisse Que faire ? Attendre ou bien profiter de ce moment pour se transformer ? Voici cinq idées pour nos stratèges horlogers en repos forcé. 1) Verticaliser: Il faut absolument assurer le « supply chain » en rachetant les sous-traitants ou en diversifiant les sources d’approvisionnement. (...) 2) Road show : De préférence, monter son propre « road show » en parcourant le monde, région par région, plutôt que de participer aux grandes foires comme « Basel World ». (...) 4) Smartwatches : Apple l’a démontré le futur passe par là et spécialement chez les jeunes consommateurs. La smartwatch est incontournable. (...)

 

Pascal Décaillet: Jean Daniel, l'homme aux mille lumières A Jean Daniel (1920-2020), né la même année que mes parents, et qui vient de nous quitter à l'âge de presque cent ans, je veux rendre ici un hommage de reconnaissance filiale. Adolescent, j'étais avide de journaux. Nous en avions bien quelques-uns à la maison : mes parents étaient abonnés au Nouvelliste, à la Tribune de Genève, aux Feuilles d'Avis Officielles du Valais et de Genève, ainsi qu'à quelques revues spécialisées d'ingénieurs, que lisait mon père. Il y avait aussi le bulletin du CAS, dont il fut membre toute sa vie. Pour moi, c'était un peu juste (...) J'aimais les éditos de Jean Daniel. Pour leur humanité. La chaleur de sa plume, moins démonstrative que celle d'un Jacques Julliard. Il ne voulait pas, à tout prix, avoir raison : il voulait témoigner, dire cette part de sensibilité, de vécu historique qu'il avait en lui, enracinée. Il y avait dans son style le soleil de l'Afrique du Nord, la passion des peuples libres, le combat pour la décolonisation. Et puis, tout en avant, le bonheur intense d'avoir aimé, fréquenté, des hommes et des femmes, penseurs, écrivains, artistes, poètes, qu'il avait rencontrés, tout au long de sa vie. (...)

 

Olivier Perroux: Vernier a besoin de Vida Ahmari Un peu plus de 10 ans après ouvert ce blog, il est l’heure pour moi de prendre congé des billets politiques. Il n’est jamais bon, en politique ou ailleurs, qu’un sortant tente de conserver une influence sur celles et ceux qui lui succèderont. Ayant quitté l’Alternative pour Vernier, je prends donc congé en publiant un dernier mot sur la politique verniolane. Vernier a grand besoin d’une femme à sa tête. Cette évidence crève les yeux depuis des années. Au delà d’un genre, la candidature de ma trop discrète collègue Vida Ahmari m’a beaucoup réjouie. Pour plusieurs raisons. Vida est aussi discrète qu’efficace. (...) Alors que le monde politique de Vernier se réengage une énième fois dans un affrontement testostéroné de bloc contre bloc, où les égos surdimentionnés de mâles alphas captent l’attention des médias et trustent les débats politiques, notre ville a tout avantage à apporter sa confiance dans une politicienne discrète, courageuse, pertinente et efficace. (...)

 

Rémi Mogenet: Jam et le francoprovençal à l'université de Montpellier Mardi 25 février, je serai à l'université de Montpellier (dite Paul Valéry) pour une présentation du francoprovençal en général et du poète Jean-Alfred Mogenet (1862-1939), mon arrière-grand-oncle, en particulier - car il a écrit en patois de Samoëns, qui appartient au francoprovençal, dont les frontières correspondent pour moi à celles du vieux royaume de Bourgogne. (...) Moi, intervenant en tant qu'éditeur scientifique du volume des poèmes de Jean-Alfred Mogenet et, peut-être, docteur ès Lettres à l'université de Chambéry (dite Savoie Mont-Blanc), je présenterai la thématique suivante: Jean-Alfred Mogenet dit Jam (1862-1939), né et mort à Samoëns (Haute-Savoie), a composé ses poèmes en patois de Samoëns à l'époque où il vivait à Paris. (...) D'ordinaire, les Savoyards vont à Grenoble, à Lyon, à Paris, voire à Genève ou à Lausanne; moi, je ne sais pourquoi, j'ai choisi Montpellier. Je voulais partir loin. (...) il y a comme un coup du destin. Je pense, d'ailleurs, que le plus cathare des docteurs de l'Église catholique, celui qui, tout en restant dans les limites du dogme, a le plus concédé à l'esprit mystique des cathares et des ariens, est François de Sales. Joseph de Maistre a aussi quelque chose de cathare et d'arien, selon moi. (...)

 

Claude Bonard: Genève, je t'aime moi non plus et la mésentente cordiale Cette mode du « je t’aime moi non plus » et de la mésentente de moins en moins cordiale caractérise de façon croissante les rapports qu’entretiennent les Genevois entre eux et les Genevois envers leurs autorités. Une posture de défiance qui sape les énergies et freine la réalisation de tant d'actions pourtant nécessaires au bien de notre collectivité. On est loin du sentiment qui prévalait il y a bien longtemps à en juger par cet extrait du Registre des Conseils du 10 février 1789 (...) Aujourd'hui, en cette période de campagne électorale, à défaut de couplets chantés en choeur, je rêve à plus de concorde afin de faire prévaloir le sens de l'intérêt général. On peut avoir des avis qui divergent mais le respect mutuel, ça change la vie non ?

 

John Goetelen: Record de chaleur fantôme en Antarctique : la réponse de la RTS Je republie ici la réponse qui m’a été faite par la RTS, pour en commenter les termes et arguments. J’ai en effet écrit à la télé suisse romande pour signaler la fake news du record de chaleur. Je demandais qu’une correction puisse être apportée suite à l’article incriminé. Je publie ci-dessous la réponse in extenso (dont je souligne deux passages). Je reprends ensuite quelques points que je commente. (...) En clair cela signifie que l’OMM ne connaît ni le type de station, ni son emplacement, ni son étalonnage, bref rien qui permette d’en faire un tel fromage, et que sans tout cela elle ne peut même pas commencer une évaluation. N’y aurait-il pas au moins une personne qui garde la tête… froide dans les rédactions?

 

JF Mabut: Un petit pont de bois à 105'000 fr (...) Je ne doute pas que la commune a fait jouer la concurrence pour réaliser cet objet et que les services municipaux ont compté au plus juste afin de ménager au mieux les deniers publics. Mais tout de même! 105'000 francs pour quelques mètres de chemin en matière du Salève, l'abattage d'un arbre centenaire qui a eu le tort de se trouver trop près de ce nouvel axe international et le petit pont qui ne vaut pas 5000 francs, j'en perd mon latin. Étrangement, le PV d'octobre du Conseil municipal n'évoque pas un rapport de commission. Faut-il en déduire que le crédit n'a pas été discuté en commission? (...) Lors du vote du crédit en octobre, une seule conseillère municipal, Mme C. Sirusas Peduzzi, s'est inquiétée de (...) cette addition faramineuse. Au diable le prix tant qu'il y a l'ivresse! Saluons le projet, béni par la Douane suisse, qui resserre les liens du Grand Genève… (...)

Les commentaires sont fermés.