Le webzine de blog.tdg.ch - Page 5

  • Olivier Bot: Le réveil de l'Algérie et ses fantômes

    Imprimer

    alger front de mer.jpgEric Sarner est un écrivain voyageur. Il en a la plume, la curiosité et l'érudition (…) Au départ de Marseille, ce natif d'Algérie, pied-noir donc, monte à bord du "Tarek" un prénom qui signifie à la fois "étoile du matin" et "celui qui frappe à la porte". Poétique. Après le mot, la langue. (…) Le courant arabophone est tout puissant dans l'enseignement primaire et secondaire, la justice, l'administration territoriale et la télévision. Le courant francophone domine l'administration centrale, les entreprises, les universités et grandes écoles, les partis et associations. Le courant berbérophone enfin "s'est fait un nid dans le culturel marginalisé". L'écrivain va ensuite à la rencontre des populations. A Bab el-Oued, avec des familles, il parle de la jeunesse d'aujourd'hui, qui ne rêve que de partir, et dont les possiblités de formation vont en se réduisant, tandis qu'elles sont victimes d'un fléau: la drogue (et pas seulement le kif). Sarner relit aussi l'histoire récente des émeutes de 1988, réprimées sauvagement jusqu'à soumettre des adolescents à la torture, "un printemps arabe avant l'heure".  En Algérie, il y a 4 à 5000 émeutes par an, rappelle un des interlocuteurs de l'auteur… http://olivierbot.blog.tdg.ch/archive/2012/09/17/algerie-suivez-le-guide.html

    Lire la suite

  • Jacques-Simon Eggly Mahomet : nos Etats démocratiques ne sauraient rogner la liberté d’expression trop chèrement acquise

    Imprimer

    eggly large.jpgPersonne ne le conteste, le film sur Mahomet qui a suscité les violences que l’on sait dans tout le monde arabe est une provocation lamentable et choquante.  (…) Quelle ligne tenir dans nos démocraties ? Tenir compte de cette donnée d’une sensibilité exacerbée, historiquement explicable dans les pays musulmans et donc édicter des lois, prendre des mesures de contrôle restreignant notre liberté d’expression ? Ou bien demeurer ferme sur notre ligne, expliquer nos valeurs par les relais de tous les Musulmans non radicaux qui, dans leurs pays respectifs, comprennent que cela est inhérent à la démocratie ? Et tenir aussi le choc face aux réactions violentes dont on sait qu’elles sont en partie le produit d’habiles manipulations ? Pour notre part, si un appel à une certaine retenue, à un certain tact nous parait souhaitable, nos Etats démocratiques ne sauraient, pour autant, régresser en rognant de plus en plus une liberté d’expression, d’opinion, de création  qui se réclame d’un doit fondamental trop chèrement acquis pour l’abandonner peureusement devant la menace. Il en va de la pérennité de nos sociétés et d’une civilisation. http://jseggly.blog.tdg.ch/archive/2012/09/16/jusqu-ou-defendre-la-liberte-d-expression.html

    Lire la suite

  • Alain Bagnoud Après l'orgie de Jean-Michel Olivier

    Imprimer

    orgie.jpgOn tique parfois devant ces épisodes outranciers avant de se rendre compte qu'ils ne sont même pas exagérés : chacun peut y reconnaître des personnalités et des nouvelles du monde transmises par le bavardage des médias. A travers eux, Jean-Michel Olivier brasse avec euphorie des thèmes très contemporains : mode, politique spectacle, perfection physique, chirurgie esthétique, tyrannie de l'image, désir de jeunesse, sexualité débridée, starification, adoption, inceste... Des thèmes qui prolongent son précédent livre et rangent son écrit parmi les satires (…)  L'essentiel, pour Jean-Michel Olivier, on le sent, n'est pas le réalisme psychologique mais une description du présent qu'il mène avec jouissance et entrain. Le présent non tel qu'il existe dans notre quotidien personnel, évidemment, mais tel qu'il est offert dans les potins de Voici, Gala, Public, Entrevue, ou les pages people des journaux. Le présent tel qu'il est proposé par ces médias comme un idéal de fête et de réussite. http://blogres.blog.tdg.ch/archive/2012/09/14/apres-l-orgie-de-jean-michel-olivier.html

    Lire la suite

  • Pascal Décaillet Otto Stich (1927-2012) – Hommage

    Imprimer

    stich.jpgJe garde d’Otto Stich, que j’ai si souvent interviewé à Berne, le souvenir d’un ministre des Finances incroyablement compétent sur ses dossiers : il connaissait par cœur les comptes et les budgets de la Confédération ! Un social-démocrate attaché aux valeurs de la Suisse, prudent, bon gestionnaire. Digne, au fond, d’avoir succédé à des camarades de parti comme Hanspeter Tschudi, l’un des plus grands conseillers fédéraux de l’Histoire suisse, ou encore le si populaire Willy Ritschard, Soleurois comme lui. Il fut, aussi, l’homme de grandes réformes, comme la TVA ou l’entrée de la Suisse au FMI. La Suisse perd un serviteur de l’Etat. Un homme discret, mais efficace. Entêté, opiniâtre. Il suivait le sillon, rien ne l’en détournait. Hommage à lui… http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2012/09/13/otto-stich-1927-2012-hommage.html

    Lire la suite

  • Jean-Noël Cuénod: La social-démocratie, "putzfrau" politique du capitalisme?

    Imprimer

    ScSchröder.jpg(…) Après avoir accepté les règles du marché, les socialistes cherchent toujours à redéfinir leur identité. En Allemagne, le chancelier social-démocrate Gerhard Schröder en 2003-2005 avait réformé le marché du travail de façon ultralibérale par des mesures qui auraient fait hurler la gauche si la droite les avait ordonnées (notamment la loi Hartz IV). Grâce à cette nouvelle donne, les entreprises allemandes ont multiplié les succès à l’exportation et la République fédérale est devenue la locomotive économique de l’Union européenne. Mais en France notamment, les médias n’évoquent guère le coût social de la politique de Schröder. Or, il est très élevé. (…) Dans son intervention dimanche soir devant les caméras de TF1, François Hollande n’a pas tracé un chemin bien différent de celui de Schröder, à une notable exception près: le président socialiste français veut frapper fiscalement les riches contribuables. Il tente ainsi de parvenir à un équilibre dans la rigueur. http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2012/09/12/la-social-democratie-putzfrau-politique-du-capitalisme.html

    Lire la suite