Les blogueurs sont responsables des commentaires

Imprimer

daniel cornu.jpgAncien rédacteur en chef de la Tribune de Genève et ancien directeur du Centre de formation des journalistes, Daniel Cornu exerce depuis une vingtaine d'années la délicate fonction de médiateur des éditions romandes du groupe Tamedia, devenu récemment TX Group, qui possède notamment la Tribune de Genève, 24 Heures et Le Matin Dimanche et leur site respectif ainsi que Le Matin Online. Daniel Cornu mettra un terme à sa fonction à la fin de cette année. L'annonce de son départ lui a valu d'être l'invité de Médialogues, "l'émission qui prend soi des médias" diffusée le samedi matin sur RTS La Première. 

Dans son blog, Daniel Cornu s'est plusieurs intéressé au forum des blogs de la Tribune de Genève. Il y a publié le 4 mars dernier, ainsi que dans la rubrique Réflexion sur www.tdg.ch, un billet à propos de la gestion des commentaire par les blogueurs. On lira sa réflexion ci-dessous. 

J'en profite pour rappeler les conditions générales d'utilisation des blogs qu'on peut télécharger ici

commentaires holenweg texte.jpgVotre serviteur étant lui-même blogueur depuis la création du forum en mars 2017 - 13 ans donc - il reçoit aussi à l'occasion des commentaires. Le dernier en date, signé d'un pseudo inconnu, était de surcroît très laconique. Deux bonnes raisons pour ne pas le publier. J'ai écris à ce correspondant mystérieux et ai découvert que son adresse courriel ne menait nulle part. 

C'est en effet un travail que de filtrer les commentaires, mais ce travail est nécessaire voire indispensable pour la qualité de notre forum et la paix des ménages. Cela dit, je ne suis pas aussi sévère que Daniel Cornu: les trolls polluent certes mais notre forum des blogs est de bonne qualité.

Il appartient donc à chaque blogueur de faire le ménage. Merci à chacun d'être vigilant. A ce propos, je signale le blog de Pascal Holenweg, qui vient d'être réélu au Conseil municipal sur les bancs socialistes. Notre blogueur a développé de sa propre et heureuse initiative le texte figurant sous le titre Bienvenue. Ses règles du jeu sont clairement établies. A chacun de s'en inspirer et de les (faire) respecter. 

 

Les forums des blogs et leurs chicanes

  • Par Daniel Cornu publié le 4 mars 2020

L’accueil de blogs sur des sites de médias, accompagnés de forums ouverts aux avis des internautes, est aussitôt apparu innovant et prometteur. Une parole libre et largement distribuée! Le bilan après une douzaine d’années est plutôt mitigé. Le rayonnement se révèle inégal, l’ouverture exposée à des désillusions.

Les forums sont trop souvent pollués par des propos de gens dont le seul plaisir est de semer la zizanie — ces mauvais petits génies qualifiés de «trolls». Ils le sont aussi par d’autres, ce sont parfois les mêmes, qui cultivent l’aigreur ou l’insulte. Observée en surplomb, une très petite minorité, certes. Une poignée même, mais capable de pourrir les discussions. Et surtout de décourager des auteurs de blogs de bonne volonté.

Sur les plates-formes de la Tribune de Genève et de 24 Heures, c’est la rédaction qui choisit les titulaires des blogs, selon l’intérêt et l’originalité de leur contribution. Les blogueurs décident ensuite des thèmes de leurs billets et de leurs contenus, ainsi que de la fréquence de leurs interventions. Ils publient sans contrôle préalable. Ils sont tenus par les deux titres pour responsables de tout ce qu’ils éditent.

Responsables, les blogueurs le sont donc aussi des commentaires apportés leurs billets par les internautes. Les journaux attendent d’eux qu’ils en assurent la modération. Cette attente constitue un contrat de confiance avec les blogueurs, propre à clarifier leurs relations.

Le statut d’une plate-forme de blogs associée à un média peut être qualifié d’hybride. D’une part, la plate-forme est constituée d’un ensemble désordonné de blogs indépendants. Chacun d’eux pourrait vivre une vie autonome quelque part sur la toile, sous la responsabilité de son seul titulaire, qui en serait alors l’éditeur. D’autre part, cet ensemble se présente comme un agrégat offert à ses internautes par le média qui l’héberge.

Qui assume alors la responsabilité en cas de propos litigieux sur un forum? L’auteur des propos et lui seul? Le titulaire du blog chargé de les modérer? L’hébergeur de la plate-forme? L’état actuel du droit et de la jurisprudence n’offre pas un terrain très stable. Les précautions prises et proclamées par les journaux sur leurs sites ne sont pas reconnues à ce jour comme une décharge de responsabilité.

La Suisse ne connaît toujours pas de législation propre à la communication sur l’Internet.

Pour l’instant, les tribunaux procèdent plutôt par analogie avec les dispositions légales appliquées aux médias traditionnels. Leur jurisprudence dans le domaine numérique est encore peu développée. Les théoriciens du droit — ce que l’on appelle la «doctrine» — s’accordent pour la plupart à critiquer cette situation, en particulier le fait que l’attribution des responsabilités aux nouveaux acteurs de la communication reste mal définie. Et notamment celles des intermédiaires, qui justement intéressent ici.

Les médias en sont donc réduits à un certain pragmatisme. En cas de débordements, de propos insultants ou racistes le plus souvent, le blogueur de la plate-forme concerné est prié par le média de supprimer les commentaires litigieux portés à sa connaissance. Il est rendu attentif à sa propre responsabilité en regard de la loi et aux dommages qu’il peut causer à son hôte médiatique. 

Si un blogueur n’obtempère pas, s’il se montre négligent, témoigne d’un laxisme évident ou d’un goût délibéré pour la provocation, il rompt le contrat de confiance passé avec le média qui l’héberge. La mesure la plus efficace, bien que désagréable, est alors d’agir sur la diffusion du blog. Cela arrive parfois, et c’est toujours dommage.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.