28 janvier: Pour que Per et Paula ne soient jamais séparés

Imprimer

blondesen entête.pngFrappé par la maladie, Per Aman alias Blondesen est aujourd'hui forcé de livrer un double combat, écrit Pascal Carlier à qui j'emprunte cette introducttion. S'il peut compter, pour l'instant, sur le soutien de Paula (une Brésilienne sans permis, voir la Tribune du 23 janvier), elle peut aussi compter sur le sien pour l'épauler dans la délicate période à laquelle elle est confrontée. Si lui seul peut gagner son combat contre la maladie, nous pouvons, nous tous, aider Paula à gagner le sien. Ils en ont besoin tous deux, car que deviendra Per sans le soutien de Paula? Et que deviendra Paula dans son pays, loin de Per et de sa sœur jumelle?

Le témoignage d'un tiers publié sur le blog de Blondesen a suscité une vague de billets de solidarité et de sympathie. Modestes témoignages sans doute mais qui démontrent si besoin était que les blogs sont aussi fait de chair et de sang et même de coeur. Même si certains ne semblent connaître que le langage de leurs trippes...

On lira lire donc le blog de Kad alias Pascal Carlier. John Goetelen signe un biller « Rien que pour Blondesen par hommelibre »...

Haykel Ezzeddine sur planetephotos.blog.tdg.ch écit : Quand un blogueur s'adresse à un autre blogueur de quoi parlent-ils? De blog pardi! Blondesen, on ne se connait pas, on n'a jamais été présenté, on ne s'est jamais croisé à travers les rues de notre grand village Genève mais à force de se lire mutuellement on est devenu familiers.

Philippe Souaille écrit dans La mondialisation humaniste (...) dans l'ensemble, on est seul. Même quand on est à deux. Ou à cinquante. Avec soi-même et ses pensées, ce qui n'arrange rien quand on a le moral dans les chaussettes. C'est pourquoi je pense très fort à Paula, qui tient la main de Per dans sa solitude presque absolue, là-bas, pas très loin, mais si loin de tout, au CESCO. Il en faut du courage pour accompagner un vieux grincheux comme lui, frustré de ne plus pouvoir parler, de ne plus pouvoir dessiner, de ne plus pouvoir tapoter son clavier, de ne plus pouvoir... rien.  Un espèce de fou furieux qui s'était remis à fumer après avoir vaincu une première fois un cancer du poumon. Mais tellement vivant.

Sur le blog Alerte, Sarah Emonet et David Sanchez écrivent « Que vous dire ce matin ? Une photo, une femme, un homme, une histoire un combat... Tout ce mélange: l'incompréhension, la souffrance, la tristesse, la tendresse et la joie... Une maladie, un homme, des lois, une femme... »

Gorgui Ndoye s'associe à la pétition sur son blog Continent Premier

 

Quelques autres blogs sélectionnés le 28 janvier

USA-17 à 51 nœuds ? par Antoine B

Bon, les régates de l'America's Cup vont débuter d'ici deux semaines.  Du moins si les conditions météo à Valence s'améliorent, car pour le moment, c'est tout le temps trop fort, mer trop grosse, ou alors du calme plat (on rappellera qu'Alinghi avaient affirmé que Valence en hiver, ce n'était pas du tout idéal, et que c'est Oracle qui a insisté pour y venir, mais passons).  Mon cœur va au Defender suisse, mais j'ai regardé beaucoup de vidéos d'USA-17 (le bateau d'Oracle) en navigation, et j'ai lu quelques interviews, entre autres celle du barreur australien d'USA-17, James Spithill.  Et tout cela me donne l'impression que leur aile est peut-être bien l'arme absolue. (...)Si USA-17 continue de tripler la vitesse du vent même quand celui-ci forcit, alors il devrait lui suffire de 17 nœuds de vent pour atteindre 51 nœuds et donc battre le record de vitesse à la voile. 

 

Un Thônésien à Davos ! par Ashwani Singh

Je ne sais pas si je serai le seul habitant de Thônex à me rendre à Davos, mais le seul parmi les élus de ma commune, très certainement.  http://unegeneveouvertedynamiqueetoptimiste.blog.tdg.ch/

 

Darius Rochebin est une femme par David Laufer

On m'a récemment appris que la majorité des auditeurs de LFM étaient en réalité des auditrices. Et savoir que je parle à plusieurs milliers de femmes à la fois, jolies vaudoises, charmantes genevoises ou belles étrangères, cela me donne l'occasion de leur redire tous les vendredis ces mots de Hank Moody, de la série Californication : les femmes, j'adore, j'ai tous leurs albums. Celle de cette semaine est toute trouvée : ce sera Darius Rochebin.

 

 

Les commentaires sont fermés.