7 mars: les droits humains et les (r)évolutions

Imprimer

Francey olivie larger.jpgEn pleine révolution des peuples - René Koechlin écrit l'hymne au peuple libyen, Jacques-Simon Eggly lance: "Restez chez vous, nous allons vous aider... - la soirée de samedi à l'Alhambra du Forum International des Droits Humains a été un ratage, juge Olivier FranceySoli Pardo ne rate pas le coche. L'UDC devenu MCG affirme qu'il faut être fier d'être "po-pu-lis-te". Manuel Tornare fait-il partie des populistes ? Demir Sönmez rend hommage au "comaire" de Genève. Florence Kraft Babel s'intéresse à la nébuleuse des comptes de la ville. Pas pour la révolution. Plus radical, le Vert Boris Drahusak veut la fin des villas. pour comprendre le présent Benjamin Ligier remonte à l'an 1000 et s'intéresse à Genève, son écusson et sa bannière.

D'une (r)évolution à l'autre, l'écrivain genevois Pierre Béguin dans blogres.blog.tg.ch a lu « Tigre de papier » d'Olivier Rolin qui expose pourquoi la jeunesse française n'est pas tombée après Mai 68 dans le nihilisme violent de ses «camarades» allemands ou italiens.

A noter encore, la note de Daniel Cornu. Le médiateur Edipresse, interpellé par Renaud Gautier, revient sur les fuites dans l'affaire de la gérance immobilière cantonale.

Soirée FIFDH ou l'horizontalité d'un tapis roulant d'aéroport Samedi soir à l'Alhambra se tenait l'une de soirées du Forum International des Droits Humains: le FIFDH. Thème de la soirée : l'Europe à la botte des populismes. Au programme : séance de projection d'un documentaire de l'agence Capa intitulé sans aucune forme d'orientation : ''Ascenseur pour les fachos''. S'en est suivi un petit débat avec pour invités : l'indignation personnifiée par Stéphane Hessel, la force du droit de Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne en charge de la justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté, le journalisme engagé de Marc Semo, responsable du service monde à Libération et enfin, la force de l'âge et de la raison, Ruth Dreifuss, ex présidente de la Confédération.  Quelques constatations. Le documentaire fut navrant!  (...) Quant à Ruth Dreifuss, elle a peut-être sauvé de l'ennui, les quelques esprits critiques qui avait survécu à l'interminable documentaire. Au final, une soirée comme les autres pour des auditeurs déjà convaincus. Le triomphe de l'autosatisfaction de ses propres idées.  A ''l'ascenseur pour les fachos'', on aura malheureusement assisté à l'horizontalité d'un tapis roulant d'aéroport.

Populisme contre élitisme ? par Soli Pardo Dans certains milieux, dans certains partis, la suprême injure que l'on peut adresser à un adversaire se résout à ces syllabes "po-pu-lis-te". Le terme clôt le débat. (...)  En réalité, populisme s'oppose à élitisme. Ecouter la voix de la population, la traduire en termes politiques, c'est du populisme. Exemple : "il faut plus de sécurité". L'élitisme, c'est l'attitude inverse. Il consiste à soutenir une vérité, inaccessible au bas peuple ; seules des élites sont en mesure de comprendre cette vérité, et le peuple, quand il est convoqué aux urnes, doit voter ce que lui soufflent ces élites, même s'il n'est pas en phase avec ce qu'elles proclament.

Cher Manuel, Douze ans ont passé comme du vent par Demir Sönmez ... mais ce fut un beau vent. Genève a vécu ses quatre plus belles saisons avec toi, c'est toi qui as entendu en premier les cris des êtres de chaque coin du monde. Tu as su représenter avec fierté et honneur Genève, et Genève ne l'oubliera pas. La vie et le combat vont continuer, tu le mèneras ailleurs et tu seras toujours l'annonceur des meilleures saisons ! Merci cher Manuel. Photos et vidéos...

Faut-il interdire à des puissances étrangères de construire des mosquées en Suisse ? par Pierre Scherb La Suisse ne devrait-elle pas interdire la construction de mosquées financées par des Etats qui, eux, interdisent la construction d'églises ? Une telle mesure apparemment de bon sens empêcherait aussi l'importation des conflits internes à l'islam (chiites contre sunnites, mas pas seulement) en Suisse qui est, rappelons-le, toujours à majorité chrétienne.

Olivier Rolin, Tigre en papier  Par Pierre Béguin Tigre en papier est une sorte de temps retrouvé, celui des années 70, plongeant le lecteur en plein mysticisme d'un engagement politique qui entendait alors, par une rupture sociale radicale, faire communiquer - communier? - deux extrêmes hétérogènes de la toile sociale: l'élite bourgeoise de la jeunesse intellectuelle et la frange ouvrière prolétarienne à peine scolarisée (l'image phare de cette utopie reste la venue très médiatisée de Sartre aux usines Renault). (....)Tout en mesurant la chance qu'a eue cette jeunesse révolutionnaire française de ne pas prendre les armes, de rester des «tigres de papier» et de ne pas tomber dans le nihilisme violent de ses «camarades» allemands ou italiens, le narrateur semble extirper des limbes de son errance l'ébauche d'une certitude: même si son échec débouche sur le vide idéologique qui délite le tissu social de nos sociétés contemporaines, le changement radical visé par la génération des années 70 était une pure fiction. Heureusement...   RM commente : « C'est tragique. Parmi ces déçus d'hier, ces mélancoliques, on en voit qui se plongent dans le Zen. Ce qui est dommage, c'est qu'au-delà de cette rétrospective intérieure, on a souvent le sentiment qu'il n'y a que pur néant. Déjà, peut-être, durant la jeunesse, il n'y avait que pur néant sous les images qu'on projetait vers l'avenir: elles étaient bâties sur de la pure illusion. Au bout du compte, l'impression que les choses ont changé, mais qu'on n'a pas vraiment évolué. On ne voit jamais rien au-delà de ce que la pensée attelée à l'éphémère a pu élaborer. »

Hymne au peuple libyen par René Koechlin (sur l'air de "la Marseillaise") Allez enfants de la Libye, Le jour de gloire est arrivé ! Luttez contre la tyrannie, Pour conquérir la Liberté (bis) ... Entendez-vous, au coeur des villes, Mugirent les féroces soldats, Qui viennent, jusque dans vos bras, Massacrer vos fils et vos familles. Aux armes les Libyens ! Formez des bataillons ! Levez vos fronts, Chassez ces chiens, Qui abusent de vous, de vos biens, Jetez-les à la mer, aux requins ! http://rkoechlin.blog.tdg.ch/archive/2011/03/01/hymne-au-peuple-libyen-a-chanter-sur-l-air-de-la-marseillais.html MGD commente : « Merci Monsieur Koechlin pour ces belles paroles. J'espère que les jeunes Libyens d'ici et de là-bas puissent vous lire et faire leur cet hymne »

Les fuites dans l'affaire Muller : Renaud Gautier interpelle le médiateur par par Daniel Cornu Renaud Gautier, l'actuel président du Grand Conseil genevois, s'adresse au médiateur. Il précise l'interpeller à titre privé. La démarche n'est donc pas officielle. Son propos est de l'interroger sur le traitement par les médias de fuites, comme celles qui viennent d'alimenter l'actualité politique genevoise au sujet de la gérance immobilière cantonale. Je reproduis intégralement sa question, qui s'ouvre sur un utile exposé du fonctionnement des institutions parlementaires. (...) La nature confidentielle de documents ne constitue pas, comme telle, une raison suffisante de s'abstenir d'en divulguer les informations. Mais elle devrait inciter les journalistes et les médias à se poser très sérieusement, au préalable, la question de leur intérêt public et de leur éventuelle atteinte à des intérêts dignes de protection...

Il y a 40 ans, la mort d'Igor Stravinski par Gilbert Salem Le lundi 12 avril 1971, un gondolier vénitien godille en direction de l'îlot-cimetière de San Michele. Ce Charon de la Sérénissime connaît-il l'identité prestigieuse de la dépouille qu'il convoie? Elle a pour nom Igor Fiodorovitch Stravinski. Le maestro a succombé cinq jours plus tôt à New York d'un œdème pulmonaire, à l'âge de 89 ans. Il voulait reposer à proximité de son ami Serge Diaghilev, le créateur des Ballets russes, mort il y a quatre décennies, avec lequel il avait contribué à faire rayonner le génie musical et chorégraphique de leur patrie dans le monde entier. Autant d'années plus tard, leurs tombes sont toujours fleuries dans la division orthodoxe de la nécropole de Venise.

C'est moi que je l'ai fait moi-même par David Moginier Alors, là, je dis bravo! Je suis tombé sur un petit bouquin malin, Tout fait maison (Ed. Toquades), dont le titre dit tout. Nathalie Cahet y propose une cinquantaine de recettes pour réaliser soi-même ses bretzels, sa tapenade, sa mozzarella ou sa limonade, dont on sera tout fier. Franchement, j'ai eu de la peine à vous choisir une recette, tant j'avais envie de partager. Voici donc la moutarde maison.

La nébuleuse des comptes de la ville par Florence Kraft Babel Que veut dire le silence sidéral et sidérant de la magistrate sur le résultat des rentrées fiscales 2010? En juin dernier, on nous annonçait la fin des fins, en septembre la fin probable de la prospérité avec un Powerpoint qui affichait la tendance inverse, no comment, en novembre, on évinçait le sujet, en décembre, lors du vote du budget, pas un mot pas un bruit. Silence. Aujourd'hui, silence encore, silence toujours.... Les chiffres sont-ils rouges ou ne le sont-ils pas? Le parti rouge aurait-il peur de rougir de ce que les chiffres ne le soient pas?

Les Verts veulent la fin des villas par Boris Drahusak (...)Nous voulons réaliser des écoquartiers, des quartiers doux à vivre pour leurs habitant-e-s, légers pour l'environnement et répondant aux critères du développement durable... L'usage parcimonieux du sol est un critère essentiel. C'est pourquoi nous soutenons une densification des quartiers, notamment dans les zones de développement (le plus souvent des zones villas), selon les critères de durabilité mis en avant dans le Plan directeur communal.

Consensus sécuritaire à Genève ? Par Pascal Holenweg Comme il y a deux ans, lors des élections cantonales, l'extrême-droite, et la droite traditionnelle à sa suite (initiative radelibe pour 25 policiers supplémentaires, proposition PDC d'armer la police municipale, et initiative pour la vidéosurveillance) nous fait une campagne obsessionnelle sur le thème de la « sécurité » (le MCG en profitant pour amalgamer, sur son affiche, délinquants, chômeurs et frontaliers). L'exercice paranoïaque n'est pas nouveau, venant de là où il vient. La nouveauté, c'est qu'une partie de la gauche s'y est laissé prendre...

L'Abbé Pierre et la rage de dents du PS par Pierre Kunz Entre 1945 et 1951 l'Abbé Pierre a été député de Lorraine à l'Assemblée constituante puis à l'Assemblée nationale française. De cette période le grand homme a tiré l'enseignement synthétique suivant : « J'ai été député pendant un peu plus de six ans et j'ai vite compris une chose simple : le travail des hommes politiques consiste essentiellement à décider à qui prendre de l'argent pour le redistribuer ». En lançant leur initiative parlementaire pour la prise en charge par l'assurance-maladie des factures de dentisterie le PS illustre une nouvelle fois, de la manière la plus caricaturale possible, les mots de l'Abbé Pierre.  Marko Bandler commente « Monsieur Kunz, soit vous êtes aveugle, soit vous êtes riche. Dans les deux cas de figure, vous n'abordez pas la question centrale... »

Genève : écusson et bannière ! par Benjamin Ligier L'ancienneté de l'ailge et de la clef serait de quelque utilité à comprendre, la constitution d'une identification tirant souvent ses sources des racines dont elle se prévaut. Un peu d'histoire au détour de l'an 1000...

Des rêveurs à la rue des Etuves! Par Haykel Ezzeddine Ce matin à la rue des Etuves. Une arcade abandonnée anciennement salon de coiffure et commerce spécialisé dans la vente de produits africains est investie par un groupe de jeunes. Le but de cette opération est de faire de cet espace un lieu collectif autogéré.

Restez chez vous, nous allons vous aider... par Jacques-Simon Eggly Aux Tunisiens, Egyptiens, Libyens en passe ou en aspiration d'émigrer en Europe, une commissaire européenne a dit en substance : restez chez vous, l'Europe ne peut pas absorber vos flux migratoires ; mais vous avez raison d'attendre de notre part une aide beaucoup plus forte, pour vous sur place, afin de contribuer à l'avenir de vos pays et à votre avenir. En fait, c'est bien la position que j'affiche personnellement depuis toujours. A l'Assemblée du Parti libéral-radical suisse, des Romands, emmenés par Claude Ruey, ont regretté une position trop fermée, trop défensive, trop répressive du parti dans cette question de la migration. Claude Ruey, très intégré dans l'église protestante, a même dit qu'il voulait pouvoir se regarder dans la glace sans honte. Eh bien, cette attitude est discutable du point de vue politique et humain...

 

 

Les commentaires sont fermés.