23 mars: les bonis de Madame la maire

Imprimer

fiumelli.jpg"Sandrine Salerno révèle enfin ce qu'elle nous avait caché durant la campagne". Le radical Olivier Fiumelli ne rate pas l'occasion d'épingler la maire socialiste qui voit le budget de la Ville en rose. "Depuis l'exercice 2000, en moyenne, on en est à 71 millions de bénéfices par année", a-t-il calculé: "Dès lors, la proposition du PLR de diminuer les centimes additionnels, soit de rendre ces surplus d'impôt à la population, et d'abroger la taxe professionnelle, prend tout son sens." Pierre Maudet renchérit et veut baisser les impôts communaux de trois points. (Trois points est-ce égal à trois centimes?)

Pour le reste, les blogueurs politiques semblent reprendre leur souffle avant la dernière ligne droite. On citera Roger Deneys qui écrit Cherpines-Charrotons: déclasser, oui, mais pas n'importe comment et espère renverser la majorité socialiste.

Et encore pêle-mêle: Marie-Jeanne Accietto se réjouit de la "découverte d'une nouvelle protéine mise en cause dans l'autisme. L'anaylse par Jacques-André Widmer du tirages en baisse des quotidiens romands. Le coup de coeur de Pascal Rebetez "Aude Seigne, une Genevoise nomade épatante".

Cherpines-Charrotons: déclasser, oui, mais pas n'importe comment! par Roger Deneys Le Parti socialiste genevois s'apprête lors de son Assemblée générale de ce soir, à donner son mot d'ordre final sur le principe du déclassement du périmètre des Cherpines-Charrotons qui est soumis en votation populaire le 17 mai prochain après l'aboutissement du référendum. Point de la situation quelques heures avant le vote, en rappelant que le groupe socialiste du Grand conseil avait voté ce déclassement au printemps 2010...

La gauche ne peut plus s'opposer à une baisse d'impôts ! par Pierre Maudet (...) Devant ce constat, et dans la perspective d'un nouvel excédent de recettes prévu pour 2011, une seule action s'impose : une baisse d'impôts ! Ne serait-ce que de la moitié du bénéfice 2010, en baissant de 3 points le centime additionnel, actuellement fixé à 45.5.

Aude Seigne, une Genevoise nomade épatante par Pascal Rebetez « Bourlinguer », disait l'un, « se perdre au monde » relisait l'autre. Et l'on pensait qu'on en avait fait le tour de ces écrivains voyageurs d'un autre temps, parce qu'on a fait le tour du monde et le tour des bibliothèques et que le cœur est triste d'avoir vu tous les livres sur tous les carrefours de la planète et aussi, en ce qui me concerne, parce que je ne vais plus assez me perdre, me désorienter dans les confins du monde... Et un petit livre paraît et le monde redevient nomade et merveilleux. Et on lit avec ravissement, merci Aude Seigne, cette salade de fruits récoltés grâce à la bougeotte existentielle. Et c'est d'une Genevoise de 26 ans ces Chroniques de l'Occident nomade, ces allers et ces ailleurs et le bonheur des départs, et l'ennui des attentes et le besoin de tendresse plus fort au bord de la route que dans le coin du jardin.

Libya: what will happen? By Daniel Warner As in any military activity, the fog of war will settle in. Even if there is a cessation of the bombing, violence will continue in Libya. Colonel Qaddafi, we imagine, is not ready to retire. Deep divisions between the clans in Libya will not disappear. And the international community appears unprepared to send thousands of troops as peacemakers or a peacekeeping force. Officials and observers will continue to monitor events. Decisions will be made and analyzed. But, for those who have already decided, or who decided even before the bombing started, there can be no discussion. That is the benefit of simplistic absolutes. Real politics is much more difficult to live and explain; deciding between bad choices is what real politics is all about.

On ne sortira pas du nucléaire sur un vélo électrique (proverbe japonais) par Pascal Holenweg Il y a un an, 55 % des Suisses-ses se disaient favorables à la construction de nouvelles centrales nucléaires : ils sont ne sont plus aujourd'hui que 26 % à ne pas la désapprouver, et 13 % à penser qu'on ne peut pas se passer de la production nucléaire d'énergie. Une catastrophe japonaise est passée par là (un tiers des sondés avouent avoir changé d'avis sur le nucléaire après Fukushima), et on avait eu à peu près la même réaction de l'opinion publique après Tchernobyl...

Sandrine Salerno révèle enfin ce qu'elle nous avait caché durant la campagne : 81,1 millions de bénéfice ! par Olivier Fiumelli Nous n'avons pas eu l'occasion d'avoir un vrai débat sur les finances et la fiscalité en Ville avant les élections municipales. Pourtant, Sandrine Salerno connaissait ces chiffres. En moyenne, sur la législature qui se termine, on en est à, en moyenne, 125 millions par année ! Et depuis l'exercice 2000, toujours en moyenne, on en est à 71 millions par année. Dès lors, la proposition du PLR de diminuer les centimes additionnels, soit de rendre ces surplus d'impôt à la population, et d'abroger la taxe professionnelle, prend tout son sens.

Hannibal et les éléphants (acte II) par Yves Nidegger Le pillage des arsenaux par le peuple a changé la donne en Libye où la moitié de la population a moins de 15 ans. On a affaire, pour une dizaine d'années au moins, à un pays qui sera peuplé de milices capables de mener la vie très dure à quiconque prétendra y imposer son ordre, d'où qu'il vienne. En particulier en Cyrénaïque, cette bande de terre islamiste qui court du nord au sud le long de l'Egypte : de Benghazi sur la Méditerranée jusqu'au Tchad et au Soudan. Où une coalition emmenée par la France est venue ce week-end sauver les insurgés d'une mise au pas tripolitaine irrésistible et sanglante. Avec quel objectif? Renverser Kadhafi? Une louable ambition qui n'est pas à l'ordre du jour.

Pierre Perret contre Guy Béart: du rififi chez les poètes par Jean-Noël Cuénod Les poètes de la chanson française affichent cette camaraderie virile qui sied aux navigateurs de gros temps. Voilà pour la devanture. Mais, dans l'arrière-boutique, les langues vipérines vibrionnent. Les règlements de comptes entre coteries succèdent aux dérèglements de mécomptes entre ego froissés.
Tel est le contexte qui éclaire le procès en diffamation qu'intente le chanteur Pierre Perret à l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur et à l'une de ses journalistes, Sophie Delassein. (...)«Il fut un temp, a écrit Léautaud, où on savait se venger d'un bon mot par un autre bon mot, rendre épigramme pour épigramme. » Les juges entendront-ils les ricanements d'outre-tombe de ce clochard céleste? Sous le nom de plume de Maurice Boissard, Léautaud rédigeait aussi des critiques théâtrales d'une sécheresse toxique qui ont mis sur le flanc bien des auteurs.

Découverte d'une nouvelle protéine mise en cause dans l'autisme par Marie-Jeanne Accietto, alias Beatrix Des scientifiques américains ont révélé l'influence d'une nouvelle protéine cérébrale dans la survenue de l'autisme. Une mutation du gène de la molécule entraverait la communication entre les neurones dans le cerveau. Alors que le nombre d'enfants souffrant d'autisme est en augmentation, la découverte crée un nouvel espoir quant au développement d'un traitement efficace...

Mais que se passe-t-il en Syrie ? par Maurice-Ruben Hayoun Les Etats voyous peuvent-ils se régénérer, s'amender ? Cela paraît impossible. Et la Syrie en offre un exemple frappant. Jacques Chirac, mû par ses amitiés libanaises, avait à juste titre ostracisé le régime syrien (qui maintient l'état d'urgence et suspend les libertés depuis 1963), soupçonné d'être pour quelque chose dans l'assassinat de Rafic Hariri, le père de l'éphémère Premier Ministre Saad Hariri. Ce jeune dirigeant politique est tombé à la suite d'une manœuvre du Hezbollah, véritable marionnette entre les mains de ses maîtres libanais et syriens. Et c'est justement dans le pays de Bachar el Assad que cinq manifestants au moins ont été tués hier par les forces de l'ordre, dans la ville de Dera... Il semble que le reste du monde, je veux dire le monde civilisé, n'accepte plus que de tels régimes continuent de sévir contre leur propre population et à nourrir le terrorisme international.

Coincés dans la quatrième dimension par Thomas Veillet C'est le seul terme qui vient à l'esprit ce matin. Il n'y pas d'étude là dessus, pas de statistiques, mais toujours est-il que durant ma longue carrière ou courte si je me compare à Warren Buffet - pas en fortune nette, mais en âge - je me rends compte que dans chaque période de rallye de « soulagement », après quelques jours nous arrivons dans une zone technique que l'on qualifiera de « quatrième dimension ». C'est le moment où les belles convictions qui ont poussé les intervenants à revenir dans le marché s'effritent, le moment où les traders ne savent plus comment ils s'appellent et commencent à douter. Le moment choisi par les analystes pour exprimer à peu près tout et n'importe quoi dans la presse en général et sur internet en particulier.

Plainte pénale contre le Conseil administratif par Soli Pardo Le journal 20 minutes nous l'apprend : une plainte pénale a été déposée contre le Conseil administratif de la Ville de Genève pour "insoumission à une décision de l'autorité". La tenancière d'un stand de glaces sur les quais a en effet obtenu du Tribunal administratif une décision condamnant la Ville, singulièrement les services de M. Maudet, à lui remettre à disposition dès le 1er mars 2011 un stand de glaces qu'elle exploitait depuis des lustres. La Ville n'a toujours pas restitué son stand à cette personne qui a à juste titre porté plainte pour insoumission à une décision de l'autorité.

Tirages en baisse et Cementit par Jacques-André Widmer A qui la faute si les tirages des meilleurs quotidiens romands reculent à nouveau ? Le meilleur d'entre eux perd 6, 8 % de ses lecteurs, le second 4, 3%. Navrant. Désolant. Inquiétant. Cherchons le coupable: est-il parmi les lecteurs incapables de discerner un imprimé gratuit d'un journal ? A la concurrence des chaînes de télévision et de radios publiques  qui vous apportent  des centaines de  sons et images par le câble, par voie numérique terrestre, par satellite ou via le Net  ? A l'Internet et à ses blogs chronophages ? Au cocooning des populations égotistes et égoïstes dont une bonne partie de l'existence consiste à jouer au "Salut ! T'es où  ?" en tapotant fébrilement sur les touches du dernier Smart Phone ? Tous ces ingrédients jouent un rôle dans le délitement de notre presse romande, c'est vrai. Mais le moment n'est-il pas venu pour les principaux responsables, ceux qui la produisent et l'écrivent, de se remettre sérieusement en cause à la onzième heure ? Le grand perdant, à ce jeu-là, c'est pourtant la démocratie elle-même. Pourquoi le journal quotidien est-il un produit qui a cessé de plaire ?

 

 

Les commentaires sont fermés.