29 mars: Internet transforme la démocratie et tue les journaux

Imprimer

cornu arbre carré.jpgDaniel Cornu a pris un peu de champ avec son blog personnel Marges. Mais le médiateur des éditions Edipresse publie régulièrement des notes dans son blog professionnel "La page du médiateur". Sa dernière chronique est inspirée de la lecture de "La démocratie Internet. Promesses et limites". C'est le titre d'un excellent essai récent du sociologue français Dominique Cardon, écrit l'ancien rédacteur en chef de la Tribune.

J'ajoute dans Vu du Salève ce hard fact: "Internet transforme la démocratie et tue les journaux" en référence à l'audience en constant recul des journaux imprimés et au fait qu'aux Etats-Unis désormais l'Internet supplante l'imprimé.

Dans la livraison de ce mardi, je retiens encore ce billet de Sandra Joly intitulé: "Ce que les enfants veulent, c'est vivre avec leur parents". Et celui du constituant Tristan Zimmermann qui revient sur l'histoire constitutionnelle de la peine de mort en Suisse.

Sur le front international,  Jacques-Simon Eggly explique comment la Suisse peut aider les insurgés. Et Guy Mettan comment  prévenir les catastrophes.

Sur Genève, on notera le credo d'Eric Bertinat. Qu'en pense Florence Kraft-Babel? L'avis de Pascal Holenweg est éclairant.

Ce que les enfants veulent: c'est vivre avec leurs parents.  Par Sandra Joly A Genève, un mariage sur deux se solde par un divorce. Rajoutez à cette réalité les angoisses des parents. Qui, beaucoup, remontés l'un contre l'autre, prennent force avocats et SPMi, notamment. Les procédures sont longues. Et coûteuses. Pas seulement en monnaie sonnante et trébuchante. Mais également en stress supplémentaire. Les enfants, harponnés, en paient, eux, le prix fort. "Alors, avec qui veux-tu vivre? Papa ou Maman? Avec qui te sens-tu le mieux?" Autant de questions auxquelles les petits ont l'obligation de répondre. Et le conflit de loyauté aidant, les voilà pris dans un "combat" qui ne les regarde pas. Ce que les enfants veulent: c'est vivre avec leurs parents. Ou, à défaut, ne pas être pris en tenailles...

Méfiez-vous de certaines photos... par Haykel Ezzeddine Un ensemble de coïncidences. Ma présence hier soir à la Rue de Tranchin au quartier de la Servette où les pompiers étaient en intervention devant un bistrot au nom prémonitoire: "Café restaurant Le pot au feu"...

Manipulation photographique par Jean-Pierre Kazemi La multiplication des appareils photos numériques bon marché a fait entrer un nouveau geste dans les mœurs : dès qu'une photo est prise, l'auteur confronte le cliché à ce qu'il imaginait ou bien à la réalité. Si le résultat n'est pas à la hauteur de ses attentes, il recommence. L'être humain appréhende le monde progressivement à travers cette petite fenêtre, et donc à partir des images qu'il s'en fait. Julius von Bismarck, un étudiant en art à Berlin, exploite alors ce moment où l'observateur confronte le cliché et l'objet photographié. Son Image Fulgurator projette des images ou messages subversifs dans les photographies prises par d'autres personnes. On se frotte les yeux : la supercherie est visible sur le cliché mais plus dans la réalité. Qui a raison, l'œil ou l'appareil photo ?

Mauvais comptes à l'école genevoise par Michèle Roullet Le chef du DIP poursuit son obsession de vouloir augmenter la dotation horaire de l'élève à l'école primaire publique genevoise. Le sondage, mené l'an passé auprès des enseignants et des parents, et qui a révélé une forte opposition à ce projet, ne semble pas avoir ébranlé M. Beer qui persiste dans sa politique à coups de faux arguments. Ses arguments repris même dans la presse, sans vérification, finissent par passer pour des faits avérés. Il est temps de les reprendre les uns après les autres.

La peine de mort en Suisse à la fin du XIXème siècle   Par Tristan Zimmermann (...) La Constitution fédérale de 1874 interdisait la peine de mort sauf en temps de guerre et pour les crimes qui relevaient d'une cour martiale. Toutefois, l'art. 65 a été modifié en 1879 et alors on pouvait y lire que la peine de mort ne pouvait être prononcée pour cause de délit politique. Autrement dit, les cantons restaient compétents en matière pénale pour recourir à la condamnation à mort eu égard à d'autres crimes. De manière générale, ce sont les cantons catholiques qui ont soutenu cette révision constitutionnelle conduisant nombre de cantons à réinstaurer la peine capitale dans leur arsenal punitif...  André Baldini commente : « Sauf erreur de ma part, c'est cette histoire de peine de mort (avec le droit de vote des Confédérés) qui fit échouer la dernière révision totale de la constitution de 1847 à Genève. »

Libye : comment la Suisse peut aider les insurgés par Jacques-Simon Eggly (...) On est à un tournant. L'opposition n'a pas encore gagné mais le clan Kadhafi n'a plus les moyens de l'écraser. Les frappes de la coalition ont anéanti sa supériorité militaire sans déterminer encore celle des insurgés. Heureusement, l'OTAN coordonne désormais les opérations. Il n'est pas question de troupes à terre mais de frappes permettant la progression des insurgés. Sans doute faudra-t-il que des spécialistes les aident à s'organiser. Il faut compter avec le soutien politique et si possible pratique des autres pays arabes. Il faut encourager, surtout, l'opposition à se structurer politiquement et à ouvrir vraiment les perspectives de démocratisation. Quant à la Suisse, elle peut être présente par une aide non armée, sanitaire, logistique aussi, - pourquoi pas -, aux nouvelles autorités en formation. Il n'y aurait rien là de contraire à la Neutralité...

Quand les radicaux excommunient par Pascal Décaillet Viré du parti radical, parce qu'il se brigue la Mairie de Vernier aux côtés du MCG et de l'UDC! François Ambrosio, vieux militant radical de Vernier, fait l'objet d'une procédure d'exclusion. Une excommunication fort singulière. D'abord, parce que le même parti cantonal applaudit la candidature du libéral Pierre Ronget, qui part, toutes voiles dehors, avec la gauche (Verts + socialistes). Ces valeurs-là seraient-elles davantage « partagées » par les grands penseurs radicaux que celles du MCG ? Si oui, il faut le dire franchement, avec cohérence cantonale, voire fédérale, et songer une bonne fois à passer à gauche.

Fukushima c'est vendeur, Vernier attend son sauveur par Stéphane Valente Evidemment, il est assez difficile de ne pas être sensible à la souffrance de ces milliers d'Êtres humains touchés par une catastrophe naturelle et maintenant nucléaire... Néanmoins, les activistes appelant à tout faire pour que "plus jamais" cela ne se produise... se mobilisent pour le Japon. Alors, je les invite à se renseigner sur le site pétrolier de Blandonnet, où 115'000 mètres cubes de produits explosifs hautement inflammables côtoient 4'500 personnes au quotidien et ce à moins de 40 mètres des premiers Êtres vivants humanoïdes...

Jobs dépasse Gutenberg par JF Mabut Idéepresse, la lettre d'information interne à Edipresse diffusée par courriel signale ce matin qu'aux Etats-Unis, l'info passe désormais davantage par internet que par tout autre média pour l'ensemble des gens.  Combien de temps avant que ce soit le cas aussi sur le vieux continent? Jobs n'enterrera pas Gutenberg, mais l'imprimé deviendra un média identitaire au même titre que les sabots de bois. A Genève, le bimensuel La Cité, dont le numéro zéro a suscité l'enthousiasme aux dires de ses concepteurs, peine toujours à réunir les 5000 souscriptions - il n'en est qu'à 800 - nécessaires au lancement du numéro 1 de ce résistant d'une ère révolue.

Prévenir les catastrophes par Guy Mettan Nous avons déjà parlé de la Stratégie internationale de la prévention des catastrophes (ISDR), petite organisation onusienne basée à Genève qui a pour mission de réduire le nombre de blessés et de morts lors des catastrophes déclenchées par des dangers naturels, tels que les inondations, les séismes et les éruptions volcaniques. Elle prêche depuis toujours dans le désert, malgré les séismes d'Haïti, du Chili et de Nouvelle-Zélande, les inondations du Pakistan et d'Australie, les sécheresses de Russie et d'Afrique. La catastrophe japonaise saura-t-elle réveiller les Etats et l'opinion de leur torpeur ? En tout cas, l'ISDR a prévu une grande conférence sur le sujet les 8-10 mai prochain au CICG avec la présence probable de Ban Ki-moon, décidément converti aux douceurs genevoises. Dernier moment pour sortir la tête du sable !

L'art antique du conteur par Antonin Moeri Dans ses nouvelles, Maupassant fait honneur à l'art antique du conteur. Prenons "La chevelure", texte publié dans un journal le 13 mai 1884. Un narrateur-témoin se trouve dans la cellule d'un asile d'aliénés, "petite pièce claire et sinistre". Un médecin lui apprend que le fou "assis sur une chaise de paille" est atteint de folie érotique et macabre. Le médecin soumet à l'attention du narrateur un journal que le "fou" a rédigé. (...)Maupassant et Carver, comme souvent les grands conteurs, usent de ce procédé efficace pour capter l'attention du lecteur et l'entraîner dans leur métro émotif.

Internet transforme la démocratie Par Daniel Cornu La démocratie Internet. Promesses et limites. C'est le titre d'un essai récent du sociologue français Dominique Cardon. Un livre d'une centaine de pages, excellent. Tout familier de l'Internet devrait le lire pour approfondir, sinon découvrir la grammaire de ses propres pratiques. Mais plus encore tout esprit qui se méfie du réseau. Le propos n'est pas technique, il est politique. Qu'est-ce que le réseau Internet change à la démocratie? Il lui offre une perspective nouvelle. Non selon les habituelles alternatives (gauche/droite, Etat/individu, bien commun/intérêts privés, etc.); mais suivant une substitution de la démocratie représentative (des électeurs/des élus) par une démocratie participative.  (...) «Ce sont désormais les internautes, ajoute-il, qui définissent eux-mêmes la frontière, souple et mouvante, du public et du privé». Et non plus les médias.

Pourquoi les religions font-elles peur ? par Danièle Bianchi La religion fait-elle peur et pourquoi, ce sera le thème abordé dimanche 3 avril  à la paroisse protestante de la Servette, causeries précédées par un petit déjeuner à 8h30.... Lucide commente : « Toutes les religions ne font pas peur. En fait, ce sont les fanatiques religieux qui font peur.  C'est l'Islam qui fait peur, et il suffit de lire le Coran et de savoir qu'il y a des gens sur terre prêts à le suivre à la lettre, pour avoir peur, même très peur! »

Ville de Genève : L'Entente veut « une ville pour tous ». Et c'est vrai ! par Eric Bertinat L'Entente à présenté son programme dont le slogan est « Une ville pour tous ». Et c'est vrai. Tout le monde est bienvenu. La preuve ? (...) Le 1er mai prochain, les contingents d'immigration pour les "nouveaux" Etats membres de l'UE - Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie et Hongrie - seront levés. . A partir de cette date, les ressortissants de ces Etats qui disposent d'un contrat de travail ou qui se déclarent indépendants pourront s'établir librement en Suisse et y travailler. Genève sera vraiment une ville pour tous. Vous pourrez compter sur la gauche pour s'y employer.

A VVVIP flying from Geneva? By Mike Gerard Just after midday today, 29 March, a very impressive convoy was driving on the Route de Meyrin towards the airport. A Very Very VIP?  I happened to be on the Route de Meyrin, passing the end of the airport runway towards France, when I saw this convoy of vehicles going in the other direction. At least a dozen police motorcycles, mostly ahead, plus about six cars and a police car. Very impressive: I don't think I ever remember seeing a convoy like it...

Elections municipales genevoises et élections fédérales : La droite se met au frai par Pascal Holenweg Les élections municipales sont déjà perdues ? Cap sur les Fédérales ! Hors de ce calcul électoral, qui semble bien être celui de la droite genevoise, tout n'est que fumerolles rhétoriques : ainsi du pari qu'au contact d'une droite bourgeoise supposée être « raisonnable », l'UDC s'assagira et en reviendra à ses bonnes vielles traditions agrariennes, conservatrices, certes, mais pas populistes, et qu'elle cesseras de taper sur le clou xénophobe, europhobe et raciste. Attente dont même ceux qui font mine de la cultiver savent qu'elle est illusoire : l'UDC sait pertinemment que si elle s'embourgeoise (ou plutôt si elle embourgeoise ses postures puisque sur le fond, et à l'heure des choix sociaux et économiques, elle n'a jamais fait autre chose que ce que le patronat lui demandait de faire), elle fait naître, sur sa droite, des mouvements qui reprennent les attitudes auxquelles elle a renoncé : le MCG à Genève, la Lega au Tessin prospèrent ainsi sur le soupçon, ou l'accusation, d'un ralliement de l'UDC à la droite traditionnelle.

Où va l'Afrique ? Vers le développement ou de plus en plus vers le sous-développement ? par Ill Mama (nom connu de la rédaction) A l'heure où les bombardements continuent en Libye et que la Côte d'Ivoire traverse une crise post-électorale majeure, la question sur la résorption des déficits se pose. Comment peut-on rendre la balance commerciale excédentaire si l'on ne peut pas vendre ses propres produits sur le marché international, c'est le cas du cacao en Côte d'Ivoire qui est stocké depuis des mois face aux paysans démunis et vivant dans la misère ? Comment peut-on rembourser la dette extérieure ou intérieure s'il n'y a pas de flux de capitaux étrangers et une épargne consécutive ? Comment peut-on avoir une balance des paiements excédentaire si l'on ne peut pas avoir un marché monétaire stable, une monnaie forte ? Luc Matile commente : « Si la culture du riz, par exemple, était protégée par des taxes imposées et payées, il s'en produirait beaucoup plus au Mali, Burkina, Sénégal et autres pays de la zone du Niger. Il en est de même pour beaucoup de produits agricoles, comme le sucre. L'Afrique doit prendre son destin en main, sans compter sur les autres puissances européennes et américaines avant que les Chinois les embrouillent à nouveau.... »

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.