30 mars: Burnout des mamans

Imprimer

bui aurore haut.jpgAurore Bui est une maman active et une blogueuse épisodique. Sans doute voudrait-elle comme beaucoup de blogueurs (euses) publier plus régulièrement,  mais les jours n'ont que 24 heures. Au moins blogue-t-elle de temps en temps ce qui nous réjouit. Elle signe aujourd'hui "Burnout des mamans: un phénomène peu connu mais... majoritaire". Papa Conseil d'Etat donne, lui, une leçon à ses garnements de constituants qui ont osé lui rogner les ailes. Toujours très gaullien, Pascal Décaillet aime les exécutifs forts et le peuple. Entre les deux?

Les écrivains sont aussi des sortes de mamans. Jean-Michel Olivier donne deux réponses à la question "Pourquoi nous sommes médiocres". L'énergie nucléaire a engendré des enfants terribles les anti-nucléaires. Lequel est l'aîné? Ueli Leuenberger répond. Et les enfants de Mère Helvetia se parlent-ils? Dans quelle langue. J'évoque dans Vu du Salève le difficile dialogue transsarinien.

Carol Scheller évoque la fête organisé à Gaza de la langue française, une fête que Genève ignore. Tandis que le député Christian Brunier veut "une rue à Genève au nom de Mohamed Bouazizi, le réveil de la rue tunisienne" et Hafid Ouardiri interrogé par Haykel Ezzeddine rêve d'un "un royaume pour les dictateurs".

... Non à la Constituante par Jean Spielmann Il y a près de trois ans de cela, le Parti du Travail s'était opposé à une révision totale de la Constitution, puisqu'il était absolument évident qu'en cette période de réaction sur toute la ligne un tel exercice signifierait la liquidation de tous les acquis sociaux et démocratiques du XXème siècle. Aujourd'hui, l'avant-projet de Constitution sur lequel nous sommes consultés prouve que nous avions absolument raison. Malgré que le projet de nouvelle Constitution soit plus détaillé, plus précis, parfois mieux et plus élégamment écrit que la Constitution actuelle, et qu'il prévoit même quelques progrès, très minimes, dans le domaine de certains droits sociaux et démocratiques, il contient des régressions importantes qui le rendent globalement inacceptable.

... Le Prix Nobel de littérature Orhan Pamuk condamné pour ses propos sur le génocide arménien par Demir Sönmez Le Prix Nobel de littérature Orhan Pamuk devra payer 6000 lires de compensation totale à cinq personnes pour avoir dit en 2005 : « les Turcs ont tué 30000 Kurdes et 1 million d'Arméniens sur cette terre ».

... Burnout des mamans: un phénomène peu connu mais... majoritaire par Aurore Bui Le 'burnout' des mamans, je connaissais. Cet épuisement que connaissent de plus en plus de travailleurs est aussi une réalité pour les mamans qui cumulent souvent leur rôle de parent, leur travail, et un grand nombre de tâches domestiques. A moins d'être wonder women, normal donc que certaines d'entre nous voient leur corps les lâcher au cours du parcours. Mais ce qui m'a surpris est le résultat du sondage publié sur le site du journal des femmes*. Ainsi, sur les femmes avec enfants, une majorité d'entre elles ont déjà connu un épuisement maternel (près de 36% des femmes interrogées contre 24.2% pour les mamans qui n'ont pas connu cette expérience douloureuse).

... Etre célibataire à 30 ans passés est-ce normal ? par Eric Tang A 30 ans vivre seul aujourd'hui attire souvent des questions pas très sympathiques. Cette situation de vide affectif paraît bien louche aux yeux de personnes confortablement installées dans leur vie de couple. "Il doit avoir un problème, ce n'est pas normal à son âge", ou pire encore "Il doit avoir des mœurs dissolus". Et bien à tous ces avis tranchés, je répondrais, dans mon cas personnel bien entendu, c'est un choix de vie...

... Intervention médias sur les déséquilibres de l'agglomération genevoise par Antoine Vielliard Suite aux élections cantonales de dimanche, vous trouverez ci-dessous deux interventions médias au sujet des déséquilibres de l'agglomération genevoise, l'une dans le cadre de l'émission de Pascal Décaillet sur One FM et l'autre dans le cadre de l'émission Intercités sur la Radio Suisse Romande.

... L'inexorable déclin du dollar par Yong Pang Néron admira les flammes qui embrassèrent la Ville éternelle du haut de son palais impérial, mais il ne savait pas que le déclin de son Empire commença ce soir-là en l'an 54 après Jules César. L'empereur Néron fut le premier monarque romain qui dévalua le denier romain. Jusqu'à cette date fatidique, les pièces de monnaie impériale contenaient 94% de métal en argent, mais deux siècle plus tard en 218 après JC, elles ne possédèrent pas plus de 5% ce qui signifia une dévaluation de 95% et à la fin de l'empire romain vers Vème siècle, les pièces n'eurent que 2% de contenu en argent et peu de commerçants acceptèrent le denier romain. Le déclin de l'empire romain d'occident s'accompagnât de la dévaluation de sa monnaie.

... Promouvoir les droits des personnes lgbt par Esther Alder Aujourd'hui les droits des personnes lesbiennes, gay, bi et transgenres (lgbt) sont plutôt réglés aux plans cantonal et national. Mais la Ville de Genève doit aussi continuer à agir en collaboration avec le monde associatif , comme elle l'a fait en 2009 avec sa participation et son co-financement des assises contre l'homophobie, et son suivi en 2010.  Par ailleurs, la Ville doit non seulement participer à des campagnes publiques de sensibilisation contre l'homophobie, campagnes  semblables à celles déjà menées contre le sexisme ou le racisme, mais aussi commencer par être, elle-même, exemplaire en la matière: en organisant notamment  une formation spécifique des fonctionnaires municipaux sur ces thèmes, et particulièrement  pour les collaboratrices et  collaborateurs  des crèches. Car les familles homoparentales sont de plus en plus nombreuses.

... ... Pourquoi nous sommes médiocres ! par Jean-Michel Olivier Prenez le train, l'avion, le paquebot! N'ésitez pas à passer les frontières ! Quittez votre fauteuil cossu pour aller respirer l'air du dehors, ailleurs, loin de vos Alpes... Où que vous soyez, en France ou en Océanie, à New York ou à Tombouctou, on vous posera toujours la même question (on me l'a posée 300 fois depuis novembre) : y a-t-il de bons écrivains en Suisse ? Et si oui, lesquels ? Au début, la question étonne et interpelle. Puis elle consterne. - Bien sûr ! dites-vous, l'air offusqué. Et vous commencez à énumérez les Saintes Ecritures : Ramuz (le Z ne se prononce pas), Haldas (le S se prononce), Chessex (le X ne se prononce pas), etc. (...)Si nous sommes si médiocres, si nous n'existons pas à l'étranger, c'est essentiellement pour deux raisons. 1) Malgré tous les efforts des éditeurs, qui sont modestes, les livres d'auteurs suisses sont mal distribués en France. 2)...

... La générosité de deux marocains au Japon par Zakia et Farima Deux marocains font preuve d'une belle solidarité avec leurs concitoyens japonais. Bravo à ces hommes qui n'ont écouté que leur conscience et qui n'ont pas laissé la crainte de la contamination radioactive entraver leur démarche humaniste.

... Déjà de l'eau dans le gaz... par le PDC de Carouge Mal parti le MCG. Un élu se tire et devient un indépendant. (...) Un électron libre au Conseil municipal, à moins qu'il retourne à ses premières amours, le parti du travail. Indépendant signifie que vous pouvez assister aux commissions, mais que vous n'avez pas de droit de vote. A moins que le nouveau  règlement du CM, en discussion, suive le règlement du Grand conseil et ne permette pas de siéger en commission. Stauffer et Pistis doivent être furax de chez furax.

... Tarentaise poétique par Rémi Mogenet Souvent, on fait des voyages culturels dans des lieux prestigieux, consacrés par la Tradition: on se rend en Grèce, ou on fait la tournée des ruines romaines en Provence, ou alors, en Savoie, on suit le chemin des églises baroques. On peut aussi effectuer des parcours littéraires, et j'ai essayé d'en formaliser un avec mon livre De Bonneville au mont Blanc, qui reprend les textes des écrivains qui ont remonté le cours de l'Arve pour contempler la reine des montagnes et ont évoqué les lieux qu'ils ont traversés durant leur parcours.  Or, dernièrement, je suis allé en Tarentaise pour dédicacer un livre que j'ai consacré aux Muses contemporaines de Savoie, c'est-à-dire aux écrivains contemporains de Savoie et de Haute-Savoie, et, sur le chemin, mille noms pour moi sacrés me sont apparus: car on le sait peu, mais la Tarentaise fut une terre riche en écrivains qui glorifiaient tantôt leur vallée, tantôt la Savoie en général, et qui ont écrit des choses fabuleuses...

... Qui a inventé la lutte anti- nucléaire? Par Ueli Leuenberger Qui l'a inventée ? Je n'ai pas besoin que mon Parti se profile dans la lutte contre l'énergie nucléaire contre le parti socialiste, le partenaire le plus important des Verts. Les Verts sont issus du mouvement anti-nucléaire et ont grandi dans l'engagement contre la technologie la plus dangereuse qui soit pour produire  l'électricité. La lutte antinucléaire colle à la peau de chaque Vert et tout le monde le sait. Les bisbilles orchestrées par certains concernant la paternité ou la maternité de cette lutte - ce qui plait évidemment aux médias - sont totalement déplacées.

... La Suisse n'existe pas: difficile dialogue transsarinien par JF Mabut Politblog - j'en ai déjà parlé dans un billet récent - c'est une de ses récurrentes tentatives de faire dialoguer les Suisses par dessus la Sarine. Cette louable et citoyenne initiative est lancée par quatre des plus grands journaux du pays dont la Tribune de Genève en marge des élections nationales du 23 octobre prochain. Ce matin mon confrère Matthias Chapman, reporter au newsnetz du Tagi, revient sur un de ses petits psychodrames linguistiques qui de temps en temps secouent la Berne fédérale....

... Le sage, le poisson et le gaz de schiste par John Goetelen La crise de confiance dans le nucléaire causée par l'accident de la centrale de Fukushima suscite de nombreux débats, dont celui sur le remplacement de l'atome civil et le développement d'autres sources. Le gaz de schiste fait partie des alternatives envisagées, voire déjà exploitées comme aux Etats-Unis. (...) Il y a une histoire d'un sage qui enseigne son disciple. Ils ont faim. le sage pêche un poisson, le mange jusqu'aux arrêtes, et recrée sa chair avant de le rendre à la rivière. Il dit à son disciple qu'il n'a pas de droit sur la Terre et donc qu'il doit rendre ce poissons aussi vivant qu'il l'a pêché. Cette fable nourrit le mythe moderne d'une forme d'innocence. Mais rendre à ma mort le monde tel qu'il était à ma naissance est improbable et irréaliste...

... La fête de la langue française par Carol Scheller Dimanche 20 mars 2011, le département de français de l'université Al-Aqsa de Gaza a participé de façon très active à la fête de la Francophonie organisée au Centre Culturel français (CCF).  Professeur Ziad Medoukh et ses étudiants de la faculté de français de l'Université Al-Aqsa ont participé avec beaucoup de plaisir à la fête de la Francophonie au Centre Culturel Français (CCF) de Gaza. Il partage cette belle journée avec nous, photos à l'appui.

... Une rue à Genève au nom de Mohamed Bouazizi, le réveil de la rue tunisienne par Christian Brunier Mohamed Bouazizi, martyr, est entré dans l'histoire et se place aux côtés des grandes figures des combattants pour les libertés. Son geste désespéré a éveillé les consciences et créé l'espoir, ouvrant la voie à l'émancipation des peuples arabes. Genève, Cité de la paix et des droits humains, doit rendre hommage à ce symbole de démocratie. Une rue, une place ou un pont de notre canton doit être baptisé « Mohamed Bouazizi » pour que Genève soit à la hauteur de sa réputation. Notre ville internationale doit rester un label de la défense des libertés.

... Les Renifleurs de futurs Suisses résistent par Pascal Holenweg Une étrange alliance s'est nouée au Conseil Municipal de la Ville de Genève, lundi soir, pour maintenir une « commission des naturalisations » que l'on proposait de supprimer, compte tenu de son inutilité, mais à laquelle une majorité de conseillères et de conseillers municipaux de tous bords semble si attachés qu'ils proposent de la sanctuariser. Le vote a transcendé allégrement les clivages politiques : une majorité des groupes « Ensemble à gauche » et socialiste s'est ralliée à l'UDC pour maintenir la commission des « faiseurs de Suisses »  (qui ne peuvent d'ailleurs plus que les renifler, puisque désormais c'est le canton qui « naturalise »), contre une minorité formée de l'Entente, des Verts et de queles élu-e-s socialistes et de solidaritéS. A quoi rime un vote aussi contestable sur le fond qu'étrange dans sa configuration et absurde dans ses effets  ?

... Pourquoi pas un royaume pour les dictateurs ? par Hafid Ouardiri interviewé par Haykel Ezzeddine Mon rêve serait celui de créer un royaume des dictateurs quelque part dans la presqu'île arabique, il s'agit de cette portion de désert infréquentable que l'on appelle « El Roub' el Khali ». Là, on les installera avec leurs familles, leurs bouffons et leurs courtisans. Ils seront entourés de toutes les précautions sécuritaires. Ils recevront juste ce qu'il faut à boire et à manger pour survivre. On mettra à leur disposition quelques matériaux rudimentaires afin qu'ils puissent construire leurs palais-gourbis pour se protéger de la bonté diurne du soleil et profiter, la nuit, des caresses mordantes du froid désertique. Je ne suis pas pour leur exécution, il faut leur faire vivre ce qu'ils ont fait subir à leurs peuples. Ils pourront aussi cultiver le désert pour améliorer l'ordinaire. Malgré leurs crimes abominables, nous leur offrons une qualité de vie très bio « dégradable », c'est pas mal à comparer avec la souffrance et la terreur qu'ils ont affligé à leurs peuples.

... Au fond, si l'islam s'était harmonieusement coulée dans le moule français qui est tout sauf rigide par  Maurice-Ruben Hayoun, il n'y aurait eu aucun problème, la France ne reconnaissant aucun culte mais respectant strictement la liberté de conscience. Le problème, marginal au début et gagnant de l'ampleur au fil du temps, est que l'intégration à la fois sociale et étatique de l'islam a connu des difficultés que l'on n'a pas su résoudre. Car, en réalité, les retards accumulés durant des décennies se révèlent aujourd'hui bien plus complexes. D'où l'idée de débattre de la place de l'islam dans notre société. Quelle forme va prendre ce débat ? Il est évident que la désignation d'une seule religion comme étant celle qui pose problème ressemble un peu, tout de même, à un début de stigmatisation. Mais est ce la faute de l'Etat ou celle du parti majoritaire ? Ce serait plutôt imputable à la carence d'une certaine élite musulmane qui a fait défaut et qui n'a pas su, pas pu ou pas voulu, s'organiser comme les catholiques, les protestants et les juifs.  Gérard commente: « Je pense qu'il est grand temps que ce problème soit remis à plat. Il me semble qu'il appartient en premier lieu aux Ministres du culte Musulman de prendre leurs responsabilités et de définir clairement (sans aucune ambiguité)leur position dans la République Française. Et je pense aussi qu'il leur appartient de se démarquer des déclarations, des menaces et parfois des exactions clamées ou commises par des extrémistes irréductibles et irresponsables. »

... Le Conseil d'Etat veut gouverner - Et il a raison par Pascal  Décaillet Dans son communiqué hebdomadaire (un art tout en finesse, dont nous avons relevé récemment l'infinie poésie), le Conseil d'Etat fait part, aujourd'hui, de sa réponse à la consultation sur l'avant-projet de Constitution. Il y relève des lacunes, donne le point de vue suivant : « L'avant-projet affiche l'ambition d'un parlement qui administre et d'un gouvernement qui s'exécute. Le Conseil d'Etat prône à l'inverse un parlement qui légifère et un gouvernement qui gouverne et exécute les lois ». En l'espèce, comment ne pas donner 100% raison au Conseil d'Etat ?

 

 

 

Commentaires

  • On est le 30 mars, si jamais...

Les commentaires sont fermés.