Je ne suis plus président

Imprimer

tremblet Laurent.jpgIl fut le seul pendant une année à relever le défi de chroniquer dans un blog sa présidence du Conseil municipal de Meyrin. Un coup de chapeau à Laurent Tremblet qu'on espère retrouver cette année encore car l'homme ne manque pas de ressources. On espère que d'autres présidents de conseils municipaux prendront la relève.

Leader d'une Action villageoise bien implantée à Plan-les-Ouates mais sans visibilité cantonale, Laurent Seydoux, devenu président des Verts lib, n'a pas été réélu à la Mairie sans doute victime de son projet sportif aux Cherpines. Il ne se décourage pas et est en lice pour Berne.

Hughes Hiltpold profite de la blogosphère de la Tribune pour faire connaître ses solutions, un bon plan que d'autres blogueurs pourrait tester, tel cet avocat genevois Jean-Cédric Michel que j'ai découvert hier soir grâce aux sélections que François Brutsch publie sur Google Reader.

Je note à nouveau de très bons blogs aujourd'hui. Cliquez sur webzine pour découvrir la revue de presse du jour.

Le Temps - la SSR par Pascal Décaillet Ce lundi en page 3 du temps, l'auteur ne nous parle que du combat de titans entre les privés français et le secteur public dûment engraissé par la redevance en Suisse. Il  aboutit à la conclusion incroyablement originale que nous allons vers une « bataille de contenus ». Bataille de contenus ? Oui, of course ! Et c'est tant mieux : on espère bien,  en effet, que la concurrence entre médias se joue sur le fond, la valeur ajoutée (même modeste, car la TV est un média très cher), la proximité, le miroir du pays, et non sur ces sacro-saintes séries américaines qui, depuis l'éternité, fascinent notre chroniqueur du Temps.  (...) Aucune allusion, jamais, ni dans cette enquête ni dans d'autres, au corset de paralysie que constitue, pour les chaînes régionales privés en Suisse, une Loi sur la radio et la télévision (LRTV) entièrement alignée sur des années de lobbying hallucinant (et efficace !) de la SSR. Une loi entièrement conçue pour empêcher les privés de croître, passer des accords, s'étendre.

L'avenir sera très violent par André Langaney (...) Beaucoup d'espèces animales, territoriales et prédatrices comme nous, ont acquis des dents, des becs, des griffes et des venins qui tuent leurs proies et leurs rivaux. Nous seuls avons développé et utilisons massivement des machines à tuer nos semblables « proprement », contournant par la technique ce qui inhibe l'agression chez les autres animaux. Comme le commerce d'armes et le « maintien de l'ordre » capitaliste sont deux mamelles de Sainte Economie, aucun doute : quoiqu'en disent les palabres onusiens, l'avenir sera très violent...

Inégalité ou égalité aux HUG? Par béatrice Deslarzes Il y a, paraît-il, au moins 20% de différences entre celui d'un homme et d'une femme à travail égal. Concernant ce point je voulais apporter mon témoignage de médecin en faisant ma formation aux HUG pendant de nombreuses  années. Dans ce domaine il y a vraiment salaire égal mais aussi horaires égaux c'est à dire qu'il n'y a aucune différence entre hommes et femmes: des horaires de fou et des gardes extrêmement pénibles. J'ai même vu à plusieurs reprises des collègues enceintes presque à terme assumer ces horaires sans pouvoir bénéficier d'aucun avantage face à celui de leurs confrères masculins.

Mercredi matin à l'école, vive la désinformation par André Duval Que ce soit le Conseiller d'Etat, le député Pierre Weiss, Solidarités ou la SPG (société pédagogique genevoise), chacun y va de sa contre-vérité. Ainsi, se référant aux propos de Monsieur Charles Beer, Monsieur Weiss prétend, dans un récent billet, qu'avec l'introduction du mercredi matin d'école au primaire, l'horaire d'enseignement passerait de 152 jours par an à 190 jours, soit une augmentation de 38 jours ! Quelle école ont-ils donc fréquentée ? Ont-ils appris à calculer ? En ajoutant une demi-journée à chacune des 38 semaines que compte l'année scolaire à Genève, je ne crois pas me tromper en affirmant que l'augmentation est de 19 jours et non pas du double comme annoncé. 152 jours à 171 jours donc. Mensonge ou désinformation ? De même, l'argumentaire du référendum lancé par la SPG, soutenu par SolidaritéS et le MCG avance que...

Non au mercredi matin d'école! Par Olivier Baud Les médias relèvent que le Mouvement citoyens genevois (MCG) soutient le référendum que le syndicat des enseignant-e-s (SPG) a décidé de lancer, y voyant une certaine incongruité, mais occultent le fait que le mouvement solidaritéS s'impliquera activement dans la récolte de signatures, de même que plusieurs associations de parents d'élèves. Pourquoi un soutien plus large qu'on ne veut le dire existe-t-il ? Les raisons sont multiples. En voici quand même quelques-unes...

Edouard Cuendet et l'étatisme par Christian Brunier Le député libéral genevois Edouard Cuendet, Secrétaire général du Groupement des Banquiers privés genevois, redoute, sur son blog, le retour de l'économie planifié, les syndicats préconisant une politique volontariste de création d'emplois. Edouard était moins virulent lorsqu'il exigeait l'intervention étatique pour sauvez les banques lors de la dernière crise financière ...

J'en arrive à regretter un bon vieux crash de 15% en deux jours par Thomas Veillet Nous voici donc ce qui pourrait bien être notre septième semaine de baisse consécutive. Est-il temps de faire un bilan ou pas ? Franchement, je trouve que c'est plutôt pénible ces longs effritements, il y a des fois j'en arrive à regretter un bon vieux crash de 15% en deux jours, ça calme et puis au moins on en parle à la télé... Pour l'instant on ne fait que baisser dans une ambiance déprimante où les « professionnels » commencent déjà à envisager un changement de profession. Comme dans plus belles corrections boursières. C'est tout de même marrant comme quand tout va bien à la bourse, tout le monde veut devenir trader et que quand tout va mal, tout ceux qui sont traders veulent devenir tout, mais pas trader...

Poupée e dînette à chaque Noël par Julien Cart (...) C'est vrai, certains hommes se sentent eux aussi discriminés de par leur sexe. Mais cela n'est rien comparé au système d'oppression qui existe envers les femmes, et ce malgré les lois inscrites dans notre Constitution. En effet, les femmes continuent de subir des pressions plus grandes que les hommes dans toutes les sphères de la société. En tant qu'hommes, sommes-nous le symbole de la conception et de l'élevage des enfants ? Avons-nous, à cet égard, reçu une poupée et une dînette à chaque Noël pendant que notre sœur recevait un jeu pour devenir super héros ? Avons-nous les mêmes risques de subir des violences physiques, sexuelles ou verbales, à l'instar de 40% des femmes en Suisse ? Est-ce que lorsque nous parlons en assemblée, nous nous faisons couper la parole 8 fois sur 10 ?

Pour les femmes d'en-bas, d'abord !  par Pascal Holenweg Selon une enquête récente, l'écrasante majorité (80 %) des employeurs et des employeuses de domestiques ne se considèrent précisément pas comme des employeurs tenus aux obligations des employeurs, une plus grande majorité encore (88 %) ignorent l'existence de normes salariales. Pourquoi évoquer ici les travailleuses domestiques, en ce 14 juin ? Parce que nous nous souvenons que le slogan de la grève des femmes de 1991 était « les femmes bras croisés, le pays perd pied ! », mais que le pays n'a pas perdu pied après que les femmes se soient croisé les bras un jour...

Un bien curieux thésard par Antonin Moeri Dès qu'on entend les mots «thèse de médecine», on imagine un ouvrage mince ou épais, laborieusement écrit, sur le fonctionnement des surrénales, avec moult graphiques, tableaux, grilles, preuves, observations et hypothèses. La déesse Science organisant tout ça. On est par conséquent sidéré en lisant la thèse de Louis-Ferdinand Destouches. L'entrée en matière, d'un lyrisme soutenu, annonce la couleur: quand l'humanité s'ennuie, elle brûle quelques idoles, elle veut changer de costume (l'auteur parle de la révolution française) pour mieux retourner ensuite vers la routine des bons sentiments. C'est dans une période convalescente de ce genre que naquit Semmelweis, le médecin hongrois qui découvrit l'asepsie, au grand dam de ses supérieurs, les «grands auxiliaires de la mort»...

Bloguer pour se connecter au monde par Carol Scheller Un étudiant de littérature anglaise utilise sa maitrise de la langue pour communiquer son vécu et ses espoirs au monde extérieur depuis Gaza. A 21 ans, il est l'auteur des « Gaza Diaries of Peace and War » c'est-à-dire « Le journal gazaoui de la paix et de la guerre ».

"Les femmes sont très attirées par le pouvoir" par Hélène Richard-Favre Telle est la vision des femmes exposée par Cecilia Attias, l'ex-première dame de France, lors d'une émission de télévision de la chaîne américaine ABC. En tant que tels, ces propos n'ont rien de particulier ni d'exceptionnel. Si l'on considère, par contre, le contexte dans lequel ils sont tenus, leur écho peut être tout autre et résonner de manière moins anodine...

Femmes maudites II/II: Mon avorteuse bien-aimée... par Jacques-André Widmer (...) Il me souvient des paroles cryptiques d'un pasteur vaudois qui, la mort dans l'âme, annonça à ses catéchumènes en 1957: deux de vos camarades, pour avoir péché, ne s'approcheront pas de la Table Sainte pour la communion dimanche prochain. La phrase m'est restée. Les prénoms des pécheresses sont oubliés. (A vrai dire, je m' étonnais de ces propos car on nous avait bien enseigné à "ne ne pas jeter la première pierre". Cette exclusion coram populo jurait avec le récit de la femme adultère et le "Va mais ne pèche plus ! " tracé sur le sol par le Christ... Jean VIII- 1-11) Pas question, à l'époque,  de contester la bonne parole du bon berger, sous peine de mauvais carnet...  A cette époque, il arrivait aussi souvent que l'on retrouvât de telles adolescentes pécheresses désespérées, pendues à une poutre d'une grange au fond de nos campagnes ou agonisantes dans des annexes de basse-cour, infectées par une aiguille à tricoter vectrice d'une septicémie...

Demain la société à 2'000 watts, mais aujourd'hui je consomme comment? Par Laurent Seydoux (...) Je consomme 2'000 watts! Soit 1'500 watts pour ma consommation à la maison et 500 watts au travail. La répartition est de 70% pour le chauffage, 20% pour l'électricité et 10% pour les déplacements.  Pourtant, les statistiques nous disent que chaque Suisse consomme chaque année 6'000 watts. Où passent donc les 4'000 watts restants ? Cela s'appelle l'énergie grise, l'énergie nécessaire à produire nos bien de consommation et à les recycler, aux déplacements collectifs, à l'éclairage public,...

Je ne suis plus président par Laurent Tremblet Vous m'avez suivi, semaine après semaine et je vous en remercie sincèrement. Plus de 3000 visites! C'est bien plus que je l'avais imaginé en lançant ce blog, avant tout pour faire un fil rouge souvenir de mes activités. C'était un de mes objectifs: mettre ma présidence au service du citoyen. Et le blog était l'un des moyens pour y arriver. Je peux ainsi dire que l'objectif est atteint et j'en suis fier. Presque une centaine de manifestations, environs 30 assemblées générales, 4 inaugurations (2 places de jeux, la tranchée couverte et le tram), une pose de première pierre (boulodrome), des concerts, des tournois sportifs, des repas de soutien et bien entendu, 10 séances du Conseil Municipal avec autant de séances du bureau du Conseil. Sans oublier le cortège de la fête des écoles ainsi que la manifestation officielle marquant la fête du 1er Août!

Une croissance infinie reste inconcevable dans un monde fini par Alfonso Gomez Pour les adeptes de la décroissance il est difficile en ces temps de crises de faire valoir que leur logique correspond à la solution du moment. En effet, depuis  Keynes  nous savons, ou croyons savoir, que la croissance est favorable à l'emploi. Il faut donc très vite relancer une croissance, (au besoin « verte », crise écologique oblige), afin de donner du travail et des perspectives aux laissés pour compte de nos sociétés. Si cette « loi économique» a été plus ou moins vérifiée dans le passé, nous constatons que les plans de relances depuis 1945 ont eu de moins en moins de succès. Les solutions de Keynes sont des solutions de politiques économiques conjoncturelles, or nos crises sont de plus en plus de nature systémique. Elles puisent leur origine dans la transformation d'une économie industrielle vers  la financiarisation de l'économie depuis le milieu des années 70...

Genevois et commissaire de police en Guyane! Par Haykel Ezzeddine De retour de Guyane, Alain Bossu un des fidèles contributeurs de ce blog nous ouvre son carnet de voyage. Des rencontres et des moments inoubliables que l'auteur de "Toi seule saura" a voulu partagé avec les lecteurs de PLANETE   PHOTOS dans une série de cinq articles. Le premier nous parle d'un genevois blogueur devenu commissaire de police en Guyane. Est-ce possible?

L'ère des solutions par Hughes Hiltpold La politique est faite de petites solutions à de grands problèmes. Voici quelques exemples concrets de solutions que j'ai pu faire adopter, avec le soutien de mon parti et de quelques amis politiques, au plan cantonal. Contre trois problèmes majeurs : la pénurie de logements, le gaspillage énergétique dans le patrimoine immobilier, et les difficultés de nombreux parents à réconcilier vie de famille et vie professionnelle.

 

 

Les commentaires sont fermés.