Quand les indignés du XVIe siècle rencontrent les indignés du XXIe

Imprimer

mur des réformateurs et indignés.jpgLe choc des réformés et des indignés a eu lieu dimanche devant le mur des Réformateurs nous raconte le constituant socialiste Maurice Gardiol, qui après cet événement est venu se restaurer à la kermesse catholique de Plan-les-Ouates. A propos de l'indignation, André Langaney ne perd pas le nord et fait la promo de ses oeuvres. Tandis que, sur le blog de Solidarités, Giulia Willig publie une interview sous le titre très marketing: "Indignés aux Bastions : Yes, we camp!"

Heuresuement qu'il y a l'amour. Dans Blogres.blog.tdg.ch, Antonin Moeri dit être tombé sous le charme du dernier bouquin de Serge Bimpage qu'on voudrait lire plus souvent dans son blog. Olivier Francey "tacle" Maître Bonnant qu'on aimerait bien compter au nombre des blogueurs invités de la Tribune. Et Mireille Vallette, de retour d'un voyage philosophique, reprend son flambeau féministe.

L'amour toujours par Antonin Moeri Je ne suis pas fana de littérature de voyage. C'est plutôt un genre qui me fait bâiller. Le livre de Bimpage n'en relève pas puisqu'il s'agit d'une remémoration. (...) C'est l'Amour que Bimpage interroge, cet élan vers l'Autre ou l'Ailleurs que connaissent les humains avec plus ou moins d'intensité, cet élan qui en crucifie certains, qui en magnifie d'autres ou qui, canalisé dans quelques limites choisies, peut susciter une oeuvre. Un livre par exemple, comme celui qu'on vient de lire, subtilement construit, finement rédigé et où l'auteur sait donner libre cours à une phrase ample, parfois délirante, qui pourrait très bien se passer des références aux célèbres compositeurs, romanciers, poètes et metteurs en scène de cinéma.

Maître Bonnant n'est pas maître d'école, encore moins maîtresse de maison par Olivier Francey Le verbe est toujours lourd, la syntaxe agglutinante et la sémantique délicieusement indigeste. Mieux, excluante. Oui, le propos est ironique. Maître Bonnant n'est pas maître d'école, encore moins maîtresse de maison. La hausse du coût de l'assurance-maladie? Imputable à une bande de gueux dont les responsabilités sont inversement corrélées à leur propension à tomber malade. Les bonnes? Bonnes à être troussées. Dieu? Un fantasme qui, par essence, n'existe pas mais qui se désire. Le droit à l'oubli? Un mythe. L'Islam? L'autre.

Des femmes lybiennes veulent être libres par Mireille Vallette «Les Libyens qui sont sortis faire la révolution l'ont fait pour la liberté et non pour disposer de harems». Comme en Tunisie, les femmes libres de Libye sentent que la révolution leur réserve un sort dramatique. La charia et ses terribles discriminations sont au programme. En Tunisie, Rached Ghannouchi tente de rassurer, alors que tous ses efforts depuis son exil britannique visaient l'instauration de l'obscurantisme comme le montrent ces extraits. Il est aussi membre du sinistre Conseil européen de la fatwa et des recherches qui a publiéun recueil de fatwas ahurissant destiné aux musulmans d'Europe. Plus misogyne, tu meurs!

Organisons l'indignation ! par André Langaney Au moment où l'indignation commence  à faire boule de neige et à fouiller dans ses causes, il est bon de faire un bout de chemin avec ceux qui dénoncent depuis belle lurette les malversations des grands bénéficiaires de la société et de la "crise" actuelles au mépris de ceux dont le travail et la misére les fait prospérer. Alors, ne ratez pas le dernier Siné Mensuel qui titre sur le sujet et dont une fiche conseil vous aidera à choisir votre orientation sexuelle, si nécessaire. Il faut toujours joindre l'agréable à l'utile... Dans le même style, Fakir, petit journal édité à Amiens par des bénévoles mérite de prendre son vol pour son courage et sa détermination...

7,8 billions d'Euros d'endettement étatique par Eric Bertinat L'office statistique de l'UE, Eurostat, annonce que les dettes dans l'espace Euro sont passées de 7,1 à 7,8 billions - 7'800 milliards d'euros. Le seuil supérieur fixé par le Traité de Maastricht à 3 % de déficit et le taux d'endettement de 60 % sont dépassés massivement. Dans la zone Euro, le déficit se situe en moyenne à l6,2 %, l'endettement de l'Etat à 85,4 %! Conclusion: peut-on dans ces circonstances encore parler sérieusement d'une idée européenne !

Les Réformés et les Indignés par Maurice Gardiol Dimanche dernier avait lieu devant le Mur des Réformateurs la commémoration du Dimanche de la Réformation. Cette manifestation rappelle chaque année la réaction indignée du moine Luther affichant ses 95 thèses à la porte de l'église de Wittenberg le 31 octobre 1517. Il y dénonce en particulier le trafic des indulgences qui a pour résultat d'exploiter la crédulité des plus démunis. Cette action est le plus souvent considérée comme l'acte fondateur du mouvement réformateur dans les Eglises de l'Occident. Calvin, pour sa part va développer toute une pensée sur le juste équilibre à maintenir dans la vie économique en mettant en évidence la responsabilité éthique de ceux qui détiennent des richesses. C'est ce que le pasteur Albert-Luc de Haller a rappelé à l'auditoire rassemblé dimanche en fin de matinée entre le Mur des Réformateurs et le campement des indignés. Voici quelques extraits de sa méditation...

Les journalistes deux fois plus lents par JF Mabut "Parce que le journalisme évolue deux fois plus lentement que le reste du web" Cette appréciation est celle de Katharina Borchert, patronne du Spiegel online. Et pan sur les doigts de ma corporation! Le propos a été prononcé lors du dernier Labo organisé à Londres par Mozilla Labs la confrérie du web libre à qui l'on doit notamment Firefox, un des très navigateurs internet. (...) Trop lent les journalistes? Et détenteur voire prescripteur de leur vérité, ajouteront certains, dont Renaud Gautier, le président du Grand Conseil genevois qui sur son blog publie un étrange billet intitulé "Du baobab, de la parole et de son interdiction"...

Pour un accueil centralisé des réfugiés par Christina Meissner La Suisse a jusqu'à présent fait le choix de répartir dès leur arrivée les réfugiés à travers tout le pays. Un pays aux mœurs inconnues, une vie et des rues aux tentations infinies, le tout avec des moyens dérisoires qui poussent au délit. Le résultat, c'est la fracture sociale, le désarroi total et une perte d'image pour tous. Mieux vaudrait opter pour un centre d'accueil unique pour les réfugiés arrivant en Suisse. On pourrait même y adjoindre l'office fédéral en charge afin que proche du terrain, il gagne en efficacité...

Suppression du droit des pauvres ou comment gratter les pauvres par Romain de Sainte Marie Le droit des pauvres, c'est une taxe genevoise de 13% sur les billets de loterie. L'argent récolté sert, d'une part, à financer partiellement l'Hospice général et, d'autre part, à aider 23 associations à caractère social sur le canton de Genève. Bref, cet argent pris sur les jeux de hasard sert à venir en aide aux personnes qui ont moins de chance dans la vie. La grande "plus value" de la suppression du droit des pauvres voulue par la droite est la diminution du prix des tickets de loterie de 13%. Waouhhh ! C'est très certainement la mesure politique de ces 10 dernières années qui va le plus remédier aux besoins des Genevois ! Deuxième effet Kiss cool, ça ne sert à rien !

Boycott des produits commerciaux; l'arme des imbéciles heureux par Dominique Jordan L'appel lancé par le médecin genevois Bertrand Buchs et webmaster de ce site pour un boycott des médicaments de Novartis en protestation contre la restructuration du groupe pharmaceutique, semble trouver un échos favorable au sein de l'association des médecins genevois. J'ai personnellement toujours estimé que les boycotts de produits commerciaux suite à des décisions politiques ou industrielles impopulaires; peut si le mouvement est massivement suivit; générer des conséquences contraire au but recherché...

Le jour où les chats disparaissent par John Goetelen Il y a beaucoup de chats au Maroc. Ils viennent mendier aux portes des maisons. Chez mes hôtes à Meknes, où je suis invité pour un mariage, une dizaine de félidés maigres et vifs squattent habituellement le jardin. Vers Casablanca, dans une autre famille qui m'a reçu le premier soir, sept chats tournent et miaulent du matin au soir, n'arrêtant leur bal que la nuit pour chasser les souris. Aujourd'hui est la fête de l'Aïd, la fête où l'on sacrifie le mouton en mémoire d'Abraham. Je suis à nouveau dans la deuxième famille pour la journée. Le mouton a été égorgé une heure plus tôt. Maintenant nous parlons de tout ce que nous ne pouvons pas démontrer alors que nous en voyons pourtant les effets.

Au souk du salafisme par Olivier Bot Le Salafisme, c'est le souk. Dans ce grand bazar de l'islamisme, on trouve de tout. Avec Samir Amghar, pétri de sociologie classique comme guide dans ses étals orientaux, on y voit un peu plus clair. L'universitaire, docteur à la prestigieuse école des hautes études sise boulevard Raspail à Paris, ne s'est pas contenté de lire pour établir sa typologie du salafisme, en trois grands courants. Il a aussi mené de nombreux entretiens avec des salafistes en France, en Belgique, au Canada et aux États-unis pour connaître leurs motivations et leurs valeurs. (...)Samir Amghar définit trois familles salafistes très différentes les unes des autres, ce qui explique les confusions fréquentes suscitées par l'évocation du salafisme dans la presse occidentale...

Indignés aux Bastions : Yes, we camp ! par Giulia Willig Le mouvement des indigné·e·s prend de l'ampleur à Genève. Nous avons recueilli les impressions de Jean Bürgermeister, un étudiant qui s'investit activement dans le mouvement. (...) Quelles perspectives vois-tu pour le mouvement ? C'est très difficile de le dire ! Pour le moment, on n'a pas voulu formuler de revendications très claires, car nous ne voulons pas devenir une force politique traditionnelle. Je suis très sceptique, comme la plupart des autres indignés, quant à la possibilité d'un changement radical par les urnes,..

 

 

Les commentaires sont fermés.