Les bons gars

Imprimer

ems lumineux.jpgC'est Arnaud Cerutti qui est tombé sous le charme de l'équipe et nous le dit dans son blog. Touchant. Touchant aussi ce commentaire de Nicole Kuderli à propos d'un EMS lumineux. La beauté ou l'originalité d'un bâtiment participe-t-elle du bonheur. Le bonheur est dans le pré mais aussi dans la chansons. Hélas Voix de fête s'est tu. Catherine Armand nous en dit plus.

Si Notre-Dame avait pu voir ça ! par Nicole Kuderli Une nouvelle construction est sortie de terre il y a quelques mois dans notre quartier de la rue de Lausanne. Une architecture très moderne pour accueillir nos ainés. Déjà au premier abord, ce bâtiment est assez spectaculaire ; une faille le parcours sur toute sa hauteur. Et puis, le soir venu, vous pourrez observer les fenêtres de ce Home changer de couleur chaque trente secondes ! ...  Espérons que la vie des pensionnaires de la Résidence Notre-Dame soit aussi colorée que ses façades !

Qui trinque quand l'Etat a chanté avec les cigales ? par Pierre Kunz La Constituante genevoise, dans deux ou trois semaines, va aborder la question de la limitation constitutionnelle des déficits budgétaires et de la dette publique. Les débats seront vifs, à n'en pas douter, entre les défenseurs de la saine gestion et ceux qui sont toujours prêts à gonfler « pour la bonne cause » les dépenses de l'Etat.  L'endettement public genevois se chiffrera à 11milliards de francs à fin 2011. Compte non tenu des 6 à 8 milliards d'engagements "hors bilan", il sera le plus fort du pays. La dette publique genevoise constitue aujourd'hui à elle seule plus du quart des dettes cantonales helvétiques cumulées alors que les habitants du bout du lac ne représentent que 6,4 % de la population suisse...

Les "bons gars" du Servette par Arnaud Cerutti (...) Pour tout vous dire, c'est même un plaisir que d'aller à la rencontre des Servettiens, qui forment une belle bande de potes ayant toujours le sourire. Aujourd'hui encore, je suis allé échanger avec l'un d'entre eux. A peine étais-je assis au Centre sportif de «Balex» que ses coéquipiers sont venus adresser des sourires, des poignées de mains et quelques mots. Sans se forcer. Ce sont des gars simples et sympas. Qui ne se prennent pas la tête. Qui apprécient leur situation sans rouler les mécaniques.

Le loup et la brebis: le droit international face à la démocratie par Robin Majeur Intéressant article dans la Tribune du jour signé Arthur Grosjean. La volonté de Berne "d'encadrer" les droits populaires y est décriptée, bien que de façon très superficielle. Il y aurait abus du droit d'initiative puisqu'il donnerait lieu, dans certains cas, à des décisions législatives contraires au droit international; l'initiative anti-minaret étant celle qui avait soulevé le plus vigoureusement le débat. L'opposition est donc posée entre les droits qu'offre notre démocratie directe et les obligations internationales. Entre les forces du bas et celles du haut. Peut-être conviendrait-il de renverser le débat. Car, effectivement, je pense que certaines initiatives posent problème, mais résoudre ce problème en parlant de restriction des droits populaires n'est pas la solution.

Hémorragie à la FINMA par Jean d'Hôtaux Depuis lors, organigrammes, organisations, réorganisations, nominations et démissions se succèdent à un rythme soutenu au sein de l'institution. C'est ainsi qu'on découvre avec étonnement dans l'organigramme le nom de M. Mark Branson, directeur responsable de la division « Banques », un ancien d'UBS lui-aussi, et accessoirement citoyen britannique dans une autorité de surveillance chargée de défendre la place financière suisse ...! Mais surtout on apprend que de nombreux cadres et spécialistes compétents, déjà actifs dans l'ancienne « CFB », se sont retrouvés sur une voie de garage, quand ils n'avaient pas encore quitté le navire, lequel commence à tanguer sérieusement au risque de prendre l'allure d'un « Radeau de la Méduse ». Les milieux financiers commencent à s'en inquiéter...

Une droite schizophrène ou mensongère ? par Romain de Sainte Marie Le 27 novembre prochain, les Genevoises et les Genevois se prononceront sur l'introduction d'un salaire minimum. Le but de cette mesure: permettre à un grand nombre de travailleurs de vivre à Genève. Oui, de vivre. Tout simplement. Car aujourd'hui, il est impossible de vivre dignement dans notre canton avec un salaire inférieur à 4 000 CHF. Primes d'assurance maladie, logement et coût de la vie rendent la vie infernale à la grande majorité des Genevois. Et si, pour certains, les fins de mois ne sont pas toujours évidentes, les très riches, eux, deviennent toujours plus riches ! Tant mieux pour eux. Mais jusqu'où l'écart grandira-t-il au sein de la population ? Mais là n'est pas le sujet.

Traversée du Lac, épisode 157  par Ashwani Singh (...) Je vous la fais courte: la Confédération aurait alloué 20 milliards de francs pour des travaux visant à désengorger certaines grandes agglomérations, dont trois milliards pour Genève; or ce montant ne permettra pas de financer à la fois une 3e voie sur l'autoroute de contournement existante et la traversée du lac avec le raccordement autoroutier sur Vallard ou Etrembières. Au cas où Berne jugerait le projet de 3e voie comme étant prioritaire, la traversée du lac ne se fera pas ou devra être financée par d'autres moyens (Canton, PPP...)...

Dans l'indifférence générale par Catherine Armand "Voix de Fête va-t-il disparaitre?", lit-on dans la Tribune de Genève du 13 octobre. On y apprend que le festival genevois passera en 2012 à six jours au lieu de dix. Depuis, silence radio. (...) Il existe un vrai public à Genève pour la chanson, mais peu de lieux osent ouvrir leurs portes à ce genre musical. Trop risqué, trop pointu... ou au contraire trop populaire.  Il est réputé délicat pour les salles genevoises, en dehors d'un festival bénéficiant d'une communication intense, de rentabiliser sans soutiens la venue d'artistes chantant en français, de Romandie ou d'ailleurs. Voix de Fête répond avec talent à cette demande des artistes, et du public, toujours plus nombreux à apprécier la programmation variée offerte par Roland Le Blévennec et son équipe. (...)Mais le malaise ne se limite pas à Voix de Fête, même s'il le met en lumière de façon exacerbée. C'est toute l'année que des associations luttent pour maintenir dans notre ville des concerts et festivals consacrés aux musiciens du cru.

Et bien mon Coquoz, le PDC la joue à quitte ou double par JF Mabut Avec Chrstian Coquoz, le PDC tient enfin l'homme qui lui permettra d'accéder à une des fonctions majeures de la République qui lui a échappée jusqu'à présent.   Parviendra-t-il à convaincre ses partenaires du PLR et ses adversaires de la gauche de le soutenir le 1er décembre prochain? La réponse tient dans une équation à plusieurs variables. Première variable: si je te donne le siège du PG , tu me donnes quoi contre?..

 

Commentaires

  • Merci beaucoup pour le clin d’œil !
    ;)

  • Merci pour la sélection!

Les commentaires sont fermés.