Mentir ou enjoliver, un art en danger?

Imprimer

mensonge-seo.jpgL'art en politique et plus encore en diplomatie est de savoir mentir sans montrer qu'on ment. Suprême habileté en démontrant même qu'on dit la vérité. En attendant, la machine à dépister les mensonges, ce qui ne saurait tarder à en croire les ingénieurs du cerveau qui déjà dressent la carte de plus en plus précise des activités cérébrales et permettent à des cobayes humain de mouvoir leurs membres infirmes par la seul puissance de leur pensée, captée en direct par des électrodes savamment placées, en attendant donc les nouveaux sérums de vérité, il faut bien s'accommoder du mensonge.

Selon Pierre Vanek le patronat ment énormément dans l'affaire du salaire minimum. La désignation du nouveau procureur par le Grand Conseil est un jeu de poker menteur bientôt digne de l'élection d'un conseiller fédéral se désole Olivier Emery. Selon Olivier Francey, François Longchamp prétend sans mentir que le Conseil d'Etat n'a jamais opté pour une préférence cantonale à l'embauche. Haykel Ezzeddine ne ment pas quand il écrit qu'il n'y avait pas trop de lanternes à la fête des lanternes des Grottes.

A noter encore que Hani Ramadan répond à Me Bonnant.

Enfin, je suis un peu triste à l'annonce de Carol Scheller qui dit vouloir mettre un terme à son blog. Est-ce vraiment vrai? Et je lance un coup de chapeau à Serge Bimpage qui était le blogueur du jour invité par Léman bleu. Carol ne partez pas, vous y serez un jour...

Salaire minimum : je vote oui par Pascal Décaillet Après mûre réflexion, je voterai, le 27 novembre à Genève, pour l'instauration d'un salaire minimum. J'ai pesé le pour, le contre, organisé des débats sur le sujet, écouté avec intérêt tous les avis : au final, il m'apparaît qu'il faut donner un signal fort contre les abus de certains employeurs, les salaires à vil prix, la sous-enchère (dumping), au fond le bradage du Contrat social, qui implique un minimum de respect entre les parties. Ce signal, j'en conviens, passe par une mesure un peu arbitraire (quel plancher ? 4000 francs ?), à la française, avec une kyrielle de défauts que le patronat ne se gêne pas de nous brandir. Eh bien, tout de même, osons le signal.

Noise at the airport by Mike  Gerard Normally a Tuesday is a quiet day around the airport, but not yesterday. 100 decibels average and 111 decibels maximum can give one more than an ear ache! I had an idea that there would be some unusually high noise yesterday, Tuesday 15 November, around Geneva airport, so I went along with my portable noise meter to see what I could measure. The result was quite remarkable: periods of several minutes at an average value of just under 100 decibels and a peak at over 111 decibels are pretty frightening, and can cause permanent damage to hearing. Fortunately, most people living around the airport were spared the suffering.

Destin du livre: le plaidoyer de Georges Steiner par Serge Bimpage Non, le livre n'est pas mort ! Devant une salle comble et comblée, le géant Georges Steiner l'a affirmé avec force, mardi soir, à Uni-Dufour : la prédiction de Valéry, voici tout juste un siècle, est erronée. Jamais on n'a autant publié. Sauf que nous ne savons plus lire... et là, c'est une autre histoire. Voilà l'immense talent du professeur de littérature comparée, invité de la Fondation Bodmer à l'occasion de son 40ème anniversaire : son art de la relativisation, qui puise à la fois dans son intelligence, son humour et sa vaste culture. Bien du chemin reste à faire, dans notre rapport au livre. A commencer par prendre conscience que la période de l'oralité, qui préside à l'écriture, a duré bien plus longtemps que celle de cette dernière. On ignore trop que Socrate ne lisait pas et qu'il y a fort à parier que Jésus-Christ était analphabète.

Constituante par Ciryl Mizrahi Interdiction du nucléaire entérinée par l'Assemblée et politique du logement à consolider! (...) L'encouragement à la propriété « sous toutes ses formes », malheureusement maintenu pour l'instant, reste en revanche très problématique, car il risque de créer une inégalité au détriment des nombreux Genevois-es qui n'en ont tout simplement pas les moyens...  Le groupe socialiste pluraliste reconnaît qu'un effort de convergence a été entrepris, mais ne peut pas en l'état accepter que certains acquis soient bradés et ne figurent pas dans le projet constitutionnel. Pour cette raison, des efforts devront être entrepris en deuxième lecture afin de rectifier ces points de divergence.

L'évêque Charles Morerod manque de gras par JF Mabut «Je ne suis pas le préfet de Rome». Le dominicain fribourgeois Charles Morerod, dont la stature est à l'opposé de celle du moine vendeur de fromage, a semblé, hier à Genève, prendre ses distances avec le Vatican, sans mordre toutefois la main qui l'a désigné successseur de François de Sales sur le siège de l'évêché de Genève... Etiez-vous prédestiné à devenir évêque de Genève, lui ai-je demandé? Dans une certaine mesure oui, a-t-il répondu dans un sourire. Qu'est-ce qui vous sépare donc des calvinistes d'aujourd'hui? - Il faudrait se demander ce qui sépare les calvinistes d'aujourd'hui de Calvin. Et l'oecuménisme? - Il ne faut pas se tromper. Le but de l'oecuménisme, c'est la même eucharisitie pour tous. Les églises ne sont pas détentrices de morceaux de la vérités qu'il suffirait d'assembler pour reformer un tout. Sur les femmes prêtres, même orthodoxie...

Salaire minimum : Le patronat ment, le patronat ment énormément! Par Pierre Vanek La droite genevoise - MCG et UDC compris - a voulu invalider notre initiative pour un salaire minimum légal (SML), privant les citoyen-ne-s non seulement de ce droit, mais de se prononcer sur celui-ci. Or le Tribunal fédéral les a déboutés. Depuis, ils déforment ce jugement, disant qu'il limiterait le salaire minimum à 2500 fr.  Or si le Tribunal fédéral dit que ce salaire devrait être «proche du revenu minimal résultant des systèmes d'assurance ou d'assistance sociale.» cela ne se traduit nullement par un tel montant....

Quel PG pour Genève ? par Olivier Emery De grâce Mesdames et Messieurs les députés du Grand Conseil genevois, sur ce coup-là laissez tomber les misérables petites manœuvres partisanes ! Cessez de raisonner "gain d'influence", "gué-guerre anti droite/gauche" ou "marchandage minable tel que si je soutiens aujourd'hui le candidat du parti X alors il soutiendra demain le mien". Bref, soyez à la hauteur de votre noble mission qui est celle de faire gagner Genève. Peu importe sa couleur politique, le peuple genevois attend de vous que élisiez le MEILLEUR candidat pour ce poste important.

Année 2012, un petit soulagement par Philipp Potocnik Et voilà une bonne nouvelle. Je me réfère à l'article de la TdG "Dès 2012, on pourra planter du cannabis à la maison" Soulagement dans quel sens? A mon avis, tout d'abord pour la justice qui peut arrêter de traquer les cultivateurs occasionnels de cette plante. Une pure perte de temps, car il y en aura toujours. Ensuite un grand soulagement pour certaines malades, car cette plante est bénéfique. Je sais de quoi je parle, car ma défunte femme était atteinte d'un grave cancer intéstinal pendant six ans, donc six ans de chimio-thérapie non-stop, à raison d'un traitement toutes les trois semaines. Je vous laisse imaginer les effets secondaires des médicaments et surtout leur coût. Je tiens juste à publier ici les quelques lignes que nous avons envoyé en mai 2002 à l'ASAC.

« Cuivrerie de Cerdon : un avenir toujours sombre » par  Pierre-Ph. Chappuis C'est une bien triste nouvelle pour tous les amateurs d'histoire industrielle, d'objets en cuivre et de dinanderie. En effet, la dernière réunion du 19 septembre dernier avec les pouvoirs publics n'a pas permis de trouver de solution financière pour la sauvegarde du patrimoine industriel et du musée historique. Nous constatons encore une fois l'opposition qui existe entre certains discours politiques et les faits sur le terrain. La cuivrerie de Cerdon a été créée en 1854 en pleine révolution industrielle et a employé des dizaines d'ouvriers spécialisés (dinandier, ciseleur, etc.) jusque dans les années 1950. Nous espérons pour la cuivrerie de Cerdon qu'un repreneur privé permettra de faire revivre ce petit musée plein de charme.

Super Mario Monti n'est pas un faiseur de miracles ! par Thomas Veillet L'investisseur est un animal gourmand. Gourmand mais également exigeant. En général il veut tout et tout de suite, voir si possible avant. On a vu le caprice que nous font les marchés depuis quelques temps, à tel point que leur comportement erratique a même poussé des chefs de gouvernement à mettre les voiles. Pour être honnête, ils ne seront pas vraiment regrettés, en revanche ce qui nous pose problème c'est notre incapacité à comprendre que nous avons mis des années pour nous mettre dans le surendettement en pensant que la croissance et marché immobilier ne s'arrêteraient jamais de monter et là, tout d'un coup, on pense « qu'il YAKA »...

Certitude de l'insécurité par Sylvain Thévoz "Abriter les SDF, la demande croît" titrait le Courrier ce week-end. Accompagné par la baisse des températures, l'abri de la protection civile a donc ouvert ce lundi, et les sans-abris ont retrouvé leur toit d'hiver. Le constat est posé. C'est devenu une banalité, une banalité du mal. De citoyen, il est devenu exclu et d'exclu, paria. Pour pouvoir s'approcher de lui, il faut maintenant se laisser altérer. Devenir un peu de la peur de l'autre donc, et répondre à sa provocation (pro vocare, appel à l'aide, silencieux ou non). Mais comment ?

De l'erreur de penser qu'il s'agit de préférer par Olivier Francey Je m'étonne des propos tenus par le magistrat en charge de la Solidarité et de l'Emploi, en page 6 du Temps (15 novembre 2011). Pas de tous, non. Juste quelques mots. A la question de savoir s'il était "étrange" qu'un exécutif favorable à la libre circulation puisse avoir "appelé ce printemps à une préférence cantonale à l'embauche", le Conseiller d'Etat rétorque: "nous n'avons jamais utilisé une telle expression et avons toujours soutenu la libre circulation". Mais que signifie alors l'alignement suivant: "Nous voulons éviter que des cas comme l'engagement de nombreux frontaliers par la Fondation des parkings ne se reproduisent" ? Que doit-on comprendre par: "Quant à l'Etat, depuis juillet, aucune demande de permis n'est sollicitée sans la preuve qu'aucun chômeur ne correspond au profil" ? Ou "Avant d'engager de l'autre côté du continent, il faut avoir le réflexe de vérifier si des chômeurs peuvent répondre aux besoins"?

Fête des lanternes aux Grottes! Par Haykel Ezzeddine Beaucoup de monde, mais hélas très peu de lanternes pour éclairer le trajet et briller de 1000 feux. Mais la présence de cet heureux aréopage dans l'un des quartiers les plus attachants de Genève occulte cet handicap. L'essentiel, c'est prendre part à la fête. La soupe qui récompense les promeneurs après une ballade glaciale, vu le temps qu'il a fait a été bien appréciée. Les marmites ont été prises d'assaut, du pain il n'en restait que des miettes et le fromage a disparu en un éclair. Est-ce la Fête des Lanternes ou la récompense des affamés?

Le mauvais procès fait aux CFF par Rollin Wavre Dans quelques articles récents, on fait un bien mauvais procès aux CFF qui seraient en train d'instaurer le principe des bagages payants. Il s'agit simplement de donner une base réglementaire aux contrôleurs pour faire respecter la plus élémentaire politesse à quelques centaines de malotrus qui se croient autorisés à occuper deux places avec leurs bagages alors que d'autres voyagent debout. Une question qui aurait dû être réglée par la plus basique éducation, tâche essentielle de la famille qui semble malheureusement de moins en moins assurée.

Réponse à Maître Marc Bonnant par Hani Ramadan C'est avec ahurissement que j'ai pris connaissance de l'article de Maître Marc Bonnant dans le Matin Dimanche du 6 novembre 2011, rendant hommage à « Charlie Hebdo ». Libre à vous de défendre la liberté d'expression, et le caractère inadmissible d'une agression contre un organe de presse. Mais cela ne vous autorise en aucun cas à aligner des contrevérités sur la splendeur de la civilisation musulmane.  (...) Votre discours est semblable à celui des aristocrates qui sous l'Europe nazie ont fait l'éloge de l'antisémitisme, tant il était difficile de résister à l'élan populiste qui emportait alors, dans les remous calamiteux de sa bêtise, les esprits les plus fins...

Le médiateur, l'expert et Brejnev par Michelle Roulet Un de mes précédents billets « Tempête médiatique sur l'école » a amené le médiateur de la Tribune de Genève, Daniel Cornu, à sortir du bois et à se fendre d'un billet pour doucher mon indignation. Tout d'abord, je le remercie de m'avoir appris que la pensée : « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire », souvent attribuée à Voltaire, ne serait peut-être pas de ce philosophe. J'ai aussi apprécié la belle solidarité entre journalistes. Le billet de Monsieur Cornu est élégant. Néanmoins, ses arguments m'ont si peu convaincue que, mise à part la référence à Voltaire, je réécrirais ce billet aujourd'hui, je n'y changerais pas un iota ! Même Brejnev serait à nouveau convoqué !

Un dernier article - un hommage par Carol Scheller Ce blog a commencé avec lui. Les honneurs que Ziad Medoukh vient de recevoir font une bonne clôture à plus de quatre années et demi d'écriture - 241 articles en tout. Dr Medoukh  effectue un travail énorme dans des circonstances éprouvantes, tout comme maintes personnes dans la bande de Gaza qui luttent tous les jours pour donner un sens à leur vie et pour transmettre l'espoir aux plus jeunes. Il y a de nombreux blogues qui témoignent de leur lutte, notamment celui de Eva Bartlett. Merci aux lecteurs qui ont partagé ce blog avec moi et un tout grand merci à M. Mabut qui m'a donné l'occasion de m'exprimer et d'apprendre un peu « l'art du blog ».

 

 

Les commentaires sont fermés.