La lettre ouverte à Dominique Ziegler

Imprimer

Mireille Vallette est de retour. Et trempe sa plume dans l'encre noire. Elle dénonce Dominique Zielger (qui ne blogue pas encore sur tdg.ch). Jeudi dernier sur Forum de la RSR, l'artiste genevois a dit tout le mal q'il pensait d'Isaël. La réponse est à l'avenant et va sans doute susciter un vigoureux débat.

Lulu la Nantaise alias Salika Wenger est aussi une femme passionnée. Son dernier billet s'intitule "ça sent le roussi". A déguster comme un espresso serré, crémeux et brûlant, bref un vrai billet de blog!

On adresse un coup de chapeau à Dominique von Burg. L'ancien patron de la Tribune est président du Conseil suisse de la presse et fait de la réclame pour la "Bible" du journalisme. On espère le lire régulièrement!

La « Bible » des journalistes vient de paraître par Dominique von Burg "Le Conseil de la presse? Un organe sans doute respectable et respecté, mais pas vraiment utilisé dans le travail journalistique au quotidien." Tel était le verdict d'une enquête menée il y cinq ans par l'"Institut für angewandte Medienwissenschaft" de Winterthour. (...) Ce constat a été le déclencheur d'une publication toute récente: "Repères pour un journalisme responsable". Ce volume d'un peu moins de 200 pages vient de paraître. Il se veut un guide aussi pratique que possible à disposition des journalistes. Les auteurs, Peter Studer, président du Conseil suisse de la presse de 2002 à 2007, et Martin Künzi, secrétaire permanent du CSP, posent 67 questions pratiques. Pour y répondre, toujours selon le même canevas: Quel est le principe? Y a-t-il des remarques à formuler? Quelles sont les règles? Et quels sont les exemples les plus frappants tirés de l'histoire du Conseil de la presse?..

Syrie : encore un petit effort par Jean-S. Gowrié Ils ont de la peine à le dire franchement, alors ils le distillent à coup de petites annonces par ci par là et du bout des lèvres. Eux, les grands démocrates et leurs succursales médiatiques, gardiens et commerçants de libertés diverses et variées, de droits de l'homme et de l'épanouissement des peuples dans un monde « libéré » de ses geôliers dictateurs. Je vous la fais courte : depuis quelques jours, on ne parle plus tellement de liberté, de démocratie et de manifestations « pacifiques » en Syrie. On parle carrément de plans pour « armer » l'insurrection. Je le dis en toute modestie : ils vous le font découvrir maintenant, je l'ai, quant à moi, annoncé dès le premier jour. Ils se sont trompés depuis le début, ils se trompent encore aujourd'hui et se tromperont demain aussi...

Le cavalier de la mort dans une fête de fiançailles par John Goetelen J'ai déjà à plusieurs reprises écrit sur les fausses accusations ou les allégations sans fondement. J'ai tenté de donner une idée de la violence morale que cela représente. Cette forme d'agression pénale est pourtant est encore mal documentée malgré l'augmentation des cas à laquelle il semble que l'on assiste. Derrière une fausse accusation se profile l'un des grands dénis de civilisation et d'humanité. L'innocent devient coupable, les valeurs sont inversées. Plus encore que d'autres crimes de droit commun, celui-ci annule durablement la victime en portant atteinte à sa réputation - donc à son existence sociale. Le chaos matériel et moral provoqué par une fausse accusation dans la vie d'un innocent est difficile à décrire. C'est comme l'irruption du cavalier de la mort dans une fête de fiançailles... http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/11/28/le-cavalier-de-la-mort-dans-une-fete-de-fiancailles.html

Lettre ouverte à Dominique Ziegler à propos d'Israël par Mireille Vallette Ainsi donc, selon vous, l'Etat «criminel et raciste» d'Israël pratique l'apartheid, massacre des enfants, arrête et tue des Palestiniens depuis 60 ans. Et circonstance aggravante, cet Etat refuse le droit au retour réclamé par les descendants de réfugiés, retour qui équivaudrait à un suicide. Une centaine d'artiste suisses qui ont signé une déclaration de boycott partagent apparemment votre délire. Si je comprends bien votre langage, votre sympathie est toute acquise à l'Autorité palestinienne (AP) et au Hamas, qui tous deux aspirent à un pouvoir théocratique. La première, dans sa charte jamais revue, exige la restitution de la totalité de la Palestine. Le second voue aux gémonies toute idée d'accord au profit du jihad. Le Hamas comme l'Iran réclament une nouvelle version du génocide, 7 millions de personnes. Vous partagez j'imagine l'idée que l'Europe a donné en cadeau la Palestine pour se dédouaner du génocide. Vous fatiguer les neurones à étudier un peu d'histoire est trop vous demander...

Ça sent le roussi ! par Lulu la Nantaise alias Salika Wenger Comme tous les matins au café de « l'Amitié et du sabre réunis ». Je commande mon café, Palu me sert sans un mot. Je le bois tranquille en lisant le journal, 34% de votants. Bonjour la ratatinée! Je paie 3,30 Frs et au moment où j'atteins la porte j'entends Palu qui me dit «Hè ! Lulu y'a pas le compte ! » Je reviens au comptoir étonnée, surprise etc... « Ouai ! Me dit Robert, le patron, maintenant c'est 12,50 le café, 15 le verre de pinard et 48 balles le plat duj' »...

Oskar, mine de rien par Yves Nidegger Antifa, éditions Tatamis, Paris, 60 pages. Sous prétexte de gaudriole, sans autre prétention apparente que celle d'honorer sa propre image en défrisant le bourgeois, Freysinger nous livre, comme on livre un condamné à son bourreau, l'inventaire étonnamment complet des tabous dépassés d'une époque, la nôtre, qui se croit indépassable. Mais qui appartient déjà au passé. Sur le ton de Momo, découvrant dans l'escalier de son immeuble parisien qu'il est arabe, fils de pute et que la vie devant lui est ma foi très belle, le narrateur d'Antifa (réponse à Stéphane Hessel) découvre dans une rage de dents qu'il est socialiste, fils de l'injustice et que sa vie sexuelle ne va pas vers le beau. S'en suivent 60 pages d'un monologue introspectif faussement naïf, glissant de branche en branche le long des certitudes de l'époque, se balançant de poncifs en indignations, toujours à gauche, jusqu'à tomber au pied d'un arbre de vie totalement désenchanté. La démarche et le style narratif du Candide saviésan rappellent ceux d'un Romain Gary, venu lui aussi de la Mitteleuropa, et qui, diplomate en poste dans la capitale fédérale, pensait comme lui que Berne est la ville « où tout se passe ailleurs »...

Federer, Cuche... Alves: destins contraires par Arnaud Cerutti On a touché au sublime, ce week-end. Grâce à Roger Federer, évidemment. Une fois de plus, le Bâlois a ravi les téléspectateurs, joué avec leurs sentiments. Au-delà de ses fans, ce sont simplement les amoureux du beau jeu et des émotions qui s'émerveillent des performances d'un champion hors du commun. Ah, si c'est ça être «sur le déclin», je le rejoindrai volontiers sur cette pente descendante!..

Masters Cup: il a surtout fallu supporter Marc Rosset! Par Edmée Cuttat Et de six. (...) Si on peut imaginer qu'un Nadal, vainqueur de dix Grands Chelems a virtuellement la possibilité de dépasser les seize du maestro en deux saisons, il lui faudrait six ans ne serait-ce que pour l'égaler dans la Masters Cup. Un exploit tout aussi duraille à concevoir pour Djokovic, bien que le vampire de Belgrade se soit imposé en 2008. (...)

TF1 et les nouveaux pauvres par Hélène Richard-Favre Une vidéo précédée et suivie de pub, normal diront certains. Peut-être. Mais est-il impossible de choisir les publicités diffusées avant ou après un sujet?..

Clairement se démarquer de l'inacceptable, option ou nécessité ? par Han Ramadan Je reçois cette intéressante lettre, et toute en nuances, de Madame Yvonne Bercher, Dr en droit. Je pense qu'il est utile de la publier sur ce blog, en remerciant son auteur, tout en avançant que certains points méritent d'être discutés. « Lorsque l'initiative contre la construction des minarets a été lancée, jamais je n'avais imaginé qu'elle puisse aboutir. Quand les résultats sont tombés, j'ai réagi par l'effarement. D'un seul coup, comme citoyenne suisse, je me sentais dépositaire d'une décision basée sur l'ignorance et le rejet de l'autre.... »

Les commentaires sont fermés.