L'événement de l'année

Imprimer

2011.jpgQue l'affaire DSK soit citée par MAURICE-RUBEN HAYOUN comme une affaire de l'année retourne littéramenent un autre blogueur hébergé par la Tribune de Genève. JEAN-SOUHEL GOWRIE n'en revient pas. Dans un précédent billet, il livre quelques éléments de son cv qui explique son indignation et ses partis-pris notamment par rapport à ce que vit aujourd'hui le Proche-Orient.

Au fait chers blogueuses - il y en a une beaucoup de nouvelles cette année - et chers blogueurs, dites-nous donc en attendant les 12 coups de minuit, quels sont les trois événements de l'année 2011 pour vous?

MAURICE-RUBEN HAYOUN La réhabilitation de DSK en 2012 Que l'on ne se méprenne pas sur le sens de mon propos : j'ai toujours écrit, dans ce journal et ailleurs, que DSK s'était mal conduit au plan des mœurs mais qu'il n'avait jamais commis d'acte pénalement répréhensible (à preuve l'abandon des charges, aucune ne fut retenue, pas une seule) et que même ainsi, il n'en était pas quitte pour autant avec la morale. Ce dont il a lui-même courageusement convenu devant près de 12. 000 000 de Français sur TF1. J'ajouterai à cela, la judicieuse remarque de l'un des meilleurs juristes français actuels, M. Robert Badinter : la plaignante n'est pas la victime. Quand on se plaint, c'est à soi qu'incombe la charge de la preuve. C'est même un principe talmudique...

DJEMAA CHRAITI Portrait d'un latin lover argentin La cuisinière  m'invite à prendre le petit-déjeûner, le petit bout de femme énergique m'introduit dans un petit salon  où deux hommes sont déjà attablés. Ah ! Le piège, trop tard pour reculer...

CRHISTIAN KURSNER « Fous peut-être » Dans ce monde sanglant de brutes et de mensonges, qu'il est doux d'écouter Julien Clerc nous chuchoter à l'oreille ses dernières chansons merveilleuses ! Où il n'est question que du "Temps d'aimer", des "Souvenirs" du grand Charles Aznavour... Ma préférée: "Hôtel des caravelles" mais, la plus géniale: "Fou, peut-être" où, le narrateur-rêveur, seul rescapé d'une catastrophe nucléaire, ose chanter...

MARIE-JEANNE- NERFIN Laïc, laïque, laïcité Un tréma, c'est très marrant. D'abord, il est rare. Quand on le voit, ça sent Noël. On pressent une coïncidence. Parfois, une ambiguïté ou même... une paranoïa. Sans être naïf, on reste stoïque et on se lance dans la prononciation distincte des deux voyelles. On croque du maïs en regardant passer les astéroïdes. Le tréma a de l'humour : il est le point commun du païen et d'Emmaüs. Mais surtout... le tréma est présent sur les mots  laïc, laïque, laïcité. Et pour moi, c'est un signe.

JEAN-SOUHEL GOWRIE Génocide arménien, génocide syriaque (...) Mon grand-père maternel est syriaque et son épouse est...arménienne. C'est cette dernière qui est partie en courant (c'est une image) en 1916 pour fuir les massacres et se réfugier en Grèce où ma mère est née et a grandi et où un certain nombre de ses cousins et cousines vivent encore. Quant à mon père, Dieu ait son âme, il est Syriaque du côté des montagnes du sud-est de la Turquie. Pour la « petite » histoire, les Syriaques (les derniers dans le monde à parler encore la langue du Christ) furent déplacés et massacrés en masse entre 1915 et 1920 par les armées ottomanes et...les forces kurdes. Les dernières estimations situent le nombre de tués entre 500'000 et 750'000, soit environs 70% de la population totale. Indépendamment du nombre, je vous laisse imaginer ce que signifie 70% d'une population quelconque, en termes de génocide. Comme cela ne suffisait pas, Ils ont subi un deuxième massacre en Irak entre 1938 et 1948. Je rappelle, enfin, que des dizaines de milliers d'arméniens furent accueillis et protégés par la Syrie...

REMI MOGENET Le Père Noël et ses couleurs Il est vrai que des images le représentaient aussi en vert, et même en bleu. LePère Noël n'est pas tenu par une couleur particulière: il a une garde-robe bien remplie, et saint Nicolas lui-même pouvait changer de couleur à l'occasion, si l'envie lui en prenait! J'ai dans l'idée que le Père Noël a aussi pour origine les rois mages: or, il y en a souvent un qui est en rouge, un autre qui est en vert; cela pourrait expliquer l'hésitation. Mais la Providence m'a récemment fait tomber sur A Christmas Carol, de Charles Dickens, qui date de 1843: on y trouve un Esprit du Noël Présent qui was clothed in one simple deep green robe, or mantle, bordered with white fur. Il a, sinon, le même air que le saint Nicolas de Clarke Moore: jovial, et les yeux étincelants. Il a aussi un fourreau vide, et rouillé.

JF MABUT Mercredi à l'école: bagarre dans le préau genevois (...)  Sur Tableau noir, Olivier Baud crie à la trahison : Trois enseignement de la division secondaire, MM. Ramadan, Paparou et Deshusses, annoncent dans Le Courrier de ce  29 décembre la naissance d'un comité de soutien au mercredi matin d'école. « Un tissu de contre-vérité », écrit l'ancien président de la Société pédagogique genevoise qui a lancé le référendum contre le projet de Charles Beer d'imposer aux écoliers genevois l'horaire romand.  (...) C'est André Duval, le président d'Arle qui, sur son blog Et si on en parlait, a lancé le débat peu avant la trêve des confiseurs. Il invite les internautes à lui adresser leurs contributions et publie celle de son copain radical Jean Romain. Les deux sont pour plutôt pour le mercredi matin à l'école. Enfin André Duval précise qu'il attend encore celui qui le convaincra tout à fait de la pertinence du projet. Ni une ni deux, la libérale Michèle Roullet explique sur Parenthèses que "Jean Romain... peut faire mieux".

JEAN-MARC GUINCHARD La caisse unique et Alain Berset (...) Pierre-Yves Maillard et Stéphane Rossini font pression sur Alain Berset, le rappelant à ses devoirs de socialiste. Réaction de mauvais perdants? Que nenni..., le PS tout entier exercera la même pression sur son Conseiller fédéral, et c'est un jeu normal, même s'il débute quelques jours avant l'entrée en fonction effective du Conseiller fédéral élu...   Le seul levier qu'Alain Berset peut utiliser face à ses collègues est l'élaboration rapide d'un contreprojet, direct ou indirect, permettant de régler au moins dans un premier temps les problèmes de la séparation de la gestion des assurances de base et privées, de la chasse aux bons risques, de la disparité entre cantons et régions, de la solidarité entre jeunes et vieux, ainsi que d'une gestion centralisée des réserves, aux mains de la Confédération...

OLIVIER FRANCEY Très Chère Laurence Desbordes C'est par le plus grand des hasards que je suis tombé sur l'un de vos éditoriaux dans le magazine Edelweiss. Vous vous offusquiez alors de ces "chiennes de garde" qui se battent pour ôter des formulaires administratifs français, l'appellation contrôlée "Mademoiselle". Ces mots que vous avez couché a retenu ma plus grande attention: "Ce qui est intolérable, c'est plutôt d'appeler madame une jeune fille de 18 ans et de vouloir la faire entrer dans le moule normatif d'une société qui dénigre la jeunesse ou le droit de ne pas s'affirmer en tant que femme mariée". J'aime beaucoup...

Les commentaires sont fermés.