Le choix de socialistes

Imprimer

Le maire de Genève Pierre Maudet saura ce soir entre 17 h et 19h quel(le) socialiste tentera de ravir au PLR le siège de Mark Muller le 17 juin prochain. Pascal Holenweg a fait son choix.

Vendredi, les grands stratèges de la Genève de 2030 ont ameuté la presse pour lui annoncer le lancement d'un grand sondage. L'enjeu est de taille: il faut donner un nom au projet d'agglo et accessoirement à cette région franco-valdo-genevoise, qui s'étend en gros du plateau du Retord au plateau des Glières, cher à Sarkozy, de Nyon à Bonneville, de Thonon à... Andilly, Cruseilles boudant toujours le projet d'agglo. Philippe Souaille, davantage intéressé par le contenu - sur ce plan on n'a rien appris - que par l'étiquette, relance l'idée d'une zone franche sociale à la sauce de celle de Bâle-Mulhouse.

A noter encore la lettre de Philippe Cohen à Bernard Gruson.

Pascal Holenweg On parle de Genève, là... Si les socialistes étaient joueurs, et joueurs de poker, ils pourraient samedi se rengorger bruyamment : leurs candidat-e-s à la candidature pour l'élection partielle du Conseil d'Etat dessinent un joli carré d'as. Mais les socialistes ne sont pas joueurs -c'est là le moindre de leur défaut (il suffit pour s'en convaincre de voir la tête qu'ils tirent, et d'entendre les commentaires qu'ils font, lorsque l'un-e d'eux s'offre le petit plaisir d'une proposition ou d'ne intervention décalée dans un parlement). Bref, les socialistes genevois ont le choix. Et c'est difficile, un choix. Surtout entre quatre bonnes cartes. Il lui faut un critère, à ce choix. Alors on leur en propose un : les villes.  (...) On votera demain pour Manu, parce qu'on votera pour les villes de Genève.

Gabriel Doublet Logement dans l'Agglo : Un riche débat ! Aujourd'hui nous devons parler et dire à Genève ce que nous avons sur le coeur. Il nous faut dénoncer ces puissants déséquilibres, il ne faut plus avoir peur de dire ce que nous avons à dire, et je pense que nos amis suisses sont tout à fait capables de l'entendre et de comprendre nos positions ; leurs réactions dans ce débat du logement l'a clairement prouvé. En revanche, je ne voudrai pas, et ce en aucun cas apparaître comme une sorte de porte parole d'un mouvement épidermique s'inscrivant en réaction aux provocations d'un certain populisme en vogue dans le canton  !

Julien Nicolet Cherpines: trahisons et dissimulations Dimanche, l'association "De l'Aire !" publiait un communiqué dénonçant l'abandon par le DCTI d'une part importante de ses engagements concernant l'aménagement des Cherpines et la disparition du terme "éco-quartier" dans les documents officiels, quand bien même c'est sur ce mot que le PS, le PDC et le PLR avait construit leur campagne de propagande... Trahison caractérisée de l'électorat... Alors que nous nous étonnions de constater la disparition de plusieurs engagements publiés dans un document en février 2011...

Karl Grünberg hébergé par Haykel Ezzeddine Le 21 mars est consacré depuis 1966 à l'élimination du racisme Le 21 mars 1960, la police sud africaine a tué 69 manifestants pacifiques. En proclamant le 21 mars «Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale», les Nations Unies ont engagé la communauté internationale «à redoubler d'efforts pour éliminer toutes les formes de discrimination raciale».
L'apartheid fut aboli en 1991. Dix ans plus tard, hommage à ce combat, la Conférence mondiale contre le racisme avait lieu à Durban en Afrique du Sud.
Le racisme progresse dans le monde et fait peser de nouveaux enjeux sur la commémoration de 2001...

Pierre Kunz DE la LaMal à l'AVS + Si l'on se réfère au sens des mots, ce qu'il est convenu d'appeler « la solidarité intergénérationnelle » devrait s'exercer dans les  deux sens, des jeunes vers les anciens et inversement. Or depuis quelques décennies force est de constater que cette solidarité, dans sa forme publique en tous cas, tend exclusivement à bénéficier aux classes âgées de la population et au détriment des plus jeunes. Les « seniors » sont devenus les chouchous de l'Etat social. C'est vrai en ce qui concerne l'assainissement des caisses de pension...

Bernard Comoli Les graves carences du Service santé indigène dans la Vallée du Javari "En moins de dix ans, nous avons perdu un tiers de la population". C'est ce qu'écrit fin janvier, Clóvis Marubo, dans un manifeste publié au nom des peuples indigènes de la Vallée du Javari : "Dans le contexte actuel, nous devons vivre avec un nombre significatif de notre population contaminée par la malaria, la tuberculose, la filariose, les divers types d'hépatite et de dénutrition qui viennent faucher la vie de nos enfants, de nos femmes, de nos jeunes, de nos vieux"... "Nous demandons au Ministère de la Santé de mettre en œuvre des mesures urgentes, suivies de plus permanentes, qui retournent de manière radicale l'actuelle situation qui peut être évitée par le biais de politiques participatives de santé indigène, intégrées et efficientes". Ce n'est pas la première fois que les peuples indigènes de la Vallée du Javari alertent les autorités sur la situation alarmante de l'état de santé des peuples indigènes de cette région du Brésil...

Philippe Souaille Les Plaques suisses, ça fait riche « Lorsque je vais les voir pour leur expliquer, me raconte Marc Favre, les ¾ des Suisses s'enregistrent et font le nécessaire. Ceux qui continuent de rechigner, ce sont les européens. Italiens, Espagnols, Portugais, travaillant à Genève et qui se sont offerts une maison en France. Souvent, ils sous-louent leur appartement à Genève, se faisant un petit bénéfice au passage et gardent une boîte aux lettres. Ils ont peur de se retrouver au chômage sur France, où l'on est moins bien indemnisé... Et puis le grand truc, ce sont les plaques de voiture : ils veulent garder leurs plaques suisses. Pas seulement pour Genève, me raconte Marc hilare, mais pour quand ils rentrent au pays en vacances ! » « C'est beaucoup plus prestigieux les plaques suisses », racontait ainsi à Marc ce chef de famille portugais : « Au village, on est quelqu'un ! » C'est là que sa fille, une belle gamine de 20 ans lui dit...

Djemâa Chraïti Mihai Eminescu réinventé aux Pâquis L'Association universitaire Eminescu avec à sa présidence,  Chiril Tiscic,  a  eu l'excellente initiative  de réunir,  le samedi 17 mars,  à l'atelier d'art de la rue du Môle, un panel d'intervenants pour nous présenter un grand poète roumain, né dans la principauté de  Moldavie,  sous le titre de « Eminescu Réinventé « ...

Alain Bagnoud  H majuscule et minuscule Le texte ci-dessous a été écrit pour la Maison de Rousseau et de la littérature (40, Grand-Rue, Genève), où il a été lu le samedi 17 mars dans le cadre de la manifestation Rousseau et moi, lectures de textes inédits d'écrivains romands, avec la saxophoniste Juliane Rickenmann. Il est publié dans le journal littéraire Le Persil en compagnie des textes d'autres auteurs romands « Je crois en l'amitié. Jean-Jacques Rousseau aussi y a cru. Ce qu'il pensait d'elle, c'est qu'elle devait être un réservoir de vertus. Quel choc alors, quand il a constaté à plus de quarante ans que les amis sont tracassiers parfois, cancaniers souvent, médisants, prêts à faire votre bonheur malgré vous et à vous expédier où vous n'avez nulle intention et nul goût d'aller. Qu'ils se régalent des intrigues et des commérages, trouvent leur bonheur à fabriquer les unes et propager les autres... »

Philippe Cohen Lettre au seigneur Gruson Monsieur le bailli des Hôpitaux , nous avons élucidé l'énigme. Ce fatras de ressentiment transfrontalier tellement Bilatéral s'explique clairement aujourd'hui. En voici la chronologie : 1) Une grève irritante a retardé le le boulot durant le printemps dernier. Une sorte de jacquerie. 2) Les autorités prennent alors conscience que l'esprit gaulois a envahi le territoire Hugien  de Genève; la culture de la grève découverte par votre hiérarchie vous a sidéré et pris de court.... Ensuite les réflexions vous ont amené à envisager l'exclusion de quelques gaulois ... 3)... 10)...

 

 

Les commentaires sont fermés.