Pascal Holenweg: A la pointe de la démocratie : Genève

Imprimer

La sélection du jour des blogs hébergés par la Tribune de Genève: Sylvie Neidinger: Macron parade avec De Rugy et ne comprend toujours rien à l'état réel du pays. Haykel Ezzeddine: Le désintérêt des européens pour la Coupe d’Afrique des nations! John Goetelen: Simona Halep superstar. JF Mabut: Genève en 2050... si

Pascal Holenweg: A la pointe de la démocratie : Genève "En ce jour de cérémonie républicaine, le gouvernement appelle à une alliance renouvelée entre le peuple et les autorités. Entre les trois pouvoirs" (Pierre Maudet, "discours de St Pierre" 31 mai 2018)... Il était bon apôtre, l'alors (et fugace) président du gouvernement genevois, l'alliance entre le peuple et les trois pouvoirs a bien été renouvelée : la Cour des Comptes gouverne pendant que le Parquet répartit les tâches entre les Conseillers d'Etat sans que le parlement ait quoi que ce soit à dire... Et le peuple qui élit, ou peut élire, tout ce beau monde compte les points. Pourquoi on vous parle de ça aujourd'hui ? Parce qu'on est le 14 juillet. Et que le 14 juillet, c'est la date symbolique du début d'une révolution démocratique. Pas encore républicaine (le 14 juillet n'est pas encore le 26 Messidor...), moins encore socialiste, mais déjà démocratique, au sens libéral du terme. Donc, répétons-le, à satiété : Genève est à nouveau, comme en 1782 (la première révolution genevoise après la Réforme, qui fut une révolution), à l'avant-garde de l'invention démocratique. Genève est aujourd'hui une république sans chefs. Et ça fait plaisir. (...)

 

Sylvie Neidinger: Macron parade avec De Rugy et ne comprend toujours rien à l'état réel du pays L'affaire de Rugy devient le scandale macroniste de l'été. Moral plus que judiciaire. Il touche l'image de la gouvernance Macron au coeur. Grâce à un bon travail d'enquête des journalistes de Médiapart : essentielle presse qui n'est pas "coupeuse de tête" comme souligné par le ministre. Et précieuse Liberté de la presse (...) Macron, maladroit n'a toujours rien compris au pays et parade en compagnie dudit ministre. Provocateur. L'année dernière il soutenait outrageusement A. Benalla "venez me chercher" lançait-il. Is sont venus...Ce 14 juillet 2019 encore. Ils se nomment les Gilets Jaunes. Toujours en forme contrairement aux prédictions d'un sondage Paris Match. (...) Au lieu de rester sur l'impression d'une armée qui se voit puissante, se projette dans l'espace, intervient à tout bout de champ dans des conflits internationaux suite au défilé militaire avec des armements capables de pulvériser, le malaise social accentué par ce gouvernement laisse devant les caméras la vision d'une France en difficulté de gestion de personnes "non identifiées" car habillées comme tout le monde : quelques Gilets Jaunes, extrémistes des Blocs et casseurs.

 

Haykel Ezzeddine: Le désintérêt des européens pour la Coupe d’Afrique des nations! Que de surprises durant cette 32ème édition de la Coupe d’Afrique des nations de football qui se déroule actuellement en Egypte jusqu’au 19 juillet. Une coupe sans réelle intérêt pour les télévisions européennes qui hormis Eurosport Espagne, la chaine DAZN Allemagne et Italie pas de couverture digne d’intérêt. Et pourtant en terme d’audience télévisuelle la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) se place derrière la Coupe du Monde de football et le Championnat d’Europe des Nations. Et pour couronner le tout la chaîne Qatari Bein sports a l’exclusivité sur les couvertures des principaux évènements footballistiques du continent africain, européens... Et attention on ne peut pas contracter un abonnement en Suisse avec cette chaîne car Swisscom détient un monopole stupide avec son bouquet limité Teleclub qui fait abstraction des matchs africains. Du coup, la chaîne Bein sports est celle la plus suivie (streaming) illégalement sur le web. (...)

 

John Goetelen: Simona Halep superstar Gagner Wimbledon, c’était un rêve. Le rêve de sa mère, dit-elle. Il a dû devenir sien pour qu’elle montre autant d’engagement, de rage, de précision et de ténacité. (...) Parenthèse: le tennis est plus spectaculaire que le foot ou le cyclisme féminins. Le récent mondial femmes a certes été assez bien suivi et couvert mais il ne crée pas de culte, d’engouement comme celui des garçons. Le Tour de France féminin a lui aussi bénéficié de bonnes couvertures médiatiques. (...) Ces différences ne signalent pas de discrimination. Elles tiennent à chaque sport en particulier, à son histoire et au goût du public.

 

JF Mabut: Genève en 2050... si Chaque été, The Economist propose une série "The World if", bien loin des projections habituelles des futurologues, des scénarios envisageables à partir des données connues, bref une incursion dans ce chaos qu'un battement d'aile de papillon peut déclencher. Cette année, les hypothèses vont de si les Etats Unis quittait l'OTAN en 2024 à si les antibiotiques tombaient en panne en 2041, en passant par si la Chine et l'Amérique s'affontaient en mer de Chine, à si les robots prenaient tous les jobs en 2030. Les auteurs de Genève 2050 ont cherché à éviter le piège de la simple projection des courbes assises sur le passé. Leurs quatre scénarios relèvent donc un peu de "Genève si", sans toutefois identifier un élément déclencheur précis ouvrant une narration épique du futur. Voici leurs scénarios audacieux et discutables…

 

Pascal Décaillet: On ne siffle pas le chef des Armées Je suis, comme on sait, totalement opposé à la politique menée par Emmanuel Macron. Opposé à son libéralisme économique. Opposé à la relation qu'il entretient avec les puissances financières cosmopolites, qui l'ont tant aidé à se hisser au pouvoir. Opposé à son européisme gravissime, en réalité une relation non avouée de vassalité par rapport à l'Allemagne. Opposé, oui. Mais désolé, lors du défilé du 14 Juillet, on ne siffle pas le Président de la République. Quel qu'il soit. Il est le chef des Armées, c'est ainsi, c'est dans la Constitution. En vertu d'une très vieille tradition française, bien antérieure à la Révolution, qui veut que le commandement militaire suprême incombe, non au connétable, mais au souverain. C'est ainsi. C'est la tradition française. (...) 

Les commentaires sont fermés.