• Poggia: Hold-up démocratique

    Imprimer

    poggia tranche.jpgVoici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch. Mauro

     

    Poggia: Hold-up démocratique Il fallait oser. Ils l’ont fait. Dans une apparente indifférence générale, les armées de l’ombre se sont mises en marche. Le putsch est accompli. Seul le Conseil des États pourra faire barrage à cet élan hégémonique de nos assureurs maladie...encore faut-il que les nouveaux sénateurs ne soient pas la fidèle réplique de ces conseiller nationaux qui, jeudi matin, ont voté majoritairement l’initiative (09.528) du Ruth Humbel, intitulée « Financement moniste des prestations de soins ». (...) De quoi s’agit-il? Il est question, à terme, de faire participer financièrement, et de manière uniforme, les cantons à hauteur de 22,6% du stationnaire hospitalier et de l’ambulatoire, 77,4% étant à charge des assureurs LAMal. Sachant que l’ambulatoire va se substituer de plus en plus au stationnaire avec l’évolution technologique, la charge des cantons augmenterait ainsi à l’avenir. Cette modification législative s’attaque donc au financement des soins, et non à la source du problème, qui est la maîtrise des coûts, ce qui est déjà symptomatique de la préoccupation principale d’une majorité du Conseil national. Mais il y a pire… (...) Comment nos représentants genevois PLR, PDC et UDC à Berne peuvent-ils regarder dans les yeux leurs homologues cantonaux qui présentent et soutiennent des initiatives demandant que l’on soulage la classe moyenne du poids écrasant des primes d’assurance maladie? Comment certains d’entre eux peuvent-ils avoir l’outrecuidance de prétendre devenir des représentants du canton de Genève au Conseil des États? Pardonnez-moi. Je m’emporte. Ou plus exactement, je rêve.

    Lire la suite

  • Catherine Armand: +1000 arbres à Chêne-Bougeries

    Imprimer

    catherine armand.jpgVoici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch.

    Catherine Armand: +1000 arbres à Chêne-Bougeries

    Alain Meury: Football suisse:la mue.

    Guy Mettan: Bain de foule aux Palettes et à Onex.

    Arnaud Cerutti: Servette FC, décompression et décomposition.

    Claude Bonard: 80e anniversaire du quatrième partage de la Pologne.

    David Frenkel: Certaines inexactitudes

    Lire la suite

  • Sönmez: Des milliers jeunes ont manifesté pour le climat dans les rues de Genève

    Imprimer

    manif climat demir.jpg

    Sönmez: Des milliers jeunes ont manifesté pour le climat dans les rues de Genève Le système capitaliste ne laisse aucune autre alternative, à la jeunesse et aux autres générations, que de se dresser contre le bouleversement climatique qu’il engendre. C’est de la pure hypocrisie et de la lâcheté, que de retourner la responsabilité de la crise climatique sur la jeunesse, et plus largement sur chacun de nous. (...) nous nous devons de rester vigilant car ceux-là même que nous dénonçons aujourd’hui ont senti le vent tourner et sont déjà en train de se partager le gâteau du nouveau marché mondial : le développement durable. Le développement économique n’est pas compatible avec la durabilité et procéder à un profond changement du système signifie changer radicalement de mode de production et de consommation. (...)

    Lire la suite

  • Friedli: Ma nuit a été belle !

    Imprimer

    aurelie friedli candidate cn 2019.jpgVoici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch. Aurélie

     

    Friedli: Ma nuit a été belle ! Habitant Lully et me déplaçant quotidiennement à vélo, je suis une habituée des chemins non éclairés. Mais quel plaisir indescriptible j’ai pris à arpenter des rues habituellement tant illuminées, plongées dans une semi-pénombre[2]. Je m’y suis sentie si petite, mais si apaisée. J’aperçois la rade avec un peu moins d’enseignes lumineuses, le pont du Mont-Blanc illuminé uniquement par les phares des automobilistes y circulant. Je traverse une Place Neuve splendide d’obscurité, avec un Grand Théâtre, un musée Rath et un parc des Bastions éteints, endormis. Aux abords du stade de la Praille, éclairé pour un match, je dévisage deux motards qui sont assis sur leurs motos à l’arrêt sur un îlot. Me rapprochant je réalise que ce sont deux policiers qui attendent la fin du match pour éviter les débordements. J’ai ri de m’être demandée ce qu’ils faisaient là. Je les ai salués. Ils m’ont répondu gentiment, eux aussi, comme perdus dans cette sombre vastitude. (...)

    Lire la suite

  • Cuénod: Jacques Chirac, l’homme qui aimait les gens

    Imprimer

    Cuénod: Jacques Chirac, l’homme qui aimait les gens Jacques Chirac vient de s’éteindre à Paris à l’âge de 86 ans. Impopulaire lorsqu’il détenait le pouvoir, l’ancien président de la République était devenu l’une des figures les plus appréciées des Français. Ce n’est pas le seul paradoxe d’un homme qui a les cultivés avec un soin tout particulier. Sa longévité sous les ors de la République – pendant 40 ans, un mois et dix jours, sans discontinuer ! – en dit aussi long sur la difficulté des élites françaises à se renouveler. Jacques Chirac a obtenu son premier poste ministériel à 35 ans, le 6 avril 1967, comme secrétaire d’Etat aux Affaires sociales du gouvernement Pompidou, sous la présidence du général de Gaulle. A ce titre, il a négocié avec les syndicats ouvriers, les accords de Grenelle qui ont mis fin à la révolte de Mai-68. (...) En fin de compte, le bilan présidentiel de Jacques Chirac se révèle plutôt mince. Surtout si on le compare à celui de Pierre Mendès-France, chef du gouvernement français en 1954, qui en sept mois et 19 jours, a terminé la guerre d’Indochine, étouffé dans l’œuf le soulèvement de la Tunisie en amorçant son indépendance, lancé la première politique d’aménagement du territoire, développé la recherche atomique, décidé des grands programmes de construction de HLM. Preuve qu’avoir du temps n’est pas forcément une bonne chose pour un homme d’Etat. (...)

    Lire la suite