Guy Mettan: La Chine miroir de nos haines et de nos impuissances

Imprimer

Chine carte.jpgGuy Mettan: La Chine miroir de nos haines et de nos impuissances

Bruno Hubacher: 2008 bis

Béatrice Deslarzes: On s'en lave les mains

Claude Bonard: Jouer à l'Emprô avec vos enfants, c'est excellent pour le moral actuellement !

Jacques-Simon Eggly: Confinés en appel d’air

Rémi Mogenet: L’impôt par l’école: ou les vrais buts de l'éducation

Catherine Armand: Vitale coquetterie

Pascal Décaillet: La Ligne Maginot n'est pas un thème

JF Mabut: A Bardonnex, on vote. Mais pour quels projets?

Guy Mettan: La Chine miroir de nos haines et de nos impuissances Ce qu’il y a de bien avec les crises, c’est qu’elles révèlent le fond des individus et des pays. Celle du coronavirus a ainsi montré l’héroïsme quotidien des petites mains anonymes de la mondialisation, infirmières, caissières, chauffeurs-livreurs, paysans, agents de voirie, tandis qu’elle réduisait au silence les profiteurs et les pontifiants qui se réfugiaient dans leurs maisons de campagne pour fuir les miasmes des villes. (...) L’attitude de nos médias vis-à-vis de la Chine est très révélatrice et montre comment ce pays, naguère courtisé par toutes les élites occidentales, est devenu le repoussoir, le miroir de nos haines, de nos peurs et de nos impuissances. (...) Il faut bien un coupable à l’origine de ce désastre. Hier, c’était les Juifs qui empoisonnaient nos puits, aujourd’hui ce sont les Chinois qui empoisonnent nos bronches. On a les boucs-émissaires qu’on peut. Car qu’avons-nous fait de notre côté, sinon imiter les Chinois ? (...)

 

Bruno Hubacher: 2008 bis « Le processus par lequel les banques créent de l’argent est d’une telle simplicité, c’est une insulte à mon intelligence. » C’est le grand John Kenneth Galbraith (1908 - 2006) (1), paix à son âme, qui le dit et Ben Bernanke, le Président de la « Réserve Fédérale » américaine, entre 2006 et 2014, confirme. (...) Dans quel état sont nos banques pour qu’elles aient besoin de la garantie de pouvoirs publics pour étendre les lignes de crédit de leurs clients pendant quelques mois ? Y aurait-t-il un problème de liquidité ? Il fallait que le Conseiller fédéral, Ueli Maurer, précise que « la place financière suisse est saine et forte, car toutes les mesures concernant les banques « too big to fail » avaient été mises en œuvre. » Ouf ! Quoi que. Ce n’est pas ce que dit la « FINMA » (Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers). « Les plans d’urgence en cas d’insolvabilité des établissements systémiques « Postfinance » « Raiffeisen » et « Banque cantonale de Zurich » (On imagine les répercussions sur le marché immobilier ndlr) ne sont pour l’heure pas exécutable. (...) L’humanité se trouve sur le fil d’un rasoir. Soit cette crise se termine avec une introspection profonde, soit nous entrons dans le monde du néolibéralisme orwellien.

 

Béatrice Deslarzes: On s'en lave les mains Comme ancien médecin consultant à la prison de Champ d'Ollon je ne peux pas rester insensible à la nouvelle que je viens d'apprendre concernant cet établissement pénitencier.En cette période particulière dans laquelle le virus Corona nous laisse tous confinés il fallait bien qu'un moment on parle de sa propagation possible dans les prisons en particulier celle de Genève.Je suis restée pantois lorsque j'ai appris que les détenus pouvaient avoir du savon pour se laver les mains mais qu'ils devaient les payer de leur poche! C'est vraiment intolérable d'agir de telle façon de la part des autorités responsables. (...)

 

Claude Bonard: Jouer à l'Emprô avec vos enfants, c'est excellent pour le moral actuellement ! En ces temps de confinement en famille, je suggère à mes amis genevois - et aussi aux autres- de jouer avec vos enfants à l'Emprô le jeu des Vieux Genevois de l'époque de l'Escalade et du début du Collège ! C'est la version genevoise de jouer à "il l'est" ou à "Ilai". C'est aussi valable pour les Genevois et Genevoises de Tokyo, New-York, Paris, Kigali, Singapour Wellington ou Moscou ... et tous les autres ... ! Alors, ensemble, on se lance et si vous ne savez pas jouer, vos enfants vous diront que vous êtes un niollu ! Emprô, giro. Carin, Caro, Dupuis, Simon, Carcaille, Brifon, Piron, Labordon. Tant est follhe mollhe, tant est clu ! … Traduction : (... )

 

Jacques-Simon Eggly: Confinés en appel d’air On pense à cette phrase de Sartre dans sa pièce : l’enfer c’est les autres. Il faut dire que Sartre a été, certes, un philosophe et un écrivain, mais aussi un théoricien de l’engagement dans un cadre idéologique rigide de lutte des classes ; tout le contraire d’un Albert Camus. C’est une belle revanche que le premier soit quasiment tombé dans les oubliettes, avec sa redoutable Simone, tandis que le second, exemple d’humanisme, soit tellement présent dans nos cœurs et nos esprits. (...) On sait qu’un Emmanuel Kant a fait toute sa vie la même promenade circulaire autour de chez lui, à la même heure. Or, la pensée de ce bureaucrate des jambes s’est élevée aux plus hautes sphères de la réflexion philosophique. Jésus était un prédicateur en marche, mais nombre se ses fidèles serviteurs, au cours des siècles, l’ont adoré dans le confinement pieux des monastères. Bref, il n’y a pas de généralité. Le confinement peut conduire au rétrécissement du corps et de l’esprit. Il peut aussi, par une sorte de compensation, rassembler les forces dans une concentration dépassant le corps et sublimant l’esprit. Cela dépend du contexte et de sa propre nature.

 

Rémi Mogenet: L’impôt par l’école: ou les vrais buts de l'éducation Lorsque des politiques protestent qu’il faut payer des impôts, ils invoquent les routes, les hôpitaux et les écoles. Ils assurent ainsi qu’ils font le bien du peuple – qui en doute en permanence. Mais cela a aussi un effet sur les écoles, chargées de faire la promotion de la République généreuse. Dans les faits, les professeurs français sont les plus mal payés d’Europe, alors que les impôts français sont les plus gros d’Europe. Le peuple n’est pas toujours dupe, même quand il ne trouve rien à répondre aux arguments que les politiques lui infligent. L’effet sur l’éducation, j’en ai déjà parlé, en est bien mauvais. (...) Si l’État réellement était assez généreux pour avoir le sens du Droit, que ferait-il? (...)

 

Catherine Armand: Vitale coquetterie Bon, pour les racines qui trahissent ma blondeur à peine artificielle, pour mes ongles vernis au gel que je confie à une professionnelle, je ne peux pas grand chose. Tout cela poussera de façon anarchique et désordonnée, à l'image de la nature qui reprend ses aises et ses droits en notre absence. Autant lâcher prise en attendant que les fées qui virevoltent habituellement autour de moi chaque mois soient libérées… Pour le reste, allez, je me motive ! Douche le matin ou bain moussant le soir ; petit brushing presque-comme-chez-mon-coiffeur ; dents soigneusement brossées même si personne ne pourra m'approcher d'assez près pour me faire des remarques sur mon haleine ou m'embrasser langoureusement ; crémage du corps avec de précieux et odorants onguents ; épilation comme si j'avais prévu d'aller à la plage ; vêtements propres et repassés soigneusement choisis, même si une sortie de première nécessité n'est pas prévue ; maquillage léger ; et finalement une petite touche de parfum "Chloé" ou "Narciso", selon l'humeur du jour. Outre le fait que c'est bon pour mon moral, toute cette attention portée au corps a l'avantage de prendre du temps (...)

 

Pascal Décaillet: La Ligne Maginot n'est pas un thème (...) La Ligne Maginot ? L'Histoire ne la retient que pour en sourire. Regardez les actualités françaises, les Pathé, les Gaumont : leurs innombrables reportages sur la vie quotidienne des confinés dans les fortins apparaissent aujourd'hui comme dérisoires, périphériques, quand on sait ce qui s'est passé : six semaines de Blitzkrieg, quatre ans d'Occupation, un pays déchiré, des années pour se reconstruire une mémoire. La Ligne Maginot, en vérité, n'était pas un thème. Le thème, c'eût été d'avoir connaissance du Plan Manstein sur les Ardennes. De constituer des divisions autonomes de chars. D'introduire partout les liaisons radio mobiles. Et surtout, d'être habité par la même férocité combative que les Allemands. La Ligne Maginot n'était pas un thème. Le confinement est, au mieux, un état de fait. Il n'est pas un thème. L'Histoire se déroule ailleurs. Chez ceux qui veulent le mouvement.

 

JF Mabut: A Bardonnex, on vote. Mais pour quels projets? L'adjoint PLR sortant, Conrad Creffield, ou l'ancien conseiller municipal de Bardonnex Alternative et ancien député socialiste, Christian Frey, lequel sera le second adjoint de la maire Béatrice Guex-Crosier, élue tacitement (...) La pandémie rend le choix bien futile. Pourtant la démocratie est essentielle. C'est un peu comme la santé, c'est quand on la perd, qu'on en mesure le prix. La logique voudrait que Christian Frey l'emporte. Pour Olivier Emery, ancien conseiller municipal PDC Entente communale, il n'y a pas photo. (...) Les électeurs PDC Entente, dont les dirigeants n'ont cessé de casser du sucre sur le dos de l'adjoint radical, vont-ils voter Frey? Au-delà des hommes, examinons les programmes. Les électeurs PDC Entente, dont les dirigeants n'ont cessé de casser du sucre sur le dos de l'adjoint radical, vont-ils voter Frey? J'espère qu'ils se souviendront que le génie helvétique consiste en politique à distribuer les responsabilités exécutives entre les principaux partis y compris les partis d'avis opposés. (...)

Les commentaires sont fermés.