René Longet: Coronavirus, premier bilan d’étape

Imprimer

conteneurs.jpgRené Longet: Coronavirus, premier bilan d’étape

Christian Brunier: Le bienfait du coronavirus

Anne Cendre: Printemps poétique

Jean-Noël Cuénod: Covid19, le passage par l’humilité

Daniel Warner: COVID-19: Health or Wealth?

Djemâa Chraïti: Du PQ au Haïku

Pascal Décaillet: Plus que jamais, la nation

Haykel Ezzeddine: Coronavirus, ça lui va comme un gant !

Marc Schindler: Les gourous du virus

 

René Longet: Coronavirus, premier bilan d’étape (...) Dans le monde, près de 700 millions de personnes n’ont pas d’eau propre à disposition. Comment se laver les mains sans eau ni savon? Près de 700 millions de personnes, également, n’ont pas de toit. Comment garder la distance interpersonnelle dans un bidonville ? Et d’après, l’OMS la moitié de l’humanité n’ont pas accès à des soins de base. (...) Autre enjeu de taille : faire que les indispensables mesures massives de soutien et de relance économiques en cours et à venir préparent le monde de demain et ne retombent pas dans celui d’hier, en renforçant des activités qui ne sont pas cohérentes avec la nécessaire transition vers la durabilité. Ainsi, il ne faut pas poursuivre l’utilisation de l’énergie fossile, le développement tous azimuts de l’aviation, une mondialisation non régulée et sa croissance démesurée des échanges et des transports. Mais saisir l’occasion pour que le redémarrage de l’économie permette de l’orienter vers les énergies renouvelables, les économies d’énergie, la résilience locale, l’agroécologie, l’économie circulaire… L’urgence climatique a été maintes fois proclamée, mais ... pour 2030 au mieux. Or la transition, c’est maintenant qu’il faut la réaliser. (....) Trois risques majeurs doivent être traités sans délai (...)

 

Christian Brunier: Le bienfait du coronavirus Sous l’impulsion de l’Organisation des Nations Unies, les guerres s’arrêtent pour combattre ensemble le Covid-19. Aux Philippines, au Yémen, en Syrie ou au Cameroun, les armes se taisent pour laisser la place à la Paix. Cessez-le-feu général ! Quel bonheur ! Certainement, le plus suprême, les conflits armés empêchant souvent toute satisfaction, même infime. Il aura fallu cette saloperie de virus pour que la planète cesse de s’entretuer et de moins polluer. (...) Apprenons de cette épreuve. Retenons-le bon, en rejetant le mauvais, pour le bien de l’humanité.

 

Anne Cendre: Printemps poétique Le Pêcher en fleurs de Vincent van Gogh (1888, musée van Gogh, Amsterdam) apporte ses nuances. Si le printemps s'annonce mal sur le plan de la santé, il brille par ses couleurs. Mais cloîtrés chez vous, vous ne pouvez profiter de ses beautés. Un coup d’œil sur quelques poèmes et tableaux vous en apporteront un écho. Charles d’Orléans (1394-1465), premier grand poète français, et son fameux Rondeau XXXI: "Le Temps a laissé son manteau / De vent, de froidure et de pluie, / Et s’est vêtu de broderie / De soleil luisant, clair et beau. / Il n’y a ni bête ni oiseau / Qu’en son jargon ne chante ou crie : / « Le Temps a laissé son manteau / De vent, de froidure et de pluie. » (...) Aragon (1897-1982), pendant la 2e guerre mondiale, écrit Les lilas et les roses: (...)

 

Jean-Noël Cuénod: Covid19, le passage par l’humilité L’énergie cupide qui nous a lancé contre le mur sera-t-elle arrêtée par Covid19 ? Ou bien lorsque tout sera fini, la cupidité mondialisée reprendra-t-elle le volant ? Parier sur le changement présente au moins l’avantage de nous sortir du fatalisme maussade. Mais c’est un pari, avec tous les aléas que cela suppose. Autant le jouer. Nos défenses immunitaires ne s’en porteront que mieux ! (...)

 

Daniel Warner: COVID-19: Health or Wealth? (...) At a time when hospitals are overwhelmed and lacking basic medical services, how can we focus on the health emergency and financial crisis at the same time? Is it possible to have a holistic approach to both? Or, as I suspect, is each segment of the population focusing on its own needs instead of seeing the larger picture. That individuals will profit from this emergency reflects human nature as does applauding health care workers from balconies at a specific hour. Emergencies show the best and the worst in people. And there is no question that economic considerations cannot be ignored during the pandemic. People are out of work. Many are without pay. Somehow bills must be paid. The end of the month is approaching. The post-pandemic economy cannot be ignored. (...) The dilemma of health or wealth depends on who is in charge. In an ideal world, one authority would be able to balance the two. In democratic, federal systems, the answers are more complex. (...)

 

Djemâa Chraïti: Du PQ au Haïku En observant longuement l'objet que les gens s'arrachent depuis le début du confinement, de l'Europe à l’Amérique, j’observai pour la première fois attentivement un rouleau PQ de près. Son épaisseur, le nombre de rouleaux dans un paquet vendu, et dénombre 160 feuillets par rouleau et là m’est venue l’idée que ces feuillets blancs étaient parfaits pour un haïku quotidien et quelques courtes maximes. 160 feuillets à disposition pour la durée du confinement en l’espérant plus court. Et si vous avez envie n'hésitez pas, envoyez-moi vos haïkus, nous partagerons notre PQ. Le PQ est au confinement Ce que la prunelle est aux yeux.

 

Pascal Décaillet: Plus que jamais, la nation L'Union européenne, c'est fini. L'édifice multilatéral, c'est fini. Ne demeurent que les nations. L'Italie, endurante et courageuse. La France. La Suisse. Etc. Chacune d'entre elles, avec coeur et détermination, se bat. Chacune prend les décisions qui lui semblent justes. Chacune, en profondeur et sans la moindre ambiguïté, est perçue par son peuple comme l'unité de référence, la seule voie vers le salut. Mieux : chaque nation, tout en roulant pour elle-même, respecte et admire le combat de ses nations voisines. L'information circule. On sait que les autres souffrent, on sait à quel point c'est dur, on est en pensées avec eux. Nous ne sommes pas dans une guerre entre nations, mais dans un combat total, qui passe par l'unité singulière de chaque nation. (...)

 

Haykel Ezzeddine: Coronavirus, ça lui va comme un gant ! (...) Un monsieur d’un certain âge, élégant à la démarche sûre et décidée vient de passer devant moi. La main gauche dans un gant «prix garantie» et la main droite dans un emballage papier destiné aux pains vendus dans les grandes surfaces. Il y a certainement une explication mais je n’ai pas osé lui poser la question. Souvenez-vous l’une des mesures contre la propagation du coronavirus est de garder 2 mètres de distance avec autrui. Moi aussi je suis un bon élève même si je ne porte pas de gant ! (...)

 

Marc Schindler: Les gourous du virus (...) Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est la controverse sur le célèbre médecin marseillais, le Dr Didier Raoult. Ce spécialiste reconnu des recherches en infectiologie est devenu une star des médias en proposant de traiter les malades du virus avec un médicament bien connu pour soigner le paludisme, l’hydroxychloroquine. Un médecin aux cheveux longs et à la faconde méridionale, qui défie le monde médical et le gouvernement, un provocateur qui prétend avoir découvert le remède miracle. Il l’a expérimenté sur une vingtaine de malades, tous guéris ou presque. Pourquoi le gouvernement et le monde médical refusent-ils de suivre la recette de ce génie ? Mais parce qu’il y a contre lui un sombre complot des politiciens et des laboratoires, ben voyons ! Le réseau Voltaire soupçonne les anciens ministres de la Santé d’être « mouillés dans les petits trafics du laboratoire P4 français du Wuhan », d’où serait partie l’épidémie. Parmi les gourous qui veulent révéler au bon peuple les dessous de ce scandale sanitaire, il y a, à Genève, Jean-Dominique Michel, qui signe sur son blog une chronique virulente : « Covid et mensonge d’Etat en France ». Un médecin reconnu, un chercheur respecté ? Pas du tout (...)

Les commentaires sont fermés.