Sylvain Thévoz: Menaces d'un confinement ”total” : un aveu de faiblesse ?

Imprimer

foule sur les quais confinés.jpgSylvain Thévoz: Menaces d'un confinement ”total” : un aveu de faiblesse ?

Christina Kitsos: Confinement et familles, quel rôle pour la Ville de Genève ?

Simon Brandt: Une représentation pour la droite et le centre-droit

Jacques Davier: Corona Blog (I)

Catherine Armand. Se déchiffrer

Antonio Gambuzza: Le Confinement, le Covid-19 et le système de santé

Eric Segapelli: Frédéric Paulin

Jean-Dominique Michel: Laissons les médecins-généralistes prescrire l’hydroxychloroquine !

Maurice-ruben Hayoun: Israël, Les Arabes et le covi-19 : ne plus se tromper d’ennemi au Proche Orient

Didier Bonny: « Invisible Man »

JF Mabut: A Pâques ou à la Trinité?

Sylvain Thévoz: Menaces d'un confinement ”total” : un aveu de faiblesse ? Alors que la population est sous une extrême pression, soumise à un stress puissant, que la crise sanitaire, sociale, économique est extrême et demande une union sacrée; ces menaces risquent de provoquer davantage de divisions, d'oppositions... et renforcer encore davantage les inégalités sociales. Alors certes, oui, il y a des personnes qui ne respectent pas encore assez les normes en vigueur. Avant de menacer de verrouiller les parcs et les quais et de punir tout le monde, ne serait-il pas de bon ton de mieux informer et de renforcer les patrouilles de terrain? L'autre jour dans un parc, un groupe d'expat' en tenue fluo faisait de la gym intensive en hurlant. C'est énervant. C'est criminel. Faut-il pour autant fermer le parc pour tout le monde? A-t-on pris soin de leur décliner les recommandations sanitaires, et ce dans différentes langues ? (...) Marc Schindler: Mon journal victime du virus (...) La publicité, c’est le sang de la presse. Ce ne sont pas vos abonnements qui paient les journalistes, les informaticiens, les imprimeurs et les livreurs de votre journal. C’est la publicité. Le fondateur du Monde, Hubert Beuve-Méry le disait en 1956 : « Par bonheur, il y a la publicité, l’indispensable, la bienfaisante publicité». Il y a longtemps que les journaux ne comptent plus seulement sur la pub papier pour se financer. Ils ont tous développé à grand frais leurs éditions numériques payantes. Pour quelques euros, je lis chaque matin la presse française, suisse, américaine et britannique. Ça met du beurre dans les épinards de mes journaux favoris. (...) Et voilà que la Poste française décide de ne plus distribuer le journal chaque jour, elle qui reçoit chaque année 100 millions d’euros de subventions publiques. L’Alliance de la presse d’information générale riposte à coups de pages de pub. Le PDG de Midi Libre publie un éditorial vengeur : « Quand la Poste déserte ». (...)

 

Christina Kitsos: Confinement et familles, quel rôle pour la Ville de Genève ? (...) Par ailleurs, cette crise doit nous servir de leçon pour la suite. Les politiques publiques qui seront mises en œuvre lorsque l’orage sera passé devront impérativement tenir compte des enseignements du confinement. Parce qu’il sera indispensable de nous préparer si cela devait se reproduire. Il faudra pour cela veiller à réduire au maximum les inégalités, prendre en considération les besoins réels d’espace de vie en termes de logement pour les familles, soutenir les enfants qui ne peuvent pas compter sur leurs parents pour leurs études, notamment au travers du développement du mentorat, comme nous l’avons aussi proposé au travers d’une motion, notamment pour éviter toutes les situations qui débouchent sur le décrochage scolaire. Il est aussi nécessaire d’augmenter le nombre de travailleurs.euses sociaux.ales hors murs et d’engager des médiateurs.trices de nuit, notamment pour renouer le lien et le dialogue avec les jeunes gens et jeunes filles qui sont livrés à eux-mêmes pour intervenir avant que des drames ne se déroulent. La Ville doit également songer à tous ces enfants qui aujourd’hui ne peuvent plus bénéficier des cantines scolaires pour avoir un repas quotidien équilibré du fait du confinement et qui sont confrontés à la malbouffe, voire qui n’ont pas assez à manger. (...)

 

Simon Brandt: Une représentation pour la droite et le centre-droit (...) Alors qu’en 2012, le PLR Ville de Genève renonçait à présenter un candidat à la succession de Pierre Maudet au Conseil administratif et permettait l’élection de l’actuel conseiller administratif PDC Guillaume Barazzone (voir ici), nous ne pouvons que regretter l’attitude du PDC qui devrait respecter ses engagements passés, et ainsi aider son partenaire historique à reconquérir un siège, plutôt que de nous mettre des bâtons dans les roues. Je souhaite donc rappeler certains faits et souligner quelques incohérences. Tout d’abord, il convient de rappeler qu’en 2015, les partis PLR-PDC-UDC-MCG signaient une plate-forme commune pour la législature (voir ici et là). Nous avons ainsi travaillé ensemble durant 5 ans sans que personne ne trouve rien à redire sur ce rapprochement qui nous a permis de former une majorité au Conseil municipal. Laquelle a permis notamment la baisse du prix des places en crèche, l’augmentation des postes d’Agents de la Police Municipale ou encore le financement à l'année de l'accueil des sans abris sur ma proposition. (...)

 

Jacques Davier: Corona Blog (I) Que se passe-t-il pour un blogueur confiné à Genève en pleine crise du coronavirus? Oh, rien! Je reste sagement à la maison, éclusant une tonne de livres en retard! Par exemple, Maurice G. Dantec, qui montre bien, dans sa Sirène Rouge, en s'appuyant sur la guerre de Yougoslavie ou sur d'autres actes criminels, à quel point la cruauté et l'absence de toute humanité, pour ne pas parler de la barbarie et de la torture, se sont développées, voire banalisées, dans notre société matérialiste sans Dieu, ou Nietzsche qui, dans Par-delà Bien et Mal, nous montre pourquoi cela s'est passé. A moins que tout cela ne soit que littérature et philosophie! Mais je lis aussi du plus léger, de la poésie, Nerval, Rimbe ou Verlaine, j'écoute Pink Floyd ou David Crosby, ou encore The Police, et notamment leur grandiose Bring On The Night, sans oublier le superbe Brand New Day de Sting, que j'écoutais en boucle un premier janvier à Zermatt, accompagné par un excellent blanc et de la viande séchée valaisans! Bref, je m'occupe. Il le faut bien! (...)

 

Catherine Armand. Se déchiffrer (...) Malgré (ou grâce à) l'éloignement, nos relations humaines deviennent plus intenses, plus vraies. en croisant les mots sans le contact physique, on redessine les contours de nos amitiés et de nos amours. On réalise à quel point celles et ceux qu'on aime comblent nos vides, nous apportent ce qui nous manque, nous complètent... en reliant les points, en remplissant les cases. (...)

 

Antonio Gambuzza: Le Confinement, le Covid-19 et le système de santé (...) Sans faire l’apologie de la Lamal, on peut dire que pour le moment notre organisation a permis de contenir l’épidémie. Je ne peux cependant m’empêcher de comparer ce qui n’est pas comparable; les systèmes de santé qui nous entourent et à ce jeu, seule l’Allemagne fait mieux. Sans tout connaitre de ce fabuleux pays au régime alimentaire si peu méditerranéen, je constate que c’est l’universalité des soins qui est garanti ainsi qu’une très bonne connaissance des comorbidités de la population avec des patients sous traitements. Cette universalité n'est pas théorique, elle est concrète, sans errance pharmaceutique ni limitation d’accès. Devant le succès du pragmatisme germanique, Monsieur Berset devra-t-il s’opposer aux prochaines modifications de cette Lamal qui nous met à mal? La réponse est Oui, sans équivoque! Une augmentation de nos franchises éloignera la population des soins médicaux. (...)

 

Eric Segapelli: Frédéric Paulin Le dernier roman de Frédéric Paulin fait figure d’événement tant les deux précédents ouvrages ont marqué les esprits en nous dressant un portrait à la fois éclairé et pertinent de la constellation des mouvances terroristes djihadistes dont l’impact marque désormais durablement le monde. Annoncé comme un triptyque, cet examen débutait avec La Guerre Est Une Ruse nous permettant de découvrir un épisode méconnu de la guerre civile en Algérie dans les années 90 et l’exportation du conflit sur le territoire français tout en faisant la connaissance de Tedj Benlazar, agent de la DGSE. Point de bascule de l’univers du terrorisme, Prémices De La Chute dépeignait les origines d’Al-Qaïda, au gré de l’émergence de mouvances du côté de Roubaix puis des brigades islamistes combattant en ex Yougoslavie et en Afghanistan avec comme focus les événements du 11 septembre 2001. (...)

 

Jean-Dominique Michel: Laissons les médecins-généralistes prescrire l’hydroxychloroquine ! (...) Nous vivons en démocratie sanitaire. Je pense que dans le debriefing du scandale sanitaire en cours, on posera le constat des dysfonctionnements et des abus multiples au sein des dispositifs sanitaires - comme ceux ayant conduit en quelques semaines à des pénuries de masques et autres matériels de protection pour les soignants. J’ai suffisamment élaboré ces réalités sanitaires et politiques dans mes différents billets pour ne pas revenir dessus. Ce dont il question ici, c’est de la souveraineté décisionnelle et sanitaire des soignants, en particulier des médecins de ville. Face aux abus de l'état, la justice sera-t-elle la voie de recours utile ?! En Guadeloupe, un tribunal vient de donner raison à des soignants contre la politique imbécile de l’état français, obligeant l’agence régionale de santé et le CHU local à acheter un nombre important de tests de dépistage et de traitements à base d’hydroxychloroquine ! En Suisse, devrons-nous également passer par un tribunal pour réhabiliter le rôle central des médecins-généralistes comme premiers acteurs de santé publique ? (...)

 

Maurice-ruben Hayoun: Israël, Les Arabes et le covi-19 : ne plus se tromper d’ennemi au Proche Orient (...) Face à ce que dira peu de temps après le guide suprême iranien , les propos du président Rouhani font figure de discours presque rationnel et mesuré. En effet, le guide a dit qu’il avait refusé l’aide américaine car les USA livreraient des médicaments inadéquats, voire des poisons, même s’il n’a pas vraiment prononcé le terme. Mais il a dit que l’aide US serait une sorte de cheval de Troie. Inimaginable, cette diabolisation de l’Amérqiue. Il est temps que le Proche Orient rompe avec cet éternel conflit israélo-arabe ou israélo-palestinien. Il est temps que les parties en cause, et notamment l’Iran, retrouvent le sens des réalités et ciblent les vrais problèmes : à savoir l’ignorance, le fanatisme, la maladie et la mort. Et je mets l’accent sur le dernier élément. Il faut espérer que le régime des Ayatollahs finisse par se laisser convaincre et en vienne à une approche réaliste de la situation : Téhéran n’est visiblement pas en mesure d’inverser la tendance, de freiner la propagation du Covi-19 et d’épargner à sa population de graves tourments à venir. Du côté israélien et palestinien, même si ce n’est toujours pas la paix, on a pris conscience qu’on est tous dans le même bateau. (...)

 

Didier Bonny: « Invisible Man » Dernier film vu avant que les salles de cinéma ne deviennent...invisibles. (...) Le réalisateur Leigh Whannel voulait avec ce film « évoquer ces femmes victimes de violence qu’on ne prend pas au sérieux et qui tentent de prouver que quelque chose d’affreux leur est arrivé sans parvenir à en convaincre qui que ce soit. » Cette problématique est au cœur du film dès les premières minutes lorsque Cecilia prend d’énormes précautions pour s’enfuir de chez elle sans que son mari violent s’en aperçoive. Le suspense est à son comble dès le début et, à l’exception d’un petit coup de mou après cette entrée en matière tonitruante, il ne se dément pas jusqu’à une fin qui est la synthèse de plusieurs scènes marquantes du film. Porté par Elisabeth Moss littéralement habitée par son rôle et par une mise en scène qui tient le spectateur en haleine en lui donnant des frissons, « Invisible Man » ravira par conséquent les fans de thriller fantastique avec une bonne dose d’épouvante. (4 étoiles)

 

JF Mabut: A Pâques ou à la Trinité? (...) Plus les semaines passent, plus la question économique va devenir cruciale. "Health or Wealth", titre à juste titre Daniel Warner dans son blog. "Notre santé vaut mieux que leur profit", un propos qui interpelle Pierre Kunz, un autre blogueur. Alors combien de temps? En utilisant le calendrier chrétien que le Conseil d'Etat genevois vient de confirmer comme marqueur des rythmes scolaires, les prochains termes tombent à la rentrée des vacances de Pâques le 19 avril, après le pont de l'Ascension, le 21 mai, ou à l'issue du grand week-end de Pentecôte, le 31 mai? Et la Trinité? La fête du signe de croix tombe cette année de quarantaine (20+20) le 7 juin. Quant à la fête des travailleurs, le 1er mai, elle ne convient pas à la reprise du boulot. C'est de surcroît un vendredi. (...) Plutôt que de menacer de resserrer les contrôles, nos autorités, qui ont plutôt bien géré la crise jusqu'à présent, devraient trouver des moyens d'alléger le confinement. A quand un hackathon sur le sujet? La balle est dans le camp du blogueur Sylvain Thévoz. (...)

Les commentaires sont fermés.