Vincent Strohbach: Changement de paradigme

Imprimer

voitures rangees.jpgVincent Strohbach: Changement de paradigme

Catherine Armand: Des racines et des ongles

Haykel Ezzeddine: L’indécence du PLR et de l’UDC!

Pascal Décaillet: Et maintenant, priorité aux thèmes !

JF Mabut: Genève au centre gauche, Bardonnex au centre droit

Thomas Bläsi: De la ”fantastique” gestion des masques par le DSES

Bruno Hubacher: Tant d’occasions manquées

Maurice-Ruben Hayoun: Pessah de la peur

Bernard Comoli: Assassinat d’un leader Guajajara

Carol Scheller: Le rester chez soi, version 2020

David Frenkel: Lettre ouverte à Madame Carol Sheller

Vincent Strohbach: Changement de paradigme (...) En quelques semaines, notre économie qu’on croyait en béton armé se révèle finalement n’être que de paille ou éventuellement de briques mais en tout cas pas aussi inébranlable que ce que l’opulence de notre pays aurait pu le laisser imaginer. Du coup, je ne peux m’empêcher de me remémorer les attentats du 11 septembre 2001. Je vivais en Amérique de Nord à l’époque et, en dehors de l’aspect barbare de cette attaque terroriste pour le moins spectaculaires, c’est le discours à la nation de Georges W. Bush le lendemain des attentats que je n’oublierais jamais. Le président des Etats-Unis n’a eu cesse, en effet, d’implorer les américains à certes prier pour les victimes mais surtout, surtout à ne pas s’arrêter de .... consommer. (...) en ce printemps 2020, c’est Genève, la Suisse, l’Europe, le Monde qui traversent une crise sanitaire, économique et donc bientôt sociale sans précédent. Face à l’ampleur de celle-ci, on commence à entendre des critiques, des observations, des chiffres, des remises en question, des propositions et des utopies qui nous font penser que, oui cette fois, nous sommes confrontés à véritable changement de paradigme. (...)

 

Catherine Armand: Des racines et des ongles Normalement, j'avais rendez-vous jeudi pour me refaire des mains de fée et des cheveux de princesse Disney. C'est encore noté dans mon agenda qui, lui, ignore tout de l'immobilisation sociale en cours. Mais voilà, ma coiffeuse et ma manucure sont confinées et au chômage. Pendant ce temps, tout pousse de façon anarchique. De princesse blonde comme les blés et aux ongles roses bonbon, je suis en train de me transformer lentement en méchante sorcière. Mon chien, qui fréquente assidument un salon de toilettage de Frontenex, est le seul à me comprendre. (...)

 

Haykel Ezzeddine: L’indécence du PLR et de l’UDC! (...) Depuis quelques jours le lobby des patrons fait un excellent travail et s’est mis en ordre de marche pour que les travailleuses et les travailleurs retrouvent le chemin du travail et abandonnent un confinement qui coûte cher à la trésorerie de l’état et qui fait perdre de l’argent à nos valeureux investisseurs pourvoyeurs d’emplois. Il ne se passe pas un jour sans que la télévision et nos journaux ne s’attardent sur cette courbe ascendante du chômage, sur cette inévitable catastrophe économique qui va nous conduire vers une récessions plus redoutable qu’un virus sans remède. Deux partis qui représentent ce milieux de l’argent: le PLR et l’UDC font preuve d’une indécence sans borne en insistant de la sorte et en mettant la pression sur le Conseil fédéral. (...)

 

Pascal Décaillet: Et maintenant, priorité aux thèmes ! (...) Il convient, aussi, d'avoir une pensée pour les battus. Dans une démocratie, tous sont estimables, s'ils se battent et nourrissent la vie citoyenne. Pour ma part, j'ai une pensée particulière pour Simon Brandt, un homme seul et courageux, qui revenait de très loin, après sa mésaventure de décembre. Puisse-t-il continuer, au Conseil municipal, de tenir son rôle critique, intelligent, bosseur de dossiers, au service de la Cité. Une pensée, aussi, pour Maria Perez, militante sincère et combative, qui a porté très haut la bannière du Parti du Travail. Et puis, plein de pensées, pour plein d'autres. Genève, sauf retournement majeur, s'apprête à vivre trois années sans élections. Pour nous, passionnés viscéraux de politique, c'est une occasion inespérée : tout centrer, non sur les personnes, mais sur les THÈMES. Plus que jamais, notre démocratie a besoin de ce recentrage. Puisse-t-elle, plus que jamais, être un lieu d'échanges, de débats, d'idées, où puissent s'entrechoquer, non les personnes, mais les arguments. (...)

 

JF Mabut: Genève au centre gauche, Bardonnex au centre droit Il n'y aura plus de maire communiste à Genève *. André Hediger fut le dernier. Communiste, le mot a longtemps fait peur. La commune de Genève était la seule municipalité à octroyer la Mairie à un représentant de l'extême gauche, selon un tournus de présidence, que l'on connaît au Conseil fédéral et dans la plupart des cantons et que la Constituante genevoise avait conservé dans les communes, de peur sans doute qu'un Maire durable à Genève ne fasse de l'ombre au président du Conseil d'Etat. (...) La Ville de Genève sera donc pilotée pendant un quinquénnat par deux socialistes, deux Verts et une PDC, tous bleus à l'exception de Sami Kanaan, dont la politique culturelle - très arrosoir - n'a pas fait l'unanimité et qui devra partager le pouvoir avec les autres mairies et son collègue de parti, le conseiller d'Etat Thierry Apothéloz, chargé par une initiative populaire adoptée l'an dernier de coordonner les politiques culturelles des 45 communes. (...)

 

Thomas Bläsi: De la ”fantastique” gestion des masques par le DSES (...) Partant du principe qu'il est De Facto impossible de se tenir à 2 mètres d'un patient en pharmacie pour tous les membres de l'équipe qui y travaillent et ce pour diverses raisons ; patient avec problème cognitif ; patient malentendant ; patient fragilisé installé dans sa routine ; patient voulant absolument faire la démonstration de ses symptômes ; patient récalcitrant ; etc .... Les ordres et les contre-ordres qui n'ont cessé d'être donné par le DSES avec la caution du Conseil d'Etat ont mis en danger les personnes qui travaillent en pharmacie. (...) J'invite le Conseil d'Etat a rapidement prendre la mesure des faits que je dénonce depuis des mois en protégeant de manière généralisée toutes les personnes exposées, n'ayant pas le choix du confinement, ainsi que leur famille.

 

Bruno Hubacher: Tant d’occasions manquées (...) A l’instar des deux crises financières précédentes, la crise dite « bulle internet » en mars 2000 et la crise des « subprimes » en 2008, ils sont tous basés sur un redémarrage hypothétique de l’activité économique par la stimulation monétaire, redémarrage qui n’aura pas lieu, une fois de plus, faute de pouvoir d’achat, censé créer la demande. Le niveau des salaires américains, en termes de pouvoir d’achat, est au niveau de 1978. La croissance économique des derniers vingt ans est donc entièrement construite sur la création monétaire, conduisant à une situation « catch 22 » inédite dans les pays industrialisés, des dettes souveraines, surtout aux Etats-Unis, hors de contrôle, à la notable exception des pays exportateurs comme la Chine, l’Allemagne et, bien-sûr la Suisse, ainsi que des dettes industrielles et privées à des niveaux insoutenables. A chaque crise le problème s’aggrave. (...)

 

Maurice-Ruben Hayoun: Pessah de la peur Ce que je sais de science sûre, en revanche, c’est que depuis la seconde Guerre Mondiale on n’a jamais eu un tel Pessah ; contraint, isolé, sans famille, loin de chez soi, de ses amis, des invités, de la fête quoi… Il faut savoir que Pessah commémore le premier événement national d’Israël en tant que peuple (‘am) et nation (lé’om), à savoir la sortie d’Egypte : c’est le tout début, les premiers commencements du judaïsme, aussi en tant que phénomène religieux qui allait marquer l’Histoire universelle. (...) Enfin, j’en viens à l’aspect le plus humain, le plus fort, et qui va tant nous manquer si Dieu nous garde en vie encore quelques jours, c’est la fête familiale : à cette époque, le début du printemps, les beaux jours, tous se retrouvent autour de la table famillale élargie. On appelle cela le séder, c’est-à-dire l’ordonnancement, l’organisation de cette soirée réglée à la minute près. Il est rare que les sages talmudiques décrivent par le menu de telles soirées mais comme il s’agit d’une soirée unique en son genre, ils l’ont fait. C’est la veillée pascale dont on trouve trace même dans les Evangiles…

 

Bernard Comoli: Assassinat d’un leader Guajajara Le 31 mars le corps de Zezico Rodrigues a été retrouvé sur une route de la municipalité d’Arame dans la Terre Indigène – TI Araribóia (État du Maranhão). Il a été tué par balles. Zezico était professeur et directeur du Centre d’Éducation Scolaire Indigène Azuru dans le village de Zutiwa. Le 29 février, il avait été élu Coordinateur régional de la Commission des Caciques et Leaders de la TI Araribóia. Il était aussi engagé dans la lutte contre la destruction de la forêt par des « madeireiros » (trafiquants de bois). (...) Cet assassinat arrive au moment où les peuples indigènes s’efforcent de se protéger de la pandémie du Covid-19. La TI Arariboia - qui a déjà souffert de graves incendies et de nombreuses invasions** - abrite un groupe d’Awá-Guajá qui a choisi de vivre en isolement volontaire. Les peuples isolés sont particulièrement menacés en cas de contact. L’action de leaders comme celle de Zezico est capitale.

 

Carol Scheller: Le rester chez soi, version 2020 Avant, on voyait pourquoi il valait mieux rester chez soi, écrit une journaliste qui a vécu les grandes agressions contre Gaza comme enfant et jeune femme. A présent, le fait trop familier de rester à la maison est confronté à un nouveau danger sournois. Sarah Algherbawi décrit l’impact de cette réalité inédite, que nous vivons tous, dans la bande de Gaza. Son article a paru dernièrement en anglais dans l’Electronic Intifada. Je le résume et le traduis ici. (...)

 

David Frenkel: Lettre ouverte à Madame Carol Sheller Chère Madame Scheller, Concerne : votre article intitulé Le rester chez soi, version 2020. Je vous rappelle quelques faits tangibles : Lorsqu'en 2005 Israël s'est retiré de la Bande De Gaza et l'a remise à l'Autorité palestinienne la coopération économique fonctionnait parfaitement entre les deux. Puis, le Hamas s'en est emparée en 2007 dans un bain de sang qui a causé des centaines de morts parmi les Gazaouis. Le Hamas a commencé dés lors a menacer Israël d'anéantissement, car cela est inscrit dans la charte de ce groupe terroriste. Israël s'est donc trouvé dans l'obligation de mettre un embargo sur les matières pouvant servir au Hamas de fabriquer des tunnels d'attaque et des roquettes. Toutefois, et comme le prouve mon ajout en fin d'article, Israël n'impose aucun blocus à Gaza. (...)

Les commentaires sont fermés.